Les sceaux conservés aux Archives municipales de Dole

– Maxime FERROLI, archiviste des Am Dole

Le 31 mai 2023, le service des Archives municipales de Dole accueillait un étudiant de l’Université de Franche-Comté opérant pour la base de données Sigilla (Matthieu Muller). Dans le cadre d’un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, et en collaboration avec l’Université, l’opération consistait à mener une collecte des sceaux conservés dans la région. Cette intervention nous a amené à enquêter dans nos fonds pour retrouver et inventorier ces derniers.

Le dépôt d’archives dolois prend naissance avec l’octroi d’une charte de franchise par la comtesse de Bourgogne, Alix de Méranie en 1274. C’est à partir de cette date que la communauté d’habitants prend soin de conserver tous les titres servant à prouver les privilèges dont elle jouit. Mais les deux conquêtes engagées en terres bourguignonnes par Louis XI, en 1477 puis en 1479, ont raison de la ville de Dole, entraînant d’importantes pertes archivistiques. Ainsi, c’est à partir de 1480 que les actes conservés constituent un ensemble cohérent.

Au sein de ce fonds documentaire, nous avons dénombré 29 sceaux, dont 28 sont issus des archives anciennes (antérieures à 1790, celles-ci représentent 76 mètres linéaires sur un volume total d’environ 1 000 mètres linéaires).

Au regard de la période concernée, la majorité des sceaux conservés sont ceux des comtes de Bourgogne, et plus précisément ceux des souverains habsbourgeois (1493-1678). Néanmoins, les plus anciens sceaux que nous possédons sont celui d’Othon IV de Bourgogne (1277, figure 1), et celui de Marguerite III de Flandre (1390). Quant à la branche des Habsbourg, elle se décline tout d’abord avec l’empereur Maximilien d’Autriche dont nous conservons 3 sceaux, l’un d’eux est d’ailleurs commun avec son fils Philippe le Beau (figure 2), et nous détenons un sceau de sa fille (1510), Marguerite d’Autriche. L’empereur Charles Quint est bien représenté avec 4 sceaux (1538-1551) ainsi que son fils Philippe II avec 4 sceaux également (1561-1592). Enfin, les Archiducs Albert et Isabelle, sont présents avec un sceau (1607).

Dans l’ensemble, la typologie documentaire rattachée à ces sceaux consiste en des lettres patentes.

En dehors de la période habsbourgeoise, les Archives municipales détiennent des sceaux de deux rois de France. Ainsi, 4 sceaux sont de Charles VIII (figure 3-4), ils couvrent la période 1483-1492. Ils illustrent la période d’occupation française du territoire comtal. Le second sceau est celui de Louis XVIII (1816), le seul issu du fonds d’archives moderne, qui s’inscrit dans le mouvement de confirmation des armoiries en France au début du XIXe siècle.

Nous possédons également quelques sceaux d’institutions, à savoir le parlement de Dole (2 sceaux) ou encore l’université. Concernant cette dernière institution, 3 sceaux sont conservés, deux d’entre eux sont issus du fonds de la confrérie de la Croix et datent de la seconde moitié du XVIIIe siècle (1780 et 1789). Le dernier, récemment mis à l’honneur lors des commémorations des 600 ans de l’université de Franche-Comté (figure 5) remonte à 1691.

Fig. 5 : Université de Dole

Nous conservons également une bulle du pape Jules II (1512) relative à la reconstruction de l’église Notre-Dame de Dole et des sceaux de personnalités religieuses locales ; à savoir le prieur de Dole, Étienne de Olerille (1338) ou encore l’abbé de Saint-Vincent de Besançon, Jehan de Renédale (1465 et 1472, figure 6).

Finalement, comme le souligne Matthieu Muller, les sceaux conservés sont en mauvais état, la plupart d’entre eux sont en plusieurs morceaux. D’ailleurs, l’un d’eux est soigneusement emmailloté (figure 7). Au toucher, ce sceau de Charles VIII, apparaît être totalement en miettes, c’est pourquoi il n’a pas été manipulé.

Les sceaux conservés au sein des Archives municipales de Dole reflètent l’histoire de la ville et de son administration municipale. Ils se concentrent surtout sur la période charnière entre le XVe siècle et le XVIe siècle, moment où la ville doit réaffirmer ses droits et ses engagements.

Tableau récapitulatif :

SigillantNombre de sceauCote aux Archives
Comtes de Bourgogne
Othon IV de Bourgogne1FA 846
Marguerite de Flandre1FA 846
Maximilien d’Autriche3FA 744, FA 900/2 (2 sceaux)
Marguerite d’Autriche1FA 900/2
Charles Quint4FA 15, FA 1282 (2 sceaux), FA 1570.
Philippe II4FA 203 (2 sceaux), FA 1282 (2 sceaux)
Albert et Isabelle, Archiducs1FA 918
Rois de France  
Charles VIII4FA 900/1
Louis XVIII1D77
Institutions  
Parlement de Dole2FA 846
Université3Croix 66-1, Croix 66-2, non coté.
Personnalités religieuses
Jules II1FA 1281
Etienne de Olerille, prieur de Dole1FA 985
Jehan de Renédale, abbé de Saint-Vincent de Besançon2FA 846

La quatrième bulle d’Innocent IV – Quelques réflexions sur les faces nominales des bulles de plomb pontificales

  • Yann FRANCHET

Dans un récent ouvrage consacré à la diplomatique pontificale au Moyen Âge, Sabine Fees évoque longuement les bulles de plomb appendues aux documents émis par la chancellerie du pape Innocent IV (1243-1254)1. Elle y rappelle que le nombre de matrices ayant servi à former les faces nominales des bulles au cours de ce pontificat reste controversé : trois ou quatre2 ? Wilhelm Diekamp, en 1882, en avait relevé trois3. Élie Berger, deux ans plus tard, dans l’introduction à la publication des registres d’Innocent IV en avait relevé quatre4. Paul Baumgarten, en 1914, désabusé devant les différences microscopiques qu’il observait sur les empreintes, annonçait quant à lui avoir renoncé à faire un catalogue de matrices des papes du XIIIe siècle, affirmant d’ailleurs que ces différences étaient le plus souvent à mettre sur le compte de petits défauts inhérents à la prise d’empreinte5. De fait, aussi étrange que cela puisse paraître, et malgré une bibliographie considérable et un peu intimidante sur la diplomatique pontificale, il semble que personne n’ait repris cette recherche, et nous ne connaissons pour notre part aucun catalogue sigillographique récent des différents types utilisés par la chancellerie pontificale6. Cette question semble avoir été délaissée des sigillographes depuis les travaux de ces érudits du tournant des XIXe et XXe siècles. Le site Sigilla est peut-être l’outil (en attendant l’usage de l’intelligence artificielle…) permettant de tenter ce que Paul Baumgarten a désespéré de pouvoir faire.

À une échelle très modeste, c’est ce que nous proposons de faire avec les faces nominales des bulles d’Innocent IV. Lors du dépouillement des archives issues du couvent des Dominicains de Strasbourg7 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), nous avons photographié et mis en ligne sur Sigilla 47 bulles de plomb d’Innocent IV, avers et revers. Avec les empreintes issues d’autres fonds mises en ligne par différents collaborateurs du site, c’est désormais un corpus de 79 empreintes qui sont visibles sur la base de données. Cet ensemble a priori conséquent souffre pourtant d’un défaut qui fragilise les conclusions que l’on pourra lire ci-dessous : sur les 79 empreintes, 76 datent d’avant 1249, trois seulement datent de la période 1250-12548.

Pour rappel, les bulles papales, systématiquement en plomb, sont formées de deux faces. C’est sous le pape Pascal II (1099-1118) que s’est fixé le modèle qui va perdurer durant toute la fin du Moyen Âge et au-delà. Chaque bulle, d’un diamètre de 35 mm et d’une épaisseur de 5 mm environ, présente ainsi :  

  • Une face nominale, c’est-à-dire présentant le nom du pape et son numéro d’ordre, sur trois lignes, entouré d’un grènetis (fig. 1)
  • Une face présentant les apôtres Pierre (à droite) et Paul (à gauche), séparés par une longue croix, sous les initiales SPASPE (Sanctus Paulus Sanctus Petrus). Chaque saint est entouré d’un grènetis, et un grènetis général encercle le tout (fig. 2)

La face nominale devait bien sûr être changée à chaque nouvelle élection. Mais la face aux apôtres, pour sa part, n’était pas systématiquement renouvelée, tant s’en faut. Tout laisse à penser par exemple que la matrice utilisée au début du pontificat d’Innocent IV avait été gravée sous le pape Urbain III (1185-1187), et avait ensuite été utilisée sous Grégoire VII (1187), Clément III (1187-1191), Célestin III 1191-1198), Innocent III (1198-1216), Honorius III (1216-1227), Grégoire IX (1227-1241), Célestin IV (1241), et donc Innocent IV, avant de se briser au milieu de l’année 1252, 67 ans environ après sa confection9. Cette longévité d’usage ne laisse pas d’étonner, le nombre d’actes scellés par la chancellerie pontificale étant alors sans cesse grandissant. Les changements de matrices sont peu documentés dans les sources mais celui-ci a par exception fait l’objet de deux lettres d’Innocent IV, publiées par Léopold Delisle en 185710. En réalité, la nouvelle matrice gravée pour remplacer l’ancienne n’a pas convenu et, au bout de quelques semaines d’usage seulement, a été remplacée par une troisième. Sabine Fees présente dans son ouvrage trois empreintes de ces trois matrices de la face aux apôtres, et discute des raisons qui ont pu convaincre le pape d’abandonner si vite le deuxième matrice11. Sigilla ne disposant pas encore d’empreintes de cette matrice intérimaire, nous en resterons à l’étude des faces nominales.

L’examen des 79 empreintes de Sigilla nous permet de donner raison à Élie Berger : quatre matrices (au moins) ont servi à former les faces nominales des bulles de plomb d’Innocent IV (fig. 1, 3, 4 et 5)12. Si le modèle est toujours le même, on peut les différencier à de menus détails :

  • La forme des « N » est souvent la plus parlante : sur le type A (fig. 1), la traverse est moins oblique que sur les autres types, et ne rejoint pas tout à fait les extrémités des jambages ; sur les types A (fig. 1) et D (fig. 5), le dernier N de « INNOCENTIUS » est plus étroit que sur les deux autres types
  • Les « S » finaux d’« INNOCENTIUS » présentent aussi des différences assez sensibles : le S du type B (fig. 3) se termine par un empâtement bifide absent du S du type C (fig. 4), dont la tête monte au-dessus de la ligne des autres lettres ; le S du type D (fig. 5) est rond et régulier, et ne descend pas tout à fait jusqu’à la ligne inférieure formée par les autres lettres
  • Les creux des O des types B (fig. 3) et C (fig. 5) sont composés de deux panses leur donnant une forme ogivale, ceux des types A (fig. 1) et D (fig. 5) sont plus arrondis
  • Le V de « INNOCENTIUS » est plus ouvert sur le type C (fig. 4) et plus aigu sur le type D (fig. 5)
Fig. 3 : Innocent IV – face nominale – type B (1244-1249) – Innocent IV – Am Strasbourg-AVES – 3 AST 3 I / 53

On perçoit toutefois un effort évident de l’orfèvre pour imiter au plus près la matrice antérieure. On peut s’étonner d’ailleurs que, la matrice de la face aux apôtres se révélant capable de former des milliers d’empreintes sur une période de 67 ans, on ait ressenti la nécessité de graver plusieurs matrices de l’autre face, en les faisant toujours identiques. Même en supposant que le but était d’avoir plusieurs matrices simultanées pour faciliter le travail de la chancellerie (voir infra), on ne voit pas pourquoi ce raisonnement n’aurait pas été aussi valable pour l’autre face. Faut-il alors supposer que, ces matrices des faces nominales n’étant destinées à servir que quelques années au plus, on les façonnait dans des matériaux moins solides (peut-être moins coûteux) que la matrice de la face aux apôtres ? Les matrices de bulles papales conservées jusqu’à nous et qui auraient pu éclairer la question sont rarissimes. Deux matrices d’Innocent IV, une de chaque face, ont bien été retrouvées dans le Rhin près de Cologne à l’été 1887, mais leur authenticité est sujette à caution13. On doit toutefois noter que Ludwig Schmitz-Rheydt, qui a pu observer ces matrices, remarque en effet que la matrice de la face aux apôtres était plus dure et plus résistante que l’autre14.

Outre la graphie du nom, un autre indice témoigne de l’effort des orfèvres pour imiter au plus près la matrice précédente : il s’agit du nombre de grains formant le grènetis. Dans les trois premiers types (fig. 1, 3 et 4), il est de 61 grains. Puis dans le quatrième type (fig. 5), il n’est plus que de 56. Les trois papes suivants, Alexandre IV (1254-1261), Urbain IV (1261-1264), et Clément IV (1265-1268) continueront sur les faces nominales de leurs bulles à utiliser un grènetis de 56 points. Puis sous le pape Grégoire X (1271-1276), ce nombre passe à 75. C’est sans doute donc de ce pontificat que date la chronique de Martin d’Opava (connu aussi sous le nom de Martin le Polonais, ou Martin de Troppenau), un dominicain en poste à la curie pontificale dans les années 1260 et 1270, qui nous éclaire sur l’importance de ce nombre de grains. Il nous apprend que les faux actes pontificaux peuvent être détectés en comptant le nombre de ces points : une vraie bulle, dit-il, en compte sur sa face nominale 7515. Le canoniste Jean d’André (mort en 1348) apporte quelques décennies plus tard une précision intéressante à ce sujet : ce nombre de points est un secret conservé par les bullateurs de la chancellerie pontificale16. Même si l’on perçoit mal pourquoi les faussaires auraient été moins bien informés de ce « secret » que les destinataires ordinaires des actes pontificaux, il n’en reste pas moins que ce nombre de grains semble avoir été d’une grande importance.

Revenons à Innocent IV. Notre corpus ne nous permet pas de savoir pourquoi le nombre de grains sur ses bulles nominales a été modifié, ni même à quelle date exacte la matrice au grènetis à 56 grains a commencé à être utilisée. La seule empreinte dont nous disposons a en effet été appendue à un acte daté du 30 septembre 1254, à la toute fin du pontificat. Une hypothèse qui demanderait à être vérifiée est que cette matrice a été gravée en même temps que la troisième matrice de la face aux apôtres, c’est-à-dire à l’été 1252.

Fig. 6 : Occurrences des empreintes des quatre types de la face nominale des bulles d’Innocent IV (1243-1254)

La datation des périodes d’usage des matrices reste de toute façon un problème épineux. Un premier examen du graphique des occurrences des différentes empreintes (fig. 6) laisse une impression ambiguë. D’un côté, on perçoit bien une succession chronologique dans l’usage des différentes matrices, du type A vers le type D. Mais la période 1244-1247 laisserait pour sa part penser à un usage simultané des types A et B. Deux actes en particulier (fig. 7 et 8), datés du 28 mars 1246, paraissent conforter cette hypothèse.

Les textes de ces litterae cum serico, scellées sur lacs de soie jaune et rouge et autorisant les supérieurs de l’ordre des frères prêcheurs à excommunier et à emprisonner les apostats, sont parfaitement identiques. On est enclin à penser qu’ils sont de la même main : les graphies sont très similaires, et on peut faire l’hypothèse que les lettres JV présentes sur la gauche du repli, correspondent aux initiales du scribe17. Pourtant l’un (fig. 7) est scellé du type A, l’autre (fig. 8) du type B. Nous avons déjà rencontré ce cas de figure quand nous avons cherché à dater les changements de matrices à l’officialité de Strasbourg18 et Wilhelm Ewald avait aussi déjà noté ce décalage entre la date mentionnée sur les actes et la date de scellement réel19.  Dans le détail, on remarque dans notre corpus qu’aucun acte daté de la période postérieure au premier trimestre 1247 (précisément le 28 janvier 1247) n’a été scellé avec la matrice du type A. Si nous partons plutôt du postulat que la chancellerie n’utilisait qu’une seule matrice à la fois, on peut penser que cette date (28 janvier 1247) constitue le terminus a quo de la destruction de la matrice du type A et de la mise en usage de la matrice du type B. Tous les actes datés de la période antérieure et scellés avec la matrice B ont donc dû l’être après ce 28 janvier 1247. Ce constat ne va pas à l’encontre de ce que l’on sait de la procédure d’expeditio per cancellariam, la plus courante à la chancellerie pontificale20 : une fois la supplique acceptée, elle était datée et enregistrée, avant que les abbreviatores rédigent le texte, puis que les scriptores le grossoient au net. Enfin, l’acte ainsi produit, portant la date d’enregistrement de la supplique, passait par diverses vérifications (et parfois réécritures) avant de parvenir chez les bullatores. Plutôt que l’usage simultané de plusieurs matrices, ces actes porteurs d’empreintes issues d’une matrice parfois très postérieure nous semblent plutôt montrer la lourdeur de cette procédure, ou son efficacité, si l’on considère qu’elle permettait de reproduire des actes issus de suppliques anciennes de quelques mois voire de quelques années21.

Pour ce faire, il devait paraître d’autant plus crucial que les empreintes soient les plus ressemblantes possible avec celles de la matrice précédente. Dans le cas des types A et B, comme la nouvelle matrice était très proche, avec un nombre de points identique, il ne devait pas paraître trop problématique de sceller avec la nouvelle matrice des actes datés de plusieurs mois auparavant. Mais qu’en a-t-il été quand le nouveau type à 56 grains de la fin du pontificat a été introduit ? S’est-on autorisé à sceller des actes portant des dates très antérieures avec ce nouveau type, au risque de susciter l’inquiétude des destinataires des mandements et privilèges les plus attentifs à l’authenticité de la bulle de plomb ? Et pourquoi, alors que les trois faces nominales précédentes étaient cerclées de 61 grains, ce qui n’était certainement pas le fait du hasard, a-t-on décidé de passer à 56 grains sous le même pontificat ? Malheureusement, notre corpus et nos sources ne permettent pas encore de répondre à ces questions.

  1. Sabine Fees, Das päpstliche Corporate Design, Quellen zur äußeren Ausstattung von Papsturkunden im hohen und späten Mittelalter, Böhlau Verlag, Cologne, 2023. []
  2. Ibid., p. 87. []
  3. Wilhelm Diekamp, « Zum päpstlichen Urkundenwesen des XI., XII. und der ersten Hälfte des XIII. Jahrhunderts », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung (MIÖG), 1882, p. 624. Une planche d’illustrations lithographiques se trouve à la fin du volume. []
  4. Élie Berger, Les Registres d’Innocent IV, Tome 1, 1884, Paris, p. LXIV [consulté le 22 novembre 2023]. L’auteur laisse la porte ouverte à l’existence d’une cinquième matrice. []
  5. Paul Baumgarten, « Bullenstempel », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, t. 28.2, 1914, Rome, p. 49-51. []
  6. La plus vaste synthèse que nous connaissions est due à Julius von Pflugk-Harttung, Die Bullen des Päpste bis zum Ende des zwölften Jahrhunderts, Gotha, 1901, qui, comme l’indique le titre, s’arrête à la fin XIIe siècle. Le même auteur a fourni des dessins des bulles pour la même période dans Specimina selecta chartarum pontificum Romanorum, t. 3, Stuttgart, 1887. []
  7. Ces archives sont conservées dans le fonds consacré au chapitre Saint-Thomas de Strasbourg sous la cote AVES, 3 AST I. []
  8. Les registres des actes d’Innocent IV publiés par Élie Berger (cité supra n. 4) ne laissent pourtant pas paraître de baisse de l’activité diplomatique pontificale après 1249. Hasard des archives… []
  9. S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 87. []
  10. Léopold Delisle, Mémoires sur les actes d’Innocent III, Paris, 1857, p. 70-73. []
  11. S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 91. []
  12. C’est le type D (fig. 5) que W. Diekamp (cité supra n. 3) ne mentionne pas dans son catalogue. []
  13. Ludwig Schmitz-Rheydt, « Ein Bullenstempel des Papstes Innocent IV. », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung (MIÖG), 1896, p. 64-70. Voir aussi S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 91, n. 443. []
  14. Ludwig Schmitz-Rheydt, « Bullenstempel… » (cité supra n. 12), p. 65. Malheureusement, nous n’avons pas d’indice sur le lieu où ces matrices seraient visibles aujourd’hui. []
  15. « Quod false littere percipi possunt in bulla puncta numerando. Nam vera bulla in circulo ubi sunt capita apostolorum habet LXXIII puncta. Alius vero circulus in alia parte LXXV. Alius qui est supra capud (sic) Petri habet XXV, qui sunt in fronte beati Petri. Sed in fronte beati Pauli non sunt nisi XXIIII. Et in barba beati Petri XXVIII ». Martin d’Opava, Margarita decreti et et decretalium, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Ms. Lat. 4133, fol. 88rb-va. Nous n’avons pas pu consulter ce manuscrit qui n’est pas en ligne sur Gallica. Citation reprise à S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 63, n. 292. []
  16. « Vix enim, immo nullo modo reperire erit, quin discrepet falsa a vera [bulla] vel in forma, vel in punctis, vel aliquo alio. Praeter id etiam, quod ibi sunt quaedam signa secreta solis bullatoris notae », Jean d’André, In quintum Decretalium librum Novella Commentaria, Venise, 1581, fol. 79r. [consulté le 22 novembre 2023]. []
  17. Élie Berger et Gerd Friedrich Nüske citent effectivement un scribe aux initiales JV, pas identifié, très actif entre 1240 et 1264. Élie Berger, Registres…(voir supra n. 4), p. LXVIII [consulté le 22 novembre 2023] ; Gerd Friedrich Nüske, “Untersuchungen über das Personal der päpstlichen Kanzlei, 1254-1304”, Archiv für Diplomatik, t. 20, 1974, p. 235. []
  18. Yann Franchet, « Les sceaux de l’officialité épiscopale de Strasbourg, 1248-1650 », Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie, n° 93, 2023, p. 57-88. []
  19. Wilhelm Ewald, Siegelkunde, Munich et Berlin, 1914, p. 73. []
  20. O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993, p. 238-239. Plus de détails dans Thomas Frenz, Papsturkunden des Mittelalters und der Neuzeit, Stuttgart, 1986, p. 66-67. []
  21. On voit d’ailleurs sur les registres d’Innocent IV publiés par Élie Berger que les actes n’étaient pas enregistrés dans l’ordre chronologique strict. Ainsi, pour prendre un exemple, le numéro 1947, daté du 6 juillet 1245, est-il enregistré au milieu d’actes datés de juin 1246.  Voir Élie Berger, Registres…(voir supra n. 4), t. 1, p. 288 [consulté le 22 novembre 2023]. []

L’Année 2023 en chiffres

Cette année passée a été une année très réussite pour la base de données SIGILLA. De nombreuses collaborations nous ont permis de préciser davantage le paysage sigillaire de la France ensemble.

En 2023, notre base a grandi par :

  • 5 509 empreintes
  • 2 361 sceaux types
  • 1 825 sigillants
  • 4 120 actes
  • 406 armoiries

Lors des vacances de fin d’année, nous avons dépassé le seuil de 47 000 empreintes. Combien de temps faut-il pour atteindre les 48 000 ?

Nous remercions vivement toutes nos collaboratrices et tous nos collaborateurs pour ce travail accompli ! Sans vous, nous ne pouvons jamais atteindre de tels résultats !

Merci et bonnes recherches en 2024 !

Formation à la base SIGILLA en Haute-Vienne

La nouvelle année vient de commencer, et notre équipe était déjà sur la route ! Une formation en hybride a été donnée à une archiviste et à un stagiaire à Limoges aux Archives départementales de la Haute-Vienne ce 8 janvier passé. Le matin se consacrait à l’utilisation de la base SIGILLA et dans l’après-midi a eu lieu un atelier pratique avec quelques sceaux conservés sur place. Nous avons déjà trouvé deux nouveaux sceaux-types et avons hâte de voir le reste !

Ils débuteront prochainement la saisie des sceaux limousines – vous pouvez les consulter et suivre le progrès dans la base SIGILLA !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search