Webinaire Semper – Transcrire la légende du sceau médiéval

Le cycle des webinaires Semper du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de Poitiers continue ce


jeudi le 16 novembre de 10h à 12h.

Pour le mois de novembre, c’est Délia Préteux, diplômée de l’ANRT (Atelier national de recherche typographique), qui est à l’honneur. Elle racontera ses recherches sur l’épigraphie des légendes des sceaux et nous montrera les variations des lettres trouvées en exergue. Après la présentation, il y aura un temps d’échanges avec la jeune chercheuse.

Pour plus d’informations cliquez ici.

La réunion zoom se déroulera ici : 
https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09
ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

A jeudi en visio pour discuter les légendes !

Transcrire la légende du sceau médiéval

Fin mars dernier, Délia Préteux a présenté ses recherches sur l’épigraphie du sceau au jury de l’Atelier National de Recherche Typographique (ANRT) dans le cadre de ses études pour obtenir un Diplôme national supérieur d’expression plastique. Se basant sur L’inventaire des sceaux de la Normandie de G. Demay, Délia Préteux a travaillé avec SIGILLA afin d’analyser les évolutions épigraphiques sigillaires. Les enjeux du projet dirigent la recherche vers l’élaboration d’une typologie de polices de caractères permettant la restitution de l’ensemble des signes observés et s’accordant sur des périodes historiques et stylistiques.

Un travail tout à fait exceptionnel et passionnant, vous pouvez retrouver sa soutenance en ligne via ce lien. Félicitations Délia !

La ruche Sigilla

  • Philippe JACQUET

Signes de validation du Haut Moyen-Âge, les ruches sont bien connues de nos amis diplomatistes. Cette désignation imagée et suggestive pourrait progressivement venir incarner le travail de Sigilla et de ses contributeurs. La communauté Sigilla est de plus en plus nombreuse et bruisse de nouveaux apports. Les initiatives se multiplient, de plus en plus de dossiers sont mis à dispositions des chercheurs. Le mois passé est riche d’évènements.

Ce 30 mars, la tension était palpable dans l’amphithéâtre, Délia Préteux se prépare à soutenir, face à Thomas Huot-Marchand, président de l’Atelier National de Recherche Typographique et un jury spécialement réuni pour l’occasion. L’enjeu est la validation d’un 3e cycle de recherche (statut d’étudiant-chercheur) pour obtenir un Diplôme de spécialisation et d’approfondissement (DSA), Mention Recherche Typographique (Bac+7, 120 ECTS). L’épreuve est double, elle débute par un exposé formel d’une heure en amphithéâtre pour se conclure par une face à face de trente minutes avec le jury. Cette étape consacre une année de recherche et de travail intensif sur l’épigraphie du sceau et les méthodes de transcription possible pour les légendes des sceaux. Cette étude constitue le socle du module épigraphique qui viendra compléter la base Sigilla.

Délia Préteux a dominé et réussi cette épreuve avec brio, efficacité et concision en présentant à la fois une résolution générale de la problématique et des outils techniques pertinents. Toute l’équipe Sigilla félicite chaleureusement Délia pour obtention de son diplôme et nous remercions Mr Thomas Huot-Marchand de cette collaboration inédite et surtout passionnante.

Pendant ce temps, en région Centre-Val de Loire se prépare les insertions d’images 3D dans la base. Dans un premier temps, l’Indre, l’Indre et Loir et le Cher vont participer à cette saisie particulière.  A l’issue de plusieurs semaines de contacts auprès des directeurs concernés, la campagne d’acquisitions en 3D des sceaux débutera, fin mai, et se continuera courant juin sur les plus belles empreintes de la région Centre. Alexis Zennir, qui est déjà l’auteur des saisies 3D des empreintes des archives d’Indre et Loire opérera en Indre pour compléter les captations. Ce chantier est très prometteur, malgré son état embryonnaire. La 3D reste en effet le seul moyen de restituer le sceau comme objet unique interagissant dans un contexte multiforme.

Une nouvelle dynamique s’est aussi ouverte autour du fond de l’Abbaye de Chaalis (Oise). Détenu par la fondation Jacquemart André au sein de l’Institut de France, ces documents sont actuellement en restauration. Des demandes conjointes ont permis un montage inédit autour des sceaux. Conscient de l’intérêt du fonds et de son intégration dans Sigilla, L’Institut de France et l’atelier de restauration Coralie Barbe/Atelier du Lys nous ont contacté pour doubler la numérisation en cours d’une saisie efficace dans la base. La recherche opportune d’un stage par Anna Mikhalchuk, étudiante (médiéviste) de l’Ecole des chartes est venue compléter cette symbiose qui valorise le travail de chaque partenaire.

Léa Besson, Restauratrice de l’atelier du Lis et Anna Mikhalchuk, (c) P. Jacquet

Autre lieu, autre collecte, à Besançon, la collecte au sein des Archives départementales continue. Un atelier de perfectionnement à la saisie regroupant les étudiants contributeurs, leur encadrement et l’équipe Sigilla s’est déroulé pendant deux jours. Cette rencontre a été l’occasion de échangé sur des problèmes techniques et aussi de découvrir de nouvelles sources. Deux étudiants vont pouvoir collecter les matrices de la Bibliothèque Municipale de Besançon et les deux cents à trois cents sceaux des Archives municipales. Pendant les mois qui viennent, la collecte s’étendra jusqu’à Belfort, Héricourt et d’autres encore.… Nous sommes impatients de vous présenter les résultats de ces recherches.

aux AD 25, (c) P. Jacquet

En pointant les plus récentes actions, nous n’oublions pas tous les contributeurs qui travaillent avec nous parfois depuis des années, et le surnom de Ruche devient indissociable de la base Sigilla. A travers cette diversité et ce perpétuel renouvellement, nous voulons remercier tous nos contributeurs pour leur aide et en même temps, ouvrir nos portes à tous ceux qui voudraient nous rejoindre autour de la passion sigillographique.

Nouvelle parution !

La Société française d’héraldique et de sigillographie (SFHS) vient de publier un article de Délia Préteux sur son site. Etudiante-chercheuse à l’Atelier national de recherche typographique, elle collabore aussi avec SIGILLA pour nous aider à mieux comprendre l’épigraphie des sceaux. Son article traite les difficultés liées à la transcription de la légende du sceau et la création de poinçons sigllographiques à l’Imprimerie nationale. Vous pourriez télécharger l’article à partir du site de la SFHS

Bonne lecture !

Projet de transcription des légendes de sceaux

Dans le cadre des Journées Biblissima+, le programme SIGILLA a présenté ses travaux sur un projet de transcription des légendes de sceaux. Laurent Hablot, Philippe Jacquet et Délia Préteux ont introduit les enjeux, les difficultés et les pistes de travaux afin de concevoir un outil qui est capable de lire les légendes de sceaux. C’est un travail passionnant qu’il faut suivre jusqu’au but !

Restez à l’écoute ici sur le carnet hypothèses pour la suite !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search