La Cour de Jussey – bien plus complexe qu’il n’y paraît !

  • Esther NICOLAS

Pendant un mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur les sceaux des archives départementales de la Haute-Saône, au profit de la base SIGILLA, et plus particulièrement sur ceux de deux abbayes cisterciennes, Cherlieu et Theuley, à l’ouest du département. Toutes deux ont été fondées au XIIe siècle et ont été d’une grande importance dans la gestion de la campagne haute-saônoise jusqu’à la Révolution. A elles deux, elles compilent près de 200 sceaux.

(c) E. Nicolas

L’abbaye de Cherlieu, plus au nord que sa consœur, dépend juridiquement de la cour de Jussey. Cette dernière, bien qu’étant une cour d’importance mineure, nous aura donné du fil à retordre avec la multitude de sceaux différents qu’elle propose. En effet, on ne compte pas moins de seize sceaux-types déjà référencés sur la base SIGILLA, couvrant une large période, de 1280 à 1545. Si elles se ressemblent, les empreintes présentent néanmoins des détails qui diffèrent d’un règne ducal à l’autre. Entre l’armorial Bossonide, Robertien, Ivré, Capétien ou encore Valois-Bourgogne, on se perd aisément !

Ainsi, le sceau jusséen le plus ancien représente une tour crénelée, probablement celle de l’ancien château. Il est utilisé dès 1280, sous le règne de Robert II, duc de Bourgogne et roi de Thessalonique, fils d’Hugues IV, de la branche des Capétiens. Le sceau monumental cède rapidement la place à un sceau armorial : il représente un écu parti du duché de Bourgogne (bandé d’or et d’azur de six pièces) et du comté de Bourgogne (un lion d’or sur fond azur), adopté dès 1305. Avec les règnes d’Hugues V de Bourgogne (1294-1315), mort sans descendance, puis de son frère, Eudes IV de Bourgogne (1295-1349), les sceaux de juridiction changent : les armes du duché de Bourgogne sont délaissées au profit d’un écu aux armes du comté, entourée de deux étoiles, ou bien d’un écu fleurdelisé brisé d’un lambel.

Ce choix s’explique par l’ascendance royale des ducs : ils étaient, par leur mère Agnès de France, les petit-fils de Louis IX. A la mort d’Eudes IV en 1349, son épouse, Jeanne Ière d’Auvergne reprend les rênes du duché et ajoute à l’armorial préexistant ses propres armoiries : au centre d’un quadrilobe à redents est gravé un écu parti : au 1, de Bourgogne ancien coupé d’un gonfanon, au 2, du comté de Bourgogne. Le reste du champ est finement fretté. Ce blason est conservé tout au long de la régence de la duchesse, exercée jusqu’à la majorité de son fils, Philippe de Rouvres, en 1353. Ce dernier garde les armes de sa mère. Il meurt le 21 novembre 1361, à l’âge de quinze ans, sans avoir eu le temps de s’assurer une descendance. Avec lui s’éteint la première maison capétienne de Bourgogne.

L’aventure sigillographique ne s’arrête pas là ! Le duché est adjugé à Jean II le Bon et fait retour au domaine royal. Trois ans plus tard, le roi de France le transmet à son fils Philippe le Hardi, formant une seconde maison de Bourgogne qui va peu à peu régner sur un vaste ensemble territorial aujourd’hui connu sous le nom d’État Bourguignon. Les ducs, désormais rattaché à la maison des Valois-Bourgogne, imposent de nouveaux sceaux : le traditionnel lion comtois est abandonné, au profit des armes du duché et de la fleur de lys. L’appartenance au sang royal est affirmée, rappelant le surnom de Philippe le Hardi, le « sire au fleurs de lys », ainsi que le caractère indivisible du comté de Bourgogne, pourtant terre d’Empire, et du duché du même nom. A partir de 1384, l’utilisation de l’écu de Bourgogne ancien comme sceau de juridiction s’impose : les deux sceaux co-existent pendant près d’un siècle.

AD 70 – H 285 / 13, (c) E. Nicolas

En effet, malgré un enrichissement conséquent de l’armorial bourguignon – Jean sans Peur adopte le blason des Flandres, tandis que Philippe le Bon ajoute les armes de Barbant et de Limbourg à l’écu initial – la cour de Jussey ne connaît pas de changement significatif de sa gravure. Deux raisons peuvent expliquer cette permanence : tout d’abord, les matrices ont un coût, et changer de sceaux à chaque règne paraît excessif, surtout pour une petite cour de juridiction. Par ailleurs, comme le dit si bien François Pernot, la Franche-Comté n’est « ni de France, ni d’Empire » ; les ducs de Bourgogne, tourné vers les « Etats du Nord », s’intéressent peu à la Franche-Comté, qui s’apparente presque à une marche autogérée. Les changements armoriaux affectent donc peu Jussey, qui continue son œuvre juridique. C’est avec Marie de Bourgogne que les choses évoluent: fille unique de Charles le Téméraire, tué lors de la bataille de Nancy en janvier 1477, elle devient, à 19 ans, duchesse d’un État fragilisé. Son mariage en août 1477 avec Maximilien d’Autriche oriente pour près de deux siècles la géopolitique de l’Europe (elle est la grand-mère de Charles Quint). La Franche-Comté rejoint le cercle de Bourgogne en 1512, faisant ainsi pleinement partie du Saint-Empire. On s’attend alors à ce que l’armorial évolue et adopte l’aigle impérial, or, les fleurs de lys sont conservées. Seul change le quadrilobe, qui devient une étoile à six branches. La Franche-Comté est décidément inféodée ! Nous n’avons pour le moment pas d’empreintes postérieures à 1545.

Face à cette multitude de sceaux, le gros du travail a été d’organiser les empreintes, de les dater et de comprendre pourquoi la cour de Jussey recelait d’une telle richesse sigillographique. Nous nous sommes attelées à rendre le plus clair possible les différences entre les sceaux-types, parfois avec difficulté : l’un des actes, daté de 1211, nous a posé problème. Le sceau qui y est appendu n’est autre que celui de Jeanne d’Auvergne, qui n’est utilisé qu’à partir de 1349, plus d’un siècle plus tard !

AD 70 H 280 / 1, (c) E. Nicolas

Après quatre semaines de travail sur les sceaux conservés en Franche-Comté, ce sont un peu plus de 200 empreintes qui ont été ajoutées à la base SIGILLA et ce fut un véritable plaisir. L’élément qui m’a le plus marqué est l’étonnante richesse des sigillants en Haute-Saône : ceux-ci sont loin de se résumer à la cour de Jussey ! Les sceaux nous racontent l’histoire d’un petit État, en marge du royaume de France comme du grand Empire, mais qui est finalement une histoire aux proportions européennes. Je n’imaginais pas de telles dimensions spatiales en me lançant dans l’étude des sceaux haut-saônois et je suis fière d’avoir contribué à ce projet en faveur de la découverte de l’histoire comtoise.

Sceaux et matrices de sceaux des capitales historiques de Franche-Comté (Besançon et Dole)

  • Matthieu MULLER

Pendant deux mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur les sceaux et matrices de sceaux de différentes archives franc-comtoises au profit de la base de données SIGILLA. C’est ma passion pour l’histoire locale qui m’a poussé à postuler à ce projet et je n’ai pas été déçu. La Franche-Comté (ou comté de Bourgogne) n’est « ni de France, ni d’Empire », selon les mots de François Pernot, et les sceaux étudiés, nous font effectivement voyager dans toute l’Europe et leurs sigillants ne se cantonnent absolument pas aux deux grandes sphères politiques qui l’entouraient.

Matrice du grand sceau de Ferdinand de Rye – Bibliothèque Municipale de Besançon – Sc.XVI-7

Avant cela, j’ai commencé mon travail avec les matrices de sceaux de la bibliothèque municipale de Besançon. Une bonne partie de ces matrices a fait l’objet d’une publication dans les mémoires de la société d’Émulation du Doubs et ce fut un véritable atout alors que je débutais sur SIGILLA. Les matrices qui ont été rentrées dans la base de données forment un corpus de 68 unités, qui couvrent une période allant du XIIIe siècle au XVIIIe siècle. Ce sont les XIVe et XVIe siècles qui sont les mieux représentés avec 14 unités chacun, suivis de près par le XVe siècle avec 13 pièces. Sans surprise, ce corpus présente des sigillants plus locaux que ceux que nous rencontrerons à travers l’étude des sceaux de Franche-Comté. Parmi ces matrices, l’importante famille comtoise « de Rye » y est plutôt bien représentée avec au moins cinq unités. Nous retrouvons les matrices du chevalier de la Toison d’Or, Marc de Rye, le sceau équestre du seigneur de Neublans Guyot de Rye, ceux des archevêques de Besançon François et surtout deux du héros franc-comtois Ferdinand de Rye (célèbre pour sa défense de Dole et la Franche-Comté pendant la guerre de Dix Ans).

Grand sceau de Frédéric V de Habsbourg – AM Besançon – AA 4/11

            Après avoir fini d’entrer les matrices bisontines, qui m’ont pris un peu moins de deux semaines, j’ai pu consulter les fonds anciens des archives municipales de Besançon et ses sceaux. Les équipes des archives avaient recensé plus de 330 sceaux dans ses inventaires, mais aujourd’hui nous pouvons d’ores et déjà dire que ce nombre est bien sous-estimé et qu’il y a (au moins) environ 400 sceaux dans ces archives. Dès le départ, cela n’a plus rien à voir avec le côté très local des matrices de sceaux. Le premier que j’ai rentré en tant que tel dans la base de données, n’est autre qu’un cardinal italien (Pierre Cappochi), le deuxième, Richard de Cornouailles, suivis par les sceaux des empereurs Albert Ier de Habsbourg, Venceslas de Luxembourg et Sigismond. Il faut attendre que j’arrive au milieu de ma troisième liasse pour tomber enfin sur des sceaux locaux avec l’archevêque Thibaut de Rougemont et un peu plus loin un sceau de la ville de Besançon. Si on s’intéresse à l’histoire de la ville, on comprend très vite pourquoi les sceaux d’empereur y sont si communs. Besançon n’est pas à proprement parler « franc-comtoise », c’est une ville libre d’Empire et de ce fait, elle ne relève que d’elle-même et de l’empereur. Ce dernier, ainsi que la famille des Habsbourg en général, sont omniprésents dans le corpus bisontin. Lorsque je rentrais leurs sceaux, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer que les empreintes comparables à celles que j’avais dans les mains étaient presque exclusivement issus des archives alsaciennes, comme celles de Frédéric III (ou Frédéric V de Habsbourg), qui démontre l’appartenance à une aire politique commune. Sans même connaître l’histoire franc-comtoise et bisontine, la simple vue de ces sceaux, et les rares apparitions de ceux des rois de France (avant 1674-1678) nous fait deviner la zone politico-historique de la ville. Bien au courant de l’histoire de la ville, j’étais très loin de me douter que ce serait aussi flagrant et que de simples sceaux en disent autant. Nous pouvons encore insister sur le côté européen des sigillants, rien qu’avec les Habsbourg d’Espagne, les quelques bulles papales, mais aussi quelques Autrichiens et les villes suisses avec lesquelles Besançon a entretenus des alliances pendant tout le XVIe siècle. Personnellement, après environ un mois de travail sur ces archives, j’ai pu rentrer plus de 110 sceaux dans la base de données SIGILLA et malgré l’aide de ma collègue Nina Costille, il est certain qu’il restera encore plusieurs centaines de sceaux à étudier après nos interventions.

Grand sceau de Louis XVIII – AM Dole – D-77

            Pendant une journée, j’ai pu me rendre aux archives municipales de Dole, consulter une trentaine de sceaux. Le corpus dolois s’inscrit dans une veine similaire à celui de Besançon, même si proportionnellement, les rois d’Espagne (Philippe II) et de France (Charles VIII, Louis XVIII) y sont mieux représentés. D’ailleurs, le sceau de Louis XVIII est extrêmement bien conservé. J’ai pu consulter des documents qui vont jusqu’au début du XIXe siècle et donc après l’annexion de la région par la France, ce qui n’a pas été encore possible dans les archives bisontines (en dehors des matrices). L’histoire locale et le caractère européen de celle-ci ressort encore très facilement à la simple vue des sceaux conservés. On peut néanmoins émettre une remarque sur l’état des sceaux dolois : ceux si sont proportionnellement moins bien conservés que les sceaux bisontins…

            Pour les deux dernières semaines de mon contrat, j’ai pu consulter une partie des sceaux conservés aux archives diocésaines de Besançon. Au total, j’ai pu rentrer une quarantaine de sceaux et qui sont généralement bien plus récents que les sceaux des autres époques et sont un peu plus locaux et issus de l’aire politique française (même s’il y a plusieurs bulles papales et des sceaux des Habsbourg). Les sceaux sont plutôt bien conservés et nous pouvons noter un cas particulier qui est l’usage d’un sceau trois ans après que son sigillant (l’archevêque de Besançon, François-Joseph de Grammont) soit décédé. Le centre diocésain étant proche des archives municipales et les horaires différentes, j’ai pu continuer à travailler sur les archives municipales et collaborer avec ma collègue Nina Costille. Tout comme ces dernières archives, les archives diocésaines ont encore des sceaux qu’il reste à étudier, mais qui n’ont pas été encore inventoriés par le personnel du centre diocésain.

Acte scellé par le sceau de l’archevêque François-Joseph de Grammont en 1720, soit trois ans après sa mort – Archives diocésaines de Besançon – PAR 70

            Après deux mois de travail sur les sceaux et matrices de sceaux conservés dans les deux capitales historiques de Franche-Comté, ce sont plus de 200 empreintes et matrices qui ont été ajoutées à la base SIGILLA et ce fut un véritable plaisir. L’élément qui m’a le plus marqué est, comme vous le devinez, est la simplicité avec laquelle les sceaux nous racontent l’histoire d’un petit pays comme la Franche-Comté et surtout une histoire aux proportions européennes. C’était une vision de l’histoire que je n’avais pas envisagée avant de commencer à travailler pour SIGILLA et je suis fier d’avoir contribué à ce projet qui participe à la découverte de l’histoire comtoise par le plus grand nombre et à faciliter les recherches dans ce but.

Images inattendues de la Vierge

  • Philippe JACQUET
  • Avec mes remerciements à Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir

La saisie est une porte ouverte sur la recherche. Il n’est pas de stages ou de vacations sans qu’un renvoi d’informations ne soit produit et ne conduise à un regard augmenté sur le sujet. Aujourd’hui, Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir, deux étudiants qui travaillent pour Sigilla, interpellent sur les représentations de la Vierge sur les sceaux.

Anna Mikhalchuk est élève de la 2e année du diplôme d’archiviste-paléographe de l’Ecole nationale des chartes, diplômée de master recherche Histoire et Anthropologie des sociétés médiévales et modernes à Paris 1 Panthéon Sorbonne intègre les sceaux du fonds de Chaalis et Alexis Zennir est titulaire d’un Master Métiers de la Science du Patrimoine au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, il travaille l’acquisition en 3D des sceaux et leur intégration dans la base Sigilla. L’une et l’autre se sont confrontés à une image de la Vierge, que nous qualifierons d’inattendue.

Trois représentations sont principalement utilisées sur les sceaux. Le thème dit de la Vierge à l’enfant est certainement le plus courant. Cette iconographie est largement utilisée par les chapitres d’abbayes ou de cathédrales. De face, debout ou assise, la Vierge couronnée présente l’enfant Jésus, lui-même debout ou tenu par sa mère. Ses variantes sont innombrables. De la main bénissante à la tenue d’une fleur de lis, la mise en scène des personnages est quasi infini et les occurrences sigillographiques nous dévoilent un catalogue d’une richesse inégalée. La Vierge au manteau est un autre thème régulièrement développé par les institutions ecclésiastiques. La vocation protectrice de la Vierge est mise en avant par l’image de celle-ci, couvrant d’un large manteau les fidèles en prières. Aussi appelé Vierge de miséricorde pour la valeur de rassemblement et de pardon qu’elle porte, cette iconographie est plus stéréotypée et plus rare que la précédente. Les inventaires de sceaux mentionnent un troisième type de représentation, qu’il désigne comme Vierge en majesté. La Vierge est assise, seule, tenant une fleur de lis et la main gauche levée. Certains auteurs iront jusqu’à qualifier le geste de « bénissant de la main gauche » (sic !)

Un sceau, repéré dans le fonds de Chaalis[1] (figure 1) par Anna Mikhalchuk, nous oblige à revoir cette analyse. Il s’agit du sceau de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Il est décrit par Louis Douet d’Arc comme un sceau de majesté : Personnage, vu de face, assis sur un trône à têtes d’animaux, couronné, bénissant de la main droite et tenant un sceptre de la main gauche [2]

Figure 1: Sceau de l’Abbaye de Sainte-Geneviève de Paris (1193) Institut de France Domaine de Chaalis

Un examen plus attentif montre qu’en fait, la Vierge lève la main paume ouverte vers l’extérieur. Loin de la bénédiction, ce geste d’humilité symbolise la soumission et l’acceptation. En même temps, la gravure très marquée du vêtement que porte la Vierge attire l’attention par une orientation différente de l’usage et un graphisme que l’on peut rapprocher d’un œil. Ces deux éléments nous orientent vers un autre type de représentation : la Vierge parturiente. Cette iconographie est particulièrement rare, d’une part, en raison de la maternité dont la représentation pose problème à l’Église et d’autre part, à cause de l’interdiction de cette représentation par le Concile de Trente au XVIème siècle qui recommandait même leur destruction[3]. Dans le secret des archives, la difficulté de repérage des sceaux, le travail que nécessitait une revalidation des actes ont probablement évité la destruction de ces sceaux. Nous pouvons ainsi disposer de quelques images inattendues et aussi revisiter les choix symboliques de certains chapitres.


Le sceau de l’abbaye Notre-Dame d’Issoudun[4] est parmi nos recherches celui qui affirment sans équivoque la grossesse de Marie. Le premier sceau conventuel[5] appuie la soumission de la Vierge à son état en affichant les deux mains, paumes ouvertes devant elle (figure 2). Dans l’espace que délimitent bras et genoux, un très nette rotondité est gravée. L’usage du quasi triangle qui sert d’écrin à cette rotondité peut s’interpréter comme le rappel symbolique de la Sainte-Trinité. La gravure du deuxième sceau[6] conventuel accentue encore cette représentation[7]. Toujours assise sur un siège à protomés, La Vierge montre ses paumes de main et l’effet de triangle est renforcé par le dessin du vêtement. Un dessin supplémentaire est gravé sur l’abdomen de la Vierge (figure 3). L’état du sceau ne permet pas d’appréhender définitivement sa nature, mais il s’agit clairement d’une représentation symbolique de l’enfant Jésus dans l’utérus.


Par leurs gravures, ces deux sceaux insistent sur la situation de femme enceinte. A l’inverse, d’autres sceaux développant le même thème, privilégient l’aspect dogmatique de l’incarnation. La gravidité de la Vierge est moins marquée et celle-ci ne montre l’acceptation de son état que d’une main, tenant de son autre main une fleur de lis. En intégrant ce symbole, l’iconographie délivre le message de l’incarnation divine du Christ en présentant la Vierge, enceinte mais pure et soumise à la volonté divine. Un rapide pointage nous a permis de repérer une douzaine d’institutions, parfois importantes, utilisant cette iconographie (Figures 4, 5 et 6), une recherche plus étendue renforcera sans aucun doute ce corpus. Le nombre d’occurrences est certes très faible par rapport aux représentations de Vierge à l’Enfant mais il atteste de son usage courant au Moyen-Age.

Figure 7: Abbaye de Fontaine-les-Blanches (1471) Acquisition 3D (A. Zennir)

A l’occasion de cette recherche, nous avons constaté l’existence de multiples variantes de la représentation de la Vierge, plus ou moins uniques. Parmi ces iconographies Alexis Zennir a ainsi découvert puis effectué l’acquisition en 3D du sceau conventuel de l’abbaye cistercienne de Fontaine-les-Blanches en 1471 (Figure 7). Inédit jusqu’à maintenant, ce sceau est un véritable hapax sigillographique, il est malheureusement fragmentaire mais son iconographie reste préservée. Il associe la Vierge couronnée, debout, tenant l’enfant Jésus de son bras gauche avec l’image d’une Vierge de miséricorde couvrant de son manteau des moines en prières. Au travers de la symétrie que propose cette image, la protection et la dévotion de l’abbaye et des fidèles se voit confier à Marie, mère de Jésus. En ajoutant ce manteau protecteur, le Chapitre met en avant la valeur rédemptrice et protectrice de la Vierge tout en restant conforme à la prescription du Chapitre général de l’Ordre qui impose le thème de la Vierge à l’enfant comme iconographie du sceau conventuel[8].

Il est certain que la représentation de Marie tenant son fils Jésus est l’image la plus répandue et aussi la plus accessible à la compréhension des fidèles. Mais au travers de ces quelques exemples, on voit comment les graveurs ont transformé cette image en une vision plus large et plus profonde et comment ils ont su mettre en image les valeurs spirituelles ou dogmatiques que portent la Vierge au sein de l’Église.


[1] Fondation Jacquemart-André, Institut de France – Domaine de Chaalis 

[2] Abbaye Sainte-Geneviève de Paris – sceau – 1193/1276 | SIGILLA.

[3] Le thème de « la Vierge à l’Incarnation » est courant en Orient dès la première moitié du XIe siècle, dans toutes les formes de représentations. Le 25 décembre 1653, lors de sa dernière séance, le concile de Trente a définitivement proscrit cette représentation : « Le saint concile défend que l’on place dans une église aucune image qui rappelle un dogme erroné et qui puisse égarer les simples. Il veut qu’on évite toute impureté, qu’on ne donne pas aux images des attraits provocants ». Il s’en est suivi une destruction quasi-systématique des œuvres présentant la Vierge enceinte.

[4] Philippe Jacquet, Le sceau de Notre-Dame d’Issoudun, Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie Tome 83-85, 2013-2015 au Léopard d’Or

[5] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1185/1235 | SIGILLA

[6] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1448 | SIGILLA La consultation systématique des sceaux inventoriés a permis de constater que ce sceau daté de 1448 est issu d’une deuxième matrice plus récente qui diffère essentiellement par son style et l’ajout de rinceaux dans le champ. Faute d’éléments précis, il est impossible de dater précisément le changement de matrice. R. Gandhillon ne l’a pas décrit dans son inventaire des sceaux du Berry

 

[8] L’abbaye de Sainte-Hoïlde Abbaye de Sainte-Hoïlde – sceau – 1393 | SIGILLA et la seule abbaye cistercienne qui enfreint la règle en une vierge au manteau, iconographie réservée aux Définiteurs de l’ordre Définiteurs du chapître général de Cîteaux – grand sceau | SIGILLA

Compléter le puzzle grâce à une pièce

  • Nina COSTILLE
Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Bonjour à tous ! Je suis actuellement en L1 CMI ENPAJ, une formation sur cinq années mêlant histoire et histoire de l’art avec matières spécifiques d’un CMI, et dans le cadre de mon cursus je dois faire un stage de cinq semaines à la fin de ma L1 afin d’avoir un premier aperçu du monde professionnel alors me voilà aux archives municipales de Besançon pour Sigilla ! Au cours de mon deuxième semestre j’ai été introduite à Sigilla par le biais du projet d’ingénierie de mon CMI qui nous a fait découvrir à tous la sigillographie et les techniques de recherches aux archives départementales du Doubs. J’ai donc passée, avec mes camarades, plusieurs journées et demi-journées aux archives à découvrir le fonctionnement de Sigilla et le travail préparatoire qu’il faut effectuer sur chaque document.

Aujourd’hui je m’occupe donc quotidiennement de partir à la recherche d’indices pour identifier les sceaux et leur sigillant. J’ai pris l’habitude d’avoir un carnet sous la main afin de pouvoir noter la côte, les spécificités du sceau, son sigillant, sa dimension, sa forme, un bref résumé de l’acte, sa date, son lieu d’émission, et enfin ses dimensions et sa matière ! Toutes ses informations me permettent déjà de me familiariser avec le document, de plus que cela me permet de garder une trace des documents que j’ai traité et donc de m’y référer si besoin.

Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Récemment j’ai été confronté à un cas que j’ai trouvé très intéressant et qui fait partie des anecdotes de Sigilla qui me permettent d’illustrer la démarche que je suis pour recenser les sceaux. L’exemple que je vous partage est celui de l’empreinte que j’ai saisi «Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4». Il s’agit donc du sceau de Philippe le Hardi dont je ne possédais qu’un fragment d’à peine 30mm, et pourtant il comportait beaucoup d’indices pour me mener au sigillant. Par exemple rien qu’avec sa taille, on peut déduire que si le fragment ne fait que 30mm le sceau originel doit être beaucoup plus grand et donc qu’il appartient certainement à une personnalité importante de son époque ! Ensuite on peut se baser sur des éléments du fragment : des pattes de chevaux ? un écu au lion de Bourgogne ? un arrière-plan orné ? une légende en lettres gothique qu’on peut déchiffrer en “ducis” soit “duc” en latin ? Chaque détail est susceptible de nous donner des pistes alors il ne faut pas les négliger. Evidemment dans la plupart des cas comme ici en l’acte AA 12/4 on connait déjà le sigillant grâce à la formule de corroboration, mais il est toujours intéressant de voir que l’on peut tirer l’essentiel d’un sceau grâce à ses petits détails. 

Collaboration entre SIGILLA et les Archives du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères

En 2021, un stagiaire a travaillé sur les sceaux conservés aux archives du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Le focus de ce stage a été mis sur la collection des traités et correspond à environ 800 sceaux. Ces sceaux sont désormais consultables en ligne sur SIGILLA.

Un petit article au sujet de cette collaboration a été publié dans le rapport d’activité 2021 des archives.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search