Pérégrinations de trois stagiaires : De la matrice au moulage, la mémoire du sceau

  • Cécile JUTEAU
  • Maylis FROMONT
  • Corentin DELATTRE

La base de données SIGILLA accueille de nombreux contributeurs, qui permettent de l’enrichir d’années en années. Les trois stagiaires du master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers que nous sommes, ont ainsi été invités à effectuer ce travail. Historiens et historiens de l’art, une telle tâche a sollicité nos connaissances, tout en nous faisant découvrir ou approfondir d’autres disciplines, telles que la sigillographie, l’héraldique et la diplomatique. Notre première mission consistait à enregistrer les matrices de sceaux du musée Sainte-Croix de Poitiers. La seconde était de compléter le catalogue Eygun sur la base de données. Durant deux mois, une étude des photographies de matrices ou de moulages, approfondie par la consultation de catalogues et dictionnaires, nous a permis d’ajouter des centaines de fiches sur SIGILLA. La découverte de matrices de toutes formes et de toutes époques nous a fait entrer dans le monde du sigillant. Le contexte matériel de l’objet sceau, dit son importance et trace son histoire. L’observation de moulages aux tailles et aux motifs variés, fait voyager entre les multiples sigillants. De l’outil qui laisse l’empreinte à l’objet qui le fait vivre plus longtemps, le sceau possède une signification forte, c’est ce que nous avons eu l’occasion de constater durant notre stage.

Les matrices que possède le musée Sainte-Croix de Poitiers sont répertoriées par la S.A.O. dans un de leurs inventaires. En début d’année 1881, la Société des Antiquaires de L’Ouest (S.A.O.) publie à Poitiers ses mémoires de l’année 1880 (tome III de la deuxième série). Dans la dernière partie de l’ouvrage, un inventaire des sceaux et des matrices du musée de la S.A.O. est mis en avant. Beaucoup de ces sceaux proviennent de la collection Bonsergent, riche en documents issus des terres du Poitou. Les sceaux sont classés par siècle, eux-mêmes répartis en deux catégories : les sceaux ecclésiastiques et les sceaux laïcs. La S.A.O. a réalisé un autre inventaire des collections de moulages de sceaux présents sur Poitiers, mais nous n’avons pas de traces aujourd’hui de ces moulages, théoriquement entreposés aux archives municipales de Poitiers.

La collection de matrices de sceau du musée Sainte-Croix de Poitiers constitue une des plus importantes collections de matrices de France. Un certain nombre de ces objets date de la période médiévale. Ces matrices sont issues des collections de la S.A.O., transférées au musée Sainte Croix lors de sa construction mais aussi aux archives départementales de la Vienne et à la Médiathèque François-Mitterrand. Ces dernières sont également bien connues dans le catalogue d’Eygun et certaines se démarquent par leur aspect inédit dans Sigilla, comme l’exemple de la matrice d’Edouard III citée plus bas. Les matrices peuvent être celles de personnalités religieuses, comme celles de grands laïcs ou parfois même de personnages plus communs. Certaines n’ont pu être véritablement identifiées, souffrant d’un manque d’informations saisies dans le catalogue et dans les études fournies par la S.A.O., ainsi que d’un état empêchant toute lecture épigraphique.

[Matrice d’un sceau d’Edouard III d’Angleterre, comme comte de Poitou à Lusignan. Crédits photos : Christian Vignaud, Musée Sainte-Croix de Poitiers]

La collection compte parmi ses matrices plus récentes, de grandes personnalités, telles que le cardinal de Richelieu, ministre de Louis XIII. Des plus récentes encore datent de l’époque contemporaine, des périodes révolutionnaires, impériales, et républicaines, périodes durant lesquelles les sceaux institutionnels foisonnent. Concernant la collection médiévale, nous pouvons notamment citer un sceau-type précédemment non identifié sur la base de données, apparenté à Edouard III, mais aussi à la ville de Lusignan. Identifié dans d’autres travaux plus anciens, soulignant au passage la complexité du travail sur la  base de Sigilla, il s’agirait d’un sceau d’Edouard III, comme comte de Poitou, de passage à Lusignan autour de 1360-1370. Les armoiries présentes sur les sceaux représentent de véritables programmes politiques, faisant de l’objet sigillographique un élément personnel supportant les revendications de son détenteur.

Certaines matrices peuvent pourtant concerner le même titre sur plusieurs générations, comme celui du sergent de l’abbaye de Saint-Maixent, présentant une continuité chronologique, bien que l’impossibilité d’une datation exacte, en dehors des propositions de datation issues d’Eygun, de Douet d’Arcq, ou de la S.A.O, complexifie toute étude historique et sigillographique. Ces matrices représentent un élément important dans l’étude de l’histoire du Poitou médiéval et de ses régions avoisinantes, puisqu’on y retrouve d’importantes familles seigneuriales, d’importants établissements religieux, permettant d’étudier la représentation de leur pouvoir à travers les objets et une étude héraldique. Il y a un réel avantage pour le musée Sainte-Croix de s’intéresser et de valoriser sa collection de matrices de sceaux, non seulement pour la période médiévale mais pour les périodes plus récentes, puisque sans cette fondamentale histoire sigillographique, un ensemble de l’histoire du Poitou resterait inconnu du public.

La tradition sigillographique de la ville de Poitiers est importante, grâce au laboratoire de recherches du CESCM, par le biais du travail archivistique, du travail associatif de la S.A.O. et le concours du musée Sainte-Croix, offrant l’accès à ces matrices. Ce nouvel intérêt pour ses propres collections sigillographiques se manifeste principalement par le nouveau référencement de ces matrices, combiné à l’intégration de ces dernières dans des bases de données, menant à croiser les sources pour permettre une approche synthétique pour chacun des sceaux types.

Vous savez, nous n’avons que très peu de sceaux !

  • Philippe JACQUET

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette phrase en visitant des services d’archives ou des musées. Exprimé souvent avec des regrets, ce constat minimise l’importance du fond en le comparant à certains dépôts qui détiennent des milliers de sceaux. J’ai appris par expérience que ces petits fonds sont pourtant d’un intérêt extrême en apportant de véritables pépites sigillographiques. Les auteurs et les chercheurs ont souvent privilégié des sources où ils savent qu’ils trouveront à coup sûr la matière nécessaire à leurs travaux. Ainsi, les fonds volumineux dont les inventaires ont été publiés et pour lesquels nous disposons parfois des collections de moulages occultent un paysage sigillographique important.

L’appellation « petits fonds » -loin d’être péjorative- indique un volume qui oscille de quelques exemplaires jusqu’à une centaine d’empreintes. Les sceaux sont souvent bien repérés, souvent bien analysés mais leur existence est méconnue.

Henri de France, Am Tours AA 1, (c) P. Jacquet

Ma dernière expérience en la matière s’est déroulé aux Archives municipales de Tours, et elle illustre parfaitement cette situation. Le dépôt conserve une centaine d’empreintes qui ont été inventoriées, il y a une vingtaine d’années. Lors d’un repérage, l’acte AA-1 a attiré mon attention. Daté de 1141, il émane de Henri de France, trésorier de Saint-Martin de Tours, pour régler un différend avec les habitant de Tours. Henri de France est le fils de Louis VI le Gros, frère cadet de Louis VII le jeune, mort en 1175. Il a été successivement, archiclave de Saint-Martin de Tours, évêque de Beauvais et archevêque de Reims[1]. Le sceau appendu à l’acte est une très belle empreinte Henri de France – Am Tours – AA 1 | SIGILLA  Quasiment intacte, elle est liée au parchemin par des lacs rouges et verts. Il présente un buste de profil entouré de la légende + HENRICVS REGI [_] FILIVS. L’organisation générale du sceau laisse supposer qu’il s’agit d’une pierre antique sertie dans une monture où est gravée la légende.

L’emploi ou le ré-emploi de pierres gravées est tout à fait conforme à l’époque et l’usage qu’en fait Louis VII dans ces contre-sceaux à la fin de son règne rappelle l’importance que l’on prêtait alors aux pierres gravées antiques. La légende qui ne mentionne que son rang de fils du roi, ainsi que la date emploi du sceau [Henri n‘a alors que 19 ans] nous incite à penser qu’il s’agit de son premier sceau réalisé avant son entrée dans les ordres et qu’il a utilisé le temps de se faire graver une nouvelle matrice[2]. Il s’agit d’un élément majeur qui vient s’ajouter aux empreintes d’Henri de France déjà repérées[3].

J’ai volontairement mis en avant cette pépite, mais la consultation [partielle] m’a permis de pointer deux autres sceaux inédits de grands feudataires, sans compter les sceaux des maires de Tours aux XVème siècle. Je fais de cette petite chronique d’une visite aux Archives municipales de Tours, un plaidoyer pour l’exploration de tous ces petits fonds sans lesquels la sigillographie ne sera jamais complète.

Je remercie Monsieur Jean-Luc Porhel, directeur des Archives municipales de Tours, et son équipe de l’accueil chaleureux et bienveillant, qu’ils m’ont réservé.


[1] Henri de France | SIGILLA

[2] Il est à noter que seuls ses deux premiers sceaux mentionnent son rang de fils du roi de France. Dès son élection, comme évêque de Beauvais, il abandonne cette mention.

[3] Marie-Adélaïde, Corpus des sceaux français du Moyen Age – Tome 3 – Les sceaux des reines et des enfants de France, Archives nationales, Paris, 2011 ,  n° 53.

SIGILLA à Barcelone

Ces 9 à 11 novembre passés a eu lieu à Barcelone le colloque La Sigillogafaia medieval a Catalunya i als territoris de la corona catalano-aragonesa en un context europeu pour célébrer les 100 ans de publication du deuxième volume de Sigillografia catalana. Inventari, descripio i estdui dels segells de Catalunya de Ferran de Sagarra i de Siscar (1853-1939).
Les journées étaient pleines des présentations diverses sur la sigillographie et l’héraldique catalane – mais pas seulement. Des invités du monde entier se sont réunis pour discuter et réfléchir ensemble. C’était dans ce cadre que Laurent Hablot a présenté la base de données SIGILLA devant un public intéressé.  Les échos étaient très positifs et nous sommes impatients à continuer le dialogue à Naples la semaine prochaine pour la deuxième partie du colloque !

Voici quelques impressions :

SigiAl dans la presse locale !

Ce dimanche passé, notre antenne alsacienne SigiAl était à l’honneur dans la presse locale. Un journaliste, Philippe Wendling, a accompagné l’équipe et ses volontaires pour un atelier de saisie pour mieux comprendre et voir le travail. SigiAl a la particularité d’être un projet de sciences participatives. Un réseau de volontaires est formé à la sigillographie et à la saisie sur la base SIGILLA. Encadré et accompagné par des professeurs de l’Université de Strasbourg, le groupe a déjà numérisé et saisi plus de 6 000 empreintes ! Ces empreintes proviennent des archives municipales, départementales ou bien régionales. L’article montre bien la diversité de SigiAl.

Bravo à toute l’équipe, et continuez le bon travail !

Vous pouvez également suivre leur progrès à travers leur page dédiée sur SIGILLA.

https://www.dna.fr/societe/2022/11/05/deja-6-000-sceaux-alsaciens-numerises

SIGILLA : Lauréat d’un financement de la DRAC Centre-Val-de-Loire

Dans le cadre du Programme national de numérisation et de valorisation des contenus culturels (PNV) émis par la DRAC Centre-Val-de-Loire, SIGILLA a reçu un financement de 8 500 € ! 

Ce printemps, SIGILLA était actif aux Archives départementales d’Indre-et-Loire, où un stagiaire a numérisé l’intégralité de la collection sigillaire en 3D. Afin de mieux valoriser ce travail et d’encourager la numérisation en 3D, nous avons sollicité la DRAC Centre-Val-de-Loire pour financer l’évolution des moyens 3D intégrés à la base SIGILLA. Grace à ce soutien, un vrai saut technologique sera franchi en visualisant le sceau dans toute sa matérialité. Dans les prochains mois, après l’intégration du nouveau viewer, les plus belles empreintes détenues par les dépôts d’archives de la région Centre-Val-de-Loire rejoindront progressivement une page spéciale. A terme, une centaine de sceaux constitueront cet ensemble. En soutenant ce projet, La DRAC Centre-Val-de-Loire ouvre la voie de la consultation dématérialisée, outil prometteur qui bénéficiera à toute la communauté sigillographique.

Suivez-nous ici sur le carnet pour toutes les actualités sur notre nouveau viewer 3D et sur SIGILLA pour voir les résultats.  

Nous remercions chaleureusement la DRAC Centre-Val-de-Loire pour son soutien ! 

La sigillographie médiévale en Catalogne et dans les territoires de la couronne catalano-aragonaise dans un cadre européen

Un colloque dédié à la sigillographie médiévale en Catalogne et de la Méditerranée aura lieu à Barcelone du 9 au 11 novembre 2022. Il rassemble des experts de la sigillographie pour des journées pleines d’informations et de discussions. Notre Laurent Hablot sera sur place pour présenter la base SIGILLA.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Sceau exceptionnel de Louis II de Bourbon aux AM Saint-Flour

  • Philippe BIDAULT

Dans le Cantal, il existe deux centres d’archivages important. L’un à Aurillac, les Archives Départementales, l’autre à Saint-Flour, le Centre d’Archives Municipales.

Saint-Flour, ancienne capitale de la Haute-Auvergne, a gardé un fonds d’archives exceptionnel dont les premiers documents datent du début du XIIè siècle. On y trouve les registres de comptes consulaires des XIVème et XVème siècles (collections numérisées) rédigés en langue d’oc puis en français, fourmillant de renseignements précis sur la vie quotidienne et l’administration de la commune : les rapports souvent conflictuels entre les Consuls et les Évêques, la défense et la restauration des fortifications, la réception d’hôtes de marque, les moyens de lutte contre la peste…

Depuis le début de l’année, je m’efforce de rédiger un Corpus des sceaux de la ville et je collabore activement avec le site SIGILLA et sa dynamique équipe (merci Catherine , Philippe et Laurent, mes mentors). Le fonds anciens est chapitré de I à 25 (la classification n’a pas été modernisée) comprend plus de 3 000 documents. Les pièces les plus intéressantes se situant dans les chapitres de I à XIV.

Le fonds ancien de la ville mérite qu’on s’y attarde, peu de doctorants s’y sont déjà plongés et il reste tant à découvrir.

Pour ce billet du carnet d’hypothèses, la découverte d’un sceau d’une rare beauté m’a imposé de le présenter.

On connaît Louis II de Bourbon, descendant direct de Saint-Louis, son emprisonnement comme otage en Angleterre, en échange de la libération du roi Jean II le Bon qui avait été fait prisonnier à Poitiers, et son retour en France vers la fin de l’année 1366.

Le sceau, de Louis II de Bourbon, est antérieur à cette période puisqu’on peut le dater de 1360. Louis était alors comte de Clermont. (Am Saint-Flour – Chapitre XIV article 5 n°1)

Le parchemin ou ce qu’il en reste, ainsi que les notes d’inventaires des archives municipales de Saint-Flour (Cantal) permettent d’affirmer que cette lettres patentes présente :

(c) Bernard Maffre

une demande de Louis, Comte de Clermont et du régent du roïaume, en permission aux gens de la prévoté de St‑Flour située au bailliage roïale des Montagnes d’auvergne, de contribuer jusqu’à 3000 livres à l’achat de la terre Vicomté de carladès audit baillage, du lieu appelé de Cailus détenu par les ennemis qui devastent ledit Baillage et le païs d’environ, et qui veulent le vendre pour s’éloigner. Données à Riom l’an 1360 au mois …

Le sceau, de forme ronde1 d’un diamètre de 65 mm pour une épaisseur de 20 mm, est appendu par des lacs de soies vertes à un parchemin en très mauvais état.

L’avers est armorial, un écu droit des Bourbons (fleurdelisé à la cotice brochant ou de France à une bande) surmonté d’une aigle. Deux lions contournés à dextre et senestre de l’écu. Le tout cerné d’un polylobe à redents.

La légende entre deux filets peut se lire :

+ S : LOYS : DUC DE BOUR [_____] CONTE : DE CLERMONT : ET : DE [__________] NCE

(c) Bernard Maffre

Le revers du sceau est contre-scellé d’une représentation anépigraphique ronde d’un diamètre de 20 mm aux armes de l’avers.

Vers 1396, le sceau de Louis II de Bourbon portera deux dauphins2. L’auteur M. G. Demay n’en donne aucune description, il pourrait s’agir du sceau secret de Louis II, décrit dans la base SIGILLA : Écu de Bourbon, penché, timbré d’un heaume couronné, cimé d’une queue de paon, supporté par deux dauphins (http://www.sigilla.org/sceau-type/louis-ii-bourbon-sceau-secret-48481).

Une recherche en documentation m’a permis de retrouver dans l’ouvrage de Philippe de Bosredon3, l’information qu’il me manquait :

Sigillographie de l’ancienne Auvergne, p.389.

On peut donc compléter l’épigraphie :

LOYS, DUC DE BOURBONNAIS, COMTE DE CLERMONT ET DE MACON, CHAMBRIER DE FRANCE

Pour finir, une correspondance avec les AD du Puy-de-Dôme en date du 18 octobre 2022, m’informe qu’ils ne possèdent aucuns exemplaires du sceau de Louis II de Bourbon, comte de Clermont, dans leurs réserves. Ce qui fait de cette empreinte, pour le moment, un objet unique dans la collection SIGILLA par son état de conservation remarquable. Je ne dévaluerai pas la seconde empreinte des AD 21 (Louis – Ad 21 – B 282 – ps 116) mais elle reste malheureusement fragmentaire.

La troisième empreinte, celle décrite par Philippe de Bosredon est située à la bibliothèque nationale : Mss., Fonds français, t.20, 389, n°40 et 42.

_______________________

1 – Le Blason d’après les sceaux du Moyen-Âge, G Demay, Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, tome XXXVII. Paris 1877, p.47 et 48.

2 – ibidem p.30.

3- Sigillographie de l’ancienne Auvergne (XIIe et XVIe siècles), Philippe de Bosredon, Brive Imprimerie Roche, 1895,T.1, “office”n°1066 p.389

Sous le soleil bourguignon, un été aux Archives municipales de Dijon 

-Mathieu DARRICAU

Dans le cadre d’un stage qui m’a été proposé de juin à septembre 2022, un travail de dépouillement aux archives municipales de Dijon a été effectué, en lien avec la base de donnée SIGILLA. L’objectif était d’identifier et d’ajouter à la base de données les empreintes des sceaux du fond ancien. Cette entreprise a été possible grâce à la collaboration précieuse de la directrice des archives, Mme Cécile Lelong, et de tout le personnel du site, que je remercie chaleureusement pour leur accueil et leur appui. Cette exploration du trésor des chartes de ces archives a avant tout livré des empreintes de sceaux déjà connues, que ce soit par le biais des différentes collections de moulages ou par le dépouillement d’autres archives de Bourgogne. Une grande partie de celles-ci sont des empreintes de sceaux de roi de France, allant de Philippe-Auguste à Louis XVI. Rares sont les rois qui n’ont pas d’empreintes conservées dans ce fond. On peut noter la profusion d’empreintes de sceaux attribuées à Henri IV, dont on en retrouve plus de quinze1. De manière générale, beaucoup de sceaux de roi de France datés de l’époque moderne sont conservés dans le trésor des chartes des archives municipales de Dijon. Parmi ceux-ci, un seul n’était pas encore enregistré sur SIGILLA, il s’agit du grand sceau du roi de France François II2. À partir de Louis XI, le nombre d’empreintes de sceaux de roi de France conservées augmente significativement, témoin de l’intensification des échanges entre le pouvoir royal et la commune de Dijon, qui passe sous domination directe du premier en 1482. Ensuite, comme pour les ducs précédemment, les rois remplissent un rôle particulier pour la commune de Dijon, tel le fait de confirmer les privilèges de celle-ci. Concernant ces ducs de Bourgogne, un grand nombre d’empreintes tirées de leurs sceaux ont été retrouvées.

Figure 1 : Grand sceau de François II de France
François II de France – Am Dijon – Trésor B liasse 6 c. 81
(c) M. Darricau


En effet, le trésor des chartes des archives municipales de Dijon conserve un nombre significatif d’empreintes pour chacun des ducs, de Hugues III à Philippe III de Bourgogne. Du fait des conditions particulières entourant les documents liés à Charles le Téméraire, aucune empreinte n’est conservée de sceau de ce dernier. Ces archives conservent cependant un important nombre d’empreintes de sceaux de Hugues IV ou de Eudes III de Bourgogne pour ne citer qu’eux. Néanmoins, les ducs ou les rois ne sont pas les seuls qui ont des empreintes de leurs sceaux conservés dans ce fond : les duchesses de Bourgogne, ou encore des reines de France, sont des femmes dont les sceaux ont été retrouvés dans celui-ci. On peut notamment penser à Alix de Vergy ou Jeanne de Boulogne, respectivement Duchesse de Bourgogne et Reine de France, qui prennent des responsabilités non négligeables en l’absence de leurs maris, et qui peuvent donc sceller des actes. Cette contribution est importante : concernant le contre-sceau de Jeanne de Boulogne, l’apport du fond des archives municipales de la ville de Dijon représente quatre des cinq empreintes présentes sur SIGILLA. Si d’autres empreintes ont probablement été recensées ailleurs, sans que celles-ci n’aient été ajoutées à la base de donnée, cet apport reste tout de même notable pour le sceau d’une reine. L’abondance d’empreintes d’institution bourguignonne représente un autre élément majeur révélé lors de ce stage. En effet, on retrouve dans ce fond un bon nombre d’empreintes de sceaux du bailliage de Dijon, du bailli, de la chancellerie du duché ou encore de la cour du duché de Bourgogne. Concernant ces dernières, que ce soit entre celles retrouvées dans le Trésor ou dans les liasses, leur nombre est notable. On retrouve principalement deux sceaux-types différents de cette cour, un catalogué comme étant le sceau de juridiction du XIVe siècle, l’autre comme un sceau de juridiction du XVe siècle. L’ajout sur la base de donnée Sigilla a permis de définir que le premier est utilisé au moins jusqu’en 1407, alors que le second apparait vers 14193. La mise en série des empreintes retrouvées dans le fond des archives municipales de Dijon a donc permis de préciser l’utilisation de ces sceaux, et il est probable que cela se reproduise.


Le trésor des chartes des archives municipales de Dijon a été complètement dépouillé durant cet été, toutes les empreintes ont été au moins observées. Suite à cela, nous avons entamé un travail tout autant conséquent, c’est à dire l’étude des actes des liasses. Et cette ébauche de recherche nous offre déjà des perspectives intéressantes. On retrouve notamment dans ces liasses différentes empreintes de sceaux de la mairie de Dijon ou bien du maire lui-même. Concernant la première, ces recherches ont permis d’affiner nos connaissances sur les sceaux qu’elle utilisait. Un seul sceau de la mairie de Dijon avait alors été ajouté sur la base, ce dépouillement a permis d’en observer deux supplémentaires, tout en ajoutant plusieurs empreintes au premier, alors seulement connu par un moulage4. Concernant maires et échevins, plusieurs actes datés du début de XVe siècle ont été conservés avec leurs sceaux. En effet, à ces actes sont appendus 3 sceaux, un étant celui du maire de Dijon, Aimé de Bretenière, les deux autres ceux d’échevins de la commune de Dijon5. Parcourir les liasses pourrait donc mener à la découverte des sceaux de plusieurs autres magistrats de la ville de Dijon. Cependant, nous n’avons pas encore pu amener à bien cette tâche. Pour le moment, seules les liasses A et B ont été épluchées, il reste donc à travailler sur les liasses C à M. C’est un travail assez important, comparable à celui qui a été réalisé cet été. L’exploration des liasses peut aussi révéler des surprises, comme une empreinte du grand sceau delphinal de Louis XIV, qu’on retrouve dans l’inventaire Douet d’Arcq notamment. On peut aussi citer le second sceau de la ville de Dijon, dont aucune empreinte n’avait encore été ajouté à la base de données6. De plus, il n’est pas rare de trouver des empreintes aussi bien voir mieux conservées que celles que l’on retrouve dans le Trésor. Il est donc possible de retrouver des sceaux exceptionnels dans un état de conservation acceptable. Le travail qu’il reste à faire pourrait donc s’avérer profitable.

Figure 2 : Sceau de Aimé de la bretenière, maire de Dijon
Aimé de bretenière – Am Dijon – B40 c. 1 (III) (c) M. Darricau


Au niveau de la qualité de conservation des empreintes, certaines empreintes se détachent nettement et sont presque complètes. Cependant, dans la plupart des cas il manque des morceaux de cire. Quand on se renseigne sur les lieux de conservations des archives de Dijon au fil des siècles depuis l’époque médiévale, ce n’est pas surprenant. Mais l’immense majorité des empreintes sont encore attachées à leur acte et ont pu être identifiées. Pour plus de 350 empreintes répertoriées, identifiées et ajoutées à la base, seulement 61 n’ont pu être identifiées. Toutes les empreintes ajoutées à la base ont été photographiées, sauf impossibilité. Ce travail important a permis de préciser les informations d’un certain nombre d’empreintes déjà connues, comme celle du grand sceau de Philippe Auguste daté de 1183, cependant la majorité de celles-ci n’étaient pas présentes dans la base. D’une manière générale, les sceaux des archives municipales de Dijon n’ont été qu’assez peu exploités jusqu’ici, comme en témoigne le faible nombre d’empreinte utilisées pour faire des moulages par Auguste Coulon. Terminer le travail entamé ces derniers mois sur les liasses conservées aux archives municipales de Dijon permettrait donc d’ajouter un nombre significatifs d’empreintes, parfois inédites, à la base de donnée SIGILLA.


1) Pour voir la fiche sceau type du grand sceau d’Henri IV : http://www.sigilla.org/sceau-type/henri-iv-grand-sceau-12688.

2) Voir figure 1.

3) Pour voir la fiche sceau type du troisième sceau de juridiction de la cour du duché de Bourgogne : http://www.sigilla.org/sceau-type/cour-du-duche-bourgogne-troisieme-sceau-juridiction-3532.4 Pour voir la fiche Sigillant de la mairie de Dijon : http://www.sigilla.org/sigillant/mairie-dijon-1711.

5) Voir figure 2.

6) Pour voir la fiche sceau type du second sceau de la commune de Dijon : http://www.sigilla.org/sceau-type/dijon-deuxieme-sceau-80091.

Le Blason des temps nouveaux : Une exposition au château Ecouen

Le musée national de la Renaissance dans le château Ecouen (95440 Ecouen) prépare une nouvelle exposition consacrée à l’héraldique dans la France de la Renaissance : Le blason des temps nouveaux.
Ouvert au public du 19 octobre 2022 au 6 février 2023, vous serez mené à travers les pièces splendides du château pour découvrir plus d’une centaine d’œuvres.

« Née au XIIe siècle sur les champs de bataille, l’héraldique reste omniprésente dans le quotidien de toutes les couches de la société française de cette époque. Elle incarne l’expression visuelle de l’identité d’une personne, d’une famille, d’une profession ou d’une ville. »

Pour plus d’informations sur cette exposition, cliquez-ici.

Une empreinte exceptionnelle : Le sceau équestre de René II, duc de Lorraine (1473-1508)

  • Jean-Christophe Blanchard, Université de Lorraine, CRULH, F-54
(c) Jean-Christophe Blanchard

L’empreinte du sceau équestre de René II ici présentée est, à notre connaissance, actuellement, la plus complète qui nous soit parvenue (René II de Lorraine – Ad 54 – 1 J 376 | SIGILLA). L’acte auquel elle est appendue est conservé à Nancy aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle sous la cote 1 J 376. Il fut donné à Pont-à-Mousson le 13 juillet 1494. René II, roi de Jérusalem et de Sicile, duc de Lorraine et de Bar, marquis, comte de Provence, de Vaudémont et de Harcourt, y cède à son oncle Jean, bâtard de Vaudémont (†1509), les seigneuries de Florennes et de Pesche [1] en compensation de dix mille écus d’or qu’il lui avait donnés « … pour les bons, grans, louables, notables et agreables services [qu’il], en l’an mil quatre cens soixante et saize (…), nous fit a l’encontre de feu nostre tres chier seigneur et cousin le duc Charles de Bourgongne que Dieu absoille qui lors tenoit assigee nostre ville de Nancey et meismement a la tres victorieuse journee que eusmes a l’encontre de luy a laquelle nostredit oncle se pourta vertueusement sans habandonner nostre personne et aussi en recompence d’aucuns prisonniers qu’il y print et delivra par nostre ordonnance… ». Le duc prie Jean de Hornes, évêque de Liège (1484-1505) et seigneur de ces terres, de recevoir le serment de son oncle. Le scellement est annoncé par la formule suivante : « Et affin que ce soit ferme chose et estable a tousjours mais, nous avons fait mectre notre seel a ces presentes signees de notre main. »

L’utilisation de la matrice de ce sceau équestre est attestée de 1473 à 1505 [2]. En conséquence, sa légende : S(igillum) RENATI LOTHORINGIE DVCIS MARCHIONIS VAVDEMONTIS ET DE HARICVRIA COMITIS n’est plus en accord avec la titulature du souverain telle qu’elle est donnée dans l’acte de 1494. En effet, duc de Lorraine à la mort de son cousin Nicolas d’Anjou en 1473, René II ne fut officiellement reconnu duc de Bar qu’après le décès de sa mère Yolande d’Anjou survenu le 23 février 1484 [3]. René II fut donc bien d’abord duc de Lorraine, comte de Vaudémont et d’Harcourt, avant de devenir également duc de Bar mais aussi de s’intituler roi de Jérusalem et de Sicile, comme son grand-père avant lui. Ces prétentions, contestées et interdites par le roi de France dès 1491, étaient encore pourtant affirmées dans la légende d’un autre sceau qu’il utilisa de 1504 à 1506 : RENATUS II DEI GR(ati)A H(ie)R(usa)L(e)M ET SICILIE REX LOTHOR(ingie) ET BAR(ri) DUC(is)[4].

(c) Jean-Christophe Blanchard

 Mesurant environ 110 mm de diamètre, l’empreinte appendue à l’acte de 1494, comporte, outre sa légende, une représentation du prince à cheval. La monture galope vers la droite sur une terrasse herbue. Le duc est revêtu d’une cotte aux armes écartelées, aux 1 et 4 : Lorraine (d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent) ; aux 2 et 3 : en chef, tiercé de Hongrie (fascé d’argent et de gueules), d’Anjou ancien (d’azur semé de fleurs de lis d’or au lambel de gueules) et de Jérusalem (d’argent à la croix de Jérusalem d’or accompagnée de quatre croisettes du même), en pointe, parti d’Anjou moderne (d’azur semé de fleurs de lis d’or à la bordure de gueules) et de Bar (d’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or, à deux bars adossés du même) ; sur le tout Aragon (d’or à quatre pals de gueules) ; il est armé d’une épée qu’il tient de sa main droite et porte, de l’autre, un bouclier sur lequel sont répétées les armoiries de la cotte, également reprises sur la housse du cheval. La tête de l’animal est ornée d’un plumail d’autruche. Le heaume du duc est quant à lui cimé d’une aigle essorante issant d’une couronne. Enfin, le champ est semé de fleurs de lis.

Ce sceau est très nettement calqué sur celui de son prédécesseur et cousin, Nicolas d’Anjou (Nicolas Ier de Lorraine-Anjou – grand sceau | SIGILLA). Il s’agissait, pour René II, de marquer la parenté qui les unissait et d’affirmer la continuité dynastique qui en découlait. L’allure générale des deux sceaux, d’un diamètre quasi équivalent (celui de Nicolas mesure 100 mm), est globalement très proche, mais l’analyse fine de l’un et de l’autre permet logiquement de les distinguer.

En premier lieu, la légende ne laisse aucun doute sur l’identité des possesseurs : S(igillum) RENATI…, d’un côté, S(igillum) NICOLAI PRIMOGENITI ARAGONVM DVCIS CALABRIE ET LOTHORINGIE AC PRINCIPIS GERVN(de), de l’autre. Les armoiries aussi les distinguent clairement. Nicolas porte un écu à six quartiers (Hongrie, Anjou ancien, Jérusalem, Anjou moderne, Bar et Lorraine) sur lequel broche en cœur un écu aux armes d’Aragon et René II, les armoiries de son père Ferri II de Lorraine écartelées de celles de sa mère Yolande d’Anjou qui sont en fait les mêmes que celles utilisées par René Ier de 1466 à 1480 [5]. Les cimiers sont également fort différents. Ayant opté pour le cimier traditionnel de la maison de Lorraine à l’aigle, René II souhaite montrer qu’il descendait des ducs de Lorraine. Apparue sur le sceau équestre de Raoul, l’aigle est aussi visible sur les sceaux des petits-fils de ce dernier, Charles II, duc de Lorraine, et Ferri, comte de Vaudémont, tige des ducs de Lorraine issus de la seconde maison de Vaudémont [6]. Son fils Antoine et son petit-fils Ferri II, le père de René II, portaient également ce cimier à l’aigle [7]. En revanche, Nicolas usait en guise de cimier de la double fleur de lis de la maison de France. Comme son père Jean d’Anjou et son grand-père René Ier, dont les sceaux sont par ailleurs des imitations des sceaux ante susceptum des rois de France Charles VII et Louis XI [8]. Nicolas souhaitait, par une certaine proximité sigillaire, marquer la filiation de la seconde maison d’Anjou avec les princes des lis. Notons que René II n’oubliait pas non plus l’héritage angevin et sa proximité avec le royaume, prince des lis par sa mère, il semait le champ de son sceau de l’emblème de la monarchie française.

(c) Jean-Christophe Blanchard

Le revers de ce sceau était généralement contre-scellé par un sceau armorial anépigraphe de 40 mm portant les armes écartelées de l’avers tenues par un ange. Ce contre-sceau est également très proche de celui de Nicolas qui mesure 40 mm de diamètre, qui est lui aussi anépigraphe et armorial et dont le tenant est un ange, une autre référence à l’emblématique des rois de France[9].

Ce beau sceau équestre affichait la double ascendance de René II et légitimait pleinement son accession inattendue au trône ducale de Lorraine après la mort brutale de son cousin.


[1] Belgique, province de Namur, arrondissement de Philippeville. Ces terres étaient en possession de la maison de Lorraine depuis le mariage d’Isabeau de Rumigny avec Thiébaut II en 1278.

[2] H. Collin, Sceaux de l’histoire de Lorraine, Lotharingia I, 1988, p. 102-103 ; C. de Mérindol, « La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) à l’égard de la seconde maison d’Anjou, de la France et de la Bourgogne, d’après le témoignage de l’emblématique et de la thématique », dans Les pays de l’entre-deux au Moyen Age : questions d’histoire des territoires d’Empire entre Meuse, Rhône et Rhin, Actes du 113e congrès national des sociétés savantes (Strasbourg, 1988), Paris, 1990, p. 61-114, ici p. 112. Une empreinte de la même matrice semble encore avoir été appendue à un acte de 1505 conservé dans les fonds de l’abbaye de Saint-Hubert : https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/inventaris/inleiding/zoekterm/lorraine/eadid/BE-A0510_005990_005868_FRE/inventarisnr/I599058683900329/level/file (consulté le 21 septembre 2022). On me permettra également de renvoyer à mon article : « Innover dans le respect de la tradition : les sceaux équestres des ducs de Lorraine de René II à Charles III (1473-1608) », dans M. Libert et J.-F. Nieus (éd.), Le sceau dans les Pays-Bas méridionaux, Xe-XVIe siècles. Entre contrainte sociale et affirmation de soi. Actes du colloque de Bruxelles et Namur, 27-28 novembre 2014, Archives et bibliothèques de Belgique, numéro spécial 103, Bruxelles, 2017, p. 313-328.

[3] G. Poull, La maison ducale de Lorraine, p. 172-175, 186-187 et 190-199 ; H. Say et H. Schneider (dir.), Le duc de Lorraine René II et la construction d’un état princier, Lotharingia XVI, 2011 ; J.-C. Blanchard et H. Schneider (dir.), René II, lieutenant et duc de Bar (1473-1508), Annales de l’Est, n° spécial, 2014.

[4] C. de Mérindol, « La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) », p. 113, sceau n° 3.

[5] En chef : Hongrie, Anjou ancien et Jérusalem, en pointe : Anjou moderne et Lorraine, sur le tout : Aragon.

[6] H. Collin, Sceaux de l’histoire de Lorraine, p. 93, n° 56, p. 96-97, n° 60, 61 et 62 ; DR n° 206 et 207.

[7] H. Collin, Sceaux de l’histoire de Lorraine, p. 98, n° 63 et p. 100-101, n° 67.

[8] Id., p. 240 et 250-251 ; M. Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Age, t. II : Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991, p. 240, n° 59 et p. 267, n° 186.

[9] C. de Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblématique Art Histoire, Paris, 1987, p. 86-88 et 252.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search