A vos marques … prêts … collectez !!

Ce mois de mars sera sous le signe des étudiants et de la saisie. Grâce aux nouvelles collaborations (et quelques anciennes) aussi bien qu’aux stages étudiants, ce mars verra une poignée de nouveaux contributeurs parmi les « visages » plus familiers à la base – 12 au total !

Des fonds divers tels Artois, Flandre, Eygun, mais aussi une collection à la Médiathèque François Mitterrand de Poitiers, aux Archives municipales de Montbéliard et de Besançon vont être pris en main par une équipe d’étudiants à travers la France. Le but ? Bien sûr de continuer notre collecte de sceaux conservés en France et de compléter le paysage sigillaire du pays.

Nous remercions tous les étudiants pour leur intérêt à nous soutenir et le SIAF pour la subvention que nous avons reçue qui permet cette grande compagne de collecte.

Nous vous donnons toutes et tous rendez-vous sur la base SIGILLA ce mars pour voir les ajouts quotidiens !

Nouvelle compagne de collecte – Flandre !

Grâce à une subvention du SIAF (Service interministériel des archives de France), l’équipe SIGILLA lance une compagne de collecte et de saisie de la collection des sceaux de Flandre qui ont été recensés par Germain Demay. Afin de nous aider avec cette tâche herculéenne, nous avons sollicité nos collègues à l’Université de Lille, et les débuts d’une nouvelle collaboration ont été semés.

A partir de mars, trois étudiants commenceront le travail sur la collection de Flandre. Utilisant le catalogue de Germain Demay, ils saisiront les informations sur les moulages dans la base de données SIGILLA. Dans un deuxième temps, ils iront aux archives départementales du Nord pour trouver l’empreinte originale qui a servi pour le moulage. Grâce à ce travail en deux étapes, les moulages de Flandre seront mieux connu qui est actuellement le cas. Une première formation a eu lieu vendredi dernier, et une deuxième formation est prévue dans les prochains jours.

Nous avons hâte de commencer ce beau projet avec nos nouveaux collaborateurs ! N’hésitez pas à suivre leur travail en temps réel sur la base SIGILLA dans la rubrique de Flandre.

Nous remercions vivement l’Université de Lille et le SIAF pour leur soutien à cette aventure !

Le fonds sigillographique de Haute-Vienne

  • Cyril AUXEPAULES

Universis presentes litteras inspecturis. Nos, stagiarius, salutem…

Voilà peu ou prou la formule de suscription que j’aurais utilisée si, par quelque opération magique, et par un anachronisme linguistique, j’avais effectué mon stage au sein de l’officialité de Limoges entre 1200 et 1400. Cependant, l’histoire suivant son cours, ce sont bien les Archives Départementales de la Haute-Vienne qui m’ont accueilli, en janvier et février 2024, dans le cadre de mon master de recherche en histoire médiévale, parcours Sociétés, Cultures, Échanges, sous le patronage du CRHIA, à l’université de Nantes. La mission qui m’a été confiée est l’étude du fonds de sceaux (estimé à 2000 pièces, du XIIe au XVIIe siècles, avec une nette majorité issue des XIVe-XVe siècles) en vue de leur intégration à SIGILLA. Je tiens à remercier les équipes des ADHV et de SIGILLA pour leur confiance.

Les empreintes que j’ai rencontrées avaient, pour la plupart, déjà fait l’objet d’un inventaire précis dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, surtout par Philippe de Bosredon, Maurice Ardant et Louis Guibert. Il en est qui semblaient inédites, ou dont je n’en ai en tout cas pas retrouvé trace dans la littérature dédiée. Certains sceaux-types entrent dans les deux catégories, à l’instar de ceux employés par l’officialité de Limoges, assurément les plus nombreux (près de la moitié de mes saisies). Ces séries d’empreintes et de contre-empreintes ont constitué un piège facile pour le débutant que je suis, du fait de la constance de leur iconographie.

Ci-dessus, une empreinte de ladite officialité, datée de septembre 1322, que l’on décrit ainsi : évêque debout, vu de face à mi-jambes, mitré, crossé et bénissant. On lui trouve pour légende : + SIGILLVM CVRIE LEMOVICENSIS. Ce dessin, je l’ai retrouvé sur plus d’une vingtaine de sceaux… Pourtant, tous ne sont pas issus de la même matrice : certaines empreintes accusent d’une hauteur de 45mm (leur usage semble prédominer à partir de 1320), d’autres de 40mm (à partir de 1280). À cette difficulté s’ajoute celle de leur emploi, puisque les deux se chevauchent tout au long du XIVe siècle ; le siècle précédent voit le second se mêler à un tiers sceau, lui, d’environ 35mm, exclusif au XIIIe siècle. La mesure de chaque empreinte est un premier moyen de différenciation, mais elle peut se heurter au cas, hélas majoritaire, des sceaux incomplets et usés. Et bien sûr, des surprises peuvent toujours apparaître : l’empreinte donnée pour exemple ci-dessus mesure quant à elle 35mm de haut. C’est justement dans ce cas de figure que l’analyse de la contre-empreinte, lorsqu’elle est disponible, peut se révéler d’une grande aide, sans qu’elle soit, loin de là, une valeur sûre.

Contre-sceau Officialité de Limoges – Ad 87 – H SUP LIMOGES B 337 (3)

Voici la contre-empreinte qui semble avoir été majoritairement employée par l’officialité. On la décrira comme une main bénissante dans un nimbe crucifère, tandis que sa légende indique Manus Domini. L’institution a eu principalement recours à ce dessin entre 1239 et 1346. Il a été reproduit sur au moins trois matrices, que quelques millimètres distinguent en taille. Un autre dessin s’impose ensuite de 1336 à 1346, deux mains qui s’étreignent, légendé Dominvs mevs. Encore une fois, les deux illustrations se juxtaposent, mais la seconde est la plus fréquente sur la période qu’elle couvre : c’est ainsi que la présence de l’une de ces contre-empreintes peut aider à déterminer le sceau-type employé pour l’avers. Bien sûr, il n’y a pas de règle en la matière et des contre-exemples sont légion. Néanmoins, un examen attentif de la pièce, de l’acte auquel elle est appendue, le tout soutenu par une recherche bibliographique et la vigilance de Mme Kasteleiner ont permis, dans les cas que j’ai croisés, d’identifier chaque sceau.

Officialité de Limoges – Ad 87 – H 115
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search