Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller
(c) Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

(c) Pauline Gutzwiller

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.

L’inventaire de Cahen aux archives départementales de la Moselle

-Jean-Eric Iung

Henri II de Salm, Ad 57 – G 1250/3b, (c) Ad 57

Le département de la Moselle a bénéficié du travail d’un archiviste versé dans la discipline de sigillographie autant que dans celle de l’héraldique, un grand érudit familier du déchiffrement des textes médiévaux en latin, en français et en allemand. Gilbert Cahen (1928-2021), archiviste-paléographe, conservateur aux archives départementales de 1953 à 1993, a travaillé, après 7 ans de description intense, pendant près de 30 ans à la conception et à la rédaction du Catalogue des sceaux (sceaux pendants et sceaux plaqués du haut moyen âge) des archives départementales de la Moselle qui, sans être unique, fait partie des rares instruments de travail de cette catégorie en France. Une saine émulation avec la Meurthe-et-Moselle, suggérée par G. Cahen lors de la publication du 3e volume en 1992, peut cependant être signalée car des travaux de même ampleur y avaient lieu.

Publié de 1981 à 1993 en quatre volumes, reproduction offset du dactylogramme réalisé avec les seuls moyens du service des archives, ce catalogue est divisé en sections thématiques (souverains, grands feudataires, dignitaires, seigneurs laïques, juridictions, municipalités, officiers et bourgeois dans les vol. 1 et 2, ecclésiastiques dans le vol. 3) et l’auteur y a joint des tables et index composant, avec un petit supplément, le 4e et dernier volume. En tout près de 1600 pages décrivent 2604 sceaux différents numérotés, plus les nombreux bis, ter et suivants affectés aux contre-sceaux et variantes d’empreintes. Le nombre total d’empreintes conservées devrait être le triple de celui des empreintes différentes lorsque le décompte final aura eu lieu, décompte que les fiches de G. Cahen ne permettaient pas de réaliser alors que ses signalements à la fin des notices imprimées ne sont pas exhaustifs. G. Cahen n’a pas eu pour mission d’écrire un traité de sigillographie mosellane : il s’est donc limité à introduire son œuvre par 12 pages d’introduction synthétique. Peut-on avancer que la méthode de travail et son rendu n’ont pas changé entre le 1er et le 4e volume, mais que les descriptions semblent plus précises à mesure que le travail avance ?

Arnould de Vry, Ad 57 – H 1734, (c) Ad 57

Si les séries anciennes de provenance publique (les séries B, E, mais surtout G et H des archives départementales, ainsi que leurs appendices transférés d’Allemagne en Lorraine à la fin du XIXe siècle) et privée (principalement les grands chartriers de Clervaux et de Créhange) ont été dépouillées systématiquement, les sceaux plaqués de l’époque moderne n’ont pas été pris en compte. Il fallait être raisonnable, et la moisson de sceaux lorrains, luxembourgeois, français et allemands que les collections mosellanes ont offerte est considérable, mais c’est assurément dommage pour les héraldistes (car il s’agit bien souvent des sceaux armoriés) et pour la conservation de ces empreintes très fragiles de cire d’Espagne, alors même que l’on déplore, au moment d’écrire ces lignes en 2022, de nombreuses dégradations irrémédiables sur les sceaux de cire naturelle que G. Cahen a vues il y a plus d’un demi-siècle. Les moyens conservatoires de sauvegarde dont il disposait, la photographie argentique en l’occurrence, ont permis de préserver, en noir et blanc, le souvenir des sceaux dont nous regrettons la mauvaise conservation aujourd’hui, malgré les efforts des restaurateurs, que la Moselle s’enorgueillit de compter dans ses effectifs depuis l’installation du service dans ses nouveaux locaux en 1992. On ajoutera à ces clichés de sécurité la collection de moulages réalisées par les archivistes allemands de Lorraine avant 1918, dont la qualité est inégale il est vrai.

La saisie dans Sigilla de l’ensemble des intitulés de notices, avec création de notices de sigillants et de sceaux-types, œuvre ce Philippe Jacquet (2021), est un bel hommage à G. Cahen, qui n’a pas connu l’informatique documentaire, ni même les tableurs. Il reste – le verbe est employé avec beaucoup d’ironie eu égard au temps de travail qu’il exigera – à saisir le corps des notices mais aussi à créer des notices pour les doubles, triples etc. des empreintes retenues par G. Cahen, travail qui sort peut-être du cadre déjà ambitieux de Sigilla, mais qui selon toute vraisemblance rendra de grands services aux chercheurs – plus pour les actes nouveaux qui seront analysés (ces analyses sont une grande force du catalogue de G. Cahen, qui contextualise l’emploi des sceaux) que pour les dates d’existence des sigillants qu’il signalera, car G. Cahen les prend en compte tacitement – et aux chercheurs sigillographes – en leur indiquant des empreintes d’autres couleurs (ce détail ne semblait pas intéresser G. Cahen au premier chef), avec des détails sauvés par rapport à l’empreinte retenue dans le catalogue. En appui de Sigilla, une numérisation du catalogue et le recours à la reconnaissance de caractères permettront assurément de gagner du temps pour retrouver des empreintes associées alternativement et de fait rattachées à des actes aux cotes différentes. Mais cette observation de pratiquant récent de Sigilla, réalisée à partir d’un test en grandeur nature sur un gisement remarquable de sceaux, le petit fonds de l’ordre teutonique en Lorraine, transféré d’Allemagne en Lorraine peu avant 1900, devra être confirmée…

Sceaux de Savoie

  • Archives départementales de la Savoie / SIGILLA

A la différence d’autres services, les Archives départementales de la Savoie ne disposent pas d’un catalogue de leurs sceaux ni même d’un simple repérage dans les fonds et collections qu’elles conservent.

La sigillographie n’est cependant pas absente des préoccupations des historiens et des archivistes savoyards au sens large du terme. En 1834, Domenico-Casimiro PROMIS et Luigi CIBRARIO publiaient Sigilli de principidi Savoia (Sigilli de principi di Savoia | SIGILLA). En 1998, c’est le travail de Gérard Détraz sur les sceaux de la Haute-Savoie qui fait l’objet d’une publication avec le Catalogue des sceaux médiévaux des Archives de la Haute-Savoie (Catalogue des sceaux médiévaux des Archives de la Haute-Savoie | SIGILLA). Ces données ont d’ailleurs été intégrées dans la base Sigilla.

C’est dans la perspective d’une meilleure connaissance de ces documents et d’une intégration dans Sigilla qu’un travail sur les sceaux savoyards a été lancé durant l’été 2022. Le choix s’est porté sur la série SA. Cette série, spécifique aux archives de Savoie et de Haute-Savoie, contient les archives transférées depuis Turin suivant les termes du traité de paix avec l’Italie après la Seconde Guerre Mondiale. Les pièces et dossiers du chartrier des ducs de Savoie et de la chambre des Comptes intéressants les deux départements français ont rejoint les deux services d’archives et y ont fait l’objet de nouveaux inventaires. Grâce à une stagiaire enthousiaste, Margaux Supper, titulaire d’un master 1 en histoire, un premier recensement a été initié dans les premières cotes de la série SA.

Les résultats ne se sont pas faits attendre, et en temps très court, une vingtaine d’empreintes ont rejoint le corpus Sigilla avec en sus, le bonheur de découvrir de très belles empreintes dont certaines sont méconnues voire inédites. Nous souhaitons vivement que ce partenariat puisse se poursuivre et nous remercions Madame Claus, cheffe du service, de ce travail d’ouverture sur la sigillographie savoyarde.

Pour conclure, nous illustrons cette chronique par une empreinte du comte Amédée VII de Savoie dit le comte rouge Amédée VII de Savoie – grand sceau | SIGILLA, empreinte dont l’esthétique et la finesse de gravure attestent de la maitrise technique des orfèvres et du raffinement iconographique de la fin du quatorzième siècle. Connu par le dessin (Cibrario et Promis planche 81), aucune empreinte n’est jusqu’à maintenant référencée dans les inventaires ou les collections de moulages nationales.

Votre lecture de la rentrée : nouvelle parution!

Vice-président de la Société Mabillon et membre de la New York Academy of Sciences, Lucien-Jean Bord vient de publier son nouveau livre : Histoire généalogique et héraldique de la maison de Lusignan. Seigneurs de Lusignan, comtes de La Marche, rois de Jérusalem, de Chypre et d’Arménie.

Cette ouvrage se concentre sur la généalogie et l’héraldique de la Maison de Lusignan.

Cliquez ici pour plus d’informations.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search