Strasbourg, 1330/1334 : qui choisit la manière de sceller ?

  • Thomas BRUNNER

La saisie dans la base SIGILLA de deux chartes scellées des échevins de Strasbourg respectivement datées de 1330 et 13341 nous a paru illustrer les questions qui se posent sur les choix faits sur la manière de sceller et notamment sur la forme donnée au revers des sceaux dans une région où le contre-sceau n’était pas usité. Les magistrats dont la fonction consistait notamment, d’après les statuts urbains de 1322, à faire émerger un majorité sur une décision prise par le Conseil de la ville2, entérinent dans la charte de 1330, à la demande des tisserands, une décision de ce type portant sur la participation des tisserandes (weberin) au travail de leur époux, et la confirment quatre ans plus tard dans le second document. L’acte de 1330 a été scellée par 12 échevins, celui de 1334 par 13 (Fig. 1). Trois d’entre eux se retrouvent sur les deux actes et utilisent le même sceau: Johannes Zorn, Nicolas (I) Grostein et Nicolas (II) Ottfriedrich (pour ce dernier la seconde empreinte est malheureusement perdue). Tous ont recouru à leur sceau personnel.

Fig. 1 – AVES, CH 41 / 895 : Les deux séries de sceaux sur double-queue de parchemin.

La seconde charte est un transfixe de la première: les attaches en double-queue de parchemin ont été insérées entre deux attaches dans le repli du premier acte, de sorte qu’il y a une alternance presque parfaite entre les sceaux du collège des échevins de 1330 et ceux de leurs successeurs de 1334 (Fig. 1 & 2). Les premiers encadrent les seconds, autrement dit, le sceau le plus à gauche et le sceau le plus à droite de la série de 25 empreintes appartiennent à la charte de 1330. Pour permettre l’insertion des 13 sceaux de 1334, deux paires d’empreintes se retrouvent dans un même intervalle (respectivement les sceaux en position n°2 et 3 de 1334 entre les n°2 et 3 de 1330 et les n°6 et 7 de 1334 entre les n° 5 et 6 de 1330) (Fig. 2).

Fig. 2 – AVES, CH 41 / 895 : Détail de l’alternance des premières attaches dans le repli de la charte de 1330, surmonté du repli de 1334. En jaune, les attaches de 1330. En rouge, celles, ajoutées, en 1334.

Grâce à ce système aussi ingénieux que délicat à mettre en œuvre, les deux parchemins ont été inextricablement liés, montrant d’une certaine manière par leur union la continuité de la volonté des échevins dans l’adoption de la disposition règlementaire. D’un point de vue technique, lors de la constitution des empreintes au moment de l’opération de scellage, la charte de 1334 n’a pu être scellée qu’une fois les 13 queues de parchemin insérées dans le repli de l’acte antérieur. Le scellement a sans nul doute été l’œuvre d’une (ou de plusieurs) personne aguerrie.

Des double-queues en Y alternant avec des Y inversés

Si la cire, d’après sa couleur, paraît être semblable entre les chartes, et peut-être émaner de la chancellerie municipale, deux petits détails diffèrent entre les deux séries de sceaux et nous amènent à nous interroger sur la responsabilité des opérations de scellement et le sens qu’on a pu vouloir leur donner. Le premier aspect concerne la double queue de parchemin: ses deux bandes n’ont pas été laissées droites et verticales dans la galette de cire, mais l’une d’elles a été pliée pour former un angle droit et ainsi ressortir par l’un des côtés de l’empreinte, perpendiculairement à l’autre bande de parchemin. Cette technique renforçait l’adhérence de la cire à son attache et empêchait l’empreinte de glisser ou d’être tirée. Sur les sceaux de 1330, la languette ressort systématiquement par le bord droit des empreintes (à la gauche de l’observateur donc), formant un “Y inversé”. Sur ceux de 1334 – à l’exception des sceaux n°1 et 10 – c’est au contraire sur la gauche de l’empreinte que déborde la bande de parchemin qui forme un Y “normal” (Fig. 3).

Fig. 3 – Gauche : queue en Y inversé (sceau de Pilgerin, n° 6 de 1330) – Droite: queue en Y (sceau de Cuntz de Pfaffenlapp, n° 12 de 1334). Les deux photos ont été réalisées avec des appareils différents d’où la différence de teinte.

On peut imaginer que, malgré les deux petits ratés (volontaires?) qui rompent l’homogénéité de la seconde série, cette modeste différence technique est née de l’envie de manifester un effet de contraste ou même peut-être de permettre la distinction entre les deux rangées de sceaux. La queue en Y de 1334 ne peut en effet résulter d’une contrainte technique puisqu’il a été possible de sceller deux empreintes de cette année avec le Y inversé.

Deux types de marques dorsales

Une logique de différenciation similaire semble avoir eu cours pour le revers des empreintes: en 1330, une trace circulaire occupe le centre du disque (Fig. 4). Les marques de doigt ou de phalange se sont imposées sur les empreintes de la région depuis le milieu du XIIIe siècle3. Toutefois, étant donné la netteté du rebord et sa parfaite circularité, nous pourrions être en présence, en l’espèce, de la trace laissée par le bout du manche d’un outil tel peut-être celui du couteau dont se servaient les scribes pour tailler leur plume. En 1334, ce sont en revanche deux rainures horizontales et parallèles qui ont été systématiquement pratiquées (Fig. 4). Elles pourraient avoir été faites à l’aide de l’appendice de préhension du sceau comme le suggère Damien Berné à propos de sceaux contemporains des évêques de Strasbourg4.

Fig. 4 – Dos des deux empreintes (1330 à gauche, 1334 à droite) du sceau de Nicolas de Grostein, monnayeur de la ville.

On imagine volontiers que dans des pratiques routinières de chancellerie, on aurait répété la même technique pour disposer en Y les bandes de parchemin des doubles-queues comme pour marquer le dos des empreintes, sauf à vouloir distinguer visuellement les deux séries de sceaux représentant des collèges échevinaux distincts. Cependant la marque dorsale n’étant pas immédiatement visible et nécessitant une manipulation pour être observée, cette hypothèse nous paraît fragile.

Le choix des marques dorsales n’est pas non plus imputable aux échevins. On s’explique mal, sinon, pourquoi les trois magistrats présents en 1330 et 1334 auraient changé de forme de marquage, surtout si, comme on a pu l’affirmer, ces marques étaient sensées renforcer la personnalisation du sceau, faisant office de substitut au contre-sceau utilisé ailleurs5.

Reste la possibilité d’une initiative du scelleur: les deux actes ne sont pas écrits par la même main (Fig. 5). Le scribe n’était pas forcément celui qui scellait l’acte qu’il avait produit, mais en l’occurrence nous pouvons supposer que pour le scellement également, deux individus différents sont intervenus. Dans ce cas, le choix de l’une ou l’autre technique pourrait être le signe d’habitudes de travail propres à chacun d’eux ou l’expression d’une volonté de laisser sa marque, peut-être à l’instar de ce que pratiquaient alors les tailleurs de pierre sur le chantier de la cathédrale.

Fig. 5 – Clawes Ottefriderich(e) (Nicolas Ottfriedrich) écrit respectivement par les mains de 1330 et de 1334.

Ces marques dorsales doivent-elles être considérées uniquement sous l’angle d’une fonction symbolique qui nous échappe ? Ou avaient-elles également un rôle technique? On lit souvent que la forme ronde et pleine du revers aurait conféré à l’empreinte une plus grande solidité6, mais il nous semble que de telles affirmations mériteraient d’être étayées par des expérimentations ou des études physiques. Selon Jules Roman, le contre-sceau renforçait l’authenticité de l’empreinte en empêchant son altération ou son détachement, mais il ne donne pas plus de détails sur ces aspects techniques7. On peut se demander si l’apposition de la contre-empreinte n’avait pas également pour effet de consolider l’adhérence de la cire sur son attache par une pression plus accentuée. Les marques dorsales alsaciennes pourraient-elles être les reliquats d’une pratique similaire visant au renforcement de la galette par une telle pression au moment de la construction du sceau? Tout cela demanderait une vraie étude des sceaux dans leur matérialité même.

    1. AVES, CH 41 / 895 et son transfixe. []
    2. Cf. Laurence BUCHHOLZER, “Echevin”, DHIA []
    3. Damien BERNE, Les sceaux des évêques de Strasbourg au Moyen Âge, Mémoire de Maîtrise, U. Strasbourg II, t. 1, 2004, p. 23 []
    4. Ibidem, p. 23-24. []
    5. Ibidem, p. 23, qui réfute la possibilité de cette fonction. []
    6. Ibidem, p. 24. []
    7. Jules ROMAN, Manuel de sigillographie française, Paris, 1912, p. 12. []

    Un outil médiéval pour le présent et l’avenir

    • Philippe JACQUET

    L’Histoire ne cesse de nous lancer des clins d’œil. Il est amusant de penser que la dernière modification constitutionnelle est scellée du grand sceau de la République, actant ainsi une avancée sociétale majeure par un dispositif vieux de plusieurs milliers d’années. En effet, la modification constitutionnelle portant sur le droit des femmes à l’avortement a été scellé par Monsieur Eric Dupont-Moretti, ministre de la Justice, Garde des sceaux en présence de Monsieur Emmanuel Macron, président de la République Française. En regard, le sceau de la République est encore très jeune puisqu’il est né à l’issue de la Révolution française pour succéder au grand sceau royal.

    L’usage du sceau est l’apanage du Moyen-âge avec un foisonnement d’iconographie. Passé en désuétude au seizième siècle, l’usage du sceau s’est restreint à quelques cas au dix-huitième siècle, la Révolution Française a naturellement réformé son application. Depuis cette époque, l’apposition du sceau sur les lois ne constitue pas une formalité nécessaire à leur validité. Le symbole est pourtant resté important et il est intéressant de suivre la progression qui aboutit à l’usage actuel.

    En aout 1792, au lendemain de la déposition du roi, un premier décret définit l’iconographie comme « une figure de la Liberté, armée d’une pique surmontée du bonnet de Liberté et pour légende : au nom de la nation française ». Un second décret amenda le précédent en précisant « Une femme appuyée d’une main sur un faisceau, tenant de l’autre une lance surmontée du bonnet de la Liberté. » tout en étendant son utilisation à l’ensemble des corps administratifs et en légiférant sur l’application du timbre sec sur les exemplaires imprimés qui remplaceront désormais les expéditions en parchemins et sceaux pendants. Plusieurs autres décrets ont précisé certains points (appellation du bonnet, cachets similaires, etc.).

    Figure 1 : Sceau de la Première République (moulage)

    Malgré l’absence de sources concernant la gravure des matrices, il est convenu d’attribuer leur réalisation à Augustin Dupré (1748-1833), graveur général des Monnaies de France. Conformément au décret initial, sous l’exergue « AU NOM DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE », l’allégorie de la Liberté est incarnée par une femme drapée à l’antique et de façon récurrente, le bonnet phrygien (ou bonnet de la Liberté) et le faisceau de licteurs rappellent par l’image la volonté de liberté et de pouvoir du peuple français (figure 1). Deux éléments sont ajoutés, le cordons d’étoiles ainsi qu’un socle gouvernail. Dans la lignée des travaux d’Augustin Dupré, ce gouvernail s’interprète facilement comme l’activité du gouvernement. Yves Metman, quant à lui, souligne le parallèle du cordon de quatre-vingt-trois étoiles avec les quatre-vingt-trois départements initialement créés. En 1793, ce cordon fut vainement contesté par Charles-Gilbert Romme (1750-1795) qui n’y voyait que la division, là où Fabre d’Eglantine exaltait l’indivisibilité de la République. Cette matrice, finalement confiée au Directoire fut très peu utilisée, on conserve néanmoins la trace du paiement de quatre boites en argent pour l’usage diplomatique[1].

    En 1848, dans un contexte politique complétement différent, le retour de la République impose le renouvellement de l’image du pouvoir. Les débats autour de son iconographie imposent la représentation de la Liberté assise, suivant l’arrêté du 8 septembre 1848 :

    « À l’avenir, le sceau de l’État portera, d’un côté, pour type, la figure de la Liberté, et pour légende, au nom du Peuple Français ; de l’autre côté, une couronne de chêne et d’olivier, liée par une gerbe de blé; au milieu de la couronne, République française, démocratique, une et indivisible ; et pour légende, Liberté, Égalité, Fraternité »[2].

    Le projet de Jacques-Jean Barre graveur à la Monnaie de Paris est ainsi accepté et réalisé par celui-ci qui signe la matrice (en bas à droite)[3]. On note l’abandon du bonnet de la Liberté et l’apparition de symboles comme l’urne du suffrage universel (S. U.) et ceux des arts, de l’agriculture de l’industrie et de la culture (figure 2,3 et 4).

    Figure 2 : Projet de J-J Bare
    Figure 3 Gravure définitive, Moulage Douet d’Arcq n°149
    Figure 4: Matrices (en leur état actuel)

    Lors de sa création, la date portée au bas de la matrice est le 28 février 1848, date de la proclamation de la Deuxième République par Alphonse de Lamartine. Elle sera remplacée par celle du 4 septembre 1870, date de l’adoption de la Troisième République. L’effacement de cette dernière date (visible sur les images) sera la dernière modification que subira cette matrice. Cette adaptation, décidée par la Quatrième République est [pour l’instant] définitive. Dans une remarquable continuité que l’on peut considérer symbolique, la Cinquième République scelle ainsi avec une matrice dessinée et gravée depuis plus de 175 ans et adaptée progressivement.

    Actuellement les matrices de la République et la presse à sceller sont conservées dans le bureau du ministre de la Justice, Garde des sceaux, à l’hôtel de Bourvallais. La presse, de petite taille en laiton, est celle, commandée par Cambacérès en 1810. Un meuble précieux lui sert d’assise et les matrices prennent place dans un coffret d’ébénisterie (figure 5 et 6). Quatorze documents ont fait l’objet d’un scellement sous la Cinquième République. Tous sont appendus sur un lien tricolore, les neuf premières empreintes sont de couleur jaune, les cinq derniers sceaux sont de couleur verte[4].

    Figure 7 : Michel Monnerie, chef d’atelier du service des sceaux pendant les essais préalables

    Disposer de l’outil est nécessaire, maîtriser le processus technique de scellage est essentiel pour réussir l’apposition d’un sceau parfaitement conforme. Alors qu’avec le temps, le savoir-faire s’est dilué progressivement[5], les nouvelles exigences médiatiques ont réclamé une cérémonie publique sans aléa. A l’occasion de la loi constitutionnelle sur l’union Européenne en 1992[6], Il a été décidé de réactualiser les modalités techniques nécessaires à l’acte. Victimes d’un entretien abusif par des produits agressifs, les matrices ont été dans un premier temps réavivées par les graveurs de la Monnaies de Paris. Ensuite l’ensemble, presse et matrices, s’est vu confié au Service des sceaux des Archives nationales[7] pour étudier et vérifier la mise en œuvre. Rendu accessible, de nombreuses manipulations, ont pu être effectuées et consignées pour la réussite de l’opération. A l’issue de plusieurs jours de manipulation, Michel Monnerie a ainsi défini les paramètres d’usage, la composition de l’alliage de cire et tous les éléments nécessaires à la réussite de l’opération (figure 7). Tous ces éléments ont fait l’objet de plusieurs publications[8] qui restent la référence en la matière. Parallèlement, une campagne photographique en a été réalisée[9].

    La grande Histoire nous apporte ainsi l’aspect factuel de cette permanence de la concrétisation du pouvoir de l’état. Une abondante bibliographie en consacre l’importance[10]. Autour de ce geste solennel, et de ces objets investis d’un pouvoir symbolique, la petite Histoire foisonne d’évènements qui se rapportent oralement. Deux anecdotes, pourtant, méritent d’être rappelées.

    Aux heures sombres de la seconde guerre mondiale, dans la désorganisation générale, un haut fonctionnaire fut chargé de transporter les matrices pour éviter leur détournement ou leur vol. En peu de temps, celui-ci s’est retrouvé bloqué à Orléans. Il déposa alors à la conciergerie du Tribunal de Grande instance, avant de pourvoir continuer sa route. Un mois plus tard, le calme revenu, et l’administration remise en place, le même haut-fonctionnaire, tranquille, revint reprendre son « précieux bagage » resté intact dont le concierge ignorait le contenu et déchargeant celui-ci de sa fonction inattendue de Garde des sceaux mais qui évita sans le savoir la perte des matrices.

    Quelques années plus tard, le texte de la constitution de la Cinquième République fut scellé le 6 octobre 1958 par Michel Debré, ministre de la Justice et père de la constitution. Il en gardera un souvenir aussi particulier qu’inattendu ! Au moment de la mise en forme du sceau, le mauvais usage de la cire[11] et de la presse provoquèrent un puissant jet de cire [brûlante] qui macula le complet du Garde des sceaux. Beaucoup s’amusèrent de l’incident heureusement sans gravité quand d’autres ironisèrent sur un hommage de la République au rédacteur de sa constitution.

    Le temps ne s’arrête pas, l’histoire non plus. Il est vraisemblable que la résurgence de cet usage et des outils associés se maintiennent tant le symbole est prégnant et insère des textes contemporains ou précurseurs dans la tradition.  Ainsi nous est rappelé que, loin des modes et des nouveautés aussi éphémères que futiles, l’apposition du sceau, méthode ancienne validée par des siècles d’utilisation, est d’une étonnante modernité en garantissant la vie publique actuelle.

    Figure 8 : Presse avec les matrices

    [1] Commandées à Gaultier, marchand orfèvre de la rue du Bac à Paris, ces boîtes furent payées près d’un an plus tard (Cf. Pierre-Dominique Chenet, Les procès-verbaux du Directoire, t. 1, p. 106).

    [2] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4435896s

    [3] La gravure est effectuée sur un bloc cylindrique d’un kilogramme d’argent

    [4] La couleur verte peut s’interpréter comme un contre-sens historique. En opposition à l’usage royal, la République scelle en rouge ou en jaune. La couleur verte, couleur utilisée par le roi pour marquer un acte perpétuel, est reprise en 1999. L’argument en est très discutable, aucun texte de chancellerie ne mentionnant cet usage. On peut tout au plus constater que la cire verte est plus facile à travailler.

    [5]   Il s’est écoulé 11 ans entre l’apposition du sceau sur la Loi no 81-908 portant abolition de la peine de mort et l’apposition sur la loi constitutionnelle no 92-554 sur les Communautés européennes et l’Union européenne

    [6] Loi constitutionnelle no 92-554 sur les Communautés européennes et l’Union européenne du 25 juin 1992

    [7] Sous la direction de Madame Martine Dalas, conservatrice et de Monsieur Michel Monnerie Chef d’atelier

    [8] Michel Monnerie, Sceller avec le Grand Sceau de l’État. Mode d’emploi, Histoire de la Justice, 7, 1994, p. 199 à 207.

    [9] Philippe Jacquet/Ludimage toutes les images sont issues des archives personnelles de l’auteur.

    [10] -Claire Bommelaer, « La Constitution sera scellée en public sur la presse commandée par Cambacérès », Le Figaro,‎ 7 mars 2024

    -Maurice Agulhon, Marianne au combat : l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, 251 p.

    Les constitutions de la France, 1791-1992. Exposition réalisée par le ministère de la justice et l’association « Expo 200 », Paris, 6 novembre-31 décembre 1992.

    -Pascal Durand-Barthez, « Qu’est-ce que le Sceau de France ? », Histoire pour tous, no 22, février 1962.

    -Guilhem Nave, Les textes constitutionnels de 1791 à 1995. Analyse technique des documents, Mémoire non publié, octobre 1996, 27 p.

    -Marie-Adélaïde Nielen, « Le sceau de la Ve République », Revue de l’AMOPA, 161, juillet 2003, p. 27 à 29.

    -Louis Rouvier, Les Sceaux de la Grande Chancellerie de France de 458 à nos jours, Marseille, imprimerie de la société du Petit Marseillais, 1935, 94 p. : 83-84. [Description du grand sceau et du petit sceau de la IIIe République].

    -D. Vallet, « Le Sceau de France », La Vie judiciaire, 14-20 août 1989 et 21-27 août 1989, p. 5 suiv.

    -Jean-Jacques Yvorel, « Déritualisation » et désacralisation de l’audience du sceau (xviiie – xixe siècles), Le

    -Romane Laignel Sauvage, « Le grand sceau de France : un peu de cire et de la solennité [archive] », sur www.ina.fr, 5 mai 2024

    [11] La méthodologie de l’époque conseillait à tort l’usage de cire liquide (60 / 70 ° C) !

    La quatrième bulle d’Innocent IV – Quelques réflexions sur les faces nominales des bulles de plomb pontificales

    • Yann FRANCHET

    Dans un récent ouvrage consacré à la diplomatique pontificale au Moyen Âge, Sabine Fees évoque longuement les bulles de plomb appendues aux documents émis par la chancellerie du pape Innocent IV (1243-1254)1. Elle y rappelle que le nombre de matrices ayant servi à former les faces nominales des bulles au cours de ce pontificat reste controversé : trois ou quatre2 ? Wilhelm Diekamp, en 1882, en avait relevé trois3. Élie Berger, deux ans plus tard, dans l’introduction à la publication des registres d’Innocent IV en avait relevé quatre4. Paul Baumgarten, en 1914, désabusé devant les différences microscopiques qu’il observait sur les empreintes, annonçait quant à lui avoir renoncé à faire un catalogue de matrices des papes du XIIIe siècle, affirmant d’ailleurs que ces différences étaient le plus souvent à mettre sur le compte de petits défauts inhérents à la prise d’empreinte5. De fait, aussi étrange que cela puisse paraître, et malgré une bibliographie considérable et un peu intimidante sur la diplomatique pontificale, il semble que personne n’ait repris cette recherche, et nous ne connaissons pour notre part aucun catalogue sigillographique récent des différents types utilisés par la chancellerie pontificale6. Cette question semble avoir été délaissée des sigillographes depuis les travaux de ces érudits du tournant des XIXe et XXe siècles. Le site Sigilla est peut-être l’outil (en attendant l’usage de l’intelligence artificielle…) permettant de tenter ce que Paul Baumgarten a désespéré de pouvoir faire.

    À une échelle très modeste, c’est ce que nous proposons de faire avec les faces nominales des bulles d’Innocent IV. Lors du dépouillement des archives issues du couvent des Dominicains de Strasbourg7 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), nous avons photographié et mis en ligne sur Sigilla 47 bulles de plomb d’Innocent IV, avers et revers. Avec les empreintes issues d’autres fonds mises en ligne par différents collaborateurs du site, c’est désormais un corpus de 79 empreintes qui sont visibles sur la base de données. Cet ensemble a priori conséquent souffre pourtant d’un défaut qui fragilise les conclusions que l’on pourra lire ci-dessous : sur les 79 empreintes, 76 datent d’avant 1249, trois seulement datent de la période 1250-12548.

    Pour rappel, les bulles papales, systématiquement en plomb, sont formées de deux faces. C’est sous le pape Pascal II (1099-1118) que s’est fixé le modèle qui va perdurer durant toute la fin du Moyen Âge et au-delà. Chaque bulle, d’un diamètre de 35 mm et d’une épaisseur de 5 mm environ, présente ainsi :  

    • Une face nominale, c’est-à-dire présentant le nom du pape et son numéro d’ordre, sur trois lignes, entouré d’un grènetis (fig. 1)
    • Une face présentant les apôtres Pierre (à droite) et Paul (à gauche), séparés par une longue croix, sous les initiales SPASPE (Sanctus Paulus Sanctus Petrus). Chaque saint est entouré d’un grènetis, et un grènetis général encercle le tout (fig. 2)

    La face nominale devait bien sûr être changée à chaque nouvelle élection. Mais la face aux apôtres, pour sa part, n’était pas systématiquement renouvelée, tant s’en faut. Tout laisse à penser par exemple que la matrice utilisée au début du pontificat d’Innocent IV avait été gravée sous le pape Urbain III (1185-1187), et avait ensuite été utilisée sous Grégoire VII (1187), Clément III (1187-1191), Célestin III 1191-1198), Innocent III (1198-1216), Honorius III (1216-1227), Grégoire IX (1227-1241), Célestin IV (1241), et donc Innocent IV, avant de se briser au milieu de l’année 1252, 67 ans environ après sa confection9. Cette longévité d’usage ne laisse pas d’étonner, le nombre d’actes scellés par la chancellerie pontificale étant alors sans cesse grandissant. Les changements de matrices sont peu documentés dans les sources mais celui-ci a par exception fait l’objet de deux lettres d’Innocent IV, publiées par Léopold Delisle en 185710. En réalité, la nouvelle matrice gravée pour remplacer l’ancienne n’a pas convenu et, au bout de quelques semaines d’usage seulement, a été remplacée par une troisième. Sabine Fees présente dans son ouvrage trois empreintes de ces trois matrices de la face aux apôtres, et discute des raisons qui ont pu convaincre le pape d’abandonner si vite le deuxième matrice11. Sigilla ne disposant pas encore d’empreintes de cette matrice intérimaire, nous en resterons à l’étude des faces nominales.

    L’examen des 79 empreintes de Sigilla nous permet de donner raison à Élie Berger : quatre matrices (au moins) ont servi à former les faces nominales des bulles de plomb d’Innocent IV (fig. 1, 3, 4 et 5)12. Si le modèle est toujours le même, on peut les différencier à de menus détails :

    • La forme des « N » est souvent la plus parlante : sur le type A (fig. 1), la traverse est moins oblique que sur les autres types, et ne rejoint pas tout à fait les extrémités des jambages ; sur les types A (fig. 1) et D (fig. 5), le dernier N de « INNOCENTIUS » est plus étroit que sur les deux autres types
    • Les « S » finaux d’« INNOCENTIUS » présentent aussi des différences assez sensibles : le S du type B (fig. 3) se termine par un empâtement bifide absent du S du type C (fig. 4), dont la tête monte au-dessus de la ligne des autres lettres ; le S du type D (fig. 5) est rond et régulier, et ne descend pas tout à fait jusqu’à la ligne inférieure formée par les autres lettres
    • Les creux des O des types B (fig. 3) et C (fig. 5) sont composés de deux panses leur donnant une forme ogivale, ceux des types A (fig. 1) et D (fig. 5) sont plus arrondis
    • Le V de « INNOCENTIUS » est plus ouvert sur le type C (fig. 4) et plus aigu sur le type D (fig. 5)
    Fig. 3 : Innocent IV – face nominale – type B (1244-1249) – Innocent IV – Am Strasbourg-AVES – 3 AST 3 I / 53

    On perçoit toutefois un effort évident de l’orfèvre pour imiter au plus près la matrice antérieure. On peut s’étonner d’ailleurs que, la matrice de la face aux apôtres se révélant capable de former des milliers d’empreintes sur une période de 67 ans, on ait ressenti la nécessité de graver plusieurs matrices de l’autre face, en les faisant toujours identiques. Même en supposant que le but était d’avoir plusieurs matrices simultanées pour faciliter le travail de la chancellerie (voir infra), on ne voit pas pourquoi ce raisonnement n’aurait pas été aussi valable pour l’autre face. Faut-il alors supposer que, ces matrices des faces nominales n’étant destinées à servir que quelques années au plus, on les façonnait dans des matériaux moins solides (peut-être moins coûteux) que la matrice de la face aux apôtres ? Les matrices de bulles papales conservées jusqu’à nous et qui auraient pu éclairer la question sont rarissimes. Deux matrices d’Innocent IV, une de chaque face, ont bien été retrouvées dans le Rhin près de Cologne à l’été 1887, mais leur authenticité est sujette à caution13. On doit toutefois noter que Ludwig Schmitz-Rheydt, qui a pu observer ces matrices, remarque en effet que la matrice de la face aux apôtres était plus dure et plus résistante que l’autre14.

    Outre la graphie du nom, un autre indice témoigne de l’effort des orfèvres pour imiter au plus près la matrice précédente : il s’agit du nombre de grains formant le grènetis. Dans les trois premiers types (fig. 1, 3 et 4), il est de 61 grains. Puis dans le quatrième type (fig. 5), il n’est plus que de 56. Les trois papes suivants, Alexandre IV (1254-1261), Urbain IV (1261-1264), et Clément IV (1265-1268) continueront sur les faces nominales de leurs bulles à utiliser un grènetis de 56 points. Puis sous le pape Grégoire X (1271-1276), ce nombre passe à 75. C’est sans doute donc de ce pontificat que date la chronique de Martin d’Opava (connu aussi sous le nom de Martin le Polonais, ou Martin de Troppenau), un dominicain en poste à la curie pontificale dans les années 1260 et 1270, qui nous éclaire sur l’importance de ce nombre de grains. Il nous apprend que les faux actes pontificaux peuvent être détectés en comptant le nombre de ces points : une vraie bulle, dit-il, en compte sur sa face nominale 7515. Le canoniste Jean d’André (mort en 1348) apporte quelques décennies plus tard une précision intéressante à ce sujet : ce nombre de points est un secret conservé par les bullateurs de la chancellerie pontificale16. Même si l’on perçoit mal pourquoi les faussaires auraient été moins bien informés de ce « secret » que les destinataires ordinaires des actes pontificaux, il n’en reste pas moins que ce nombre de grains semble avoir été d’une grande importance.

    Revenons à Innocent IV. Notre corpus ne nous permet pas de savoir pourquoi le nombre de grains sur ses bulles nominales a été modifié, ni même à quelle date exacte la matrice au grènetis à 56 grains a commencé à être utilisée. La seule empreinte dont nous disposons a en effet été appendue à un acte daté du 30 septembre 1254, à la toute fin du pontificat. Une hypothèse qui demanderait à être vérifiée est que cette matrice a été gravée en même temps que la troisième matrice de la face aux apôtres, c’est-à-dire à l’été 1252.

    Fig. 6 : Occurrences des empreintes des quatre types de la face nominale des bulles d’Innocent IV (1243-1254)

    La datation des périodes d’usage des matrices reste de toute façon un problème épineux. Un premier examen du graphique des occurrences des différentes empreintes (fig. 6) laisse une impression ambiguë. D’un côté, on perçoit bien une succession chronologique dans l’usage des différentes matrices, du type A vers le type D. Mais la période 1244-1247 laisserait pour sa part penser à un usage simultané des types A et B. Deux actes en particulier (fig. 7 et 8), datés du 28 mars 1246, paraissent conforter cette hypothèse.

    Les textes de ces litterae cum serico, scellées sur lacs de soie jaune et rouge et autorisant les supérieurs de l’ordre des frères prêcheurs à excommunier et à emprisonner les apostats, sont parfaitement identiques. On est enclin à penser qu’ils sont de la même main : les graphies sont très similaires, et on peut faire l’hypothèse que les lettres JV présentes sur la gauche du repli, correspondent aux initiales du scribe17. Pourtant l’un (fig. 7) est scellé du type A, l’autre (fig. 8) du type B. Nous avons déjà rencontré ce cas de figure quand nous avons cherché à dater les changements de matrices à l’officialité de Strasbourg18 et Wilhelm Ewald avait aussi déjà noté ce décalage entre la date mentionnée sur les actes et la date de scellement réel19.  Dans le détail, on remarque dans notre corpus qu’aucun acte daté de la période postérieure au premier trimestre 1247 (précisément le 28 janvier 1247) n’a été scellé avec la matrice du type A. Si nous partons plutôt du postulat que la chancellerie n’utilisait qu’une seule matrice à la fois, on peut penser que cette date (28 janvier 1247) constitue le terminus a quo de la destruction de la matrice du type A et de la mise en usage de la matrice du type B. Tous les actes datés de la période antérieure et scellés avec la matrice B ont donc dû l’être après ce 28 janvier 1247. Ce constat ne va pas à l’encontre de ce que l’on sait de la procédure d’expeditio per cancellariam, la plus courante à la chancellerie pontificale20 : une fois la supplique acceptée, elle était datée et enregistrée, avant que les abbreviatores rédigent le texte, puis que les scriptores le grossoient au net. Enfin, l’acte ainsi produit, portant la date d’enregistrement de la supplique, passait par diverses vérifications (et parfois réécritures) avant de parvenir chez les bullatores. Plutôt que l’usage simultané de plusieurs matrices, ces actes porteurs d’empreintes issues d’une matrice parfois très postérieure nous semblent plutôt montrer la lourdeur de cette procédure, ou son efficacité, si l’on considère qu’elle permettait de reproduire des actes issus de suppliques anciennes de quelques mois voire de quelques années21.

    Pour ce faire, il devait paraître d’autant plus crucial que les empreintes soient les plus ressemblantes possible avec celles de la matrice précédente. Dans le cas des types A et B, comme la nouvelle matrice était très proche, avec un nombre de points identique, il ne devait pas paraître trop problématique de sceller avec la nouvelle matrice des actes datés de plusieurs mois auparavant. Mais qu’en a-t-il été quand le nouveau type à 56 grains de la fin du pontificat a été introduit ? S’est-on autorisé à sceller des actes portant des dates très antérieures avec ce nouveau type, au risque de susciter l’inquiétude des destinataires des mandements et privilèges les plus attentifs à l’authenticité de la bulle de plomb ? Et pourquoi, alors que les trois faces nominales précédentes étaient cerclées de 61 grains, ce qui n’était certainement pas le fait du hasard, a-t-on décidé de passer à 56 grains sous le même pontificat ? Malheureusement, notre corpus et nos sources ne permettent pas encore de répondre à ces questions.

    1. Sabine Fees, Das päpstliche Corporate Design, Quellen zur äußeren Ausstattung von Papsturkunden im hohen und späten Mittelalter, Böhlau Verlag, Cologne, 2023. []
    2. Ibid., p. 87. []
    3. Wilhelm Diekamp, « Zum päpstlichen Urkundenwesen des XI., XII. und der ersten Hälfte des XIII. Jahrhunderts », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung (MIÖG), 1882, p. 624. Une planche d’illustrations lithographiques se trouve à la fin du volume. []
    4. Élie Berger, Les Registres d’Innocent IV, Tome 1, 1884, Paris, p. LXIV [consulté le 22 novembre 2023]. L’auteur laisse la porte ouverte à l’existence d’une cinquième matrice. []
    5. Paul Baumgarten, « Bullenstempel », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, t. 28.2, 1914, Rome, p. 49-51. []
    6. La plus vaste synthèse que nous connaissions est due à Julius von Pflugk-Harttung, Die Bullen des Päpste bis zum Ende des zwölften Jahrhunderts, Gotha, 1901, qui, comme l’indique le titre, s’arrête à la fin XIIe siècle. Le même auteur a fourni des dessins des bulles pour la même période dans Specimina selecta chartarum pontificum Romanorum, t. 3, Stuttgart, 1887. []
    7. Ces archives sont conservées dans le fonds consacré au chapitre Saint-Thomas de Strasbourg sous la cote AVES, 3 AST I. []
    8. Les registres des actes d’Innocent IV publiés par Élie Berger (cité supra n. 4) ne laissent pourtant pas paraître de baisse de l’activité diplomatique pontificale après 1249. Hasard des archives… []
    9. S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 87. []
    10. Léopold Delisle, Mémoires sur les actes d’Innocent III, Paris, 1857, p. 70-73. []
    11. S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 91. []
    12. C’est le type D (fig. 5) que W. Diekamp (cité supra n. 3) ne mentionne pas dans son catalogue. []
    13. Ludwig Schmitz-Rheydt, « Ein Bullenstempel des Papstes Innocent IV. », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung (MIÖG), 1896, p. 64-70. Voir aussi S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 91, n. 443. []
    14. Ludwig Schmitz-Rheydt, « Bullenstempel… » (cité supra n. 12), p. 65. Malheureusement, nous n’avons pas d’indice sur le lieu où ces matrices seraient visibles aujourd’hui. []
    15. « Quod false littere percipi possunt in bulla puncta numerando. Nam vera bulla in circulo ubi sunt capita apostolorum habet LXXIII puncta. Alius vero circulus in alia parte LXXV. Alius qui est supra capud (sic) Petri habet XXV, qui sunt in fronte beati Petri. Sed in fronte beati Pauli non sunt nisi XXIIII. Et in barba beati Petri XXVIII ». Martin d’Opava, Margarita decreti et et decretalium, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Ms. Lat. 4133, fol. 88rb-va. Nous n’avons pas pu consulter ce manuscrit qui n’est pas en ligne sur Gallica. Citation reprise à S. Fees, Das päpstliche Corporate Design… (cité supra n. 1), p. 63, n. 292. []
    16. « Vix enim, immo nullo modo reperire erit, quin discrepet falsa a vera [bulla] vel in forma, vel in punctis, vel aliquo alio. Praeter id etiam, quod ibi sunt quaedam signa secreta solis bullatoris notae », Jean d’André, In quintum Decretalium librum Novella Commentaria, Venise, 1581, fol. 79r. [consulté le 22 novembre 2023]. []
    17. Élie Berger et Gerd Friedrich Nüske citent effectivement un scribe aux initiales JV, pas identifié, très actif entre 1240 et 1264. Élie Berger, Registres…(voir supra n. 4), p. LXVIII [consulté le 22 novembre 2023] ; Gerd Friedrich Nüske, “Untersuchungen über das Personal der päpstlichen Kanzlei, 1254-1304”, Archiv für Diplomatik, t. 20, 1974, p. 235. []
    18. Yann Franchet, « Les sceaux de l’officialité épiscopale de Strasbourg, 1248-1650 », Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie, n° 93, 2023, p. 57-88. []
    19. Wilhelm Ewald, Siegelkunde, Munich et Berlin, 1914, p. 73. []
    20. O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993, p. 238-239. Plus de détails dans Thomas Frenz, Papsturkunden des Mittelalters und der Neuzeit, Stuttgart, 1986, p. 66-67. []
    21. On voit d’ailleurs sur les registres d’Innocent IV publiés par Élie Berger que les actes n’étaient pas enregistrés dans l’ordre chronologique strict. Ainsi, pour prendre un exemple, le numéro 1947, daté du 6 juillet 1245, est-il enregistré au milieu d’actes datés de juin 1246.  Voir Élie Berger, Registres…(voir supra n. 4), t. 1, p. 288 [consulté le 22 novembre 2023]. []

    Prochaine conférence de la SFHS, jeudi 16 novembre

    Le cycle des conférences de la Société française d’héraldique et de sigillographie continue ce mois de novembre avec une conférence de M. Guilhem DORANDEU, docteur en Histoire et membre de l’Ecole française de Rome intitulée De l’Italie à l’ensemble de l’Occident. Premier bilan et perspectives de recherches sur les sceaux du Midi italien (VIIIe – XIIe siècles).

    En présentiel ou à distance, à ne pas manquer jeudi prochain le 16 novembre à 17h.
    Pour plus d’informations, cliquez ici.

    La Cour de Jussey – bien plus complexe qu’il n’y paraît !

    • Esther NICOLAS

    Pendant un mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur les sceaux des archives départementales de la Haute-Saône, au profit de la base SIGILLA, et plus particulièrement sur ceux de deux abbayes cisterciennes, Cherlieu et Theuley, à l’ouest du département. Toutes deux ont été fondées au XIIe siècle et ont été d’une grande importance dans la gestion de la campagne haute-saônoise jusqu’à la Révolution. A elles deux, elles compilent près de 200 sceaux.

    (c) E. Nicolas

    L’abbaye de Cherlieu, plus au nord que sa consœur, dépend juridiquement de la cour de Jussey. Cette dernière, bien qu’étant une cour d’importance mineure, nous aura donné du fil à retordre avec la multitude de sceaux différents qu’elle propose. En effet, on ne compte pas moins de seize sceaux-types déjà référencés sur la base SIGILLA, couvrant une large période, de 1280 à 1545. Si elles se ressemblent, les empreintes présentent néanmoins des détails qui diffèrent d’un règne ducal à l’autre. Entre l’armorial Bossonide, Robertien, Ivré, Capétien ou encore Valois-Bourgogne, on se perd aisément !

    Ainsi, le sceau jusséen le plus ancien représente une tour crénelée, probablement celle de l’ancien château. Il est utilisé dès 1280, sous le règne de Robert II, duc de Bourgogne et roi de Thessalonique, fils d’Hugues IV, de la branche des Capétiens. Le sceau monumental cède rapidement la place à un sceau armorial : il représente un écu parti du duché de Bourgogne (bandé d’or et d’azur de six pièces) et du comté de Bourgogne (un lion d’or sur fond azur), adopté dès 1305. Avec les règnes d’Hugues V de Bourgogne (1294-1315), mort sans descendance, puis de son frère, Eudes IV de Bourgogne (1295-1349), les sceaux de juridiction changent : les armes du duché de Bourgogne sont délaissées au profit d’un écu aux armes du comté, entourée de deux étoiles, ou bien d’un écu fleurdelisé brisé d’un lambel.

    Ce choix s’explique par l’ascendance royale des ducs : ils étaient, par leur mère Agnès de France, les petit-fils de Louis IX. A la mort d’Eudes IV en 1349, son épouse, Jeanne Ière d’Auvergne reprend les rênes du duché et ajoute à l’armorial préexistant ses propres armoiries : au centre d’un quadrilobe à redents est gravé un écu parti : au 1, de Bourgogne ancien coupé d’un gonfanon, au 2, du comté de Bourgogne. Le reste du champ est finement fretté. Ce blason est conservé tout au long de la régence de la duchesse, exercée jusqu’à la majorité de son fils, Philippe de Rouvres, en 1353. Ce dernier garde les armes de sa mère. Il meurt le 21 novembre 1361, à l’âge de quinze ans, sans avoir eu le temps de s’assurer une descendance. Avec lui s’éteint la première maison capétienne de Bourgogne.

    L’aventure sigillographique ne s’arrête pas là ! Le duché est adjugé à Jean II le Bon et fait retour au domaine royal. Trois ans plus tard, le roi de France le transmet à son fils Philippe le Hardi, formant une seconde maison de Bourgogne qui va peu à peu régner sur un vaste ensemble territorial aujourd’hui connu sous le nom d’État Bourguignon. Les ducs, désormais rattaché à la maison des Valois-Bourgogne, imposent de nouveaux sceaux : le traditionnel lion comtois est abandonné, au profit des armes du duché et de la fleur de lys. L’appartenance au sang royal est affirmée, rappelant le surnom de Philippe le Hardi, le « sire au fleurs de lys », ainsi que le caractère indivisible du comté de Bourgogne, pourtant terre d’Empire, et du duché du même nom. A partir de 1384, l’utilisation de l’écu de Bourgogne ancien comme sceau de juridiction s’impose : les deux sceaux co-existent pendant près d’un siècle.

    AD 70 – H 285 / 13, (c) E. Nicolas

    En effet, malgré un enrichissement conséquent de l’armorial bourguignon – Jean sans Peur adopte le blason des Flandres, tandis que Philippe le Bon ajoute les armes de Barbant et de Limbourg à l’écu initial – la cour de Jussey ne connaît pas de changement significatif de sa gravure. Deux raisons peuvent expliquer cette permanence : tout d’abord, les matrices ont un coût, et changer de sceaux à chaque règne paraît excessif, surtout pour une petite cour de juridiction. Par ailleurs, comme le dit si bien François Pernot, la Franche-Comté n’est « ni de France, ni d’Empire » ; les ducs de Bourgogne, tourné vers les « Etats du Nord », s’intéressent peu à la Franche-Comté, qui s’apparente presque à une marche autogérée. Les changements armoriaux affectent donc peu Jussey, qui continue son œuvre juridique. C’est avec Marie de Bourgogne que les choses évoluent: fille unique de Charles le Téméraire, tué lors de la bataille de Nancy en janvier 1477, elle devient, à 19 ans, duchesse d’un État fragilisé. Son mariage en août 1477 avec Maximilien d’Autriche oriente pour près de deux siècles la géopolitique de l’Europe (elle est la grand-mère de Charles Quint). La Franche-Comté rejoint le cercle de Bourgogne en 1512, faisant ainsi pleinement partie du Saint-Empire. On s’attend alors à ce que l’armorial évolue et adopte l’aigle impérial, or, les fleurs de lys sont conservées. Seul change le quadrilobe, qui devient une étoile à six branches. La Franche-Comté est décidément inféodée ! Nous n’avons pour le moment pas d’empreintes postérieures à 1545.

    Face à cette multitude de sceaux, le gros du travail a été d’organiser les empreintes, de les dater et de comprendre pourquoi la cour de Jussey recelait d’une telle richesse sigillographique. Nous nous sommes attelées à rendre le plus clair possible les différences entre les sceaux-types, parfois avec difficulté : l’un des actes, daté de 1211, nous a posé problème. Le sceau qui y est appendu n’est autre que celui de Jeanne d’Auvergne, qui n’est utilisé qu’à partir de 1349, plus d’un siècle plus tard !

    AD 70 H 280 / 1, (c) E. Nicolas

    Après quatre semaines de travail sur les sceaux conservés en Franche-Comté, ce sont un peu plus de 200 empreintes qui ont été ajoutées à la base SIGILLA et ce fut un véritable plaisir. L’élément qui m’a le plus marqué est l’étonnante richesse des sigillants en Haute-Saône : ceux-ci sont loin de se résumer à la cour de Jussey ! Les sceaux nous racontent l’histoire d’un petit État, en marge du royaume de France comme du grand Empire, mais qui est finalement une histoire aux proportions européennes. Je n’imaginais pas de telles dimensions spatiales en me lançant dans l’étude des sceaux haut-saônois et je suis fière d’avoir contribué à ce projet en faveur de la découverte de l’histoire comtoise.

    Images inattendues de la Vierge

    • Philippe JACQUET
    • Avec mes remerciements à Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir

    La saisie est une porte ouverte sur la recherche. Il n’est pas de stages ou de vacations sans qu’un renvoi d’informations ne soit produit et ne conduise à un regard augmenté sur le sujet. Aujourd’hui, Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir, deux étudiants qui travaillent pour Sigilla, interpellent sur les représentations de la Vierge sur les sceaux.

    Anna Mikhalchuk est élève de la 2e année du diplôme d’archiviste-paléographe de l’Ecole nationale des chartes, diplômée de master recherche Histoire et Anthropologie des sociétés médiévales et modernes à Paris 1 Panthéon Sorbonne intègre les sceaux du fonds de Chaalis et Alexis Zennir est titulaire d’un Master Métiers de la Science du Patrimoine au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, il travaille l’acquisition en 3D des sceaux et leur intégration dans la base Sigilla. L’une et l’autre se sont confrontés à une image de la Vierge, que nous qualifierons d’inattendue.

    Trois représentations sont principalement utilisées sur les sceaux. Le thème dit de la Vierge à l’enfant est certainement le plus courant. Cette iconographie est largement utilisée par les chapitres d’abbayes ou de cathédrales. De face, debout ou assise, la Vierge couronnée présente l’enfant Jésus, lui-même debout ou tenu par sa mère. Ses variantes sont innombrables. De la main bénissante à la tenue d’une fleur de lis, la mise en scène des personnages est quasi infini et les occurrences sigillographiques nous dévoilent un catalogue d’une richesse inégalée. La Vierge au manteau est un autre thème régulièrement développé par les institutions ecclésiastiques. La vocation protectrice de la Vierge est mise en avant par l’image de celle-ci, couvrant d’un large manteau les fidèles en prières. Aussi appelé Vierge de miséricorde pour la valeur de rassemblement et de pardon qu’elle porte, cette iconographie est plus stéréotypée et plus rare que la précédente. Les inventaires de sceaux mentionnent un troisième type de représentation, qu’il désigne comme Vierge en majesté. La Vierge est assise, seule, tenant une fleur de lis et la main gauche levée. Certains auteurs iront jusqu’à qualifier le geste de « bénissant de la main gauche » (sic !)

    Un sceau, repéré dans le fonds de Chaalis[1] (figure 1) par Anna Mikhalchuk, nous oblige à revoir cette analyse. Il s’agit du sceau de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Il est décrit par Louis Douet d’Arc comme un sceau de majesté : Personnage, vu de face, assis sur un trône à têtes d’animaux, couronné, bénissant de la main droite et tenant un sceptre de la main gauche [2]

    Figure 1: Sceau de l’Abbaye de Sainte-Geneviève de Paris (1193) Institut de France Domaine de Chaalis

    Un examen plus attentif montre qu’en fait, la Vierge lève la main paume ouverte vers l’extérieur. Loin de la bénédiction, ce geste d’humilité symbolise la soumission et l’acceptation. En même temps, la gravure très marquée du vêtement que porte la Vierge attire l’attention par une orientation différente de l’usage et un graphisme que l’on peut rapprocher d’un œil. Ces deux éléments nous orientent vers un autre type de représentation : la Vierge parturiente. Cette iconographie est particulièrement rare, d’une part, en raison de la maternité dont la représentation pose problème à l’Église et d’autre part, à cause de l’interdiction de cette représentation par le Concile de Trente au XVIème siècle qui recommandait même leur destruction[3]. Dans le secret des archives, la difficulté de repérage des sceaux, le travail que nécessitait une revalidation des actes ont probablement évité la destruction de ces sceaux. Nous pouvons ainsi disposer de quelques images inattendues et aussi revisiter les choix symboliques de certains chapitres.


    Le sceau de l’abbaye Notre-Dame d’Issoudun[4] est parmi nos recherches celui qui affirment sans équivoque la grossesse de Marie. Le premier sceau conventuel[5] appuie la soumission de la Vierge à son état en affichant les deux mains, paumes ouvertes devant elle (figure 2). Dans l’espace que délimitent bras et genoux, un très nette rotondité est gravée. L’usage du quasi triangle qui sert d’écrin à cette rotondité peut s’interpréter comme le rappel symbolique de la Sainte-Trinité. La gravure du deuxième sceau[6] conventuel accentue encore cette représentation[7]. Toujours assise sur un siège à protomés, La Vierge montre ses paumes de main et l’effet de triangle est renforcé par le dessin du vêtement. Un dessin supplémentaire est gravé sur l’abdomen de la Vierge (figure 3). L’état du sceau ne permet pas d’appréhender définitivement sa nature, mais il s’agit clairement d’une représentation symbolique de l’enfant Jésus dans l’utérus.


    Par leurs gravures, ces deux sceaux insistent sur la situation de femme enceinte. A l’inverse, d’autres sceaux développant le même thème, privilégient l’aspect dogmatique de l’incarnation. La gravidité de la Vierge est moins marquée et celle-ci ne montre l’acceptation de son état que d’une main, tenant de son autre main une fleur de lis. En intégrant ce symbole, l’iconographie délivre le message de l’incarnation divine du Christ en présentant la Vierge, enceinte mais pure et soumise à la volonté divine. Un rapide pointage nous a permis de repérer une douzaine d’institutions, parfois importantes, utilisant cette iconographie (Figures 4, 5 et 6), une recherche plus étendue renforcera sans aucun doute ce corpus. Le nombre d’occurrences est certes très faible par rapport aux représentations de Vierge à l’Enfant mais il atteste de son usage courant au Moyen-Age.

    Figure 7: Abbaye de Fontaine-les-Blanches (1471) Acquisition 3D (A. Zennir)

    A l’occasion de cette recherche, nous avons constaté l’existence de multiples variantes de la représentation de la Vierge, plus ou moins uniques. Parmi ces iconographies Alexis Zennir a ainsi découvert puis effectué l’acquisition en 3D du sceau conventuel de l’abbaye cistercienne de Fontaine-les-Blanches en 1471 (Figure 7). Inédit jusqu’à maintenant, ce sceau est un véritable hapax sigillographique, il est malheureusement fragmentaire mais son iconographie reste préservée. Il associe la Vierge couronnée, debout, tenant l’enfant Jésus de son bras gauche avec l’image d’une Vierge de miséricorde couvrant de son manteau des moines en prières. Au travers de la symétrie que propose cette image, la protection et la dévotion de l’abbaye et des fidèles se voit confier à Marie, mère de Jésus. En ajoutant ce manteau protecteur, le Chapitre met en avant la valeur rédemptrice et protectrice de la Vierge tout en restant conforme à la prescription du Chapitre général de l’Ordre qui impose le thème de la Vierge à l’enfant comme iconographie du sceau conventuel[8].

    Il est certain que la représentation de Marie tenant son fils Jésus est l’image la plus répandue et aussi la plus accessible à la compréhension des fidèles. Mais au travers de ces quelques exemples, on voit comment les graveurs ont transformé cette image en une vision plus large et plus profonde et comment ils ont su mettre en image les valeurs spirituelles ou dogmatiques que portent la Vierge au sein de l’Église.


    [1] Fondation Jacquemart-André, Institut de France – Domaine de Chaalis 

    [2] Abbaye Sainte-Geneviève de Paris – sceau – 1193/1276 | SIGILLA.

    [3] Le thème de « la Vierge à l’Incarnation » est courant en Orient dès la première moitié du XIe siècle, dans toutes les formes de représentations. Le 25 décembre 1653, lors de sa dernière séance, le concile de Trente a définitivement proscrit cette représentation : « Le saint concile défend que l’on place dans une église aucune image qui rappelle un dogme erroné et qui puisse égarer les simples. Il veut qu’on évite toute impureté, qu’on ne donne pas aux images des attraits provocants ». Il s’en est suivi une destruction quasi-systématique des œuvres présentant la Vierge enceinte.

    [4] Philippe Jacquet, Le sceau de Notre-Dame d’Issoudun, Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie Tome 83-85, 2013-2015 au Léopard d’Or

    [5] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1185/1235 | SIGILLA

    [6] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1448 | SIGILLA La consultation systématique des sceaux inventoriés a permis de constater que ce sceau daté de 1448 est issu d’une deuxième matrice plus récente qui diffère essentiellement par son style et l’ajout de rinceaux dans le champ. Faute d’éléments précis, il est impossible de dater précisément le changement de matrice. R. Gandhillon ne l’a pas décrit dans son inventaire des sceaux du Berry

     

    [8] L’abbaye de Sainte-Hoïlde Abbaye de Sainte-Hoïlde – sceau – 1393 | SIGILLA et la seule abbaye cistercienne qui enfreint la règle en une vierge au manteau, iconographie réservée aux Définiteurs de l’ordre Définiteurs du chapître général de Cîteaux – grand sceau | SIGILLA

    Sceau à Kreutzer à Mulhouse

    • Edith RUHLMANN

    Quelle surprise en découvrant au cours du recensement des sceaux aux archives de Mulhouse deux lettre authentifiées par des empreintes de pièces de monnaie (Kreutzer) à la place des empreintes de sceaux traditionnelles.

    Nous sommes en 1467, période très trouble de l’histoire de Mulhouse, petite ville d’env. 1800 habitants, membre de la Décapole (alliance des 10 villes d’empire d’Alsace voulue par Charles IV en 1354). Déjà en 1445 les nobles et les patriciens ont été expulsés pour désordre et trahison, en parallèle avec les autres villes, les corporations assurèrent le gouvernement de la cité.  Le duc d’Autriche Sigismond n’a pas abandonné l’espoir d’annexer cette ville, enclavée dans ses possessions autrichiennes depuis l’extinction de la lignée mâle des Ferrette. Ses baillis installés à Ensisheim, Pierre de Réguisheim, puis Thuring de Hallwyl attisent cet espoir et mettent tout en œuvre pour harceler, tenter de ruiner et annexer Mulhouse. Ce contexte de menace latente (par exemple, la « guerre des 6 deniers » en 1466 : une créance dérisoire d’un garçon meunier – Herman Klee – sert de prétexte à divers nobles pour engager un conflit contre Mulhouse) développa chez les édiles mulhousiens une haine radicale des Habsbourg et une politique de concertation à petits pas avec des voisins efficaces qui avaient les mêmes ennemis : les villes suisses.

    Au cours de cette « guerre des 6 deniers » un varlet (fils de gentilhomme placé auprès d’un seigneur pour appendre la chevalerie), Conrad Küfer de Bondorf et une dizaine de ses compagnons se rendant à Bollwiller pour renforcer la garnison du château, furent capturés par les Mulhousiens : après l’intervention de leurs maîtres ils ont été libérés ayant affirmé avoir agi sur les ordres formels du lieutenant du bailli d’Ensisheim. Encouragés en sous-main par une série de vassaux autrichiens, ils ont adressé plusieurs lettres de défi à Mulhouse dont celles ci-dessous datées du 10 octobre et du 2 novembre 1467.

    Am Mulhouse – p.i. 1342 du 10 octobre 1467

    En bas : ist dieser brieff vor Basel thor stecken funden worden. – cette lettre a été trouvée devant la porte de Bâle (porte de la ville de Mulhouse), (c) E. Ruhlmann

    Cette lettre de défi signée par un groupe composé de Jean Schluch, Conrad Gross de Villigen, Gaspard de Schwenningen et Jean Fry de Baden-Baden signifie au maître et au conseil de Mulhouse qu’ils ont pris fait et cause pour Conrad Küfer dans la guerre qu’il leur fait, à eux et à leurs confédérés En conséquence ils acceptent l’état de paix ou de guerre où se trouve le susdit Küfer, et emploieront contre ses ennemis de jour comme de nuit, le pillage, l’incendie ou le meurtre selon que les hostilités le comporteront.

    Ils font cette déclaration revêtue, faute de sceau, de l’empreinte d’un kreutzer, pour que leur honneur soit à couvert.

    « C’est l’empreinte d’une pièce de monnaie qu’on ne saurait reconnaître, en cire verte sous couverte de papier. »  (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1088 p. 68.)     

    Am Mulhouse – p.i. 1342, (c) E. Ruhlmann

    Am Mulhouse – p.i. 1362 du 2 novembre 1467

    En bas : « Vnd zu aller vrkunde versigellen vir den mit einem kritzer, vnd wir nuntzmol kein eygen sigel haben. », (c) E. Ruhlmann

    Autre lettre de défi à l’encontre de Mulhouse par d’autres belligérants qui prennent fait et cause pour Conrad Küfer de Bondorf :  Hans Friedrich von Farnou, Heinrich Meiger, Peter Nyemants von Zabern (Saverne), Claus Coler vnd Verlin von Vich, Hans Betz von Friddingen, Schel von Masmünster (Masevaux), Dirholtz von Sindelfingen, Casper Frij von Hestet, dans les mêmes termes que la lettre précédente et pour conclure scellent leur déclaration de l’empreinte d’un kreutzer.

    Am Mulhouse – p.i. 1362, (c) E. Ruhlmann

    Au dos est écrit : « ist in Troubachs ceppelin* funden, secunda ante Elisabeth (16 novembre) anno etc. lxvj° » (*Ceppelin : petite chapelle située à l’extérieur de la porte de Bâle.)

    Acte en papier avec traces de cire verte en forme de sceau ; entre le corps de la lettre de défi et l’empreinte, le nom : Heinrich Rübschnitz. (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1102 p. 82.)

    Il est à noter que précédemment, les belligérants demandaient à leur maître d’apposer leur sceau sur ces lettres de défi, mais une fois la paix revenue, cela pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour leurs « bonnes » relations retrouvées avec Mulhouse.

    A remarquer qu’au cours de ces conflits, il suffisait de déclarer la guerre par une lettre de défi dûment scellée -du mieux possible – pour que « l’honneur soit couvert » malgré les exactions commises ou envisagées, comme décrit plus haut.

    Le Kreutzer (monnaie)

    Frappé pour la première fois en 1274 dans le Tyrol, le kreutzer équivalait à l’origine à vingt petits deniers de Vérone. Il doit son nom à l’image de l’avers, qui montre soit une croix celtique, soit une double croix. Monnaie d’argent au début, il devint peu à peu une monnaie de billon (alliage de moins de 50 % d’argent et donc plus de 50 % de métal vil (cuivre, zinc, étain). Le kreutzer constitua à partir du XVIe s. la base du système monétaire de l’Allemagne du Sud et de l’Autriche et fut dès lors un élément important du numéraire de plusieurs cantons. Il servit aussi de monnaie de compte dans le canton de Berne (francisé en « cruche » dans le pays de Vaud) et valait un quart de batz et un centième d’écu (couronne).

    Bibliographie :

    Guy Trendel, L’Alsace au Moyen Age, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2010.

    Odile Kammerer, « Mulhouse », dans B. Vogler (dir.), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés 1354-1679, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2009, p. 331-355.

    Philippe Mieg, « Les difficultés de Mulhouse à l’époque de son alliance avec Berne et Soleure », Bulletin du Musée Historique de Mulhouse 73, 1965, p. 31-84, 74, 1966, p. 5-109, 75, 1967, p. 39-118, 76, 1968, p. 47-154, et 77, 1969, p. 39-148.

    Dictionnaire Historique de la Suisse – DHS – version du 04.11.2008 – online : https://hls-dhs-dds.ch/fr/articles/013679/2008-11-04

    Des chiffres arabes dans une légende sigillaire de 1437

    • Thomas BRUNNER

    La date exacte de gravure d’un sceau est souvent difficile à établir et les sigillographes savent bien que l’année de la plus ancienne empreinte connue donne un terminus a quo qu’il faut utiliser avec circonspection pour en déduire le moment où la matrice fut fabriquée. Fort heureusement, dans quelques rares cas c’est le sceau lui-même qui nous renseigne, à travers sa légende, sur la date de sa gravure ou de sa mise en circulation. Dans le corpus des sceaux alsaciens, une telle indication a ainsi pu être relevée à partir de la fin du XVIe siècle sur les sceaux de l’officialité de Strasbourg gravés en 1587, en 1597 et en 1608, et sur celui de la ville de Molsheim de 1642. Jusqu’à présent, cette pratique n’avait pas encore été observée à l’époque médiévale en Alsace1. Ailleurs, dans le nord de la France, elle est connue plus précocement sur les contre-sceaux de certaines officialités, celle de Paris dès 1246, celle de Troyes en 1289 et celle de Thérouanne en 1324, comme l’a relevé Jean-Luc Chassel – que je remercie chaleureusement pour ces informations2. Il sera utile pour la suite de garder à l’esprit que cette petite liste ne comprend que des sceaux ou des contre-sceaux d’institutions et non d’individus.Or l’ajout récent d’une empreinte du premier sceau de l’Electeur palatin Louis IV de Wittelsbach (1424-1449), dit le Doux, a permis grâce à son bon état de conservation aux Archives municipales de Haguenau, de reconstituer l’intégralité de la légende et de déchiffrer – au sens propre – les quatre signes kabbalistiques terminaux qui étaient trop détériorés pour être lisibles sur les autres pièces numérisées.

    Sceau de Louis IV du Palatinat, AM Haguenau, AA 217/13
    Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

    Enroulée dans une banderole et écrite dans une minuscule gothique de petit module, la légende, qui nomme le sigillant, précise ses titres et se clôt par la date, peut être retranscrite de la manière suivante:

    S’ / LUDOV [cimier] ICI + COMITIS + PALATINI + RENI [écu] + Z + DUC + BAVA + 1437

    soit, sous forme développée et sans tenir compte des débordements de l’image:

    S(igillum) LUDOVICI + COMITIS + PALATINI + R(h)ENI + (et) + DUC(is) + BAVA(rie)+1437

    (Sceau de Louis, comte palatin du Rhin et duc de Bavière, 1437).

    Sceau de Louis IV du Palatinat; détail de la fin de la légende : + BAVA + 1437.
    AM Haguenau, AA 217/13; Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

    Quatre chiffres arabes archaïques

    Les quatre chiffres se lisent donc “1437”, ce qui correspond à l’année de fabrication de ce sceau utilisé de 1437 à 14453. La date est écrite dans une forme archaïque de chiffres arabes, qui se caractérise par les morphologies déconcertantes pour nos habitudes de lecture des chiffres 4 (une sorte de boucle) et, dans une moindre mesure, 7 (basculé vers la gauche). Ces formes graphiques sont cependant conformes aux pratiques de ce début de XVe siècle, comme en attestent les relevés ci-dessous, qui proviennent tous de manuscrits généralement savants.

    Chiffres arabes dans des manuscrits des XIVe-XVe s., extrait de Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 587.

    En effet, après la tentative infructueuse d’introduction en Occident des chiffres arabes peu avant l’An mil par Gerbert d’Aurillac (le futur pape Sylvestre II), qui les avait lui-même rencontrés en Espagne musulmane, il fallut attendre les développements commerciaux du second Moyen Âge en Méditerranée et les traités du mathématicien italien Léonard Fibonacci, dit de Pise, au début du XIIIe siècle, pour que ce système de numération pénètre avec succès dans la culture occidentale. Concurrencée par l’habitude des chiffres romains et par la pratique de l’abaque (un système de calcul similaire au boulier), leur progression vers l’Europe du nord fut toutefois lente4.

    Vers l’évincement des chiffres romains?

    Au début du XVe siècle (et même bien après), c’est encore en chiffres romains que les dates sont données dans les inscriptions du Rhin supérieur telles que les pierres tombales ou la stèle de l’évêque de Strasbourg Guillaume de Diest en 1394. Sur les contre-sceaux des officialités françaises évoqués au début, on avait également utilisé ce système: à Paris encore en 14105, à Thérouanne entre 1376 et 14626, quand le graveur n’a pas mêlé chiffres romains et mots entiers, comme à Troyes en 13097 ou à Thérouranne en 13248. Les ecclésiastiques de ces officialités perpétuaient donc cette tradition latine à l’époque où les chiffres arabes furent gravés sur le sceau du prince palatin – un laïc peut-être plus enclin à la nouveauté en ce domaine.

    L’écriture de la date de 1437 témoigne de la pénétration de ce système de numération dans la vallée du Rhin au début de XVe siècle. Une raison très pragmatique a pu prévaloir dans ce choix: pour le graveur toujours en quête d’espace sur la surface du sceau, utiliser quatre chiffres arabes représentait un gain de place non négligeable, comparé à la série de neuf voire plus vraisemblablement onze lettres des chiffres romains: MCDXXXVII ou MCCCCXXXVII9.

    Un sceau de minorité

    Mais si une motivation pratique peut expliquer le recours à un système de numération au détriment de l’autre, elle n’explique en rien l’irruption d’une information chronologique sur le sceau d’un individu – pratique qui à notre connaissance demande encore à être étudiée. Il est cependant certain que les quatre chiffres arabes doivent leur présence à une intention. Le contexte politique donne une piste vraisemblable de compréhension: le 30 décembre 1436, à la mort de son père Louis III, le nouveau comte palatin du Rhin Louis IV était âgé de dix ans et par conséquent encore mineur. Son oncle Otton de Bavière, comte palatin de Mosbach, exerça de ce fait une régence jusqu’en 144510.

    Or l’année 1445 correspond aussi aux dernières attestations d’utilisation du premier sceau de Louis IV et à l’introduction d’un second sceau, quant à lui dépourvu de toute date dans la légende. Il ne fait aucun doute que le type de 1437 fut réalisé avec la conscience de son caractère éphémère ou du moins transitoire et peut-être même – c’est notre hypothèse – celle du statut juridique de mineur du jeune sigillant. Est-ce la raison pour laquelle le commanditaire du sceau (l’oncle régent?) a fait graver cette date dans la légende? Celle-ci avait-elle pour fonction de rappeler la situation institutionnelle du Palatinat? Si tel est le cas, “1437” viendrait d’une certaine manière contrebalancer la solennité de la titulature de Louis IV, “comte palatin du Rhin et duc de Bavière”. Le premier titre en faisait en effet l’un des sept électeurs de l’Empereur, le second rappelait son appartenance à la puissante famille des Wittelsbach.

    Un sceau de plein droit?

    Pourtant, derrière ces titres qui plaçaient Louis IV parmi les plus grands princes du Saint Empire, la mention de l’année 1437 pourrait avoir eu au contraire un effet de dévalorisation du sigillant en rappelant qu’il convenait de distinguer entre sa puissance théorique et la réalité du pouvoir effectif d’un enfant sous tutelle. Derrière l’apparence assez anodine des quatre chiffres pourrait donc se dissimuler un signe fort de communication politique, celui d’un pouvoir bridé.

    Qui aurait eu le plus intérêt à une telle évocation? L’enfant mineur, par réalisme politique? Ce serait surprenant et cela supposerait qu’il ait eu son mot à dire dans le choix du texte de la légende. Otton de Bavière, en revanche, peut apparaître comme le principal bénéficiaire de l’existence d’un sceau dont la date inscrite rappelait en creux qu’il dirigeait de fait le Palatinat. Evidemment, une étude plus poussée des relations entre l’oncle et le neveu serait à mener pour valider ou infirmer cette hypothèse, mais le fait est qu’à la majorité de Louis IV, la date n’est plus mentionnée sur son nouveau sceau. En l’état actuel de notre corpus, il n’est pas possible de savoir si le procédé de 1437 fut repris par la suite chez les comtes palatins du Rhin. Ainsi le fils de Louis IV, Philippe Ier du Palatinat, était né en 1448 et n’avait qu’un an à la mort de son père. Il fut à son tour placé sous la tutelle d’un oncle, Frédéric Ier du Palatinat, qui l’adopta par la suite11. Malheureusement à ce jour, la base SIGILLA ne dispose pas de sceau pour Philippe avant l’année 1479.

    Si la date en chiffres arabes est bien un rappel de la minorité du sigillant, le sceau de 1437 avait-il pour autant moins de valeur? Aucun des 11 actes scellés de ce sceau actuellement présents dans la base de données (dont 4 sceaux pendants entre 1438 et 1440, les 7 autres étant plaqués) n’a de co-sigillant12. On peut en déduire que l’empreinte de Louis IV était suffisante à garantir la validité des documents (essentiellement des quittances, en l’occurrence). Même si nous ne l’avons pas trouvé pour l’instant au bas d’actes particulièrement solennels, ce sceau de minorité n’en était pas moins un sceau de plein droit.

    1. En Suisse, la légende du troisième petit sceau de la ville de Berne se clôt par: ANNO M° CCCC° XV°. C’est le seul sceau bernois à mentionner une date, voir Adolf FLURI, « Die Siegel der Stadt Bern 1224-1924 », Blätter für bernische Geschichte, Kunst und Altertumskunde, 20/4, 1924, p. 257-300.) Après la publication de ce billet, O. Richard m’a signalé que les deux sceaux concédés par l’archiduc d’Autriche Sigismond à la ville de Thann, le grand sceau comme le petit sceau portent la date de 1469 en chiffres arabes. Le deuxième grand sceau de Saverne indique l’année 1525 aussi en chiffres arabes. []
    2. Jean-Luc CHASSEL, « Les sceaux des officialités médiévales », dans Véronique BEAULANDE-BARRAUD et Martine CHARAGEAT, dir., Les officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, Turnhout, 2014, p. 133-157, ici p. 143, n. 38. Signalons que la légende du contre-sceau de l’abbaye tourangelle de Marmoutier indique: + RENOVATVM ANNO DOMINI [dans le champ] M CC XXXV []
    3. Voir infra, note 12 []
    4. Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 586-591 []
    5. Contre-sceaux de 1246 (MXLVI) D 7001 bis, de 1253 (M. CC. L. III), connus par différentes matrices: D 7002 bis, D 7003 bis, D 7004 bis et D 7005, et de 1410 (M. CCCCX) D 7006 bis [données de J.-L. Chassel]. []
    6. Contre-sceau de 1376 (MCCCLXXVI) A 2321, de 1440 (M° CCCC XL) A 2323 et de 1462 (M CCCC LXII) A 2324 [données de J.-L. Chassel; la lettre A désigne la collection de moulages d’Artois et de Picardie réalisée par Germain Demay en 1877]. []
    7. Contre-sceau de 1309 (ANNO M C[CC N]ONO) : D 7047 bis; je n’ai pu vérifier les contre-sceaux de la collection Champagne signalés par J.-L. Chassel: ceux 1289 ou avant (légende mutilée), Ch 1691 (empreinte de 1289), et de 1373, Ch 1689 (empreinte de 1462). []
    8. Contre-sceau de 1324 (M. CCC VIGES(imo) IIII) : D 7032 bis et de 1432 (M CCCC trecisimo secundo]: A 2322 [données de J.-L. Chassel]. []
    9. La graphie CCCC pour 400 est commune dans les inscriptions, comme en témoignent les contre-sceaux de l’officialité de Thérouranne au XVe siècle cités dans les notes précédentes et le sceau bernois de 1415, voir note 1. []
    10. Carl August LÜCKERATH, « Ludwig IV., Kurfürst von der Pfalz », Neue Deutsche Biographie (NDB), 15, Berlin, 1987, p. 411–412. []
    11. Peter FUCHS, « Philipp der Aufrichtige », NDB , 20, Berlin, 2001, p. 382-383 []
    12. La cote des actes avec sceau pendant est suivi d’une *: AM Mulhouse, p.i. 587* (1437), 602* (1438), 603 (1438), 625* (1440), 628 (1441), 663 (1443), 664 (1443), 671 (1445) et 672 (1445), AM Haguenau, AA 217/13* (1438) et AA 220/4 (1438). []

    Où Sigilla aide considérablement la recherche : L’identification du sceau de Rodrigo Alexandre Borgia ( 1457-1492)

    Evêque, vice-chancelier-cardinal-évêque, archevêque, chambellan, doyen du collège des cardinaux, légat du pape…. et pape

    • Daniel KELLER
    (c) D. Keller, issu d’une collection privée

    L’empreinte, de couleur rouge, de forme ovale typique des sceaux ecclésiastiques, repose sur un fond de cire brune quadrillée pour augmenter l’adhérence. Conservée dans une boite métallique, elle est légèrement abîmée dans sa partie gauche où manque un peu de cire empêchant la lecture complète de la légende

    (repli) R . CARD . (pli) VALEN (repli)

    L’iconographie de type hagiographique est cependant complète : Le champ est occupé par un édifice renaissance en forme de portique, composé de quatre pilastres corinthiens soutenant un entablement orné de guirlandes, formant trois travées. Au registre supérieur s’ouvrent trois niches abritant, au centre une Vierge à l’Enfant en buste, accosté d’un saint diacre et d’un saint évêque. La niche centrale du registre médian abrite la figuration de saint Nicolas, accosté à gauche de celle de saint Sébastien au supplice et à droite par celle de l’archange Michel enfonçant sa lance dans la gueule du Démon. Chaque personne est identifiée par une inscription gravée sous leurs pieds : S. SEB / S. NIC / S . MIC. Sur le soubassement s’ouvre une fenêtre surmontée d’un fronton triangulaire dans laquelle est représenté un personnage en prière ; il est accosté de deux écus.

    (c) Hauptstaatsarchiv Stuttgart HStA S H52 U16

    La forme, la taille, la couleur, l’aspect général, l’inscription CARD pour cardinal et l’architecture m’ont conduit à orienter mes recherches vers les sceaux de cardinaux de la fin du XVème siècle et notamment ceux des lettres d’indulgence. L’une d’elles a attiré plus particulièrement mon attention. Une lettre d’indulgence pour l’église paroissiale saint Michel à Altshausen dans le diocèse de Constance est scellée de 10 sceaux dont le premier, à gauche, ressemblait beaucoup au document étudié. Elle est conservée aux archives du Land de Bade-Wurtemberg à Stuttgart sous la cote H52U16. Dr. Erwin Frauenknecht a bien voulu venir à mon aide et l’a identifié comme étant celui de Rodrigo Borgia utilisé avant son élection comme pape sous le nom d’Alexandre VI.1

    Les armoiries des deux écus disposés de part et d’autre de la niche inférieure sont bien celles de ce personnage célèbre :

    ([d’or], au taureau [de gueules], sur une terrasse [de sinople], à la bordure [du champ, chargée de huit flammes du troisième], qui est Borgia, parti d’un palé [d’or et de gueules] de six pièces, qui est Oms), respectivement surmonté d’un chapeau de prélat à houppes.2

    D’origine trop modeste, ce nom de Borgia est sujet à une élaboration légendaire familiale qui l’associe à la figure du taureau (boarius en latin) censé symboliser la puissance et la fécondité. Alphonse de Borja, futur pape Callixte III, fait rajouter sur le bord de l’écu huit flammes représentant les huit chevaliers Borgia accompagnant le roi d’Aragon lors de la reconquête du royaume de Valence.3

    La famille cherche à rejoindre la petite noblesse en s’unissant notamment par mariage à la famille Oms, un lignage ancien, prestigieux et important propriétaire terrien. Leurs armes, un fascé de sable et d’or, viendrait d’un guerrier de la suite de Charlemagne, qui ayant capturé trois rois maures, aurait paré son bouclier de trois turbans. Ils seraient à l’origine des armes de cette grande famille de Catalogne, les Oms, portées par les descendants de Sibille d’Oms, épouse du chevalier Rodrigo-Gil II de la maison de Borja. Les armes du sceau étudié sont parti de Borgia et parti d’Oms et non de Lenzuoli comme indiqué dans la notice de Sigilla.

    Cette attribution est confirmée par deux empreintes répertoriées dans la base de données Sigilla. Ces moulages font partie de la collection Lorraine des Archives nationales,1970, N°424 et de la BnF Paris Lat.9279-index26.L’une est intacte, l’autre restaurée .4

    La légende peut ainsi être complétée :(repli) R . CARD . (pli) VALEN (repli) / S . R . E . VI (pli) CECAN

    Il s’agit donc bien de Rodrigo Borgia. Neveu du pape Calixte III par sa mère Isabelle de Borgia. Sacristain de Valence, élevé à la pourpre par son oncle en 1456 à l’âge de 25 ans. D’abord diacre de saint Nicolas in Carcere (1456), il devient évêque de Valence (1458 à 1492), évêque d’Albano (1471 à 1476), de Porto et Santa Rufina (1476 à 1492) et de Majorque (1489), archevêque de Valence(1492). Il a une grande part à l’administration de l’Eglise comme Vice-Chancelier (1457 à 1492).Il est élu pape en août1492 sous le nom d’Alexandre VI.

    L’empreinte peut donc être datée entre 1456 élévation à la dignité cardinalice et 1492, élection comme pape sous le nom d’Alexandre VI Borgia.

    On peut enfin remarquer que le sceau des archives du Bade-Wurtemberg est très semblable à celui de la collection Lorraine des Archives nationales mais diffère très légèrement de celui de la BnF Lat 9279 et de l’empreinte proposée à notre étude : position de la Vierge, attitude de Saint Sébastian et de saint Michel. Le cardinal aurait-il fait refaire sa matrice à la suite de son vol, de sa perte ou de son usure ? Il a occupé sa charge de vice-chancelier pendant 35 ans ! (1457-1492)

    Cardinal Pierre Louis Borgia, Archives héraldiques suisses, 1950, LXIV,n°1 (AHS 1950 n°1, p.6.

    Un sceau de son fils, le cardinal Pierre Louis Borgia, est très semblable par le cadre architectural. Seuls sont différents les personnages représentés, des détails d’architecture et un seul écu est visible dans la partie inférieure. Il porte les armes paternelles.2

    Un autre sceau du cardinal Rodrigo Borgia a également été repéré appendu à une bulle de 1486 au chapitre de la collégiale de Xativa (Espagne). Il est malheureusement abîmé et la trop faible résolution de la photo ne permet pas son étude.5

    Deux autres empreintes de Rodrigo Borgia ont été repérées aux archives de Bavière, l’un de 1485 ref. Bay.HStA Kloster Sankt Emmeran Regensburg Urkunde 2196, l’autre de 1492 même référence Urkunde 2347.

    Sources :

    1. Dr Erwin Frauenknecht, Hauptstaatsarchiv Stuttgart,Baden-Württemberg

    2. D.M.Galbreath, Les armoiries des Borgia, Archives héraldiques suisses,1950,LXIV,N°1.

    3. Jill-Manon Bordellay, les Borgia :la fulgurante ascension d’une famille valencienne jusqu’à la papauté,2021.web.

    4. Sigilla « Rodrigue Borgia »

    5. Bula del cardenal Rodrigo de Borja al cabildo se la Colegiata de Xativa, Archivo de la Colegiata de Xativa. Cvc.cervantes.es.

    Sceau exceptionnel de Louis II de Bourbon aux AM Saint-Flour

    • Philippe BIDAULT

    Dans le Cantal, il existe deux centres d’archivages important. L’un à Aurillac, les Archives Départementales, l’autre à Saint-Flour, le Centre d’Archives Municipales.

    Saint-Flour, ancienne capitale de la Haute-Auvergne, a gardé un fonds d’archives exceptionnel dont les premiers documents datent du début du XIIè siècle. On y trouve les registres de comptes consulaires des XIVème et XVème siècles (collections numérisées) rédigés en langue d’oc puis en français, fourmillant de renseignements précis sur la vie quotidienne et l’administration de la commune : les rapports souvent conflictuels entre les Consuls et les Évêques, la défense et la restauration des fortifications, la réception d’hôtes de marque, les moyens de lutte contre la peste…

    Depuis le début de l’année, je m’efforce de rédiger un Corpus des sceaux de la ville et je collabore activement avec le site SIGILLA et sa dynamique équipe (merci Catherine , Philippe et Laurent, mes mentors). Le fonds anciens est chapitré de I à 25 (la classification n’a pas été modernisée) comprend plus de 3 000 documents. Les pièces les plus intéressantes se situant dans les chapitres de I à XIV.

    Le fonds ancien de la ville mérite qu’on s’y attarde, peu de doctorants s’y sont déjà plongés et il reste tant à découvrir.

    Pour ce billet du carnet d’hypothèses, la découverte d’un sceau d’une rare beauté m’a imposé de le présenter.

    On connaît Louis II de Bourbon, descendant direct de Saint-Louis, son emprisonnement comme otage en Angleterre, en échange de la libération du roi Jean II le Bon qui avait été fait prisonnier à Poitiers, et son retour en France vers la fin de l’année 1366.

    Le sceau, de Louis II de Bourbon, est antérieur à cette période puisqu’on peut le dater de 1360. Louis était alors comte de Clermont. (Am Saint-Flour – Chapitre XIV article 5 n°1)

    Le parchemin ou ce qu’il en reste, ainsi que les notes d’inventaires des archives municipales de Saint-Flour (Cantal) permettent d’affirmer que cette lettres patentes présente :

    (c) Bernard Maffre

    une demande de Louis, Comte de Clermont et du régent du roïaume, en permission aux gens de la prévoté de St‑Flour située au bailliage roïale des Montagnes d’auvergne, de contribuer jusqu’à 3000 livres à l’achat de la terre Vicomté de carladès audit baillage, du lieu appelé de Cailus détenu par les ennemis qui devastent ledit Baillage et le païs d’environ, et qui veulent le vendre pour s’éloigner. Données à Riom l’an 1360 au mois …

    Le sceau, de forme ronde1 d’un diamètre de 65 mm pour une épaisseur de 20 mm, est appendu par des lacs de soies vertes à un parchemin en très mauvais état.

    L’avers est armorial, un écu droit des Bourbons (fleurdelisé à la cotice brochant ou de France à une bande) surmonté d’une aigle. Deux lions contournés à dextre et senestre de l’écu. Le tout cerné d’un polylobe à redents.

    La légende entre deux filets peut se lire :

    + S : LOYS : DUC DE BOUR [_____] CONTE : DE CLERMONT : ET : DE [__________] NCE

    (c) Bernard Maffre

    Le revers du sceau est contre-scellé d’une représentation anépigraphique ronde d’un diamètre de 20 mm aux armes de l’avers.

    Vers 1396, le sceau de Louis II de Bourbon portera deux dauphins2. L’auteur M. G. Demay n’en donne aucune description, il pourrait s’agir du sceau secret de Louis II, décrit dans la base SIGILLA : Écu de Bourbon, penché, timbré d’un heaume couronné, cimé d’une queue de paon, supporté par deux dauphins (http://www.sigilla.org/sceau-type/louis-ii-bourbon-sceau-secret-48481).

    Une recherche en documentation m’a permis de retrouver dans l’ouvrage de Philippe de Bosredon3, l’information qu’il me manquait :

    Sigillographie de l’ancienne Auvergne, p.389.

    On peut donc compléter l’épigraphie :

    LOYS, DUC DE BOURBONNAIS, COMTE DE CLERMONT ET DE MACON, CHAMBRIER DE FRANCE

    Pour finir, une correspondance avec les AD du Puy-de-Dôme en date du 18 octobre 2022, m’informe qu’ils ne possèdent aucuns exemplaires du sceau de Louis II de Bourbon, comte de Clermont, dans leurs réserves. Ce qui fait de cette empreinte, pour le moment, un objet unique dans la collection SIGILLA par son état de conservation remarquable. Je ne dévaluerai pas la seconde empreinte des AD 21 (Louis – Ad 21 – B 282 – ps 116) mais elle reste malheureusement fragmentaire.

    La troisième empreinte, celle décrite par Philippe de Bosredon est située à la bibliothèque nationale : Mss., Fonds français, t.20, 389, n°40 et 42.

    _______________________

    1 – Le Blason d’après les sceaux du Moyen-Âge, G Demay, Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, tome XXXVII. Paris 1877, p.47 et 48.

    2 – ibidem p.30.

    3- Sigillographie de l’ancienne Auvergne (XIIe et XVIe siècles), Philippe de Bosredon, Brive Imprimerie Roche, 1895,T.1, “office”n°1066 p.389

    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search