Un outil médiéval pour le présent et l’avenir

  • Philippe JACQUET

L’Histoire ne cesse de nous lancer des clins d’œil. Il est amusant de penser que la dernière modification constitutionnelle est scellée du grand sceau de la République, actant ainsi une avancée sociétale majeure par un dispositif vieux de plusieurs milliers d’années. En effet, la modification constitutionnelle portant sur le droit des femmes à l’avortement a été scellé par Monsieur Eric Dupont-Moretti, ministre de la Justice, Garde des sceaux en présence de Monsieur Emmanuel Macron, président de la République Française. En regard, le sceau de la République est encore très jeune puisqu’il est né à l’issue de la Révolution française pour succéder au grand sceau royal.

L’usage du sceau est l’apanage du Moyen-âge avec un foisonnement d’iconographie. Passé en désuétude au seizième siècle, l’usage du sceau s’est restreint à quelques cas au dix-huitième siècle, la Révolution Française a naturellement réformé son application. Depuis cette époque, l’apposition du sceau sur les lois ne constitue pas une formalité nécessaire à leur validité. Le symbole est pourtant resté important et il est intéressant de suivre la progression qui aboutit à l’usage actuel.

En aout 1792, au lendemain de la déposition du roi, un premier décret définit l’iconographie comme « une figure de la Liberté, armée d’une pique surmontée du bonnet de Liberté et pour légende : au nom de la nation française ». Un second décret amenda le précédent en précisant « Une femme appuyée d’une main sur un faisceau, tenant de l’autre une lance surmontée du bonnet de la Liberté. » tout en étendant son utilisation à l’ensemble des corps administratifs et en légiférant sur l’application du timbre sec sur les exemplaires imprimés qui remplaceront désormais les expéditions en parchemins et sceaux pendants. Plusieurs autres décrets ont précisé certains points (appellation du bonnet, cachets similaires, etc.).

Figure 1 : Sceau de la Première République (moulage)

Malgré l’absence de sources concernant la gravure des matrices, il est convenu d’attribuer leur réalisation à Augustin Dupré (1748-1833), graveur général des Monnaies de France. Conformément au décret initial, sous l’exergue « AU NOM DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE », l’allégorie de la Liberté est incarnée par une femme drapée à l’antique et de façon récurrente, le bonnet phrygien (ou bonnet de la Liberté) et le faisceau de licteurs rappellent par l’image la volonté de liberté et de pouvoir du peuple français (figure 1). Deux éléments sont ajoutés, le cordons d’étoiles ainsi qu’un socle gouvernail. Dans la lignée des travaux d’Augustin Dupré, ce gouvernail s’interprète facilement comme l’activité du gouvernement. Yves Metman, quant à lui, souligne le parallèle du cordon de quatre-vingt-trois étoiles avec les quatre-vingt-trois départements initialement créés. En 1793, ce cordon fut vainement contesté par Charles-Gilbert Romme (1750-1795) qui n’y voyait que la division, là où Fabre d’Eglantine exaltait l’indivisibilité de la République. Cette matrice, finalement confiée au Directoire fut très peu utilisée, on conserve néanmoins la trace du paiement de quatre boites en argent pour l’usage diplomatique[1].

En 1848, dans un contexte politique complétement différent, le retour de la République impose le renouvellement de l’image du pouvoir. Les débats autour de son iconographie imposent la représentation de la Liberté assise, suivant l’arrêté du 8 septembre 1848 :

« À l’avenir, le sceau de l’État portera, d’un côté, pour type, la figure de la Liberté, et pour légende, au nom du Peuple Français ; de l’autre côté, une couronne de chêne et d’olivier, liée par une gerbe de blé; au milieu de la couronne, République française, démocratique, une et indivisible ; et pour légende, Liberté, Égalité, Fraternité »[2].

Le projet de Jacques-Jean Barre graveur à la Monnaie de Paris est ainsi accepté et réalisé par celui-ci qui signe la matrice (en bas à droite)[3]. On note l’abandon du bonnet de la Liberté et l’apparition de symboles comme l’urne du suffrage universel (S. U.) et ceux des arts, de l’agriculture de l’industrie et de la culture (figure 2,3 et 4).

Figure 2 : Projet de J-J Bare
Figure 3 Gravure définitive, Moulage Douet d’Arcq n°149
Figure 4: Matrices (en leur état actuel)

Lors de sa création, la date portée au bas de la matrice est le 28 février 1848, date de la proclamation de la Deuxième République par Alphonse de Lamartine. Elle sera remplacée par celle du 4 septembre 1870, date de l’adoption de la Troisième République. L’effacement de cette dernière date (visible sur les images) sera la dernière modification que subira cette matrice. Cette adaptation, décidée par la Quatrième République est [pour l’instant] définitive. Dans une remarquable continuité que l’on peut considérer symbolique, la Cinquième République scelle ainsi avec une matrice dessinée et gravée depuis plus de 175 ans et adaptée progressivement.

Actuellement les matrices de la République et la presse à sceller sont conservées dans le bureau du ministre de la Justice, Garde des sceaux, à l’hôtel de Bourvallais. La presse, de petite taille en laiton, est celle, commandée par Cambacérès en 1810. Un meuble précieux lui sert d’assise et les matrices prennent place dans un coffret d’ébénisterie (figure 5 et 6). Quatorze documents ont fait l’objet d’un scellement sous la Cinquième République. Tous sont appendus sur un lien tricolore, les neuf premières empreintes sont de couleur jaune, les cinq derniers sceaux sont de couleur verte[4].

Figure 7 : Michel Monnerie, chef d’atelier du service des sceaux pendant les essais préalables

Disposer de l’outil est nécessaire, maîtriser le processus technique de scellage est essentiel pour réussir l’apposition d’un sceau parfaitement conforme. Alors qu’avec le temps, le savoir-faire s’est dilué progressivement[5], les nouvelles exigences médiatiques ont réclamé une cérémonie publique sans aléa. A l’occasion de la loi constitutionnelle sur l’union Européenne en 1992[6], Il a été décidé de réactualiser les modalités techniques nécessaires à l’acte. Victimes d’un entretien abusif par des produits agressifs, les matrices ont été dans un premier temps réavivées par les graveurs de la Monnaies de Paris. Ensuite l’ensemble, presse et matrices, s’est vu confié au Service des sceaux des Archives nationales[7] pour étudier et vérifier la mise en œuvre. Rendu accessible, de nombreuses manipulations, ont pu être effectuées et consignées pour la réussite de l’opération. A l’issue de plusieurs jours de manipulation, Michel Monnerie a ainsi défini les paramètres d’usage, la composition de l’alliage de cire et tous les éléments nécessaires à la réussite de l’opération (figure 7). Tous ces éléments ont fait l’objet de plusieurs publications[8] qui restent la référence en la matière. Parallèlement, une campagne photographique en a été réalisée[9].

La grande Histoire nous apporte ainsi l’aspect factuel de cette permanence de la concrétisation du pouvoir de l’état. Une abondante bibliographie en consacre l’importance[10]. Autour de ce geste solennel, et de ces objets investis d’un pouvoir symbolique, la petite Histoire foisonne d’évènements qui se rapportent oralement. Deux anecdotes, pourtant, méritent d’être rappelées.

Aux heures sombres de la seconde guerre mondiale, dans la désorganisation générale, un haut fonctionnaire fut chargé de transporter les matrices pour éviter leur détournement ou leur vol. En peu de temps, celui-ci s’est retrouvé bloqué à Orléans. Il déposa alors à la conciergerie du Tribunal de Grande instance, avant de pourvoir continuer sa route. Un mois plus tard, le calme revenu, et l’administration remise en place, le même haut-fonctionnaire, tranquille, revint reprendre son « précieux bagage » resté intact dont le concierge ignorait le contenu et déchargeant celui-ci de sa fonction inattendue de Garde des sceaux mais qui évita sans le savoir la perte des matrices.

Quelques années plus tard, le texte de la constitution de la Cinquième République fut scellé le 6 octobre 1958 par Michel Debré, ministre de la Justice et père de la constitution. Il en gardera un souvenir aussi particulier qu’inattendu ! Au moment de la mise en forme du sceau, le mauvais usage de la cire[11] et de la presse provoquèrent un puissant jet de cire [brûlante] qui macula le complet du Garde des sceaux. Beaucoup s’amusèrent de l’incident heureusement sans gravité quand d’autres ironisèrent sur un hommage de la République au rédacteur de sa constitution.

Le temps ne s’arrête pas, l’histoire non plus. Il est vraisemblable que la résurgence de cet usage et des outils associés se maintiennent tant le symbole est prégnant et insère des textes contemporains ou précurseurs dans la tradition.  Ainsi nous est rappelé que, loin des modes et des nouveautés aussi éphémères que futiles, l’apposition du sceau, méthode ancienne validée par des siècles d’utilisation, est d’une étonnante modernité en garantissant la vie publique actuelle.

Figure 8 : Presse avec les matrices

[1] Commandées à Gaultier, marchand orfèvre de la rue du Bac à Paris, ces boîtes furent payées près d’un an plus tard (Cf. Pierre-Dominique Chenet, Les procès-verbaux du Directoire, t. 1, p. 106).

[2] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4435896s

[3] La gravure est effectuée sur un bloc cylindrique d’un kilogramme d’argent

[4] La couleur verte peut s’interpréter comme un contre-sens historique. En opposition à l’usage royal, la République scelle en rouge ou en jaune. La couleur verte, couleur utilisée par le roi pour marquer un acte perpétuel, est reprise en 1999. L’argument en est très discutable, aucun texte de chancellerie ne mentionnant cet usage. On peut tout au plus constater que la cire verte est plus facile à travailler.

[5]   Il s’est écoulé 11 ans entre l’apposition du sceau sur la Loi no 81-908 portant abolition de la peine de mort et l’apposition sur la loi constitutionnelle no 92-554 sur les Communautés européennes et l’Union européenne

[6] Loi constitutionnelle no 92-554 sur les Communautés européennes et l’Union européenne du 25 juin 1992

[7] Sous la direction de Madame Martine Dalas, conservatrice et de Monsieur Michel Monnerie Chef d’atelier

[8] Michel Monnerie, Sceller avec le Grand Sceau de l’État. Mode d’emploi, Histoire de la Justice, 7, 1994, p. 199 à 207.

[9] Philippe Jacquet/Ludimage toutes les images sont issues des archives personnelles de l’auteur.

[10] -Claire Bommelaer, « La Constitution sera scellée en public sur la presse commandée par Cambacérès », Le Figaro,‎ 7 mars 2024

-Maurice Agulhon, Marianne au combat : l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, 251 p.

Les constitutions de la France, 1791-1992. Exposition réalisée par le ministère de la justice et l’association « Expo 200 », Paris, 6 novembre-31 décembre 1992.

-Pascal Durand-Barthez, « Qu’est-ce que le Sceau de France ? », Histoire pour tous, no 22, février 1962.

-Guilhem Nave, Les textes constitutionnels de 1791 à 1995. Analyse technique des documents, Mémoire non publié, octobre 1996, 27 p.

-Marie-Adélaïde Nielen, « Le sceau de la Ve République », Revue de l’AMOPA, 161, juillet 2003, p. 27 à 29.

-Louis Rouvier, Les Sceaux de la Grande Chancellerie de France de 458 à nos jours, Marseille, imprimerie de la société du Petit Marseillais, 1935, 94 p. : 83-84. [Description du grand sceau et du petit sceau de la IIIe République].

-D. Vallet, « Le Sceau de France », La Vie judiciaire, 14-20 août 1989 et 21-27 août 1989, p. 5 suiv.

-Jean-Jacques Yvorel, « Déritualisation » et désacralisation de l’audience du sceau (xviiie – xixe siècles), Le

-Romane Laignel Sauvage, « Le grand sceau de France : un peu de cire et de la solennité [archive] », sur www.ina.fr, 5 mai 2024

[11] La méthodologie de l’époque conseillait à tort l’usage de cire liquide (60 / 70 ° C) !

Le cachet de Daniel de Chevannay

  • Nina COSTILLE

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je reviens sur un sigillant que j’ai eu l’occasion d’étudier aux archives municipales de Besançon lors de mes vacations. Je m’appelle Nina Costille, je suis étudiante en deuxième année d’histoire et patrimoine (CMI ENPAJ) à l’Université de Franche-Comté, et en parallèle de mes études, j’ai eu l’opportunité d’effectuer de vacations pendant quatre mois aux AM de Besançon. Ces archives municipales sont pleines de documents à traiter, d’empreintes à étudier, et aujourd’hui je vous partage le cas de Daniel de Chevannay, un envoyé en cour d’empire au XVIIe siècle, qui échangea de nombreuses correspondances avec la ville de Besançon de 1640 à 1643. La plupart de ses lettres ont été écrite depuis les villes de Ratisbonne (aujourd’hui en Allemagne) et de Vienne (Autriche), et sont conversées dans la série AA aux liasses AA30 et AA31.

J’ai recensé environ une centaine d’empreinte du cachet que Daniel de Chevannay a utilisé pendant sa mission. A compter que sur chaque document on trouve généralement deux empreintes, parfois quatre, ce qui multiplie davantage le nombre d’empreinte à saisir ! Généralement, ces empreintes étaient plutôt nettes, malgré les cassures qui les avaient fragmentées. Le fait d’avoir une variété d’empreintes sur les documents m’a permis ainsi de reconstituer l’idée générale de ce à quoi le sceau-type devait ressembler. Dans le cas du cachet de Daniel de Chevannay, il s’agit d’un cachet ovale verticalement de 12 x 15 mm qui porte ses armoiries soit un compas ouvert sur un fond d’étoiles, le tout surmonté d’un heaume et cimé d’ornements.

Voilà un petit aperçu des empreintes, qui, condensées, peuvent nous donner une idée plus précise du sceau-type. Bien évidemment le cas de Daniel de Chevannay n’est pas un cas isolé dans la démarche, mais c’est personnellement un des cas sur lesquels j’ai le plus apprécié mener mes recherches. La variété des empreintes, leurs qualités, leurs détails, méritaient que je m’attarde à rédiger un petit article afin de mettre en avant les fonds sur Daniel de Chevannay présents aux archives municipales de Besançon, alors n’hésitez-pas à venir les étudier de plus près !

Journée de Recherche & Découverte à Besançon

Le 14 mars, les étudiants de L2 du parcours CMI ENPAJ à l’Université de Franche-Comté ont organisé une journée d’études sur le thème des outils numériques pour la conservation et préservation d’histoire. Au programme était l’archiviste des Archives départementales du Doubs, le programme SIGILLA et la société Héritage Virtuel.

Ces étudiants ont été formés à la saisie en janvier 2023 et ont passé un semestre à traiter les documents conservés aux archives du Doubs. Ensuite, quelques-uns ont effectués des stages ou des vacations avec SIGILLA afin de poursuivre la collecte des sceaux dans la région. Ces activités ont été gentiment financées par une subvention reçue de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

L’après-midi était passionnant et nous remercions les étudiants pour cette occasion à présenter notre projet SIGILLA et pour leur engagement et intérêt pour les sceaux !

Voici quelques impressions de la journée :

Retour aux sources : Sources du symbole au Moyen Âge. Le règne animal et végétal

La prochaine séance de Retour aux sources aura lieu le mardi 26 mars 2024 à partir de 13h30 à l’hôtel de Soubise (60 rue des Francs-Bourgeois, 75003, Paris) où vous explorez les « sources du symbole au Moyen Âge : Le règne animale et végétal.

Arbres, plantes, végétaux, animaux réels ou légendaires occupent une place prépondérante dans l’art médiéval et forment un important corpus pour l’écriture d’Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, ouvrage pionnier de Michel Pastoureau. Dans son sillage, Pierre Bureau, archiviste aux Archives nationales a étudié Les matrices de sceaux en ivoire de morse. Histoire symbolique d’un objet d’exception (Xe-XVe siècle) et Anaïs Blesbois, dans le cadre de sa thèse, s’intéresse aux « vergers : théories, pratiques et représentations, 1304-1540 ». Ils viendront, tous deux, nous présenter le résultat de leurs travaux. Michel Pastoureau interviendra ensuite sur son Bestiaire des armoiries médiévales issu de ses premiers travaux de thèse qui reposaient essentiellement sur l’exploitation des collections sigillographiques des Archives nationales.

Venez donc nombreux écouter et échanger avec les trois intervenants qui, par leurs approches singulières en matière d’interprétation des sources et d’exploitation de leur matérialité offrent un regard original sur les symboles et in fine sur la société de l’occident médiéval. 

-texte des archives nationales

Pour plus d’informations, consultez le programme ci-dessous.

A vos marques … prêts … collectez !!

Ce mois de mars sera sous le signe des étudiants et de la saisie. Grâce aux nouvelles collaborations (et quelques anciennes) aussi bien qu’aux stages étudiants, ce mars verra une poignée de nouveaux contributeurs parmi les « visages » plus familiers à la base – 12 au total !

Des fonds divers tels Artois, Flandre, Eygun, mais aussi une collection à la Médiathèque François Mitterrand de Poitiers, aux Archives municipales de Montbéliard et de Besançon vont être pris en main par une équipe d’étudiants à travers la France. Le but ? Bien sûr de continuer notre collecte de sceaux conservés en France et de compléter le paysage sigillaire du pays.

Nous remercions tous les étudiants pour leur intérêt à nous soutenir et le SIAF pour la subvention que nous avons reçue qui permet cette grande compagne de collecte.

Nous vous donnons toutes et tous rendez-vous sur la base SIGILLA ce mars pour voir les ajouts quotidiens !

Nouvelle compagne de collecte – Flandre !

Grâce à une subvention du SIAF (Service interministériel des archives de France), l’équipe SIGILLA lance une compagne de collecte et de saisie de la collection des sceaux de Flandre qui ont été recensés par Germain Demay. Afin de nous aider avec cette tâche herculéenne, nous avons sollicité nos collègues à l’Université de Lille, et les débuts d’une nouvelle collaboration ont été semés.

A partir de mars, trois étudiants commenceront le travail sur la collection de Flandre. Utilisant le catalogue de Germain Demay, ils saisiront les informations sur les moulages dans la base de données SIGILLA. Dans un deuxième temps, ils iront aux archives départementales du Nord pour trouver l’empreinte originale qui a servi pour le moulage. Grâce à ce travail en deux étapes, les moulages de Flandre seront mieux connu qui est actuellement le cas. Une première formation a eu lieu vendredi dernier, et une deuxième formation est prévue dans les prochains jours.

Nous avons hâte de commencer ce beau projet avec nos nouveaux collaborateurs ! N’hésitez pas à suivre leur travail en temps réel sur la base SIGILLA dans la rubrique de Flandre.

Nous remercions vivement l’Université de Lille et le SIAF pour leur soutien à cette aventure !

Le fonds sigillographique de Haute-Vienne

  • Cyril AUXEPAULES

Universis presentes litteras inspecturis. Nos, stagiarius, salutem…

Voilà peu ou prou la formule de suscription que j’aurais utilisée si, par quelque opération magique, et par un anachronisme linguistique, j’avais effectué mon stage au sein de l’officialité de Limoges entre 1200 et 1400. Cependant, l’histoire suivant son cours, ce sont bien les Archives Départementales de la Haute-Vienne qui m’ont accueilli, en janvier et février 2024, dans le cadre de mon master de recherche en histoire médiévale, parcours Sociétés, Cultures, Échanges, sous le patronage du CRHIA, à l’université de Nantes. La mission qui m’a été confiée est l’étude du fonds de sceaux (estimé à 2000 pièces, du XIIe au XVIIe siècles, avec une nette majorité issue des XIVe-XVe siècles) en vue de leur intégration à SIGILLA. Je tiens à remercier les équipes des ADHV et de SIGILLA pour leur confiance.

Les empreintes que j’ai rencontrées avaient, pour la plupart, déjà fait l’objet d’un inventaire précis dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, surtout par Philippe de Bosredon, Maurice Ardant et Louis Guibert. Il en est qui semblaient inédites, ou dont je n’en ai en tout cas pas retrouvé trace dans la littérature dédiée. Certains sceaux-types entrent dans les deux catégories, à l’instar de ceux employés par l’officialité de Limoges, assurément les plus nombreux (près de la moitié de mes saisies). Ces séries d’empreintes et de contre-empreintes ont constitué un piège facile pour le débutant que je suis, du fait de la constance de leur iconographie.

Ci-dessus, une empreinte de ladite officialité, datée de septembre 1322, que l’on décrit ainsi : évêque debout, vu de face à mi-jambes, mitré, crossé et bénissant. On lui trouve pour légende : + SIGILLVM CVRIE LEMOVICENSIS. Ce dessin, je l’ai retrouvé sur plus d’une vingtaine de sceaux… Pourtant, tous ne sont pas issus de la même matrice : certaines empreintes accusent d’une hauteur de 45mm (leur usage semble prédominer à partir de 1320), d’autres de 40mm (à partir de 1280). À cette difficulté s’ajoute celle de leur emploi, puisque les deux se chevauchent tout au long du XIVe siècle ; le siècle précédent voit le second se mêler à un tiers sceau, lui, d’environ 35mm, exclusif au XIIIe siècle. La mesure de chaque empreinte est un premier moyen de différenciation, mais elle peut se heurter au cas, hélas majoritaire, des sceaux incomplets et usés. Et bien sûr, des surprises peuvent toujours apparaître : l’empreinte donnée pour exemple ci-dessus mesure quant à elle 35mm de haut. C’est justement dans ce cas de figure que l’analyse de la contre-empreinte, lorsqu’elle est disponible, peut se révéler d’une grande aide, sans qu’elle soit, loin de là, une valeur sûre.

Contre-sceau Officialité de Limoges – Ad 87 – H SUP LIMOGES B 337 (3)

Voici la contre-empreinte qui semble avoir été majoritairement employée par l’officialité. On la décrira comme une main bénissante dans un nimbe crucifère, tandis que sa légende indique Manus Domini. L’institution a eu principalement recours à ce dessin entre 1239 et 1346. Il a été reproduit sur au moins trois matrices, que quelques millimètres distinguent en taille. Un autre dessin s’impose ensuite de 1336 à 1346, deux mains qui s’étreignent, légendé Dominvs mevs. Encore une fois, les deux illustrations se juxtaposent, mais la seconde est la plus fréquente sur la période qu’elle couvre : c’est ainsi que la présence de l’une de ces contre-empreintes peut aider à déterminer le sceau-type employé pour l’avers. Bien sûr, il n’y a pas de règle en la matière et des contre-exemples sont légion. Néanmoins, un examen attentif de la pièce, de l’acte auquel elle est appendue, le tout soutenu par une recherche bibliographique et la vigilance de Mme Kasteleiner ont permis, dans les cas que j’ai croisés, d’identifier chaque sceau.

Officialité de Limoges – Ad 87 – H 115

Les sceaux conservés aux Archives municipales de Dole

– Maxime FERROLI, archiviste des Am Dole

Le 31 mai 2023, le service des Archives municipales de Dole accueillait un étudiant de l’Université de Franche-Comté opérant pour la base de données Sigilla (Matthieu Muller). Dans le cadre d’un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, et en collaboration avec l’Université, l’opération consistait à mener une collecte des sceaux conservés dans la région. Cette intervention nous a amené à enquêter dans nos fonds pour retrouver et inventorier ces derniers.

Le dépôt d’archives dolois prend naissance avec l’octroi d’une charte de franchise par la comtesse de Bourgogne, Alix de Méranie en 1274. C’est à partir de cette date que la communauté d’habitants prend soin de conserver tous les titres servant à prouver les privilèges dont elle jouit. Mais les deux conquêtes engagées en terres bourguignonnes par Louis XI, en 1477 puis en 1479, ont raison de la ville de Dole, entraînant d’importantes pertes archivistiques. Ainsi, c’est à partir de 1480 que les actes conservés constituent un ensemble cohérent.

Au sein de ce fonds documentaire, nous avons dénombré 29 sceaux, dont 28 sont issus des archives anciennes (antérieures à 1790, celles-ci représentent 76 mètres linéaires sur un volume total d’environ 1 000 mètres linéaires).

Au regard de la période concernée, la majorité des sceaux conservés sont ceux des comtes de Bourgogne, et plus précisément ceux des souverains habsbourgeois (1493-1678). Néanmoins, les plus anciens sceaux que nous possédons sont celui d’Othon IV de Bourgogne (1277, figure 1), et celui de Marguerite III de Flandre (1390). Quant à la branche des Habsbourg, elle se décline tout d’abord avec l’empereur Maximilien d’Autriche dont nous conservons 3 sceaux, l’un d’eux est d’ailleurs commun avec son fils Philippe le Beau (figure 2), et nous détenons un sceau de sa fille (1510), Marguerite d’Autriche. L’empereur Charles Quint est bien représenté avec 4 sceaux (1538-1551) ainsi que son fils Philippe II avec 4 sceaux également (1561-1592). Enfin, les Archiducs Albert et Isabelle, sont présents avec un sceau (1607).

Dans l’ensemble, la typologie documentaire rattachée à ces sceaux consiste en des lettres patentes.

En dehors de la période habsbourgeoise, les Archives municipales détiennent des sceaux de deux rois de France. Ainsi, 4 sceaux sont de Charles VIII (figure 3-4), ils couvrent la période 1483-1492. Ils illustrent la période d’occupation française du territoire comtal. Le second sceau est celui de Louis XVIII (1816), le seul issu du fonds d’archives moderne, qui s’inscrit dans le mouvement de confirmation des armoiries en France au début du XIXe siècle.

Nous possédons également quelques sceaux d’institutions, à savoir le parlement de Dole (2 sceaux) ou encore l’université. Concernant cette dernière institution, 3 sceaux sont conservés, deux d’entre eux sont issus du fonds de la confrérie de la Croix et datent de la seconde moitié du XVIIIe siècle (1780 et 1789). Le dernier, récemment mis à l’honneur lors des commémorations des 600 ans de l’université de Franche-Comté (figure 5) remonte à 1691.

Fig. 5 : Université de Dole

Nous conservons également une bulle du pape Jules II (1512) relative à la reconstruction de l’église Notre-Dame de Dole et des sceaux de personnalités religieuses locales ; à savoir le prieur de Dole, Étienne de Olerille (1338) ou encore l’abbé de Saint-Vincent de Besançon, Jehan de Renédale (1465 et 1472, figure 6).

Finalement, comme le souligne Matthieu Muller, les sceaux conservés sont en mauvais état, la plupart d’entre eux sont en plusieurs morceaux. D’ailleurs, l’un d’eux est soigneusement emmailloté (figure 7). Au toucher, ce sceau de Charles VIII, apparaît être totalement en miettes, c’est pourquoi il n’a pas été manipulé.

Les sceaux conservés au sein des Archives municipales de Dole reflètent l’histoire de la ville et de son administration municipale. Ils se concentrent surtout sur la période charnière entre le XVe siècle et le XVIe siècle, moment où la ville doit réaffirmer ses droits et ses engagements.

Tableau récapitulatif :

SigillantNombre de sceauCote aux Archives
Comtes de Bourgogne
Othon IV de Bourgogne1FA 846
Marguerite de Flandre1FA 846
Maximilien d’Autriche3FA 744, FA 900/2 (2 sceaux)
Marguerite d’Autriche1FA 900/2
Charles Quint4FA 15, FA 1282 (2 sceaux), FA 1570.
Philippe II4FA 203 (2 sceaux), FA 1282 (2 sceaux)
Albert et Isabelle, Archiducs1FA 918
Rois de France  
Charles VIII4FA 900/1
Louis XVIII1D77
Institutions  
Parlement de Dole2FA 846
Université3Croix 66-1, Croix 66-2, non coté.
Personnalités religieuses
Jules II1FA 1281
Etienne de Olerille, prieur de Dole1FA 985
Jehan de Renédale, abbé de Saint-Vincent de Besançon2FA 846

La quatrième bulle d’Innocent IV – Quelques réflexions sur les faces nominales des bulles de plomb pontificales

  • Yann FRANCHET

Dans un récent ouvrage consacré à la diplomatique pontificale au Moyen Âge, Sabine Fees évoque longuement les bulles de plomb appendues aux documents émis par la chancellerie du pape Innocent IV (1243-1254)1. Elle y rappelle que le nombre de matrices ayant servi à former les faces nominales des bulles au cours de ce pontificat reste controversé : trois ou quatre2 ? Wilhelm Diekamp, en 1882, en avait relevé trois3. Élie Berger, deux ans plus tard, dans l’introduction à la publication des registres d’Innocent IV en avait relevé quatre4. Paul Baumgarten, en 1914, désabusé devant les différences microscopiques qu’il observait sur les empreintes, annonçait quant à lui avoir renoncé à faire un catalogue de matrices des papes du XIIIe siècle, affirmant d’ailleurs que ces différences étaient le plus souvent à mettre sur le compte de petits défauts inhérents à la prise d’empreinte5. De fait, aussi étrange que cela puisse paraître, et malgré une bibliographie considérable et un peu intimidante sur la diplomatique pontificale, il semble que personne n’ait repris cette recherche, et nous ne connaissons pour notre part aucun catalogue sigillographique récent des différents types utilisés par la chancellerie pontificale6. Cette question semble avoir été délaissée des sigillographes depuis les travaux de ces érudits du tournant des XIXe et XXe siècles. Le site Sigilla est peut-être l’outil (en attendant l’usage de l’intelligence artificielle…) permettant de tenter ce que Paul Baumgarten a désespéré de pouvoir faire.

À une échelle très modeste, c’est ce que nous proposons de faire avec les faces nominales des bulles d’Innocent IV. Lors du dépouillement des archives issues du couvent des Dominicains de Strasbourg7 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), nous avons photographié et mis en ligne sur Sigilla 47 bulles de plomb d’Innocent IV, avers et revers. Avec les empreintes issues d’autres fonds mises en ligne par différents collaborateurs du site, c’est désormais un corpus de 79 empreintes qui sont visibles sur la base de données. Cet ensemble a priori conséquent souffre pourtant d’un défaut qui fragilise les conclusions que l’on pourra lire ci-dessous : sur les 79 empreintes, 76 datent d’avant 1249, trois seulement datent de la période 1250-12548.

Pour rappel, les bulles papales, systématiquement en plomb, sont formées de deux faces. C’est sous le pape Pascal II (1099-1118) que s’est fixé le modèle qui va perdurer durant toute la fin du Moyen Âge et au-delà. Chaque bulle, d’un diamètre de 35 mm et d’une épaisseur de 5 mm environ, présente ainsi :  

  • Une face nominale, c’est-à-dire présentant le nom du pape et son numéro d’ordre, sur trois lignes, entouré d’un grènetis (fig. 1)
  • Une face présentant les apôtres Pierre (à droite) et Paul (à gauche), séparés par une longue croix, sous les initiales SPASPE (Sanctus Paulus Sanctus Petrus). Chaque saint est entouré d’un grènetis, et un grènetis général encercle le tout (fig. 2)

La face nominale devait bien sûr être changée à chaque nouvelle élection. Mais la face aux apôtres, pour sa part, n’était pas systématiquement renouvelée, tant s’en faut. Tout laisse à penser par exemple que la matrice utilisée au début du pontificat d’Innocent IV avait été gravée sous le pape Urbain III (1185-1187), et avait ensuite été utilisée sous Grégoire VII (1187), Clément III (1187-1191), Célestin III 1191-1198), Innocent III (1198-1216), Honorius III (1216-1227), Grégoire IX (1227-1241), Célestin IV (1241), et donc Innocent IV, avant de se briser au milieu de l’année 1252, 67 ans environ après sa confection9. Cette longévité d’usage ne laisse pas d’étonner, le nombre d’actes scellés par la chancellerie pontificale étant alors sans cesse grandissant. Les changements de matrices sont peu documentés dans les sources mais celui-ci a par exception fait l’objet de deux lettres d’Innocent IV, publiées par Léopold Delisle en 185710. En réalité, la nouvelle matrice gravée pour remplacer l’ancienne n’a pas convenu et, au bout de quelques semaines d’usage seulement, a été remplacée par une troisième. Sabine Fees présente dans son ouvrage trois empreintes de ces trois matrices de la face aux apôtres, et discute des raisons qui ont pu convaincre le pape d’abandonner si vite le deuxième matrice11. Sigilla ne disposant pas encore d’empreintes de cette matrice intérimaire, nous en resterons à l’étude des faces nominales.

L’examen des 79 empreintes de Sigilla nous permet de donner raison à Élie Berger : quatre matrices (au moins) ont servi à former les faces nominales des bulles de plomb d’Innocent IV (fig. 1, 3, 4 et 5)12. Si le modèle est toujours le même, on peut les différencier à de menus détails :

  • La forme des « N » est souvent la plus parlante : sur le type A (fig. 1), la traverse est moins oblique que sur les autres types, et ne rejoint pas tout à fait les extrémités des jambages ; sur les types A (fig. 1) et D (fig. 5), le dernier N de « INNOCENTIUS » est plus étroit que sur les deux autres types
  • Les « S » finaux d’« INNOCENTIUS » présentent aussi des différences assez sensibles : le S du type B (fig. 3) se termine par un empâtement bifide absent du S du type C (fig. 4), dont la tête monte au-dessus de la ligne des autres lettres ; le S du type D (fig. 5) est rond et régulier, et ne descend pas tout à fait jusqu’à la ligne inférieure formée par les autres lettres
  • Les creux des O des types B (fig. 3) et C (fig. 5) sont composés de deux panses leur donnant une forme ogivale, ceux des types A (fig. 1) et D (fig. 5) sont plus arrondis
  • Le V de « INNOCENTIUS » est plus ouvert sur le type C (fig. 4) et plus aigu sur le type D (fig. 5)
Fig. 3 : Innocent IV – face nominale – type B (1244-1249) – Innocent IV – Am Strasbourg-AVES – 3 AST 3 I / 53

On perçoit toutefois un effort évident de l’orfèvre pour imiter au plus près la matrice antérieure. On peut s’étonner d’ailleurs que, la matrice de la face aux apôtres se révélant capable de former des milliers d’empreintes sur une période de 67 ans, on ait ressenti la nécessité de graver plusieurs matrices de l’autre face, en les faisant toujours identiques. Même en supposant que le but était d’avoir plusieurs matrices simultanées pour faciliter le travail de la chancellerie (voir infra), on ne voit pas pourquoi ce raisonnement n’aurait pas été aussi valable pour l’autre face. Faut-il alors supposer que, ces matrices des faces nominales n’étant destinées à servir que quelques années au plus, on les façonnait dans des matériaux moins solides (peut-être moins coûteux) que la matrice de la face aux apôtres ? Les matrices de bulles papales conservées jusqu’à nous et qui auraient pu éclairer la question sont rarissimes. Deux matrices d’Innocent IV, une de chaque face, ont bien été retrouvées dans le Rhin près de Cologne à l’été 1887, mais leur authenticité est sujette à caution13. On doit toutefois noter que Ludwig Schmitz-Rheydt, qui a pu observer ces matrices, remarque en effet que la matrice de la face aux apôtres était plus dure et plus résistante que l’autre14.

Outre la graphie du nom, un autre indice témoigne de l’effort des orfèvres pour imiter au plus près la matrice précédente : il s’agit du nombre de grains formant le grènetis. Dans les trois premiers types (fig. 1, 3 et 4), il est de 61 grains. Puis dans le quatrième type (fig. 5), il n’est plus que de 56. Les trois papes suivants, Alexandre IV (1254-1261), Urbain IV (1261-1264), et Clément IV (1265-1268) continueront sur les faces nominales de leurs bulles à utiliser un grènetis de 56 points. Puis sous le pape Grégoire X (1271-1276), ce nombre passe à 75. C’est sans doute donc de ce pontificat que date la chronique de Martin d’Opava (connu aussi sous le nom de Martin le Polonais, ou Martin de Troppenau), un dominicain en poste à la curie pontificale dans les années 1260 et 1270, qui nous éclaire sur l’importance de ce nombre de grains. Il nous apprend que les faux actes pontificaux peuvent être détectés en comptant le nombre de ces points : une vraie bulle, dit-il, en compte sur sa face nominale 7515. Le canoniste Jean d’André (mort en 1348) apporte quelques décennies plus tard une précision intéressante à ce sujet : ce nombre de points est un secret conservé par les bullateurs de la chancellerie pontificale16. Même si l’on perçoit mal pourquoi les faussaires auraient été moins bien informés de ce « secret » que les destinataires ordinaires des actes pontificaux, il n’en reste pas moins que ce nombre de grains semble avoir été d’une grande importance.

Revenons à Innocent IV. Notre corpus ne nous permet pas de savoir pourquoi le nombre de grains sur ses bulles nominales a été modifié, ni même à quelle date exacte la matrice au grènetis à 56 grains a commencé à être utilisée. La seule empreinte dont nous disposons a en effet été appendue à un acte daté du 30 septembre 1254, à la toute fin du pontificat. Une hypothèse qui demanderait à être vérifiée est que cette matrice a été gravée en même temps que la troisième matrice de la face aux apôtres, c’est-à-dire à l’été 1252.

Fig. 6 : Occurrences des empreintes des quatre types de la face nominale des bulles d’Innocent IV (1243-1254)

La datation des périodes d’usage des matrices reste de toute façon un problème épineux. Un premier examen du graphique des occurrences des différentes empreintes (fig. 6) laisse une impression ambiguë. D’un côté, on perçoit bien une succession chronologique dans l’usage des différentes matrices, du type A vers le type D. Mais la période 1244-1247 laisserait pour sa part penser à un usage simultané des types A et B. Deux actes en particulier (fig. 7 et 8), datés du 28 mars 1246, paraissent conforter cette hypothèse.

Les textes de ces litterae cum serico, scellées sur lacs de soie jaune et rouge et autorisant les supérieurs de l’ordre des frères prêcheurs à excommunier et à emprisonner les apostats, sont parfaitement identiques. On est enclin à penser qu’ils sont de la même main : les graphies sont très similaires, et on peut faire l’hypothèse que les lettres JV présentes sur la gauche du repli, correspondent aux initiales du scribe17. Pourtant l’un (fig. 7) est scellé du type A, l’autre (fig. 8) du type B. Nous avons déjà rencontré ce cas de figure quand nous avons cherché à dater les changements de matrices à l’officialité de Strasbourg18 et Wilhelm Ewald avait aussi déjà noté ce décalage entre la date mentionnée sur les actes et la date de scellement réel19.  Dans le détail, on remarque dans notre corpus qu’aucun acte daté de la période postérieure au premier trimestre 1247 (précisément le 28 janvier 1247) n’a été scellé avec la matrice du type A. Si nous partons plutôt du postulat que la chancellerie n’utilisait qu’une seule matrice à la fois, on peut penser que cette date (28 janvier 1247) constitue le terminus a quo de la destruction de la matrice du type A et de la mise en usage de la matrice du type B. Tous les actes datés de la période antérieure et scellés avec la matrice B ont donc dû l’être après ce 28 janvier 1247. Ce constat ne va pas à l’encontre de ce que l’on sait de la procédure d’expeditio per cancellariam, la plus courante à la chancellerie pontificale20 : une fois la supplique acceptée, elle était datée et enregistrée, avant que les abbreviatores rédigent le texte, puis que les scriptores le grossoient au net. Enfin, l’acte ainsi produit, portant la date d’enregistrement de la supplique, passait par diverses vérifications (et parfois réécritures) avant de parvenir chez les bullatores. Plutôt que l’usage simultané de plusieurs matrices, ces actes porteurs d’empreintes issues d’une matrice parfois très postérieure nous semblent plutôt montrer la lourdeur de cette procédure, ou son efficacité, si l’on considère qu’elle permettait de reproduire des actes issus de suppliques anciennes de quelques mois voire de quelques années21.

Pour ce faire, il devait paraître d’autant plus crucial que les empreintes soient les plus ressemblantes possible avec celles de la matrice précédente. Dans le cas des types A et B, comme la nouvelle matrice était très proche, avec un nombre de points identique, il ne devait pas paraître trop problématique de sceller avec la nouvelle matrice des actes datés de plusieurs mois auparavant. Mais qu’en a-t-il été quand le nouveau type à 56 grains de la fin du pontificat a été introduit ? S’est-on autorisé à sceller des actes portant des dates très antérieures avec ce nouveau type, au risque de susciter l’inquiétude des destinataires des mandements et privilèges les plus attentifs à l’authenticité de la bulle de plomb ? Et pourquoi, alors que les trois faces nominales précédentes étaient cerclées de 61 grains, ce qui n’était certainement pas le fait du hasard, a-t-on décidé de passer à 56 grains sous le même pontificat ? Malheureusement, notre corpus et nos sources ne permettent pas encore de répondre à ces questions.

  1. Sabine Fees, Das päpstliche Corporate Design, Quellen zur äußeren Ausstattung von Papsturkunden im hohen und späten Mittelalter, Böhlau Verlag, Cologne, 2023. []
  2. Ibid., p. 87. []
  3. Wilhelm Diekamp, « Zum päpstlichen Urkundenwesen des XI., XII. und der ersten Hälfte des XIII. Jahrhunderts », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung (MIÖG), 1882, p. 624. Une planche d’illustrations lithographiques se trouve à la fin du volume. []
  4. Élie Berger, Les Registres d’Innocent IV, Tome 1, 1884, Paris, p. LXIV [consulté le 22 novembre 2023]. L’auteur laisse la porte ouverte à l’existence d’une cinquième matrice. []
  5. Paul Baumgarten, « Bullenstempel », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, t. 28.2, 1914, Rome, p. 49-51. []
  6. La plus vaste synthèse que nous connaissions est due à Julius von Pflugk-Harttung, Die Bullen des Päpste bis zum Ende des zwölften Jahrhunderts, Gotha, 1901, qui, comme l’indique le titre, s’arrête à la fin XIIe siècle. Le même auteur a fourni des dessins des bulles pour la même période dans Specimina selecta chartarum pontificum Romanorum, t. 3, Stuttgart, 1887. []
  7. Ces archives sont conservées dans le fonds consacré au chapitre Saint-Thomas de Strasbourg sous la cote AVES, 3 AST I. []
  8. Les registres des actes d’Innocent IV publiés par Élie Berger (cité supra n. 4) ne laissent pourtant pas paraître de baisse de l’activité diplomatique pontificale après 1249. Hasard des archives… []
  9. S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 87. []
  10. Léopold Delisle, Mémoires sur les actes d’Innocent III, Paris, 1857, p. 70-73. []
  11. S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 91. []
  12. C’est le type D (fig. 5) que W. Diekamp (cité supra n. 3) ne mentionne pas dans son catalogue. []
  13. Ludwig Schmitz-Rheydt, « Ein Bullenstempel des Papstes Innocent IV. », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung (MIÖG), 1896, p. 64-70. Voir aussi S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 91, n. 443. []
  14. Ludwig Schmitz-Rheydt, « Bullenstempel… » (cité supra n. 12), p. 65. Malheureusement, nous n’avons pas d’indice sur le lieu où ces matrices seraient visibles aujourd’hui. []
  15. « Quod false littere percipi possunt in bulla puncta numerando. Nam vera bulla in circulo ubi sunt capita apostolorum habet LXXIII puncta. Alius vero circulus in alia parte LXXV. Alius qui est supra capud (sic) Petri habet XXV, qui sunt in fronte beati Petri. Sed in fronte beati Pauli non sunt nisi XXIIII. Et in barba beati Petri XXVIII ». Martin d’Opava, Margarita decreti et et decretalium, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Ms. Lat. 4133, fol. 88rb-va. Nous n’avons pas pu consulter ce manuscrit qui n’est pas en ligne sur Gallica. Citation reprise à S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 63, n. 292. []
  16. « Vix enim, immo nullo modo reperire erit, quin discrepet falsa a vera [bulla] vel in forma, vel in punctis, vel aliquo alio. Praeter id etiam, quod ibi sunt quaedam signa secreta solis bullatoris notae », Jean d’André, In quintum Decretalium librum Novella Commentaria, Venise, 1581, fol. 79r. [consulté le 22 novembre 2023]. []
  17. Élie Berger et Gerd Friedrich Nüske citent effectivement un scribe aux initiales JV, pas identifié, très actif entre 1240 et 1264. Élie Berger, Registres…(voir supra n. 4), p. LXVIII [consulté le 22 novembre 2023] ; Gerd Friedrich Nüske, “Untersuchungen über das Personal der päpstlichen Kanzlei, 1254-1304”, Archiv für Diplomatik, t. 20, 1974, p. 235. []
  18. Yann Franchet, « Les sceaux de l’officialité épiscopale de Strasbourg, 1248-1650 », Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie, n° 93, 2023, p. 57-88. []
  19. Wilhelm Ewald, Siegelkunde, Munich et Berlin, 1914, p. 73. []
  20. O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993, p. 238-239. Plus de détails dans Thomas Frenz, Papsturkunden des Mittelalters und der Neuzeit, Stuttgart, 1986, p. 66-67. []
  21. On voit d’ailleurs sur les registres d’Innocent IV publiés par Élie Berger que les actes n’étaient pas enregistrés dans l’ordre chronologique strict. Ainsi, pour prendre un exemple, le numéro 1947, daté du 6 juillet 1245, est-il enregistré au milieu d’actes datés de juin 1246.  Voir Élie Berger, Registres…(voir supra n. 4), t. 1, p. 288 [consulté le 22 novembre 2023]. []

L’Année 2023 en chiffres

Cette année passée a été une année très réussite pour la base de données SIGILLA. De nombreuses collaborations nous ont permis de préciser davantage le paysage sigillaire de la France ensemble.

En 2023, notre base a grandi par :

  • 5 509 empreintes
  • 2 361 sceaux types
  • 1 825 sigillants
  • 4 120 actes
  • 406 armoiries

Lors des vacances de fin d’année, nous avons dépassé le seuil de 47 000 empreintes. Combien de temps faut-il pour atteindre les 48 000 ?

Nous remercions vivement toutes nos collaboratrices et tous nos collaborateurs pour ce travail accompli ! Sans vous, nous ne pouvons jamais atteindre de tels résultats !

Merci et bonnes recherches en 2024 !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search