Pérégrinations de trois stagiaires : De la matrice au moulage, la mémoire du sceau

  • Cécile JUTEAU
  • Maylis FROMONT
  • Corentin DELATTRE

La base de données SIGILLA accueille de nombreux contributeurs, qui permettent de l’enrichir d’années en années. Les trois stagiaires du master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers que nous sommes, ont ainsi été invités à effectuer ce travail. Historiens et historiens de l’art, une telle tâche a sollicité nos connaissances, tout en nous faisant découvrir ou approfondir d’autres disciplines, telles que la sigillographie, l’héraldique et la diplomatique. Notre première mission consistait à enregistrer les matrices de sceaux du musée Sainte-Croix de Poitiers. La seconde était de compléter le catalogue Eygun sur la base de données. Durant deux mois, une étude des photographies de matrices ou de moulages, approfondie par la consultation de catalogues et dictionnaires, nous a permis d’ajouter des centaines de fiches sur SIGILLA. La découverte de matrices de toutes formes et de toutes époques nous a fait entrer dans le monde du sigillant. Le contexte matériel de l’objet sceau, dit son importance et trace son histoire. L’observation de moulages aux tailles et aux motifs variés, fait voyager entre les multiples sigillants. De l’outil qui laisse l’empreinte à l’objet qui le fait vivre plus longtemps, le sceau possède une signification forte, c’est ce que nous avons eu l’occasion de constater durant notre stage.

Les matrices que possède le musée Sainte-Croix de Poitiers sont répertoriées par la S.A.O. dans un de leurs inventaires. En début d’année 1881, la Société des Antiquaires de L’Ouest (S.A.O.) publie à Poitiers ses mémoires de l’année 1880 (tome III de la deuxième série). Dans la dernière partie de l’ouvrage, un inventaire des sceaux et des matrices du musée de la S.A.O. est mis en avant. Beaucoup de ces sceaux proviennent de la collection Bonsergent, riche en documents issus des terres du Poitou. Les sceaux sont classés par siècle, eux-mêmes répartis en deux catégories : les sceaux ecclésiastiques et les sceaux laïcs. La S.A.O. a réalisé un autre inventaire des collections de moulages de sceaux présents sur Poitiers, mais nous n’avons pas de traces aujourd’hui de ces moulages, théoriquement entreposés aux archives municipales de Poitiers.

La collection de matrices de sceau du musée Sainte-Croix de Poitiers constitue une des plus importantes collections de matrices de France. Un certain nombre de ces objets date de la période médiévale. Ces matrices sont issues des collections de la S.A.O., transférées au musée Sainte Croix lors de sa construction mais aussi aux archives départementales de la Vienne et à la Médiathèque François-Mitterrand. Ces dernières sont également bien connues dans le catalogue d’Eygun et certaines se démarquent par leur aspect inédit dans Sigilla, comme l’exemple de la matrice d’Edouard III citée plus bas. Les matrices peuvent être celles de personnalités religieuses, comme celles de grands laïcs ou parfois même de personnages plus communs. Certaines n’ont pu être véritablement identifiées, souffrant d’un manque d’informations saisies dans le catalogue et dans les études fournies par la S.A.O., ainsi que d’un état empêchant toute lecture épigraphique.

[Matrice d’un sceau d’Edouard III d’Angleterre, comme comte de Poitou à Lusignan. Crédits photos : Christian Vignaud, Musée Sainte-Croix de Poitiers]

La collection compte parmi ses matrices plus récentes, de grandes personnalités, telles que le cardinal de Richelieu, ministre de Louis XIII. Des plus récentes encore datent de l’époque contemporaine, des périodes révolutionnaires, impériales, et républicaines, périodes durant lesquelles les sceaux institutionnels foisonnent. Concernant la collection médiévale, nous pouvons notamment citer un sceau-type précédemment non identifié sur la base de données, apparenté à Edouard III, mais aussi à la ville de Lusignan. Identifié dans d’autres travaux plus anciens, soulignant au passage la complexité du travail sur la  base de Sigilla, il s’agirait d’un sceau d’Edouard III, comme comte de Poitou, de passage à Lusignan autour de 1360-1370. Les armoiries présentes sur les sceaux représentent de véritables programmes politiques, faisant de l’objet sigillographique un élément personnel supportant les revendications de son détenteur.

Certaines matrices peuvent pourtant concerner le même titre sur plusieurs générations, comme celui du sergent de l’abbaye de Saint-Maixent, présentant une continuité chronologique, bien que l’impossibilité d’une datation exacte, en dehors des propositions de datation issues d’Eygun, de Douet d’Arcq, ou de la S.A.O, complexifie toute étude historique et sigillographique. Ces matrices représentent un élément important dans l’étude de l’histoire du Poitou médiéval et de ses régions avoisinantes, puisqu’on y retrouve d’importantes familles seigneuriales, d’importants établissements religieux, permettant d’étudier la représentation de leur pouvoir à travers les objets et une étude héraldique. Il y a un réel avantage pour le musée Sainte-Croix de s’intéresser et de valoriser sa collection de matrices de sceaux, non seulement pour la période médiévale mais pour les périodes plus récentes, puisque sans cette fondamentale histoire sigillographique, un ensemble de l’histoire du Poitou resterait inconnu du public.

La tradition sigillographique de la ville de Poitiers est importante, grâce au laboratoire de recherches du CESCM, par le biais du travail archivistique, du travail associatif de la S.A.O. et le concours du musée Sainte-Croix, offrant l’accès à ces matrices. Ce nouvel intérêt pour ses propres collections sigillographiques se manifeste principalement par le nouveau référencement de ces matrices, combiné à l’intégration de ces dernières dans des bases de données, menant à croiser les sources pour permettre une approche synthétique pour chacun des sceaux types.

Vous savez, nous n’avons que très peu de sceaux !

  • Philippe JACQUET

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette phrase en visitant des services d’archives ou des musées. Exprimé souvent avec des regrets, ce constat minimise l’importance du fond en le comparant à certains dépôts qui détiennent des milliers de sceaux. J’ai appris par expérience que ces petits fonds sont pourtant d’un intérêt extrême en apportant de véritables pépites sigillographiques. Les auteurs et les chercheurs ont souvent privilégié des sources où ils savent qu’ils trouveront à coup sûr la matière nécessaire à leurs travaux. Ainsi, les fonds volumineux dont les inventaires ont été publiés et pour lesquels nous disposons parfois des collections de moulages occultent un paysage sigillographique important.

L’appellation « petits fonds » -loin d’être péjorative- indique un volume qui oscille de quelques exemplaires jusqu’à une centaine d’empreintes. Les sceaux sont souvent bien repérés, souvent bien analysés mais leur existence est méconnue.

Henri de France, Am Tours AA 1, (c) P. Jacquet

Ma dernière expérience en la matière s’est déroulé aux Archives municipales de Tours, et elle illustre parfaitement cette situation. Le dépôt conserve une centaine d’empreintes qui ont été inventoriées, il y a une vingtaine d’années. Lors d’un repérage, l’acte AA-1 a attiré mon attention. Daté de 1141, il émane de Henri de France, trésorier de Saint-Martin de Tours, pour régler un différend avec les habitant de Tours. Henri de France est le fils de Louis VI le Gros, frère cadet de Louis VII le jeune, mort en 1175. Il a été successivement, archiclave de Saint-Martin de Tours, évêque de Beauvais et archevêque de Reims[1]. Le sceau appendu à l’acte est une très belle empreinte Henri de France – Am Tours – AA 1 | SIGILLA  Quasiment intacte, elle est liée au parchemin par des lacs rouges et verts. Il présente un buste de profil entouré de la légende + HENRICVS REGI [_] FILIVS. L’organisation générale du sceau laisse supposer qu’il s’agit d’une pierre antique sertie dans une monture où est gravée la légende.

L’emploi ou le ré-emploi de pierres gravées est tout à fait conforme à l’époque et l’usage qu’en fait Louis VII dans ces contre-sceaux à la fin de son règne rappelle l’importance que l’on prêtait alors aux pierres gravées antiques. La légende qui ne mentionne que son rang de fils du roi, ainsi que la date emploi du sceau [Henri n‘a alors que 19 ans] nous incite à penser qu’il s’agit de son premier sceau réalisé avant son entrée dans les ordres et qu’il a utilisé le temps de se faire graver une nouvelle matrice[2]. Il s’agit d’un élément majeur qui vient s’ajouter aux empreintes d’Henri de France déjà repérées[3].

J’ai volontairement mis en avant cette pépite, mais la consultation [partielle] m’a permis de pointer deux autres sceaux inédits de grands feudataires, sans compter les sceaux des maires de Tours aux XVème siècle. Je fais de cette petite chronique d’une visite aux Archives municipales de Tours, un plaidoyer pour l’exploration de tous ces petits fonds sans lesquels la sigillographie ne sera jamais complète.

Je remercie Monsieur Jean-Luc Porhel, directeur des Archives municipales de Tours, et son équipe de l’accueil chaleureux et bienveillant, qu’ils m’ont réservé.


[1] Henri de France | SIGILLA

[2] Il est à noter que seuls ses deux premiers sceaux mentionnent son rang de fils du roi de France. Dès son élection, comme évêque de Beauvais, il abandonne cette mention.

[3] Marie-Adélaïde, Corpus des sceaux français du Moyen Age – Tome 3 – Les sceaux des reines et des enfants de France, Archives nationales, Paris, 2011 ,  n° 53.

SIGILLA à Barcelone

Ces 9 à 11 novembre passés a eu lieu à Barcelone le colloque La Sigillogafaia medieval a Catalunya i als territoris de la corona catalano-aragonesa en un context europeu pour célébrer les 100 ans de publication du deuxième volume de Sigillografia catalana. Inventari, descripio i estdui dels segells de Catalunya de Ferran de Sagarra i de Siscar (1853-1939).
Les journées étaient pleines des présentations diverses sur la sigillographie et l’héraldique catalane – mais pas seulement. Des invités du monde entier se sont réunis pour discuter et réfléchir ensemble. C’était dans ce cadre que Laurent Hablot a présenté la base de données SIGILLA devant un public intéressé.  Les échos étaient très positifs et nous sommes impatients à continuer le dialogue à Naples la semaine prochaine pour la deuxième partie du colloque !

Voici quelques impressions :

SigiAl dans la presse locale !

Ce dimanche passé, notre antenne alsacienne SigiAl était à l’honneur dans la presse locale. Un journaliste, Philippe Wendling, a accompagné l’équipe et ses volontaires pour un atelier de saisie pour mieux comprendre et voir le travail. SigiAl a la particularité d’être un projet de sciences participatives. Un réseau de volontaires est formé à la sigillographie et à la saisie sur la base SIGILLA. Encadré et accompagné par des professeurs de l’Université de Strasbourg, le groupe a déjà numérisé et saisi plus de 6 000 empreintes ! Ces empreintes proviennent des archives municipales, départementales ou bien régionales. L’article montre bien la diversité de SigiAl.

Bravo à toute l’équipe, et continuez le bon travail !

Vous pouvez également suivre leur progrès à travers leur page dédiée sur SIGILLA.

https://www.dna.fr/societe/2022/11/05/deja-6-000-sceaux-alsaciens-numerises

SIGILLA : Lauréat d’un financement de la DRAC Centre-Val-de-Loire

Dans le cadre du Programme national de numérisation et de valorisation des contenus culturels (PNV) émis par la DRAC Centre-Val-de-Loire, SIGILLA a reçu un financement de 8 500 € ! 

Ce printemps, SIGILLA était actif aux Archives départementales d’Indre-et-Loire, où un stagiaire a numérisé l’intégralité de la collection sigillaire en 3D. Afin de mieux valoriser ce travail et d’encourager la numérisation en 3D, nous avons sollicité la DRAC Centre-Val-de-Loire pour financer l’évolution des moyens 3D intégrés à la base SIGILLA. Grace à ce soutien, un vrai saut technologique sera franchi en visualisant le sceau dans toute sa matérialité. Dans les prochains mois, après l’intégration du nouveau viewer, les plus belles empreintes détenues par les dépôts d’archives de la région Centre-Val-de-Loire rejoindront progressivement une page spéciale. A terme, une centaine de sceaux constitueront cet ensemble. En soutenant ce projet, La DRAC Centre-Val-de-Loire ouvre la voie de la consultation dématérialisée, outil prometteur qui bénéficiera à toute la communauté sigillographique.

Suivez-nous ici sur le carnet pour toutes les actualités sur notre nouveau viewer 3D et sur SIGILLA pour voir les résultats.  

Nous remercions chaleureusement la DRAC Centre-Val-de-Loire pour son soutien ! 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search