Bulle d’or de Sigismond, à Haguenau. 1433

  • Nicolas Kernel
Bulle d’or de Sigismond (avers), Am Haguenau – AA 50 (c) N.Kernel

L’emploi de bulles d’or est un privilège de l’empereur ou du roi, et provient par là d’un usage byzantin, attesté dès le VIe siècle. Pour l’Empire romain d’Occident, appelé par commodité Saint-Empire, les premières chrysobulles conservées font leur apparition vers 1020, sous Henri II. La base Sigilla a présenté sa première bulle d’or, promulguée par Frédéric Barberousse en 1186.[1] La bulle d’or de Sigismond de 1433 conservée aux Archives municipales de Haguenau sera ainsi la deuxième à se voir versée sur la base.

Cotée en Am Haguenau AA 50,[2] il s‘agit d’un diplôme en parchemin de l’empereur Sigismond, de la famille de Luxembourg, portant confirmation générale des droits et privilèges de la ville de Haguenau, ce qui rappelle le lien privilégié de cette ville avec les différents empereurs. Il a été promulgué le 4 novembre 1433 à Bâle, où se tenait une diète impériale entre 1433 et 1437, ainsi que bien entendu le grand concile de Bâle (1431-1448).

Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

Par métonymie, on appelle donc ce document une bulle d’or, car y est attaché une chrysobulle de 66 mm de diamètre. Car c’est en effet le sceau qui garantit et authentifie le texte qui ici fait passer ce dernier à la postérité. La bulle est donc accrochée à l’acte par le repli, pendant sur des lacs de soie rouge, comme cela se fait suivant la tradition de la chancellerie impériale. Malheureusement ouverte côté avers, les deux parties en sont maintenues ensemble grâce à des fils de pêche en nylon. Ce sceau a 5 millimètres d’épaisseur, rempli de cire jaune. Elle représente à l’avers « l’empereur assis en grand costume impérial », nous dit l’inventaire sommaire de Xavier Nessel, l’archiviste de Haguenau à la fin du XIXe siècle. La figure est très impériale, voire proprement carolingienne, Sigismond s’inspire là de la propre obsession de son père Charles IV pour Charlemagne, qu’il avait en commun avec son prédécesseur Frédéric II.[3] La légende figure : « Sigismundus dei gratia romanorum imperator semper augustus ac Hungarie, Bohemie, Dalmacie, Croacie etc rex. ». Le choix de cette légende très fournie explique certainement par le manque de place, le fait que les insignes ne sont pas tenus en l’air en majesté, comme pour ses prédécesseurs : le globe est posé sur ses genoux, le sceptre sur son épaule et passe entre les jambes.

Bulle d’or de Sigismond (revers), Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

Au revers, on a la traditionnelle représentation idéalisée de la ville de Rome, avec une « église à baies cintrées », et dans la baie de la porte, l’inscription : « aurea roma ». La légende reprend la titulature habituelle, comme par exemple avec celle de son père : « Roma x caput x mundi x regit x orbis x frena x rotundi. ». « Rome, tête du monde, tient les rênes de l’univers » Ce vers serait apparu dans l’entourage de Conrad II, et d’ailleurs on le retrouve déjà avec notre bulle sur Sigilla de Frédéric Ier Barberousse.[4]

Cette représentation de Rome sur le revers est un topos naturel pour ces souverains à la primauté vouée à l’universalité par leur héritage romain. Sigismond s’insère dans cette tradition, en reprenant l’imaginaire de la célèbre Bulle d’or de 1356 de son père. Charles IV voulait en effet renouer avec cette tradition qui remonte au XIe siècle, à laquelle s’était opposée son concurrent Louis IV de Bavière. Ce dernier avait fait montre lui d’une Rome beaucoup plus réaliste, comme on peut le voir sur cette représentation :

Louis soutenait qu’il avait obtenu en 1328 son couronnement impérial contre la volonté du pape et (soi-disant) au nom du peuple. Comme pour magnifier cet affront et faire oublier son excommunication, la bulle d’or de Louis était la première du genre à présenter une représentation en perspective de Rome, montrant plusieurs bâtiments antiques et médiévaux reconnaissables. L’espace central était occupé par le Palazzo Senatario, le siège du gouvernement de la ville de Rome, ce qui prétendait légitimer la prétention impériale de Louis comme étant approuvée par le Sénat et le peuple de Rome (SPQR).[6]

Les Luxembourg tiennent eux leur pouvoir du pape, et donc reviennent à une représentation traditionnelle et toute « laterane » de Rome !


[1] Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176. URL : http://www.sigilla.org/empreinte/frederic-ier-hohenstaufen-ad-73-sa-176-246130.

[2] Am Haguenau – AA 50. URL : http://www.sigilla.org/acte/am-haguenau-aa-50-249429.

[3] MONNET (Pierre), « La Bulle d’or de 1356, une « constitution » pour l’Empire ? », in : Des chartes aux constitutions. Autour de l’idée constitutionnelle en Europe (XIIe-XVIIe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 149-187, ici vers 160.

[4] Cem – Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176. URL : http://www.sigilla.org/contre-empreinte/cem-frederic-ier-hohenstaufen-ad-73-sa-176-246131 ; http://www.sigilla.org/sceau-type/frederic-ier-hohenstaufen-bulle-revers-246129.

[5] Images tirées de https://www.stadtgeschichte-ffm.de/en/city-history/digital-presentations/die-goldene-bulle.

[6] https://www.stadtgeschichte-ffm.de/en/city-history/digital-presentations/die-goldene-bulle.

Collection de sceaux des Archives Départementales d’Indre et Loire : Première approche de la pratique 3D

  • Alexis Zennir

Depuis maintenant quelques années, SIGILLA est doté d’un module permettant la visualisation en trois dimensions des empreintes récolées par les contributeurs de la base de données. Toutefois, on ne trouve sur la base qu’un nombre assez réduit de modèles 3D. À l’occasion de mon stage de master II, j’ai intégré l’équipe Sigilla pour travailler en 3D sur les fonds des Archives départementales d’Indre et Loire. Le but de mon stage était d’améliorer la méthodologie liée à cet usage.

Quel matériel pour la numérisation ?

 La numérisation en trois dimensions s’effectue avec un scanner portatif, de la marque Artec , et son logiciel associé . Il permet une acquisition 3D simple pour le scan de petits objets tels que les sceaux. Cet appareil utilise la photogrammétrie, c’est-à-dire une technique permettant de restituer des mesures et des volumes grâce à l’analyse d’une projection de franges lumineuses sur l’objet scanné. Il est aussi important d’ajouter que cet outil permet de restituer la texture des objets scannés grâce aux différentes caméras présentes, l’ensemble permettant d’obtenir une résolution de l’ordre du 1/10 de millimètre.

Comment fonctionne une acquisition 3D ?

Le matériel est, en somme, particulièrement simple à utiliser car celui ne comporte qu’un seul bouton à actionner. Ainsi, après une prévisualisation du logiciel, l’acquisition 3D peut démarrer. Il faut donc dans un mouvement du haut vers le bas balayer l’objet en effectuant un arc de cercle de 180°, le tout en restant à la distance minimale de focalisation, soit une trentaine de centimètres entre le scanner et l’empreinte. Puis il faut répéter le même processus dans toutes les orientations souhaitées.

Dans le cadre de la sigillographie, il faut donc nécessairement scanner les deux faces à plat, séparément, pour obtenir une bonne qualité d’acquisition des faces. Puis, on doit scanner la tranche pour mesurer l’épaisseur de l’empreinte. Cette tranche constitue la plus grosse difficulté de l’acquisition 3D de sceaux.

En effet, malgré les performances d’un tel scanner portatif, la petite taille de certaines empreintes complique l’acquisition 3D. Pour pallier ce problème, l’utilisation d’un support permet de maintenir le sceau sur sa tranche sans l’altérer et sans risque pour l’attache et l’acte. Il a été choisi d’utiliser de la mousse plastazote en creusant celle-ci pour obtenir un réceptacle pour le sceau. Cette mousse n’applique aucune pression sur le sceau et permet donc de s’adapter à chaque format. Néanmoins, il est important de souligner que la couleur de la mousse peut affecter la post-production des scans. En effet, une mousse noire provoquera beaucoup de « bruit » ou information parasite, mais la tranche sera scannée sans trop de difficulté ; à l’inverse, la mousse blanche produira très peu de bruit mais la tranche sera beaucoup plus difficile à scanner, celle-ci étant trop fine pour être détectée par le scanner. Ainsi, il serait peut-être pertinent de travailler sur un niveau de gris pour éviter les problèmes de « bruit » et de détection de la tranche – ce que je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer dans le cadre de ma mission pour SIGILLA.

A l’issue des scans, la post-production est l’étape la plus longue de la numérisation. Cette post-production se présente sous différentes formes, comme par exemple le retrait du « bruit » ou des aberrations enregistrées lors de l’acquisition 3D. Il est aussi nécessaire durant cette étape d’aligner les différents scans obtenus jusqu’alors afin de les compiler pour obtenir le modèle 3D. Ainsi pour un sceau, il faut fusionner l’avers, le revers et les tranches scannées. Enfin, une dernière étape est particulièrement sensible : le remplissage des trous encore présents sur le modèle 3D et plus particulièrement sur la tranche des empreintes. En effet, appliquer ce genre de « rustine » sur un modèle 3D présente le risque d’altérer l’image virtuelle du sceau par rapport à l’empreinte réelle, en gommant par exemple une inscription ou de l’iconographie que le scanner n’arriverait pas à numériser. Il faut donc rester vigilant lors de cette étape.

La numérisation 3D offre encore de nombreuses possibilités qui n’ont pas encore été explorées et la collection des Archives Départementales d’Indre-et-Loire n’est pas encore scannée dans sa totalité. On peut donc espérer que la méthode définie pendant mon stage s’affine au fur et à mesure de son utilisation l’avancée dans la collection.

Ce travail de numérisation est particulièrement enrichissant puisque, en plus de développer mes connaissances en sigillographie ainsi qu’en 3D, il me permet de comprendre les mécanismes de conservations des actes et des empreintes dans la pratique. Aussi, cette numérisation est stimulante grâce à la nouveauté apportée par la 3D, en effet, il y a un véritable enjeu derrière cette technologie qui encourage la recherche rendant particulièrement agréable le travail sur un tel sujet.

À travers ce stage, Sigilla me fournit donc une opportunité particulièrement stimulante, à la fois en me permettant de manipuler des actes et des empreintes anciens, et me donnant la possibilité de participer à l’avancement de la recherche en sigillographie par les modélisations 3D que je réalise, et dont je participe à affiner la méthodologie. Ces modélisations me paraissent ainsi représenter un avantage considérable aussi bien pour les chercheurs dans le domaine que pour l’accessibilité de ce dernier au grand public.

Journée d’études SigiAl

Lancé fin 2019 par le laboratoire ARCHE (Université de Strasbourg), le projet SigiAl* (Sigillographie de l’Alsace – un projet de sciences participatives pour répertorier et numériser tous les sceaux conservés en Alsace) arrive au terme de sa première phase. Pour célébrer le travail déjà accompli par les volontaires et présenter l’avancement du projet et ses premiers résultats, une journée d’études est organisée à Strasbourg le 24 juin 2022. Dans un cadre tout à la fois scientifique et festif, certains des volontaires présenteront leurs travaux et leurs études issues de la collecte des sceaux alsaciens. Jean-Luc Chassel Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, et Philippe Jacquet, créateur et co-responsable de la base SIGILLA, seront nos invités d’honneur.

N’hésitez pas à nous rejoindre pour une journée de découvertes et de discussions !
Tout le monde est le bienvenu !

Vendredi, 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel, Palais Universitaire,
9 Place de l’Université, Strasbourg

Participation gratuite

*SigiAl s’inscrit dans le cadre de l’Initiative d’Excellence et a bénéficié d’une aide de l’Etat au titre du programme Investissements d’Avenir, et a été soutenu par le ministère de la culture (DRAC – Grand Est)

Prochaine conférence de la SFHS le 16 juin

Dans le cadre des conférences de la Société française d’héraldique et de sigillographie, M. Jean-Damien Généro présentera « L’emblématique du duc Charles Ier du Bourbon (+1456) et de la duchesse Agnès de Bourgogne (+1476) ». La conférence aura lieu aux Archives nationales (CARAN, salle d’Albâtre, 11, rue des Quatre-Fils, 75003 Paris), ou bien à distance pour ceux qui ne peuvent pas assister sur place.

Trouvez le lien et d’autres informations sur cette conférence ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search