Les sceaux conservés aux Archives municipales de Dole

– Maxime FERROLI, archiviste des Am Dole

Le 31 mai 2023, le service des Archives municipales de Dole accueillait un étudiant de l’Université de Franche-Comté opérant pour la base de données Sigilla (Matthieu Muller). Dans le cadre d’un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, et en collaboration avec l’Université, l’opération consistait à mener une collecte des sceaux conservés dans la région. Cette intervention nous a amené à enquêter dans nos fonds pour retrouver et inventorier ces derniers.

Le dépôt d’archives dolois prend naissance avec l’octroi d’une charte de franchise par la comtesse de Bourgogne, Alix de Méranie en 1274. C’est à partir de cette date que la communauté d’habitants prend soin de conserver tous les titres servant à prouver les privilèges dont elle jouit. Mais les deux conquêtes engagées en terres bourguignonnes par Louis XI, en 1477 puis en 1479, ont raison de la ville de Dole, entraînant d’importantes pertes archivistiques. Ainsi, c’est à partir de 1480 que les actes conservés constituent un ensemble cohérent.

Au sein de ce fonds documentaire, nous avons dénombré 29 sceaux, dont 28 sont issus des archives anciennes (antérieures à 1790, celles-ci représentent 76 mètres linéaires sur un volume total d’environ 1 000 mètres linéaires).

Au regard de la période concernée, la majorité des sceaux conservés sont ceux des comtes de Bourgogne, et plus précisément ceux des souverains habsbourgeois (1493-1678). Néanmoins, les plus anciens sceaux que nous possédons sont celui d’Othon IV de Bourgogne (1277, figure 1), et celui de Marguerite III de Flandre (1390). Quant à la branche des Habsbourg, elle se décline tout d’abord avec l’empereur Maximilien d’Autriche dont nous conservons 3 sceaux, l’un d’eux est d’ailleurs commun avec son fils Philippe le Beau (figure 2), et nous détenons un sceau de sa fille (1510), Marguerite d’Autriche. L’empereur Charles Quint est bien représenté avec 4 sceaux (1538-1551) ainsi que son fils Philippe II avec 4 sceaux également (1561-1592). Enfin, les Archiducs Albert et Isabelle, sont présents avec un sceau (1607).

Dans l’ensemble, la typologie documentaire rattachée à ces sceaux consiste en des lettres patentes.

En dehors de la période habsbourgeoise, les Archives municipales détiennent des sceaux de deux rois de France. Ainsi, 4 sceaux sont de Charles VIII (figure 3-4), ils couvrent la période 1483-1492. Ils illustrent la période d’occupation française du territoire comtal. Le second sceau est celui de Louis XVIII (1816), le seul issu du fonds d’archives moderne, qui s’inscrit dans le mouvement de confirmation des armoiries en France au début du XIXe siècle.

Nous possédons également quelques sceaux d’institutions, à savoir le parlement de Dole (2 sceaux) ou encore l’université. Concernant cette dernière institution, 3 sceaux sont conservés, deux d’entre eux sont issus du fonds de la confrérie de la Croix et datent de la seconde moitié du XVIIIe siècle (1780 et 1789). Le dernier, récemment mis à l’honneur lors des commémorations des 600 ans de l’université de Franche-Comté (figure 5) remonte à 1691.

Fig. 5 : Université de Dole

Nous conservons également une bulle du pape Jules II (1512) relative à la reconstruction de l’église Notre-Dame de Dole et des sceaux de personnalités religieuses locales ; à savoir le prieur de Dole, Étienne de Olerille (1338) ou encore l’abbé de Saint-Vincent de Besançon, Jehan de Renédale (1465 et 1472, figure 6).

Finalement, comme le souligne Matthieu Muller, les sceaux conservés sont en mauvais état, la plupart d’entre eux sont en plusieurs morceaux. D’ailleurs, l’un d’eux est soigneusement emmailloté (figure 7). Au toucher, ce sceau de Charles VIII, apparaît être totalement en miettes, c’est pourquoi il n’a pas été manipulé.

Les sceaux conservés au sein des Archives municipales de Dole reflètent l’histoire de la ville et de son administration municipale. Ils se concentrent surtout sur la période charnière entre le XVe siècle et le XVIe siècle, moment où la ville doit réaffirmer ses droits et ses engagements.

Tableau récapitulatif :

SigillantNombre de sceauCote aux Archives
Comtes de Bourgogne
Othon IV de Bourgogne1FA 846
Marguerite de Flandre1FA 846
Maximilien d’Autriche3FA 744, FA 900/2 (2 sceaux)
Marguerite d’Autriche1FA 900/2
Charles Quint4FA 15, FA 1282 (2 sceaux), FA 1570.
Philippe II4FA 203 (2 sceaux), FA 1282 (2 sceaux)
Albert et Isabelle, Archiducs1FA 918
Rois de France  
Charles VIII4FA 900/1
Louis XVIII1D77
Institutions  
Parlement de Dole2FA 846
Université3Croix 66-1, Croix 66-2, non coté.
Personnalités religieuses
Jules II1FA 1281
Etienne de Olerille, prieur de Dole1FA 985
Jehan de Renédale, abbé de Saint-Vincent de Besançon2FA 846

Sceaux et matrices de sceaux des capitales historiques de Franche-Comté (Besançon et Dole)

  • Matthieu MULLER

Pendant deux mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur les sceaux et matrices de sceaux de différentes archives franc-comtoises au profit de la base de données SIGILLA. C’est ma passion pour l’histoire locale qui m’a poussé à postuler à ce projet et je n’ai pas été déçu. La Franche-Comté (ou comté de Bourgogne) n’est « ni de France, ni d’Empire », selon les mots de François Pernot, et les sceaux étudiés, nous font effectivement voyager dans toute l’Europe et leurs sigillants ne se cantonnent absolument pas aux deux grandes sphères politiques qui l’entouraient.

Matrice du grand sceau de Ferdinand de Rye – Bibliothèque Municipale de Besançon – Sc.XVI-7

Avant cela, j’ai commencé mon travail avec les matrices de sceaux de la bibliothèque municipale de Besançon. Une bonne partie de ces matrices a fait l’objet d’une publication dans les mémoires de la société d’Émulation du Doubs et ce fut un véritable atout alors que je débutais sur SIGILLA. Les matrices qui ont été rentrées dans la base de données forment un corpus de 68 unités, qui couvrent une période allant du XIIIe siècle au XVIIIe siècle. Ce sont les XIVe et XVIe siècles qui sont les mieux représentés avec 14 unités chacun, suivis de près par le XVe siècle avec 13 pièces. Sans surprise, ce corpus présente des sigillants plus locaux que ceux que nous rencontrerons à travers l’étude des sceaux de Franche-Comté. Parmi ces matrices, l’importante famille comtoise « de Rye » y est plutôt bien représentée avec au moins cinq unités. Nous retrouvons les matrices du chevalier de la Toison d’Or, Marc de Rye, le sceau équestre du seigneur de Neublans Guyot de Rye, ceux des archevêques de Besançon François et surtout deux du héros franc-comtois Ferdinand de Rye (célèbre pour sa défense de Dole et la Franche-Comté pendant la guerre de Dix Ans).

Grand sceau de Frédéric V de Habsbourg – AM Besançon – AA 4/11

            Après avoir fini d’entrer les matrices bisontines, qui m’ont pris un peu moins de deux semaines, j’ai pu consulter les fonds anciens des archives municipales de Besançon et ses sceaux. Les équipes des archives avaient recensé plus de 330 sceaux dans ses inventaires, mais aujourd’hui nous pouvons d’ores et déjà dire que ce nombre est bien sous-estimé et qu’il y a (au moins) environ 400 sceaux dans ces archives. Dès le départ, cela n’a plus rien à voir avec le côté très local des matrices de sceaux. Le premier que j’ai rentré en tant que tel dans la base de données, n’est autre qu’un cardinal italien (Pierre Cappochi), le deuxième, Richard de Cornouailles, suivis par les sceaux des empereurs Albert Ier de Habsbourg, Venceslas de Luxembourg et Sigismond. Il faut attendre que j’arrive au milieu de ma troisième liasse pour tomber enfin sur des sceaux locaux avec l’archevêque Thibaut de Rougemont et un peu plus loin un sceau de la ville de Besançon. Si on s’intéresse à l’histoire de la ville, on comprend très vite pourquoi les sceaux d’empereur y sont si communs. Besançon n’est pas à proprement parler « franc-comtoise », c’est une ville libre d’Empire et de ce fait, elle ne relève que d’elle-même et de l’empereur. Ce dernier, ainsi que la famille des Habsbourg en général, sont omniprésents dans le corpus bisontin. Lorsque je rentrais leurs sceaux, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer que les empreintes comparables à celles que j’avais dans les mains étaient presque exclusivement issus des archives alsaciennes, comme celles de Frédéric III (ou Frédéric V de Habsbourg), qui démontre l’appartenance à une aire politique commune. Sans même connaître l’histoire franc-comtoise et bisontine, la simple vue de ces sceaux, et les rares apparitions de ceux des rois de France (avant 1674-1678) nous fait deviner la zone politico-historique de la ville. Bien au courant de l’histoire de la ville, j’étais très loin de me douter que ce serait aussi flagrant et que de simples sceaux en disent autant. Nous pouvons encore insister sur le côté européen des sigillants, rien qu’avec les Habsbourg d’Espagne, les quelques bulles papales, mais aussi quelques Autrichiens et les villes suisses avec lesquelles Besançon a entretenus des alliances pendant tout le XVIe siècle. Personnellement, après environ un mois de travail sur ces archives, j’ai pu rentrer plus de 110 sceaux dans la base de données SIGILLA et malgré l’aide de ma collègue Nina Costille, il est certain qu’il restera encore plusieurs centaines de sceaux à étudier après nos interventions.

Grand sceau de Louis XVIII – AM Dole – D-77

            Pendant une journée, j’ai pu me rendre aux archives municipales de Dole, consulter une trentaine de sceaux. Le corpus dolois s’inscrit dans une veine similaire à celui de Besançon, même si proportionnellement, les rois d’Espagne (Philippe II) et de France (Charles VIII, Louis XVIII) y sont mieux représentés. D’ailleurs, le sceau de Louis XVIII est extrêmement bien conservé. J’ai pu consulter des documents qui vont jusqu’au début du XIXe siècle et donc après l’annexion de la région par la France, ce qui n’a pas été encore possible dans les archives bisontines (en dehors des matrices). L’histoire locale et le caractère européen de celle-ci ressort encore très facilement à la simple vue des sceaux conservés. On peut néanmoins émettre une remarque sur l’état des sceaux dolois : ceux si sont proportionnellement moins bien conservés que les sceaux bisontins…

            Pour les deux dernières semaines de mon contrat, j’ai pu consulter une partie des sceaux conservés aux archives diocésaines de Besançon. Au total, j’ai pu rentrer une quarantaine de sceaux et qui sont généralement bien plus récents que les sceaux des autres époques et sont un peu plus locaux et issus de l’aire politique française (même s’il y a plusieurs bulles papales et des sceaux des Habsbourg). Les sceaux sont plutôt bien conservés et nous pouvons noter un cas particulier qui est l’usage d’un sceau trois ans après que son sigillant (l’archevêque de Besançon, François-Joseph de Grammont) soit décédé. Le centre diocésain étant proche des archives municipales et les horaires différentes, j’ai pu continuer à travailler sur les archives municipales et collaborer avec ma collègue Nina Costille. Tout comme ces dernières archives, les archives diocésaines ont encore des sceaux qu’il reste à étudier, mais qui n’ont pas été encore inventoriés par le personnel du centre diocésain.

Acte scellé par le sceau de l’archevêque François-Joseph de Grammont en 1720, soit trois ans après sa mort – Archives diocésaines de Besançon – PAR 70

            Après deux mois de travail sur les sceaux et matrices de sceaux conservés dans les deux capitales historiques de Franche-Comté, ce sont plus de 200 empreintes et matrices qui ont été ajoutées à la base SIGILLA et ce fut un véritable plaisir. L’élément qui m’a le plus marqué est, comme vous le devinez, est la simplicité avec laquelle les sceaux nous racontent l’histoire d’un petit pays comme la Franche-Comté et surtout une histoire aux proportions européennes. C’était une vision de l’histoire que je n’avais pas envisagée avant de commencer à travailler pour SIGILLA et je suis fier d’avoir contribué à ce projet qui participe à la découverte de l’histoire comtoise par le plus grand nombre et à faciliter les recherches dans ce but.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search