La sigillographie à Saint-Flour

  • Philippe Bidault
(c) Bernard Maffre

Depuis le début de l’année, j’ai entrepris un travail de réalisation d’un corpus des sceaux de Saint-Flour. Armé de mes seules connaissances en héraldique et en paléographie qui ne suffisaient pas, j’ai contacté l’un des responsables du site SIGILLA (référence nationale dans la recherche des sceaux) qui a accepté de me former pour une mise en ligne des sceaux de Saint-Flour. Après une formation en visioconférence et lecture de plusieurs documentations scientifiques, j’ai commencé à m’atteler à ce travail considérable d’identification des sceaux.

Ces sont deux sortes de travaux menés en parallèle, celui de la réalisation du corpus (sorte de catalogue recensant les sceaux, associé aux notes biographiques des sigillants) et l’indexation des sceaux sur le site SIGILLA (avec une méthodologie et une rigueur scientifique).

Dans ce travail, j’ai agrégé autour de mon projet les quatre lieux de stockage repérés dans la ville de Saint-Flour en recueillant l’accord plein et franc des quatre responsables (Mme Pascale Moulier, directrice des archives diocésaines, Mme France Harvois, directrice du musée de la Haute-Auvergne, M. Gilles Albaret, directeur des archives municipale et M. Christian Garcelon, directeur des collections du musée Douët). Ces divers responsables ouvrent toutes leurs collections pour mon travail d’investigation et je les remercie pour leurs soutiens.

Après de multiples contact avec l’équipe SIGILLA et devant la richesse de nos sceaux, deux responsables : Laurent Hablot, directeur de la section IV de l’Ecole pratique des hautes études, médiéviste et titulaire de l’unique chaire en emblématique occidentale et Philippe Jacquet, ancien restaurateur de sceaux, concepteur du site SIGILLA, travaillant sur les nouvelles technologies d’imageries (tomographie et images 3D…) ont décidé de venir à Saint-Flour pour me rencontrer.

Le 10 et 11 mai, j’ai piloté mes visiteurs dans toute la ville historique (les lieux de stockage des sceaux, la tour sud de la cathédrale et sa fresque, les blasonnements de maison et ceux de la cathédrale…). Une mini conférence réunissant une dizaine de partenaire leur a permis d’exposer les principes de la base SIGILLA et son utilité. Deux jours productifs en découvertes et très fatiguant, mais avec une satisfaction d’avoir reçu des personnes importantes et d’une grande compétence.

Il me reste maintenant à coopter diverses personnes qui intégreront mon projet.

La sigillographie est une branche commune à la généalogie, elle peut arriver tranquillement dans nos travaux de recherches généalogiques, tout comme l’héraldique. Ces deux branches nécessitent l’accès à un vocabulaire et un décryptage particulier qui peut devenir accessible à tous.

Par un prochain billet, je vous tiendrais au courant du développement de mes recherches.

SIGILLA chez Euroseal

Ces jeudi et vendredi passés, SIGILLA avait le plaisir d’assister au colloque Euroseal. En total, trois interventions portaient sur notre base de données, et nous avions l’occasion d’échanger sur quelques perspectives avec la communauté internationale sigillographique.

Laurent Hablot a montré la base SIGILLA avec toutes ses fonctions et ses nuances. Pour quelques-uns dans le public, c’était la première fois qu’ils ont vu toutes les possibilités de SIGILLA. Pour d’autres, il était l’occasion de voir quelques nouveautés tels que les numérisations en 3D ou la recherche héraldique.

Notre antenne alsacienne, SigiAl, représentée par Thomas Brunner et Olivier Richard, a décrit leur projet en sciences participatives. Ils ont discuté les enjeux et bénéfices d’une collecte de sceaux avec des volontaires et ont montré quelques résultats prometteurs.

La dernière intervention sous le signe de SIGILLA était donnée par Philippe Jacquet et Catherine Kasteleiner. Ensemble, ils ont montré comment rendre la base de données internationale et multilingue. Un appel à joindre un réseau international afin de réfléchir sur l’interopérabilité des bases existantes et définir le vocabulaire nécessaire a été lancé.

En tout, il était un colloque bien chargé d’idées, d’échanges et de perspectives. Nous remercions vivement Marc Libert des Archives générales du royaume de Belgique pour son organisation et son accueil à Bruxelles.

Voici quelques impressions :

Formations à la saisie aux archives départementales d’Eure-et-Loir

  • Emilie Lebailly, AD Eure-et-Loir

Les Archives départementales d’Eure-et-Loir ont récemment proposé à leur public un atelier d’initiation à la saisie de sceaux sur la base Sigilla. Compte-tenu de la densité du back-office de la base, seulement six personnes ont été retenues pour le moment, afin de les suivre le plus individuellement possible au cours des séances.

Les deux premiers ateliers ont eu lieu les 30 mars et 28 avril, et les deux prochains sont fixés aux 25 mai et 14 juin 2022. La poursuite des séances est envisagée à la rentrée de septembre 2022.

Les six participants possèdent de solides connaissances en paléographie médiévale et moderne, une appétence particulière pour ce type de documents et la minutie que requiert l’analyse d’un sceau.

Le travail des archivistes en amont est important car il faut trouver dans les liasses des documents dont le sigillant bénéficie d’une certaine notoriété et le sceau suffisamment exploitable pour être saisi ; il faut ensuite numériser les actes et les sceaux, et installer l’ensemble des photographies d’un même document sur le bureau des ordinateurs utilisés lors de l’atelier.

Les comptes utilisateurs de ces nouveaux contributeurs ont également été créés et, lors de la première séance, chaque participant a pu générer son mot de passe et se connecter à la base.

Les premiers documents sélectionnés avaient tous un sigillant et un sceau-type déjà existants dans la base, le travail a donc consisté en la saisie de l’acte puis de l’empreinte et de la contre-empreinte, le cas échéant. Pour les prochains documents, il conviendra que les sigillants n’existent pas dans la base afin de procéder à la saisie complète des 4 étapes : sigillant/sceau-type/acte/empreinte et contre-empreinte.

Les participants sont très satisfaits de ce nouvel atelier et prennent beaucoup de plaisir à manipuler les actes et les empreintes. Cette activité leur permet de découvrir d’autres facettes du métier d’archiviste, de la conservation, mais aussi de la valorisation des archives. Elle leur ouvre également les portes de l’univers de l’héraldique et plus généralement de la symbolique et de l’emblématique à l’époque médiévale et moderne, chères aux initiateurs de la base.

Saisie de la collection des sceaux des archives départementales de la Haute-Marne à partir des travaux d’Alphonse Roserot

  • Marion Stéphan

L’inventaire des sceaux conservés aux archives départementales de la Haute-Marne n’a encore jamais été fait. Alphonse Roserot, archiviste du département de la Haute-Marne, a réalisé, entre 1887 et 1897, un inventaire de la série G. Ce travail, compilé dans un petit carnet bleu, nous permet néanmoins d’avoir une liste quasiment complète des sceaux conservés. C’est à partir de cet inventaire que nous avons commencé nos saisies. Cependant, pour appréhender ce travail, il est primordial de se tourner vers les trois collections de moulages produites à partir des empreintes conservées sur place.

La première est celle du comte Paul de Fleury (1839-1924), archiviste-paléographe qui devient directeur des archives de la Haute-Marne en 1866 à sa sortie de l’École des Chartes. Il procède ainsi au moulage de 327 empreintes, produisant à la fois un moulage en creux et un moulage en relief. S’il prend soin de numéroter ses moulages, l’inventaire de Fleury est presque inutilisable. En effet, 329 moulages sont sans référence aux originaux et les deux types de moulages, en creux et en relief, sont numérotés différemment et il n’existe pas de table de correspondance.

Moulages de la collection Fleury, Ad 52, (c) Philippe Jacquet

Les moulages en creux sont toujours conservés à Chaumont. Cependant, leur état ne permet pas de les exploiter pleinement et encore moins de les ajouter à Sigilla. Nous les mentionnons dans nos notices empreintes quand cela est possible.

Après Fleury, Roserot décide à son tour de produire une collection de moulages à partir des empreintes. Il ne s’appuie pas sur les premiers travaux de Fleury, même si nous savons qu’il en avait connaissance car il le mentionne rapidement dans son carnet. Il fait le choix de produire des moulages en cire contrairement à Fleury qui avait choisi le plâtre.

Par la suite, en 1919, la collection des moulages de Roserot entre aux Archives nationales. Elle est accompagnée de son carnet de travail, de fiches de notes qui reprennent de manière plus lisible les indications du carnet. Nous trouvons aussi une série de planches photographiques des moulages.

Cependant, une difficulté apparaît. Roserot a attribué des numéros aux sigillants dans son carnet au fur et à mesure de ses recherches, regroupant parfois plusieurs empreintes sous un numéro et faisant des rappels. Quand il reprend ses notes sur de plus grandes fiches il fait le choix de classer les sigillants selon leur statut, notons que les sigillants ecclésiastiques n’y apparaissent pas.

Par la suite, Auguste Coulon réalise l’inventaire des sceaux de la Bourgogne puis de la Champagne, entre 1920 et 1930, pour lequel il s’appuiera sur les travaux de Roserot.

Les indications de Roserot et Coulon sont complémentaires, ce dernier faisant référence aux moulages du premier dans ses nombreuses notices.

Hubert Flammarion s’est intéressé à la collection des sceaux de la Haute-Marne et a rassemblé les informations issues des différentes collections. Son travail nous est d’une grande aide dans notre saisie. En effet, les cotes des actes ont pu changer entre Roserot et Coulon, mais Hubert Flammarion en donne la cote actuelle ce qui simplifie nos recherches. De même, il a rassemblé les empreintes de Coulon et Roserot en un document unique, ce qui permet de voir que Roserot en a oublié certaines, mais qu’il a aussi pu en voir des complètes, là où Coulon, arrivé plus tard, n’a vu que des fragments. Les nombreuses indications manuscrites dans le catalogue de Coulon permettent de compléter nos notices Sigilla avec des moulages et empreintes issus d’autres catalogues et ainsi de mettre en ligne les notices les plus complètes possibles.

En pratique, comment avons-nous organisé notre saisie sur Sigilla ?

Le cas de Jean II de Thil, seigneur de Châteauvillain

Tout d’abord, nous nous appuyons sur la notice de Coulon (n° 284 et bis), deux empreintes sont mentionnées. La lecture des fiches de Roserot puis de son carnet (n° 555) nous permet de constater qu’il ne fait référence qu’à une empreinte, la seconde mentionnée par Coulon. Le numéro du moulage (n° 111) est retrouvé grâce au fichier de Flammarion. Coulon indique bien le moulage de Roserot, mais d’après les fiches il ne serait pas issu de la même empreinte. Les deux actes et leurs empreintes sont donc ajoutés à Sigilla. Le nom du sigillant est corrigé, Roserot ayant indiqué Jean IV de Châteauvillain. La lecture du travail de Flammarion permet de confirmer les cotes données par Coulon et Roserot. Enfin, une note manuscrite dans Coulon indique le moulage de la collection Supplément qui permet d’ajouter un nouveau sceau-type pour Jean II de Thil.

Gautier d’Écot, sceau détaché, Ad 52 – 24 Fi 14, (c) Philippe Jacquet

Parmi les empreintes repérées, nous pouvons citer celle du sceau de Gautier d’Écot, cette empreinte détachée est mentionnée par Coulon, mais pas par Roserot. Elle présente un personnage vêtu d’un court manteau à capuche, un pèlerin (ou « scot ») en référence au nom de famille du sigillant. Ce même personnage se retrouve sur les sceaux de deux autres membres de la famille, Geoffroy et Blanche, dont les sceaux sont connus par des empreintes conservées aux Ad 52. Là encore, ces empreintes n’étaient pas mentionnées par Roserot et c’est la lecture de Coulon qui permet d’en avoir connaissance.

Simon d’Ambonville

Simon d’Ambonville, sceau détaché, Ad 52 – Sceau détaché n°77, (c) Philippe Jacquet

Autre empreinte qui nous semble intéressante, celle du sceau de Simon d’Ambonville (fin du XIVè-début du XVè), abbé de Montier-en-Der. Deux armoiries sont représentées, celle à gauche, à quatre faucilles semblent être celles de l’abbaye. Une faucille se retrouve également sur le sceau secret de l’abbé Ferry en 1318 (Bourgogne n° 1388). Une crosse est posée en pal sur l’écu et non à l’intérieur ou derrière comme c’est le plus souvent le cas. Les armes de droite n’ont pas été identifiées.

Une couverture photographique des empreintes aux archives départementales de la Haute-Marne et des moulages aux archives nationales permettra de compléter ce travail. Rendant ainsi accessible le travail des chercheurs et érudits s’étant intéressés successivement aux sceaux des archives départementales de la Haute-Marne.

Journée d’études SigiAl – Réservez la date !

Notre antenne alsacienne SigiAl (Sigillographie de l’Alsace) va organiser une journée d’études afin de commémorer la première phase du projet. Réservez la date dès maintenant :

Vendredi, le 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel au Palais Universitaire
9, Place de l’Université

67000 Strasbourg

Au programme seront des présentations des volontaires sur leurs travaux aux archives locales aussi bien que des interventions de l’équipe et des invités.
Plus d’informations à suivre !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search