La Cour de Jussey – bien plus complexe qu’il n’y paraît !

  • Esther NICOLAS

Pendant un mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur les sceaux des archives départementales de la Haute-Saône, au profit de la base SIGILLA, et plus particulièrement sur ceux de deux abbayes cisterciennes, Cherlieu et Theuley, à l’ouest du département. Toutes deux ont été fondées au XIIe siècle et ont été d’une grande importance dans la gestion de la campagne haute-saônoise jusqu’à la Révolution. A elles deux, elles compilent près de 200 sceaux.

(c) E. Nicolas

L’abbaye de Cherlieu, plus au nord que sa consœur, dépend juridiquement de la cour de Jussey. Cette dernière, bien qu’étant une cour d’importance mineure, nous aura donné du fil à retordre avec la multitude de sceaux différents qu’elle propose. En effet, on ne compte pas moins de seize sceaux-types déjà référencés sur la base SIGILLA, couvrant une large période, de 1280 à 1545. Si elles se ressemblent, les empreintes présentent néanmoins des détails qui diffèrent d’un règne ducal à l’autre. Entre l’armorial Bossonide, Robertien, Ivré, Capétien ou encore Valois-Bourgogne, on se perd aisément !

Ainsi, le sceau jusséen le plus ancien représente une tour crénelée, probablement celle de l’ancien château. Il est utilisé dès 1280, sous le règne de Robert II, duc de Bourgogne et roi de Thessalonique, fils d’Hugues IV, de la branche des Capétiens. Le sceau monumental cède rapidement la place à un sceau armorial : il représente un écu parti du duché de Bourgogne (bandé d’or et d’azur de six pièces) et du comté de Bourgogne (un lion d’or sur fond azur), adopté dès 1305. Avec les règnes d’Hugues V de Bourgogne (1294-1315), mort sans descendance, puis de son frère, Eudes IV de Bourgogne (1295-1349), les sceaux de juridiction changent : les armes du duché de Bourgogne sont délaissées au profit d’un écu aux armes du comté, entourée de deux étoiles, ou bien d’un écu fleurdelisé brisé d’un lambel.

Ce choix s’explique par l’ascendance royale des ducs : ils étaient, par leur mère Agnès de France, les petit-fils de Louis IX. A la mort d’Eudes IV en 1349, son épouse, Jeanne Ière d’Auvergne reprend les rênes du duché et ajoute à l’armorial préexistant ses propres armoiries : au centre d’un quadrilobe à redents est gravé un écu parti : au 1, de Bourgogne ancien coupé d’un gonfanon, au 2, du comté de Bourgogne. Le reste du champ est finement fretté. Ce blason est conservé tout au long de la régence de la duchesse, exercée jusqu’à la majorité de son fils, Philippe de Rouvres, en 1353. Ce dernier garde les armes de sa mère. Il meurt le 21 novembre 1361, à l’âge de quinze ans, sans avoir eu le temps de s’assurer une descendance. Avec lui s’éteint la première maison capétienne de Bourgogne.

L’aventure sigillographique ne s’arrête pas là ! Le duché est adjugé à Jean II le Bon et fait retour au domaine royal. Trois ans plus tard, le roi de France le transmet à son fils Philippe le Hardi, formant une seconde maison de Bourgogne qui va peu à peu régner sur un vaste ensemble territorial aujourd’hui connu sous le nom d’État Bourguignon. Les ducs, désormais rattaché à la maison des Valois-Bourgogne, imposent de nouveaux sceaux : le traditionnel lion comtois est abandonné, au profit des armes du duché et de la fleur de lys. L’appartenance au sang royal est affirmée, rappelant le surnom de Philippe le Hardi, le « sire au fleurs de lys », ainsi que le caractère indivisible du comté de Bourgogne, pourtant terre d’Empire, et du duché du même nom. A partir de 1384, l’utilisation de l’écu de Bourgogne ancien comme sceau de juridiction s’impose : les deux sceaux co-existent pendant près d’un siècle.

AD 70 – H 285 / 13, (c) E. Nicolas

En effet, malgré un enrichissement conséquent de l’armorial bourguignon – Jean sans Peur adopte le blason des Flandres, tandis que Philippe le Bon ajoute les armes de Barbant et de Limbourg à l’écu initial – la cour de Jussey ne connaît pas de changement significatif de sa gravure. Deux raisons peuvent expliquer cette permanence : tout d’abord, les matrices ont un coût, et changer de sceaux à chaque règne paraît excessif, surtout pour une petite cour de juridiction. Par ailleurs, comme le dit si bien François Pernot, la Franche-Comté n’est « ni de France, ni d’Empire » ; les ducs de Bourgogne, tourné vers les « Etats du Nord », s’intéressent peu à la Franche-Comté, qui s’apparente presque à une marche autogérée. Les changements armoriaux affectent donc peu Jussey, qui continue son œuvre juridique. C’est avec Marie de Bourgogne que les choses évoluent: fille unique de Charles le Téméraire, tué lors de la bataille de Nancy en janvier 1477, elle devient, à 19 ans, duchesse d’un État fragilisé. Son mariage en août 1477 avec Maximilien d’Autriche oriente pour près de deux siècles la géopolitique de l’Europe (elle est la grand-mère de Charles Quint). La Franche-Comté rejoint le cercle de Bourgogne en 1512, faisant ainsi pleinement partie du Saint-Empire. On s’attend alors à ce que l’armorial évolue et adopte l’aigle impérial, or, les fleurs de lys sont conservées. Seul change le quadrilobe, qui devient une étoile à six branches. La Franche-Comté est décidément inféodée ! Nous n’avons pour le moment pas d’empreintes postérieures à 1545.

Face à cette multitude de sceaux, le gros du travail a été d’organiser les empreintes, de les dater et de comprendre pourquoi la cour de Jussey recelait d’une telle richesse sigillographique. Nous nous sommes attelées à rendre le plus clair possible les différences entre les sceaux-types, parfois avec difficulté : l’un des actes, daté de 1211, nous a posé problème. Le sceau qui y est appendu n’est autre que celui de Jeanne d’Auvergne, qui n’est utilisé qu’à partir de 1349, plus d’un siècle plus tard !

AD 70 H 280 / 1, (c) E. Nicolas

Après quatre semaines de travail sur les sceaux conservés en Franche-Comté, ce sont un peu plus de 200 empreintes qui ont été ajoutées à la base SIGILLA et ce fut un véritable plaisir. L’élément qui m’a le plus marqué est l’étonnante richesse des sigillants en Haute-Saône : ceux-ci sont loin de se résumer à la cour de Jussey ! Les sceaux nous racontent l’histoire d’un petit État, en marge du royaume de France comme du grand Empire, mais qui est finalement une histoire aux proportions européennes. Je n’imaginais pas de telles dimensions spatiales en me lançant dans l’étude des sceaux haut-saônois et je suis fière d’avoir contribué à ce projet en faveur de la découverte de l’histoire comtoise.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ckasteleiner (28 juillet 2023). La Cour de Jussey – bien plus complexe qu’il n’y paraît ! SIGILLA. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6d8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search