Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller
(c) Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

(c) Pauline Gutzwiller

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.



Citer ce billet
ckasteleiner (2022, 26 septembre). Une bulle papale ordinaire ? SIGILLA. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6c3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search