Bulle d’or de Frédéric Barberousse aux Archives départementales de la Savoie

  • Philippe Jacquet
Bulle d’or de Frédéric Barberousse, Ad 73 – SA 176, avers

Ouvrir un carnet hypothèses est un évènement qui mérite un focus particulier et plusieurs dizaines de sceaux peuvent prétendre à cette mise en lumière. Objets rares mais aussi sujets de fantasmes, les chrysobulles, appelés plus couramment « bulles d’or”, appartiennent à cette catégorie des sceaux d’exception. Celle que nous présentons ici est d’ailleurs la première de ces empreintes mythiques qui est intégré à la base SIGILLA, ce qui justifie amplement notre choix.

En collaboration avec les Archives départementales de la Savoie et le soutien de Madame Sylvie Claus, directrice adjointe des Archives de la Savoie, la bulle d’or de Fréderic Barberousse est maintenant directement consultable sur Sigilla  Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176 | SIGILLA .

Ad 73 – SA 176

Dans ce document, surnommée bulle de Tarentaise et daté de 1186, Frédéric Barberousse confirme une très belle charte de 996 émise par Rodolphe III[1]. L’empereur investit Aymon II de Briançon, archevêque de Tarentaise, de droits régaliens et de possessions (étendues)  et les place sous sa protection[2].  Suivant la tradition de la chancellerie impériale, sous le texte, un floc de soie rouge est passé dans le repli et maintient la bulle appendue à l’acte. La face représente l’empereur couronné, sceptre et globe crucifère en main, issant d’une enceinte. Au revers, est figuré la ville de Rome. La gravure des matrices nécessaires à la réalisation de ces bulles s’est effectuée vers l’automne 1154 pendant les préparatifs du couronnement de l’empereur[3].

La tradition de la bulle d’or est d’origine byzantine. Reprise au Moyen-âge par la cour impériale, elle marque la grande importance et la solennité de l’acte et, par métonymie, donne son nom à l’acte lui-même. Son usage parcimonieux, quasi exceptionnel, dans l’occident médiéval en fait un objet rare et particulièrement précieux. Parmi les exemplaires les plus célèbres qui nous sont parvenus de ces bulles d’or impériales, il faut signaler la bulle conférant à l’archevêque de Lyon la souveraineté sur la ville  et l’intégralité des droits féodaux dans tout le diocèse à l’est de la Saône[4], ou plus tard ,la bulle de Charles IV, dite bulle de Metz et/ou de Nuremberg[5], qui précise les règles de succession impériale.

Outre les Archives de Savoie et celles citées ci-dessus, les Archives nationales de France et la Bibliothèque nationale de France, les Archives départementales du Nord conservent quelques autres exemplaires issus de différents empereurs

Bulle d’or de Frédéric Barberousse, Ad 73 SA 176, revers

D’un point de vue technique, la réalisation des bulles de Frédéric Barberousse est similaire à la méthode utilisée par les empereurs byzantins contemporains[6]. La bulle est réalisée avec une feuille de très faible épaisseur d’or allié à une petite quantité de cuivre et d’argent. Un tube formé avec ce métal assure le passage des liens, puis deux disques sont emboutis et sertis en enserrant les liens et leur guide puis soudés par brasure en périphérie. Il en résulte un objet creux très léger, entre dix et quinze grammes, qui utilise très peu d’or tout en lui conférant tout le prestige du métal précieux!

Fort de cette première intégration, SIGILLA a élargi la collecte aux autres chrysobulles citées dans les collections nationales de moulages et constitué ainsi un micro corpus centré sur ces objets exceptionnels. Nous remercions Madame Claus de nous avoir permis d’ouvrir ce nouveau champ d’investigations.


[1] Rodolphe III roi de Bourgogne – Ad 73 – SA 176 | SIGILLA

[2] Bulle d’or (1186) — Wikipédia (wikipedia.org)

[3] Sceaux et orfèvreries au temps de Frédéric Barberousse et d’Henri VI – Persée (persee.fr)

[4] AD Rhône, Chapitre primatial Saint-Jean, cote 10 G 1 – 3877

[5] Bulle d’or (1356) — Wikipédia (wikipedia.org)

[6] Le métal des chrysobulles (XIe-XIIe siècle) – Persée (persee.fr)

SIGILLA

Sigilla – base numérique des sceaux conservés en France – est un programme de recherches conduit par un consortium d’établissements réunissant des universités, des services d’archives et des établissements de recherches.
Le projet est centré sur une base de données accessible en ligne (sigilla.org), un outil de recherche simple, rapide et harmonisé autour des sources sigillographiques françaises collectées par une équipe scientifique soutenue par des spécialistes, des agents de conservation et de nombreux contributeurs bénévoles.

Sigilla a pour ambition de considérer le sceau sous toutes ses formes (matrice, empreinte, moulage, dessins ou cliché), dans sa sérialité et dans son contexte.
Le programme engage une démarche pluridisciplinaire associant la sigillographie à la diplomatique, à l’emblématique et l’épigraphie.

Le carnet hypothèses dédié doit permettre aux différents acteurs et contributeurs d’échanger sur l’avancement des collectes et de leurs travaux, de faire connaître et de présenter leurs découvertes et de tenir le réseau des lecteurs informé des actualités. Ce carnet s’adressera également à un public plus large qui pourra suivre le développement du projet et la recherche sigillographique française.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search