Newsletter SIGILLA décembre 2023

Ces derniers six mois sont vite écoulés, et nous prenons l’occasion de cette fin d’année pour vous raconter nos travaux.

Notre équipe continue à former de nouveaux collaborateurs. Une formation spéciale a été donnée à l’Université de Franche-Comté en novembre, où les étudiants en CMI ENPAJ ont appris la saisie sur la base SIGILLA dans un atelier pratique aux Archives municipales de Montbéliard.

Nous avons également organisé deux formations à l’utilisation du scanner afin de continuer la collecte en 3D. Huit personnes ont été formées lors de ce mois de décembre, et nous avons hâte de voir les prochaines collectes en 3D !

Comme vous l’avez sûrement appris, la base SIGILLA sera prochainement transférée à l’Institut de Recherches et d’Histoire des Textes (IRHT) du CNRS. Nous travaillons à la réécriture intégrale de la base dans un code informatique plus adapté aux attentes des humanités numériques ce qui permettra d’apporter quelques améliorations. La structure de la base et sa charte graphique resteront les mêmes. Nous reviendrons vers vous pour annoncer la mise en place de la nouvelle base !

La base SIGILLA a bénéficié des travaux de plusieurs étudiants ces derniers mois – surtout en Bourgogne-Franche-Comté – et pendant l’été. Vous pouvez suivre ces avancées sur la base, mais aussi ici sur notre carnet hypothèses. Le nombre d’empreintes saisies dans la base depuis juillet a augmenté de plus de 2 000 nouvelles empreintes !

Notre antenne alsacienne, SigiAl, continue également son projet de collecte. L’équipe organise des journées de collecte une fois par mois pour numériser et analyser les sceaux qui sont conservés dans les collections régionales. SigiAl bénéficiera d’une subvention de la DRAC Grand Est afin de continuer sa collecte en 2024. Bravo !

Comme la plupart d’entre vous le savent, Philippe Jacquet n’est plus dans l’équipe SIGILLA. Nous le remercions encore pour tout son investissement depuis le début de ce beau projet. Ses conseils, son aide et sa vision ont grandement contribué à faire de la base SIGILLA ce qu’elle est aujourd’hui. Et nous souhaitons à nos chères collaboratrices et chers collaborateurs, de bien profiter des vacances à venir pour se reposer un peu, et de très belles fêtes de Noël. Nous vous retrouverons avec joie dans cette nouvelle année 2024.

L’équipe SIGILLA – Laurent Hablot et Catherine Kasteleiner

Retour sur un stage sur la collection Artois

  • Samuel PERRET

Cette année, pendant l’été, j’ai eu la chance de faire un stage de deux mois au sein de l’équipe de la base de données Sigilla dans le cadre de ma formation de Master. J’étais alors à la fin de ma première année du master Mondes Médiévaux de l’UFR SHA affilié au laboratoire CESCM à Poitiers. Au cours de mon stage, j’ai traité les fonds de l’Artois comme plusieurs stagiaires avant moi, les fonds étant très importants.
En première semaine, j’ai rencontré des sceaux déjà apparus sur la base, le premier parce que Corentin Delattre l’avait rentré l’année dernière, travaillant sur le même inventaire que moi celui de l’Artois, il est logique que l’on ait des sceaux et des sigillants similaires. Le personnage en question est Elbert III de Carenci, que j’avais sous le nom de Hibert de Carenci, les deux sceaux proviennent d’actes différent mais sont tirés du même sceau-type. Dans ce cas-là en pratique je rajoute juste un acte, une empreinte et moulage. Voici les deux sceaux :


Le deuxième est un peu particulier, en voulant rentrer le sceau de Manessier Cauderon j’ai découvert un autre Cauderon dans la base Baudouin, dont le sceau est conservé à Paris datant de 1276. Il ne fait donc pas partie de la collection de l’Artois mais de celle du Douët d’Arcq. Cette collection a été importée il y a quelques années avant mon travail ou celui de Corentin.


Les deux sceaux semblent similaires, mise à part la légende, la figure représentée est la même : de type équestre ; le bouclier portant trois jumelles en fasce. Les deux hommes ne portent pas le même titre, Baudouin est seigneur de Soriel, Manessier est seigneur de Saulty. L’acte comportant le sceau de Baudouin est conservé à Paris mais contient une charte en faveur des templiers d’Arras. L’Acte de Manessier est conservé aux archives du Pas-de-Calais et contient une ratification de terre vendue à Sains. La remarque est intéressante à 32 ans d’écart deux actes comportent un sceau très similaire provenant de deux personnes à priori de la même région portant le même nom. Seulement il n’y a pas de conclusion généalogique claire. Selon mon hypothèse les deux seraient de la même famille, l’un descendant de l’autre mais les 32 ans qui les séparent empêche un rapprochement direct, toujours selon moi il est peu probable qu’il ait un lignage direct.
Ce jeu de recherches sur les sigillants et la méthode que j’ai employée je la dois à mon prédécesseur Corentin Delattre. La méthode consiste à prendre étape par étape les différentes informations à nécessaire à la composition de la fiche. D’abord, on recherche sur les sites d’archives en ligne l’acte, dans le cadre de l’inventaire d’Artois les archives du Pas-de-Calais sont en partie numérisées. Je rentre donc l’acte en premier en vérifiant qu’il n’existe pas déjà dans la base Sigilla. Ensuite on prospecte internet pour trouver des informations généalogiques sur notre sigillant, plus ce dernier est inconnu moins de sources on trouve. Des sites comme : Medieval lands ou Racines et Histoire peuvent constituer un bon avis de départ. Une fois l’acte et le sigillant rentrés dans la base, le sceau ne nécessite plus que les informations contenues dans l’inventaire.

Conférence : Les armoriaux médiévaux

Le cycle des conférences de la Société française d’héraldique et de sigillographie (SFHS) continue ce jeudi prochain, le 14 décembre 2023. Animée par Jean-Christophe Blanchard, Michel Nassiet et Michel Popoff, cette conférence est intitulée “Les armoriaux médiévaux. A propos d’un colloque récent.”

Rendez-vous à 18h sur place à Paris ou en ligne.

Retrouvez plus d’ informations sur le site de la SFHS.

SigiAl a besoin de vous !

Notre antenne alsacienne, SigiAl (Sigillographie de l’Alsace) a souvent été sujet des articles ici sur notre carnet hypothèses. Nos partenaires à l’Université de Strasbourg ont construit un projet en sciences participatives qui analyse les sceaux de la région avec l’aide des volontaires. Le projet connait un grand succès, mais n’a plus de financement pour financer les déplacements des volontaires ni pour organiser les événements de collecte. Un appel à dons a été lancé ce que vous trouverez ci-dessous. A partager avec tout votre réseau !

Nous voilà à la fin de l’année. Tout le monde se prépare pour les vacances bien méritées et les fêtes.

Nous voudrions profiter de cette occasion pour récapituler nos travaux de cette année 2023. Grâce à vous et à votre engagement, nous avons désormais intégré dans la base de données SIGILLA  :

  • 9 034 Empreintes conservées en Alsace
  • 2 970 Sigillants
  • 3 595 Sceaux types
  • 5 770 Actes
  • 539 Armoiries

Au cours de cette année 2023, nous avons saisi 2 779 nouvelles empreintes !  Tout cela est le fruit de 12 journées de collecte, 8 ateliers de saisies et évidemment de toutes les collectes individuelles menées par les uns et les autres.

Nous sommes très fiers de ces résultats et le paysage sigillaire de l’Alsace médiévale est désormais parmi les plus renseignés de toute la France.

Cette activité ne peut évidemment se passer de certains frais : frais de déplacements, frais de restauration lors des journées de collecte, achat de matériel, etc. Jusqu’à présent, nous avions bénéficié de financements de l’Université de Strasbourg, mais nous sommes arrivés au terme de ce qu’il était possible de renouveler.

C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers la Fondation de l’Université de Strasbourg. Celle-ci a reconnu le travail fait jusqu’à présent et nous a ouvert un compte afin d’accueillir des dons pour nous permettre de continuer l’aventure en 2024. Nous aurions besoin de vous et votre réseau pour relayer l’information auprès de votre entourage. N’hésitez pas à leur dire pourquoi vous appréciez ce projet et qu’il est important de continuer le travail entamé pour avoir le corpus le plus large possible pour comprendre l’usage des sceaux dans l’Alsace médiévale. Si quelqu’un cherche une idée de cadeau de Noël, sous forme de don, qu’il ou elle soit certain qu’il sera bien utilisé et ne prendra pas la poussière chez nous – sauf celle, peut-être, des archives ! Tout don au projet via la Fondation est déductible fiscalement de 66 % (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
Voici, le lien vers notre site sur la Fondation où il est possible de faire directement un don en ligne :  https://fondation.unistra.fr/projet/sigial-sigillographie-de-lalsace/

Nous vous remercions de l’aide que vous pourrez nous apporter pour nous aider à trouver des donateurs généreux et passionnés par l’histoire et les sceaux alsaciens comme nous!

Formation d’une équipe à la 3D

Ce lundi dernier, un groupe de SIGILLA et un membre de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes (IRHT) a été formé à un scanner 3D par la société Boreal. Le projet SIGILLA en coopération avec l’IRHT a acheté ce scanner grâce à une subvention de la DIM STCN il y a quelques années. De premières saisies en 3D ont été intégrées à la base SIGILLA notamment par Philippe Jacquet et grâce aux efforts d’un étudiant.

Lors de la formation, les participants ont effectué de scans de test sur quelques moulages de sceau et même la reluire d’un livre du XVIe siècle. Une fois l’objet scanné, ils ont construit des modèles en 3D – pour pouvoir les faire tourner en 360° avec le texture et la couleur de l’original.  Nous étions tous impressionnés avec le produit final !

Une deuxième formation aura lieu ce 19 décembre prochain pour qu’on puisse bien commencer l’année 2024 sous le signe de la 3D !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search