Le cachet de Daniel de Chevannay

  • Nina COSTILLE

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je reviens sur un sigillant que j’ai eu l’occasion d’étudier aux archives municipales de Besançon lors de mes vacations. Je m’appelle Nina Costille, je suis étudiante en deuxième année d’histoire et patrimoine (CMI ENPAJ) à l’Université de Franche-Comté, et en parallèle de mes études, j’ai eu l’opportunité d’effectuer de vacations pendant quatre mois aux AM de Besançon. Ces archives municipales sont pleines de documents à traiter, d’empreintes à étudier, et aujourd’hui je vous partage le cas de Daniel de Chevannay, un envoyé en cour d’empire au XVIIe siècle, qui échangea de nombreuses correspondances avec la ville de Besançon de 1640 à 1643. La plupart de ses lettres ont été écrite depuis les villes de Ratisbonne (aujourd’hui en Allemagne) et de Vienne (Autriche), et sont conversées dans la série AA aux liasses AA30 et AA31.

J’ai recensé environ une centaine d’empreinte du cachet que Daniel de Chevannay a utilisé pendant sa mission. A compter que sur chaque document on trouve généralement deux empreintes, parfois quatre, ce qui multiplie davantage le nombre d’empreinte à saisir ! Généralement, ces empreintes étaient plutôt nettes, malgré les cassures qui les avaient fragmentées. Le fait d’avoir une variété d’empreintes sur les documents m’a permis ainsi de reconstituer l’idée générale de ce à quoi le sceau-type devait ressembler. Dans le cas du cachet de Daniel de Chevannay, il s’agit d’un cachet ovale verticalement de 12 x 15 mm qui porte ses armoiries soit un compas ouvert sur un fond d’étoiles, le tout surmonté d’un heaume et cimé d’ornements.

Voilà un petit aperçu des empreintes, qui, condensées, peuvent nous donner une idée plus précise du sceau-type. Bien évidemment le cas de Daniel de Chevannay n’est pas un cas isolé dans la démarche, mais c’est personnellement un des cas sur lesquels j’ai le plus apprécié mener mes recherches. La variété des empreintes, leurs qualités, leurs détails, méritaient que je m’attarde à rédiger un petit article afin de mettre en avant les fonds sur Daniel de Chevannay présents aux archives municipales de Besançon, alors n’hésitez-pas à venir les étudier de plus près !

Journée de Recherche & Découverte à Besançon

Le 14 mars, les étudiants de L2 du parcours CMI ENPAJ à l’Université de Franche-Comté ont organisé une journée d’études sur le thème des outils numériques pour la conservation et préservation d’histoire. Au programme était l’archiviste des Archives départementales du Doubs, le programme SIGILLA et la société Héritage Virtuel.

Ces étudiants ont été formés à la saisie en janvier 2023 et ont passé un semestre à traiter les documents conservés aux archives du Doubs. Ensuite, quelques-uns ont effectués des stages ou des vacations avec SIGILLA afin de poursuivre la collecte des sceaux dans la région. Ces activités ont été gentiment financées par une subvention reçue de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

L’après-midi était passionnant et nous remercions les étudiants pour cette occasion à présenter notre projet SIGILLA et pour leur engagement et intérêt pour les sceaux !

Voici quelques impressions de la journée :

Retour aux sources : Sources du symbole au Moyen Âge. Le règne animal et végétal

La prochaine séance de Retour aux sources aura lieu le mardi 26 mars 2024 à partir de 13h30 à l’hôtel de Soubise (60 rue des Francs-Bourgeois, 75003, Paris) où vous explorez les « sources du symbole au Moyen Âge : Le règne animale et végétal.

Arbres, plantes, végétaux, animaux réels ou légendaires occupent une place prépondérante dans l’art médiéval et forment un important corpus pour l’écriture d’Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, ouvrage pionnier de Michel Pastoureau. Dans son sillage, Pierre Bureau, archiviste aux Archives nationales a étudié Les matrices de sceaux en ivoire de morse. Histoire symbolique d’un objet d’exception (Xe-XVe siècle) et Anaïs Blesbois, dans le cadre de sa thèse, s’intéresse aux « vergers : théories, pratiques et représentations, 1304-1540 ». Ils viendront, tous deux, nous présenter le résultat de leurs travaux. Michel Pastoureau interviendra ensuite sur son Bestiaire des armoiries médiévales issu de ses premiers travaux de thèse qui reposaient essentiellement sur l’exploitation des collections sigillographiques des Archives nationales.

Venez donc nombreux écouter et échanger avec les trois intervenants qui, par leurs approches singulières en matière d’interprétation des sources et d’exploitation de leur matérialité offrent un regard original sur les symboles et in fine sur la société de l’occident médiéval. 

-texte des archives nationales

Pour plus d’informations, consultez le programme ci-dessous.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search