Récapitulatif des activités SIGILLA du janvier à juin 2024

Ce premier semestre 2024 a été largement occupé par la réécriture de la base SIGILLA. Nous espérons que vous prendrez le temps de feuilleter la nouvelle base, en ligne depuis 19 juin, et de découvrir ses fonctionnalités.

Parallèlement à ce chantier, l’équipe a continué à assurer de formations et a accueilli quelques nouveaux contributeurs.

La collecte des sceaux aux Archives départementales de la Haute-Vienne a commencé au début de l’année 2024, dans le cadre d’un stage confié à un étudiant de master II de l’université de Nantes, par la formation à la saisie au sein des archives. Plus de 150 empreintes ont été ajoutées à la base.

Une nouvelle collaboration a été initiée avec l’Université de Lille. Les premiers contributeurs se sont vu confier une partie de la collection de la Flandre. Ils n’ont pas seulement saisi les moulages présents dans la catalogue, mais aussi les empreintes originelles conservées aux AD du Nord. Un travail passionnant et le début d’une collaboration fructueuse !

La saisie de la collection Artois a elle aussi fait d’importants progrès au cours du mois de mars grâce au travail de plusieurs étudiants contractuels. 251 moulages ont été ainsi saisis.

Plusieurs formations de nouveaux stagiaires poitevins du CESCM ont également eu lieu. Ils poursuivent le traitement des fonds des Archives municipales de Poitiers et parallèle de la collection Eygun. Ces travaux continueront durant l’été.

Un collaborateur a aussi pu être engagé pour plusieurs mois afin de poursuivre le travail initié sur la numérisation 3D de sceaux dans le cadre d’un financement de la DRAC de la région Centre. Il avait pu réaliser la numérisation de près de 100 sceaux. Ces images 3D sont désormais à admirer sur SIGILLA dans notre nouveau viewer 3D ! A consulter sans modération !

En mai, l’équipe a accueilli une collègue de l’Institut Arthur Piaget de Neuchâtel en Suisse. Cet institut pour la valorisation historique de Neuchâtel est porteur du nouveau projet SigiSuisse qui engage à son tour la collecte de sceaux conservés en Suisse romande. Ce projet de collaboration a été lauréat des financements Globel Seed Fund attribués par PSL. Notre collègue a pu être formée à Strasbourg et à Paris à la collecte et à la saisie des sceaux afin de pouvoir encadrer le nouveau réseau suisse. Vérifiez régulièrement la base : vous y trouverez bientôt quelques sceaux suisses !

Suite à la mise en ligne de la nouvelle version de la base, plusieurs présentations ont été organisées. Un atelier de saisie a déjà également eu lieu à Strasbourg et plusieurs entre vous ont pu ainsi découvrir le nouveau SIGILLA.

Si l’interface demande encore quelques petits aménagements esthétiques et pratiques pour retrouver l’élégance et l’ergonomie de notre précédente SIGILLA, la nouvelle structure de la base, portée par un laboratoire du CNRS, est désormais très solide et bien plus adaptée aux besoins et possibilités des humanités numériques, prête à interagir avec de nombreuses autres ressources documentaires numériques concernant la diplomatique, l’héraldique, la prosopographie, etc.

Nous tenons à remercier encore une fois Biblissima + qui nous soutient dans ce projet, l’IRHT pour l’accueil réservé à notre base, et bien sûr son développeur sans qui nous n’aurions pu rien faire !

Formation : Présentation SIGILLA

Afin de mieux vous accompagner dans la découverte des fonctionnalités et l’utilisation de SIGILLA, nous vous proposons quelques présentations de la base en visioconférence. Lors de ces présentations, nous vous monterons comment effectuer une recherche et quelques nouvelles fonctionnalités. Vous pourrez bien sûr poser vos questions et nous partager vos impressions et souhaits pour cette nouvelle base.

Nouvelle version SIGILLA en ligne depuis le 19 juin 2024.


Afin de pouvoir assister à une présentation, nous vous prions de vous inscrire via ce lien : https://forms.office.com/e/yW0e74ZM3i

Les dates des présentations sont les 3, 4, 8 et 11 juillet aussi bien que les 5 et 10 septembre 2024. La durée de chaque présentation est estimée à une heure.

A très vite !

Lauréat d’un financement PSL Global Seed Fund !

Depuis printemps 2023, PSL vise à mieux soutenir nouveaux partenariats internationaux au sein de ses établissements via un appel Global Seed Fund. Le but de cet appel est d’aider les composants de PSL à s’internationaliser au niveau de la collaboration scientifique.
Le projet SIGILLA ensemble avec notre nouveau partenaire l’Institut Arthur Piaget à Neuchâtel en Suisse, a décidé de saisir cette chance, et nous avons tenté un projet commun afin de concrétiser notre partenariat. Ce nouveau projet, intitulé SigiSuisse, vise à collecter les sceaux conservés en Suisse romande.

Récemment, nous avons reçu la bonne nouvelle, SigiSuisse a été sélectionné pour un financement ! Cet argent sera utilisé pour lancer la collaboration entre SIGILLA et l’Institut Arthur Piaget pour que la collecte en Suisse se débute du meilleur pied. En mai, une première formation d’une collaboratrice suisse a été lieu en France (voir l’article ici), et ce financement permettra d’autres actions entre les équipes françaises et suisses.

Nous tenons à remercier PSL et le comité de sélection pour leur confiance.
Rendez-vous ici sur le carnet hypothèses et sur la base SIGILLA pour la suite !

Conférence de la SFHS : Bourgogne vs Bourgogne et un « Trésor » de Cluny

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, la Société française d’héraldique et de sigillographie vous invite à sa prochaine conférence ce jeudi 20 juin 2023 à 18h. Deux intervenants seront à l’honneur pour cette soirée : Dominique Delgrange avec une communication intitulée Bourgogne vs Bourgogne qui traite les brisures héraldiques des bâtards de Bourgogne, et Jean-Luc Chassel qui parlera sur La bague sigillaire du « trésor » de Cluny.

La conférence aura lieu en visioconférence. Pour plus d’informations aussi bien qu’un lien de connexion, rendez-vous sur le site de la SFHS.

Nouvelles : Transfert SIGILLA

Nous revenons vers vous avec quelques nouvelles du transfert de la base SIGILLA vers la plateforme de l’IRHT annoncé fin mai. 

Le transfert a été réalisé avec succès en fin de semaine dernière mais quelques vérifications et tests sont encore nécessaires pour vous offrir le meilleur outil possible. L’accès à la nouvelle base est prévu dans le courant de cette semaine.

Nous revenons vers vous avec plus de détails dès que possible.

La collecte se poursuit en Alsace !

Notre antenne alsacienne, SigiAl – Sigillographie de l’Alsace – continue son projet de collecte des sceaux conservés dans la région. Avec une équipe motivée et des activités mensuelles, ils ont trouvé un bon rythme de collecte ! En avril, ils ont même franchi le seuil de 10 000 empreintes dans la base SIGILLA. Bravo !

Les derniers fonds traités par leurs équipes étaient les Archives municipales d’Obernai, les Archives d’Alsace, site de Strasbourg et site de Colmar. Prochainement, ils vont se rendre à Colmar aux archives municipales et à celles de Turckheim. Le grand public commence d’en parler, et le porteur du projet, Thomas Brunner, a déjà fait plusieurs communications sur les sceaux trouvés grâce aux efforts du groupe. La particularité de ce projet ? C’est un effort en sciences participatives, c’est-à-dire que les universitaires ont fait appel aux volontaires de la société civile pour leur aider avec la collecte. Cette démarche prouve très fructueux grâce aux connaissances locales et régionales des participants.

Pour plus d’informations sur le projet ou pour suivre ses actualités, rendez-vous sur son carnet hypothèses.

Collaboration suisse : Une nouvelle formation

Les 15 au 17 mai dernier, une nouvelle collaboratrice de l’Institut Arthur Piaget à Neuchâtel en Suisse est venue en France pour effectuer une formation intensive sur la base SIGILLA et la collecte de sceaux sur place. L’Institut est en train de monter un projet de collecte des sceaux de la Suisse romande : Sigisuisse. Ce projet vise à imiter la structure et la politique de collecte de notre antenne alsacienne, SigiAl – Sigillographie de l’Alsace. Donc, la première destination de la formation était Strasbourg !

Sur place avec les collègues alsaciens, elle a tout appris sur l’histoire du projet alsacien, mais aussi de SIGILLA en général. Des ateliers pratiques étaient également sur le menu du jour avec une collecte aux Archives d’Alsace, site Strasbourg et un atelier de saisie avec quelques volontaires du projet.

Ensuite, la formation s’est poursuit à Paris au sein du service des sceaux des Archives nationales où le directeur du service, Clément Blanc-Riehl, a montré les fonds qui y sont conservés. Pas seulement les tiroirs des moulages, mais aussi quelques perspectives derrières les coulisses ont été dévoilés.

C’était une formation réussite et nous avons hâte de voir les premières saisies suisses dans la base SIGILLA !

Développements de la base SIGILLA

La base SIGILLA – base numérique des sceaux conservés en France – est en ligne depuis 2016. Au cours son histoire, elle a connu de nombreuses évolutions et mises à jour. La base continue à s’améliorer et nous avons le plaisir de vous annoncer la prochaine étape de son développement !

Depuis l’automne 2023, toute l’équipe SIGILLA s’est investie dans une réécriture intégrale de la base désormais développée par l’IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes) afin de mieux garantir sa stabilité, la pérennité et l’homogénéité de ses données et d’améliorer plusieurs de ses fonctionnalités – entre autres, le moteur de recherche. Après ces mois de travail, grâce à Cyril Masset et au soutien de ce laboratoire du CNRS, nous avons atteint notre objectif et sommes en mesure de basculer vers cette nouvelle base SIGILLA.

Voici quelques informations pratiques liées à ce transfert :

Le 27 mai 2024 au matin le « back-office » de SIGILLA sera fermé. La base restera consultable, mais la saisie de nouvelles données ne sera plus possible. Un export intégral de toutes les données aura lieu pour les transférer dans la nouvelle structure de SIGILLA.

La première semaine de juin sera consacrée à des vérifications et des tests. Une réouverture publique de la base est prévue pour le lundi 10 juin 2024. Nous vous tiendrons bien entendu informés d’éventuels changements dans ce programme.

Si vous détenez un compte SIGILLA, celui-ci sera automatiquement transféré à la nouvelle base. Il faudra simplement réinitialiser votre mot de passe lors de votre première connexion. Suite à la mise en ligne de la nouvelle base SIGILLA, nous vous proposerons plusieurs séances en visio-conférence afin de vous présenter les nouvelles fonctionnalités et la saisie des données dont les étapes resteront globalement les mêmes.

Toute l’équipe reste à votre écoute pour toute question et / ou renseignement complémentaire. Nous vous remercions pour votre compréhension et votre patience lors de cette bascule, et nous avons hâtes de vous présenter la nouvelle base SIGILLA !

Les hérauts d’armes à la cour de Bourgogne

La prochaine réunion de la Société française d’héraldique et de sigillographie (SFHS), aura lieu jeudi, le 16 mai à 18h. L’invité de la soirée est Henri Simonneau, docteur en histoire, avec sa communication intitulée Les hérauts d’armes au service des ducs de Bourgogne (XIVe – XVIe siècle).

La réunion se déroulera en visioconférence. Vous trouverez le lien et plus d’informations sur l’annonce ci-dessous.

Strasbourg, 1330/1334 : qui choisit la manière de sceller ?

  • Thomas BRUNNER

La saisie dans la base SIGILLA de deux chartes scellées des échevins de Strasbourg respectivement datées de 1330 et 13341 nous a paru illustrer les questions qui se posent sur les choix faits sur la manière de sceller et notamment sur la forme donnée au revers des sceaux dans une région où le contre-sceau n’était pas usité. Les magistrats dont la fonction consistait notamment, d’après les statuts urbains de 1322, à faire émerger un majorité sur une décision prise par le Conseil de la ville2, entérinent dans la charte de 1330, à la demande des tisserands, une décision de ce type portant sur la participation des tisserandes (weberin) au travail de leur époux, et la confirment quatre ans plus tard dans le second document. L’acte de 1330 a été scellée par 12 échevins, celui de 1334 par 13 (Fig. 1). Trois d’entre eux se retrouvent sur les deux actes et utilisent le même sceau: Johannes Zorn, Nicolas (I) Grostein et Nicolas (II) Ottfriedrich (pour ce dernier la seconde empreinte est malheureusement perdue). Tous ont recouru à leur sceau personnel.

Fig. 1 – AVES, CH 41 / 895 : Les deux séries de sceaux sur double-queue de parchemin.

La seconde charte est un transfixe de la première: les attaches en double-queue de parchemin ont été insérées entre deux attaches dans le repli du premier acte, de sorte qu’il y a une alternance presque parfaite entre les sceaux du collège des échevins de 1330 et ceux de leurs successeurs de 1334 (Fig. 1 & 2). Les premiers encadrent les seconds, autrement dit, le sceau le plus à gauche et le sceau le plus à droite de la série de 25 empreintes appartiennent à la charte de 1330. Pour permettre l’insertion des 13 sceaux de 1334, deux paires d’empreintes se retrouvent dans un même intervalle (respectivement les sceaux en position n°2 et 3 de 1334 entre les n°2 et 3 de 1330 et les n°6 et 7 de 1334 entre les n° 5 et 6 de 1330) (Fig. 2).

Fig. 2 – AVES, CH 41 / 895 : Détail de l’alternance des premières attaches dans le repli de la charte de 1330, surmonté du repli de 1334. En jaune, les attaches de 1330. En rouge, celles, ajoutées, en 1334.

Grâce à ce système aussi ingénieux que délicat à mettre en œuvre, les deux parchemins ont été inextricablement liés, montrant d’une certaine manière par leur union la continuité de la volonté des échevins dans l’adoption de la disposition règlementaire. D’un point de vue technique, lors de la constitution des empreintes au moment de l’opération de scellage, la charte de 1334 n’a pu être scellée qu’une fois les 13 queues de parchemin insérées dans le repli de l’acte antérieur. Le scellement a sans nul doute été l’œuvre d’une (ou de plusieurs) personne aguerrie.

Des double-queues en Y alternant avec des Y inversés

Si la cire, d’après sa couleur, paraît être semblable entre les chartes, et peut-être émaner de la chancellerie municipale, deux petits détails diffèrent entre les deux séries de sceaux et nous amènent à nous interroger sur la responsabilité des opérations de scellement et le sens qu’on a pu vouloir leur donner. Le premier aspect concerne la double queue de parchemin: ses deux bandes n’ont pas été laissées droites et verticales dans la galette de cire, mais l’une d’elles a été pliée pour former un angle droit et ainsi ressortir par l’un des côtés de l’empreinte, perpendiculairement à l’autre bande de parchemin. Cette technique renforçait l’adhérence de la cire à son attache et empêchait l’empreinte de glisser ou d’être tirée. Sur les sceaux de 1330, la languette ressort systématiquement par le bord droit des empreintes (à la gauche de l’observateur donc), formant un “Y inversé”. Sur ceux de 1334 – à l’exception des sceaux n°1 et 10 – c’est au contraire sur la gauche de l’empreinte que déborde la bande de parchemin qui forme un Y “normal” (Fig. 3).

Fig. 3 – Gauche : queue en Y inversé (sceau de Pilgerin, n° 6 de 1330) – Droite: queue en Y (sceau de Cuntz de Pfaffenlapp, n° 12 de 1334). Les deux photos ont été réalisées avec des appareils différents d’où la différence de teinte.

On peut imaginer que, malgré les deux petits ratés (volontaires?) qui rompent l’homogénéité de la seconde série, cette modeste différence technique est née de l’envie de manifester un effet de contraste ou même peut-être de permettre la distinction entre les deux rangées de sceaux. La queue en Y de 1334 ne peut en effet résulter d’une contrainte technique puisqu’il a été possible de sceller deux empreintes de cette année avec le Y inversé.

Deux types de marques dorsales

Une logique de différenciation similaire semble avoir eu cours pour le revers des empreintes: en 1330, une trace circulaire occupe le centre du disque (Fig. 4). Les marques de doigt ou de phalange se sont imposées sur les empreintes de la région depuis le milieu du XIIIe siècle3. Toutefois, étant donné la netteté du rebord et sa parfaite circularité, nous pourrions être en présence, en l’espèce, de la trace laissée par le bout du manche d’un outil tel peut-être celui du couteau dont se servaient les scribes pour tailler leur plume. En 1334, ce sont en revanche deux rainures horizontales et parallèles qui ont été systématiquement pratiquées (Fig. 4). Elles pourraient avoir été faites à l’aide de l’appendice de préhension du sceau comme le suggère Damien Berné à propos de sceaux contemporains des évêques de Strasbourg4.

Fig. 4 – Dos des deux empreintes (1330 à gauche, 1334 à droite) du sceau de Nicolas de Grostein, monnayeur de la ville.

On imagine volontiers que dans des pratiques routinières de chancellerie, on aurait répété la même technique pour disposer en Y les bandes de parchemin des doubles-queues comme pour marquer le dos des empreintes, sauf à vouloir distinguer visuellement les deux séries de sceaux représentant des collèges échevinaux distincts. Cependant la marque dorsale n’étant pas immédiatement visible et nécessitant une manipulation pour être observée, cette hypothèse nous paraît fragile.

Le choix des marques dorsales n’est pas non plus imputable aux échevins. On s’explique mal, sinon, pourquoi les trois magistrats présents en 1330 et 1334 auraient changé de forme de marquage, surtout si, comme on a pu l’affirmer, ces marques étaient sensées renforcer la personnalisation du sceau, faisant office de substitut au contre-sceau utilisé ailleurs5.

Reste la possibilité d’une initiative du scelleur: les deux actes ne sont pas écrits par la même main (Fig. 5). Le scribe n’était pas forcément celui qui scellait l’acte qu’il avait produit, mais en l’occurrence nous pouvons supposer que pour le scellement également, deux individus différents sont intervenus. Dans ce cas, le choix de l’une ou l’autre technique pourrait être le signe d’habitudes de travail propres à chacun d’eux ou l’expression d’une volonté de laisser sa marque, peut-être à l’instar de ce que pratiquaient alors les tailleurs de pierre sur le chantier de la cathédrale.

Fig. 5 – Clawes Ottefriderich(e) (Nicolas Ottfriedrich) écrit respectivement par les mains de 1330 et de 1334.

Ces marques dorsales doivent-elles être considérées uniquement sous l’angle d’une fonction symbolique qui nous échappe ? Ou avaient-elles également un rôle technique? On lit souvent que la forme ronde et pleine du revers aurait conféré à l’empreinte une plus grande solidité6, mais il nous semble que de telles affirmations mériteraient d’être étayées par des expérimentations ou des études physiques. Selon Jules Roman, le contre-sceau renforçait l’authenticité de l’empreinte en empêchant son altération ou son détachement, mais il ne donne pas plus de détails sur ces aspects techniques7. On peut se demander si l’apposition de la contre-empreinte n’avait pas également pour effet de consolider l’adhérence de la cire sur son attache par une pression plus accentuée. Les marques dorsales alsaciennes pourraient-elles être les reliquats d’une pratique similaire visant au renforcement de la galette par une telle pression au moment de la construction du sceau? Tout cela demanderait une vraie étude des sceaux dans leur matérialité même.

    1. AVES, CH 41 / 895 et son transfixe. []
    2. Cf. Laurence BUCHHOLZER, “Echevin”, DHIA []
    3. Damien BERNE, Les sceaux des évêques de Strasbourg au Moyen Âge, Mémoire de Maîtrise, U. Strasbourg II, t. 1, 2004, p. 23 []
    4. Ibidem, p. 23-24. []
    5. Ibidem, p. 23, qui réfute la possibilité de cette fonction. []
    6. Ibidem, p. 24. []
    7. Jules ROMAN, Manuel de sigillographie française, Paris, 1912, p. 12. []
    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search