Un sceau à signet

La collecte des sceaux en Alsace se poursuit et grâce à la mobilisation des volontaires du projet SigiAl, on commence à bien voir quelques pratiques sigillaires de la région. Prenons l’exemple de Frédéric V de Habsbourg.

Plus connu sous le nom Frédéric III du Saint-Empire, ce sigillant utilise plusieurs matrices tout au long de sa vie. Grâce à SIGILLA, nous pouvons le suivre, de l’usage de son premier sceau comme duc d’Autriche jusqu’à ce qu’il soit nommé empereur du Saint-Empire romain germanique. Sur son grand sceau en tant que Roi des Romains, notre équipe a remarqué quelque chose tout à fait exceptionnel !

Nos volontaires Edith et Hugues Ruhlmann ont découvert aux archives municipales de Mulhouse quelques empreintes du sceau de majesté de Frédéric V, Roi des Romains.  Ces empreintes ont la particularité d’avoir la marque d’un petit signet d’une tête de Janus en cire rouge aux pieds du souverain.

En regardant de plus près, l’équipe a découvert sur des empreintes du même type un autre signet en cire rouge dont le motif est cette fois, un motif de trois écus couronnés.

Il existe également un grand sceau sans signet trouvé par Yann Franchet et Edith Ruhlmann à Kaysersberg.

Est-ce qu’il s’agit de la même matrice ? Comment produire un signet rouge sur une empreinte ?

Nous avons posé la question à Philippe Jacquet, conseiller scientifique et technique de SIGILLA. Il a, par le passé, constaté cet usage très particulier du signet par les empereurs du Saint-Empire.  Après l’application du grand sceau qui restait la même, l’empereur venait apposer son signet sur la face du sceau, en ajoutant parfois une pastille de couleur pour mettre en évidence cette apposition. En fait, la matrice du grand sceau en tant que Roi des Romains était toujours la même. Seul le signet changeait : parfois la tête de Janus, parfois les trois écus, parfois rien. Cette méthode permettait d’attester de la volonté impériale en prouvant la présence de l’empereur à la réalisation de l’acte. Le choix du signet est aussi une forme supplémentaire de validation/datation de l’empreinte On pense que le signet est mis sur l’empreinte dans un deuxième temps, mais il serait intéressant de documenter la technique par les moyens modernes tels que la radiographie ou la tomographie. Dans l’immédiat, nous avons modifié la mise en page de ses empreintes dans la base pour bien montrer cette particularité.

Lors de notre journée de collecte aux archives municipales de Kaysersberg, nous avons remarqué ensemble que ce même cas de figure était présent sur le grand sceau d’empereur : signet rouge en tête de Janus.  Trouverons-nous d’autres exemples de signet avec le sceau de l’empereur ? Ces relevés permettront de préciser les dates d’usage et de changement du signet. A suivre !

Félicitations à toute l’équipe pour cette découverte passionnante !

Exposition : Pierres gravées. Camées, intailles et bagues de la collection Guy Ladrière

C’est les vacances, et vous cherchez de quoi faire pour passer le temps ? Depuis le 12 mai, l’École des Arts Joailliers à Paris présente une exposition racontant l’histoire de l’art des pierres gravées de l’Antiquité au XIXe siècle. Venez admirer de nombreuses objets dont quelques bagues signets mérovingiennes ou des anneaux épiscopaux.

L’exposition est gratuite mais sur réservation. Elle dure jusqu’au 1er octobre. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Lauréat d’un financement !

La Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) du Bourgogne-Franche-Comté a reconnu l’importance de notre travail de valorisation du patrimoine sigillographique, et nous a accordé une subvention de 20 000 € !

Ensemble avec nos partenaires – les archives départementales de la Côte d’Or, du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et de la Saône-et-Loire – nous visons à mettre en œuvre un projet régional de collecte des sceaux.

Nous remercions vivement la commission pour sa confiance et son soutien !

Suivez notre progrès en Bourgogne-Franche-Comté ici sur le carnet hypothèses et en ligne sur la base SIGILLA !

Journée d’études SigiAl : Retour sur trois années de sciences participatives

(c) Pauline Gutzwiller

Le 24 juin, SigiAl a célébré la première étape de son projet. Actif depuis fin 2019, l’équipe a fait ce bilan d’étape avec ses volontaires. C’était une journée chargée de belles présentations, de dialogue et de convivialité !

Les volontaires étaient au centre de la journée avec quelques présentations des archives où ils sont actifs. Daniel Keller nous a présenté les sceaux trouvés dans le Chartrier de Niedernai aux Archives de la Région Grand Est, site Strasbourg. Edith Ruhlmann nous a montré quelques trésors des archives municipales de Mulhouse. Yann Franchet nous a expliqué les complexités des sceaux de l’Officialité de Strasbourg et les sceaux types qu’il a répertorié à partir des Archives d’Alsace, Strasbourg et les Archives de la ville et Eurométropole de Strasbourg. Odile Jurbert nous a amené derrière les coulisses pour découvrir quelques sceaux dans les archives de Saint-Thomas de Strasbourg pas encore classées. Et finalement, Daniel Bornemann nous a montré la richesse des fonds de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Les invités nous ont également donné des pistes de réflexion intéressantes. Mélodie Faury a fait connaître les enjeux des sciences participatives à l’Université de Strasbourg. De l’Atelier National de Recherche Typographique à Nancy, Délia Préteux a raconté les défis typographiques pour transcrire les légendes des sceaux. Le but de son travail est de concevoir un outil pour SIGILLA afin de mieux lire et décrire les légendes. Philippe Jacquet, conseiller scientifique et technique SIGILLA a dévoilé les origines de la base et a annoncé quelques réflexions pour son avenir. Jean-Luc Chassel, Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, a éclairé les similitudes et différences entre les sceaux des évêques en France et dans l’Empire.

De l’équipe SigiAl, Olivier Richard était le modérateur de la journée. Catherine Kasteleiner a présenté un bilan du projet – plus de 5 000 empreintes saisies ! Et Thomas Brunner a montré les armoiries de l’évêché de Strasbourg et leur diffusion dans les sceaux locaux.

Les dialogues étaient passionnants, et la motivation continuera pour la suite ! A suivre !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search