Récapitulatif des activités SIGILLA du janvier à juin 2024

Ce premier semestre 2024 a été largement occupé par la réécriture de la base SIGILLA. Nous espérons que vous prendrez le temps de feuilleter la nouvelle base, en ligne depuis 19 juin, et de découvrir ses fonctionnalités.

Parallèlement à ce chantier, l’équipe a continué à assurer de formations et a accueilli quelques nouveaux contributeurs.

La collecte des sceaux aux Archives départementales de la Haute-Vienne a commencé au début de l’année 2024, dans le cadre d’un stage confié à un étudiant de master II de l’université de Nantes, par la formation à la saisie au sein des archives. Plus de 150 empreintes ont été ajoutées à la base.

Une nouvelle collaboration a été initiée avec l’Université de Lille. Les premiers contributeurs se sont vu confier une partie de la collection de la Flandre. Ils n’ont pas seulement saisi les moulages présents dans la catalogue, mais aussi les empreintes originelles conservées aux AD du Nord. Un travail passionnant et le début d’une collaboration fructueuse !

La saisie de la collection Artois a elle aussi fait d’importants progrès au cours du mois de mars grâce au travail de plusieurs étudiants contractuels. 251 moulages ont été ainsi saisis.

Plusieurs formations de nouveaux stagiaires poitevins du CESCM ont également eu lieu. Ils poursuivent le traitement des fonds des Archives municipales de Poitiers et parallèle de la collection Eygun. Ces travaux continueront durant l’été.

Un collaborateur a aussi pu être engagé pour plusieurs mois afin de poursuivre le travail initié sur la numérisation 3D de sceaux dans le cadre d’un financement de la DRAC de la région Centre. Il avait pu réaliser la numérisation de près de 100 sceaux. Ces images 3D sont désormais à admirer sur SIGILLA dans notre nouveau viewer 3D ! A consulter sans modération !

En mai, l’équipe a accueilli une collègue de l’Institut Arthur Piaget de Neuchâtel en Suisse. Cet institut pour la valorisation historique de Neuchâtel est porteur du nouveau projet SigiSuisse qui engage à son tour la collecte de sceaux conservés en Suisse romande. Ce projet de collaboration a été lauréat des financements Globel Seed Fund attribués par PSL. Notre collègue a pu être formée à Strasbourg et à Paris à la collecte et à la saisie des sceaux afin de pouvoir encadrer le nouveau réseau suisse. Vérifiez régulièrement la base : vous y trouverez bientôt quelques sceaux suisses !

Suite à la mise en ligne de la nouvelle version de la base, plusieurs présentations ont été organisées. Un atelier de saisie a déjà également eu lieu à Strasbourg et plusieurs entre vous ont pu ainsi découvrir le nouveau SIGILLA.

Si l’interface demande encore quelques petits aménagements esthétiques et pratiques pour retrouver l’élégance et l’ergonomie de notre précédente SIGILLA, la nouvelle structure de la base, portée par un laboratoire du CNRS, est désormais très solide et bien plus adaptée aux besoins et possibilités des humanités numériques, prête à interagir avec de nombreuses autres ressources documentaires numériques concernant la diplomatique, l’héraldique, la prosopographie, etc.

Nous tenons à remercier encore une fois Biblissima + qui nous soutient dans ce projet, l’IRHT pour l’accueil réservé à notre base, et bien sûr son développeur sans qui nous n’aurions pu rien faire !

Formation d’une équipe à la 3D

Ce lundi dernier, un groupe de SIGILLA et un membre de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes (IRHT) a été formé à un scanner 3D par la société Boreal. Le projet SIGILLA en coopération avec l’IRHT a acheté ce scanner grâce à une subvention de la DIM STCN il y a quelques années. De premières saisies en 3D ont été intégrées à la base SIGILLA notamment par Philippe Jacquet et grâce aux efforts d’un étudiant.

Lors de la formation, les participants ont effectué de scans de test sur quelques moulages de sceau et même la reluire d’un livre du XVIe siècle. Une fois l’objet scanné, ils ont construit des modèles en 3D – pour pouvoir les faire tourner en 360° avec le texture et la couleur de l’original.  Nous étions tous impressionnés avec le produit final !

Une deuxième formation aura lieu ce 19 décembre prochain pour qu’on puisse bien commencer l’année 2024 sous le signe de la 3D !

La ruche Sigilla

  • Philippe JACQUET

Signes de validation du Haut Moyen-Âge, les ruches sont bien connues de nos amis diplomatistes. Cette désignation imagée et suggestive pourrait progressivement venir incarner le travail de Sigilla et de ses contributeurs. La communauté Sigilla est de plus en plus nombreuse et bruisse de nouveaux apports. Les initiatives se multiplient, de plus en plus de dossiers sont mis à dispositions des chercheurs. Le mois passé est riche d’évènements.

Ce 30 mars, la tension était palpable dans l’amphithéâtre, Délia Préteux se prépare à soutenir, face à Thomas Huot-Marchand, président de l’Atelier National de Recherche Typographique et un jury spécialement réuni pour l’occasion. L’enjeu est la validation d’un 3e cycle de recherche (statut d’étudiant-chercheur) pour obtenir un Diplôme de spécialisation et d’approfondissement (DSA), Mention Recherche Typographique (Bac+7, 120 ECTS). L’épreuve est double, elle débute par un exposé formel d’une heure en amphithéâtre pour se conclure par une face à face de trente minutes avec le jury. Cette étape consacre une année de recherche et de travail intensif sur l’épigraphie du sceau et les méthodes de transcription possible pour les légendes des sceaux. Cette étude constitue le socle du module épigraphique qui viendra compléter la base Sigilla.

Délia Préteux a dominé et réussi cette épreuve avec brio, efficacité et concision en présentant à la fois une résolution générale de la problématique et des outils techniques pertinents. Toute l’équipe Sigilla félicite chaleureusement Délia pour obtention de son diplôme et nous remercions Mr Thomas Huot-Marchand de cette collaboration inédite et surtout passionnante.

Pendant ce temps, en région Centre-Val de Loire se prépare les insertions d’images 3D dans la base. Dans un premier temps, l’Indre, l’Indre et Loir et le Cher vont participer à cette saisie particulière.  A l’issue de plusieurs semaines de contacts auprès des directeurs concernés, la campagne d’acquisitions en 3D des sceaux débutera, fin mai, et se continuera courant juin sur les plus belles empreintes de la région Centre. Alexis Zennir, qui est déjà l’auteur des saisies 3D des empreintes des archives d’Indre et Loire opérera en Indre pour compléter les captations. Ce chantier est très prometteur, malgré son état embryonnaire. La 3D reste en effet le seul moyen de restituer le sceau comme objet unique interagissant dans un contexte multiforme.

Une nouvelle dynamique s’est aussi ouverte autour du fond de l’Abbaye de Chaalis (Oise). Détenu par la fondation Jacquemart André au sein de l’Institut de France, ces documents sont actuellement en restauration. Des demandes conjointes ont permis un montage inédit autour des sceaux. Conscient de l’intérêt du fonds et de son intégration dans Sigilla, L’Institut de France et l’atelier de restauration Coralie Barbe/Atelier du Lys nous ont contacté pour doubler la numérisation en cours d’une saisie efficace dans la base. La recherche opportune d’un stage par Anna Mikhalchuk, étudiante (médiéviste) de l’Ecole des chartes est venue compléter cette symbiose qui valorise le travail de chaque partenaire.

Léa Besson, Restauratrice de l’atelier du Lis et Anna Mikhalchuk, (c) P. Jacquet

Autre lieu, autre collecte, à Besançon, la collecte au sein des Archives départementales continue. Un atelier de perfectionnement à la saisie regroupant les étudiants contributeurs, leur encadrement et l’équipe Sigilla s’est déroulé pendant deux jours. Cette rencontre a été l’occasion de échangé sur des problèmes techniques et aussi de découvrir de nouvelles sources. Deux étudiants vont pouvoir collecter les matrices de la Bibliothèque Municipale de Besançon et les deux cents à trois cents sceaux des Archives municipales. Pendant les mois qui viennent, la collecte s’étendra jusqu’à Belfort, Héricourt et d’autres encore.… Nous sommes impatients de vous présenter les résultats de ces recherches.

aux AD 25, (c) P. Jacquet

En pointant les plus récentes actions, nous n’oublions pas tous les contributeurs qui travaillent avec nous parfois depuis des années, et le surnom de Ruche devient indissociable de la base Sigilla. A travers cette diversité et ce perpétuel renouvellement, nous voulons remercier tous nos contributeurs pour leur aide et en même temps, ouvrir nos portes à tous ceux qui voudraient nous rejoindre autour de la passion sigillographique.

SIGILLA : Lauréat d’un financement de la DRAC Centre-Val-de-Loire

Dans le cadre du Programme national de numérisation et de valorisation des contenus culturels (PNV) émis par la DRAC Centre-Val-de-Loire, SIGILLA a reçu un financement de 8 500 € ! 

Ce printemps, SIGILLA était actif aux Archives départementales d’Indre-et-Loire, où un stagiaire a numérisé l’intégralité de la collection sigillaire en 3D. Afin de mieux valoriser ce travail et d’encourager la numérisation en 3D, nous avons sollicité la DRAC Centre-Val-de-Loire pour financer l’évolution des moyens 3D intégrés à la base SIGILLA. Grace à ce soutien, un vrai saut technologique sera franchi en visualisant le sceau dans toute sa matérialité. Dans les prochains mois, après l’intégration du nouveau viewer, les plus belles empreintes détenues par les dépôts d’archives de la région Centre-Val-de-Loire rejoindront progressivement une page spéciale. A terme, une centaine de sceaux constitueront cet ensemble. En soutenant ce projet, La DRAC Centre-Val-de-Loire ouvre la voie de la consultation dématérialisée, outil prometteur qui bénéficiera à toute la communauté sigillographique.

Suivez-nous ici sur le carnet pour toutes les actualités sur notre nouveau viewer 3D et sur SIGILLA pour voir les résultats.  

Nous remercions chaleureusement la DRAC Centre-Val-de-Loire pour son soutien ! 

Collection de sceaux des Archives Départementales d’Indre et Loire : Première approche de la pratique 3D

  • Alexis Zennir

Depuis maintenant quelques années, SIGILLA est doté d’un module permettant la visualisation en trois dimensions des empreintes récolées par les contributeurs de la base de données. Toutefois, on ne trouve sur la base qu’un nombre assez réduit de modèles 3D. À l’occasion de mon stage de master II, j’ai intégré l’équipe Sigilla pour travailler en 3D sur les fonds des Archives départementales d’Indre et Loire. Le but de mon stage était d’améliorer la méthodologie liée à cet usage.

Quel matériel pour la numérisation ?

 La numérisation en trois dimensions s’effectue avec un scanner portatif, de la marque Artec , et son logiciel associé . Il permet une acquisition 3D simple pour le scan de petits objets tels que les sceaux. Cet appareil utilise la photogrammétrie, c’est-à-dire une technique permettant de restituer des mesures et des volumes grâce à l’analyse d’une projection de franges lumineuses sur l’objet scanné. Il est aussi important d’ajouter que cet outil permet de restituer la texture des objets scannés grâce aux différentes caméras présentes, l’ensemble permettant d’obtenir une résolution de l’ordre du 1/10 de millimètre.

Comment fonctionne une acquisition 3D ?

Le matériel est, en somme, particulièrement simple à utiliser car celui ne comporte qu’un seul bouton à actionner. Ainsi, après une prévisualisation du logiciel, l’acquisition 3D peut démarrer. Il faut donc dans un mouvement du haut vers le bas balayer l’objet en effectuant un arc de cercle de 180°, le tout en restant à la distance minimale de focalisation, soit une trentaine de centimètres entre le scanner et l’empreinte. Puis il faut répéter le même processus dans toutes les orientations souhaitées.

Dans le cadre de la sigillographie, il faut donc nécessairement scanner les deux faces à plat, séparément, pour obtenir une bonne qualité d’acquisition des faces. Puis, on doit scanner la tranche pour mesurer l’épaisseur de l’empreinte. Cette tranche constitue la plus grosse difficulté de l’acquisition 3D de sceaux.

En effet, malgré les performances d’un tel scanner portatif, la petite taille de certaines empreintes complique l’acquisition 3D. Pour pallier ce problème, l’utilisation d’un support permet de maintenir le sceau sur sa tranche sans l’altérer et sans risque pour l’attache et l’acte. Il a été choisi d’utiliser de la mousse plastazote en creusant celle-ci pour obtenir un réceptacle pour le sceau. Cette mousse n’applique aucune pression sur le sceau et permet donc de s’adapter à chaque format. Néanmoins, il est important de souligner que la couleur de la mousse peut affecter la post-production des scans. En effet, une mousse noire provoquera beaucoup de « bruit » ou information parasite, mais la tranche sera scannée sans trop de difficulté ; à l’inverse, la mousse blanche produira très peu de bruit mais la tranche sera beaucoup plus difficile à scanner, celle-ci étant trop fine pour être détectée par le scanner. Ainsi, il serait peut-être pertinent de travailler sur un niveau de gris pour éviter les problèmes de « bruit » et de détection de la tranche – ce que je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer dans le cadre de ma mission pour SIGILLA.

A l’issue des scans, la post-production est l’étape la plus longue de la numérisation. Cette post-production se présente sous différentes formes, comme par exemple le retrait du « bruit » ou des aberrations enregistrées lors de l’acquisition 3D. Il est aussi nécessaire durant cette étape d’aligner les différents scans obtenus jusqu’alors afin de les compiler pour obtenir le modèle 3D. Ainsi pour un sceau, il faut fusionner l’avers, le revers et les tranches scannées. Enfin, une dernière étape est particulièrement sensible : le remplissage des trous encore présents sur le modèle 3D et plus particulièrement sur la tranche des empreintes. En effet, appliquer ce genre de « rustine » sur un modèle 3D présente le risque d’altérer l’image virtuelle du sceau par rapport à l’empreinte réelle, en gommant par exemple une inscription ou de l’iconographie que le scanner n’arriverait pas à numériser. Il faut donc rester vigilant lors de cette étape.

La numérisation 3D offre encore de nombreuses possibilités qui n’ont pas encore été explorées et la collection des Archives Départementales d’Indre-et-Loire n’est pas encore scannée dans sa totalité. On peut donc espérer que la méthode définie pendant mon stage s’affine au fur et à mesure de son utilisation l’avancée dans la collection.

Ce travail de numérisation est particulièrement enrichissant puisque, en plus de développer mes connaissances en sigillographie ainsi qu’en 3D, il me permet de comprendre les mécanismes de conservations des actes et des empreintes dans la pratique. Aussi, cette numérisation est stimulante grâce à la nouveauté apportée par la 3D, en effet, il y a un véritable enjeu derrière cette technologie qui encourage la recherche rendant particulièrement agréable le travail sur un tel sujet.

À travers ce stage, Sigilla me fournit donc une opportunité particulièrement stimulante, à la fois en me permettant de manipuler des actes et des empreintes anciens, et me donnant la possibilité de participer à l’avancement de la recherche en sigillographie par les modélisations 3D que je réalise, et dont je participe à affiner la méthodologie. Ces modélisations me paraissent ainsi représenter un avantage considérable aussi bien pour les chercheurs dans le domaine que pour l’accessibilité de ce dernier au grand public.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search