Les sceaux conservés aux Archives municipales de Dole

– Maxime FERROLI, archiviste des Am Dole

Le 31 mai 2023, le service des Archives municipales de Dole accueillait un étudiant de l’Université de Franche-Comté opérant pour la base de données Sigilla (Matthieu Muller). Dans le cadre d’un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, et en collaboration avec l’Université, l’opération consistait à mener une collecte des sceaux conservés dans la région. Cette intervention nous a amené à enquêter dans nos fonds pour retrouver et inventorier ces derniers.

Le dépôt d’archives dolois prend naissance avec l’octroi d’une charte de franchise par la comtesse de Bourgogne, Alix de Méranie en 1274. C’est à partir de cette date que la communauté d’habitants prend soin de conserver tous les titres servant à prouver les privilèges dont elle jouit. Mais les deux conquêtes engagées en terres bourguignonnes par Louis XI, en 1477 puis en 1479, ont raison de la ville de Dole, entraînant d’importantes pertes archivistiques. Ainsi, c’est à partir de 1480 que les actes conservés constituent un ensemble cohérent.

Au sein de ce fonds documentaire, nous avons dénombré 29 sceaux, dont 28 sont issus des archives anciennes (antérieures à 1790, celles-ci représentent 76 mètres linéaires sur un volume total d’environ 1 000 mètres linéaires).

Au regard de la période concernée, la majorité des sceaux conservés sont ceux des comtes de Bourgogne, et plus précisément ceux des souverains habsbourgeois (1493-1678). Néanmoins, les plus anciens sceaux que nous possédons sont celui d’Othon IV de Bourgogne (1277, figure 1), et celui de Marguerite III de Flandre (1390). Quant à la branche des Habsbourg, elle se décline tout d’abord avec l’empereur Maximilien d’Autriche dont nous conservons 3 sceaux, l’un d’eux est d’ailleurs commun avec son fils Philippe le Beau (figure 2), et nous détenons un sceau de sa fille (1510), Marguerite d’Autriche. L’empereur Charles Quint est bien représenté avec 4 sceaux (1538-1551) ainsi que son fils Philippe II avec 4 sceaux également (1561-1592). Enfin, les Archiducs Albert et Isabelle, sont présents avec un sceau (1607).

Dans l’ensemble, la typologie documentaire rattachée à ces sceaux consiste en des lettres patentes.

En dehors de la période habsbourgeoise, les Archives municipales détiennent des sceaux de deux rois de France. Ainsi, 4 sceaux sont de Charles VIII (figure 3-4), ils couvrent la période 1483-1492. Ils illustrent la période d’occupation française du territoire comtal. Le second sceau est celui de Louis XVIII (1816), le seul issu du fonds d’archives moderne, qui s’inscrit dans le mouvement de confirmation des armoiries en France au début du XIXe siècle.

Nous possédons également quelques sceaux d’institutions, à savoir le parlement de Dole (2 sceaux) ou encore l’université. Concernant cette dernière institution, 3 sceaux sont conservés, deux d’entre eux sont issus du fonds de la confrérie de la Croix et datent de la seconde moitié du XVIIIe siècle (1780 et 1789). Le dernier, récemment mis à l’honneur lors des commémorations des 600 ans de l’université de Franche-Comté (figure 5) remonte à 1691.

Fig. 5 : Université de Dole

Nous conservons également une bulle du pape Jules II (1512) relative à la reconstruction de l’église Notre-Dame de Dole et des sceaux de personnalités religieuses locales ; à savoir le prieur de Dole, Étienne de Olerille (1338) ou encore l’abbé de Saint-Vincent de Besançon, Jehan de Renédale (1465 et 1472, figure 6).

Finalement, comme le souligne Matthieu Muller, les sceaux conservés sont en mauvais état, la plupart d’entre eux sont en plusieurs morceaux. D’ailleurs, l’un d’eux est soigneusement emmailloté (figure 7). Au toucher, ce sceau de Charles VIII, apparaît être totalement en miettes, c’est pourquoi il n’a pas été manipulé.

Les sceaux conservés au sein des Archives municipales de Dole reflètent l’histoire de la ville et de son administration municipale. Ils se concentrent surtout sur la période charnière entre le XVe siècle et le XVIe siècle, moment où la ville doit réaffirmer ses droits et ses engagements.

Tableau récapitulatif :

SigillantNombre de sceauCote aux Archives
Comtes de Bourgogne
Othon IV de Bourgogne1FA 846
Marguerite de Flandre1FA 846
Maximilien d’Autriche3FA 744, FA 900/2 (2 sceaux)
Marguerite d’Autriche1FA 900/2
Charles Quint4FA 15, FA 1282 (2 sceaux), FA 1570.
Philippe II4FA 203 (2 sceaux), FA 1282 (2 sceaux)
Albert et Isabelle, Archiducs1FA 918
Rois de France  
Charles VIII4FA 900/1
Louis XVIII1D77
Institutions  
Parlement de Dole2FA 846
Université3Croix 66-1, Croix 66-2, non coté.
Personnalités religieuses
Jules II1FA 1281
Etienne de Olerille, prieur de Dole1FA 985
Jehan de Renédale, abbé de Saint-Vincent de Besançon2FA 846

Formation de nouveaux contributeurs en Bourgogne-Franche-Comté

Début novembre a eu lieu une formation à la base SIGILLA pour quelques étudiants du parcours Éditions numériques et patrimoine de l’antiquité à nos jours (CMI ENPAJ) de l’Université de Franche-Comté. Cette formation était possible grâce à une subvention reçue de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

Une matinée de théorie et de sigillographie a préparé les étudiants pour le travail sur place aux archives sur de documents scellés. Pour cette partie pratique, nous sommes allées aux Archives municipales de Montbéliard où l’équipe nous a chaleureusement accueilli. Montbéliard était une ville sous les Wurtemberg et nous avons trouvé quelques exemplaires de leurs sceaux. Le travail était difficile – actes en moyen-allemand – mais passionnant !

C’était une journée pleine de découvertes et nous avons hâte de voir ce que les étudiants découvriront cette année aux archives !
Nous remercions tous les participants et les organisateurs de cette journée bien réussie.

Journée de saisie – édition archives

Une journée de saisie inter-archives à la base SIGILLA a eu lieu hier (20 juin) pour la première fois à Strasbourg. Il était l’occasion de saisir ensemble en convivialité et de poser de questions concrètes sur la saisie. Nous avons traité de thèmes tels que la bonne prise des photos, l’élimination de doublons, et un échange de meilleurs pratiques.

La journée était bien appréciée par les participants, et les archivistes se sentent plus à l’aise avec la saisie et l’accompagnent des futurs stagiaires. Suivez nos actualités pour des informations d’une éventuelle deuxième édition !

Si vous vous intéressez à une formation à la base SIGILLA, n’hésitez pas à nous contacter !

Nouvelle collaboration avec AD Eure

  • Philippe JACQUET

D’Evreux à Besançon, depuis La Rochelle jusqu’en Avignon, ces quelques mots rappelleront inévitablement aux plus anciens la balade de Graeme Allwright, mais à l’inverse de cette chanson, l’enthousiasme préside à ces déplacements et ces rencontres.  Ainsi, la semaine dernière, après Besançon, un nouveau partenariat s’est créé à Evreux entre les Archives départementales de l’Eure et Sigilla.

Après une présentation, en novembre dernier, le directeur des Archives, Monsieur Thomas Roche, et six membres de son équipe ont participé à une session de formation suivie d’une journée atelier de saisie. Tous ont découvert les arcanes de la base Sigilla et peuvent maintenant s’impliquer dans la saisie des données et l’amélioration de la base. Cette collaboration ouvre de très belles perspectives comme la mise à jour et des empreintes repérées par Germain Demay au XIXème siècle et surtout, l’ajout des sceaux issus des fonds que celui-ci n’avait pas  inventoriés. Cet apport important va projeter un nouvel éclairage sur la l’emploi du sceau en Normandie et ouvrir de nouvelles perspectives de recherches. Une page dédiée aux archives de l’Eure est en travaux, et très prochainement les résultats de ce travail y sera directement consultable ( Ad 27 | SIGILLA ).

Nous remercions Monsieur Roche et son équipe pour leur engagement envers le projet et leur enthousiasme est un soutien important pour l’équipe Sigilla.

(c) P. Jacquet

Vous savez, nous n’avons que très peu de sceaux !

  • Philippe JACQUET

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette phrase en visitant des services d’archives ou des musées. Exprimé souvent avec des regrets, ce constat minimise l’importance du fond en le comparant à certains dépôts qui détiennent des milliers de sceaux. J’ai appris par expérience que ces petits fonds sont pourtant d’un intérêt extrême en apportant de véritables pépites sigillographiques. Les auteurs et les chercheurs ont souvent privilégié des sources où ils savent qu’ils trouveront à coup sûr la matière nécessaire à leurs travaux. Ainsi, les fonds volumineux dont les inventaires ont été publiés et pour lesquels nous disposons parfois des collections de moulages occultent un paysage sigillographique important.

L’appellation « petits fonds » -loin d’être péjorative- indique un volume qui oscille de quelques exemplaires jusqu’à une centaine d’empreintes. Les sceaux sont souvent bien repérés, souvent bien analysés mais leur existence est méconnue.

Henri de France, Am Tours AA 1, (c) P. Jacquet

Ma dernière expérience en la matière s’est déroulé aux Archives municipales de Tours, et elle illustre parfaitement cette situation. Le dépôt conserve une centaine d’empreintes qui ont été inventoriées, il y a une vingtaine d’années. Lors d’un repérage, l’acte AA-1 a attiré mon attention. Daté de 1141, il émane de Henri de France, trésorier de Saint-Martin de Tours, pour régler un différend avec les habitant de Tours. Henri de France est le fils de Louis VI le Gros, frère cadet de Louis VII le jeune, mort en 1175. Il a été successivement, archiclave de Saint-Martin de Tours, évêque de Beauvais et archevêque de Reims[1]. Le sceau appendu à l’acte est une très belle empreinte Henri de France – Am Tours – AA 1 | SIGILLA  Quasiment intacte, elle est liée au parchemin par des lacs rouges et verts. Il présente un buste de profil entouré de la légende + HENRICVS REGI [_] FILIVS. L’organisation générale du sceau laisse supposer qu’il s’agit d’une pierre antique sertie dans une monture où est gravée la légende.

L’emploi ou le ré-emploi de pierres gravées est tout à fait conforme à l’époque et l’usage qu’en fait Louis VII dans ces contre-sceaux à la fin de son règne rappelle l’importance que l’on prêtait alors aux pierres gravées antiques. La légende qui ne mentionne que son rang de fils du roi, ainsi que la date emploi du sceau [Henri n‘a alors que 19 ans] nous incite à penser qu’il s’agit de son premier sceau réalisé avant son entrée dans les ordres et qu’il a utilisé le temps de se faire graver une nouvelle matrice[2]. Il s’agit d’un élément majeur qui vient s’ajouter aux empreintes d’Henri de France déjà repérées[3].

J’ai volontairement mis en avant cette pépite, mais la consultation [partielle] m’a permis de pointer deux autres sceaux inédits de grands feudataires, sans compter les sceaux des maires de Tours aux XVème siècle. Je fais de cette petite chronique d’une visite aux Archives municipales de Tours, un plaidoyer pour l’exploration de tous ces petits fonds sans lesquels la sigillographie ne sera jamais complète.

Je remercie Monsieur Jean-Luc Porhel, directeur des Archives municipales de Tours, et son équipe de l’accueil chaleureux et bienveillant, qu’ils m’ont réservé.


[1] Henri de France | SIGILLA

[2] Il est à noter que seuls ses deux premiers sceaux mentionnent son rang de fils du roi de France. Dès son élection, comme évêque de Beauvais, il abandonne cette mention.

[3] Marie-Adélaïde, Corpus des sceaux français du Moyen Age – Tome 3 – Les sceaux des reines et des enfants de France, Archives nationales, Paris, 2011 ,  n° 53.

Sceaux de Savoie

  • Archives départementales de la Savoie / SIGILLA

A la différence d’autres services, les Archives départementales de la Savoie ne disposent pas d’un catalogue de leurs sceaux ni même d’un simple repérage dans les fonds et collections qu’elles conservent.

La sigillographie n’est cependant pas absente des préoccupations des historiens et des archivistes savoyards au sens large du terme. En 1834, Domenico-Casimiro PROMIS et Luigi CIBRARIO publiaient Sigilli de principidi Savoia (Sigilli de principi di Savoia | SIGILLA). En 1998, c’est le travail de Gérard Détraz sur les sceaux de la Haute-Savoie qui fait l’objet d’une publication avec le Catalogue des sceaux médiévaux des Archives de la Haute-Savoie (Catalogue des sceaux médiévaux des Archives de la Haute-Savoie | SIGILLA). Ces données ont d’ailleurs été intégrées dans la base Sigilla.

C’est dans la perspective d’une meilleure connaissance de ces documents et d’une intégration dans Sigilla qu’un travail sur les sceaux savoyards a été lancé durant l’été 2022. Le choix s’est porté sur la série SA. Cette série, spécifique aux archives de Savoie et de Haute-Savoie, contient les archives transférées depuis Turin suivant les termes du traité de paix avec l’Italie après la Seconde Guerre Mondiale. Les pièces et dossiers du chartrier des ducs de Savoie et de la chambre des Comptes intéressants les deux départements français ont rejoint les deux services d’archives et y ont fait l’objet de nouveaux inventaires. Grâce à une stagiaire enthousiaste, Margaux Supper, titulaire d’un master 1 en histoire, un premier recensement a été initié dans les premières cotes de la série SA.

Les résultats ne se sont pas faits attendre, et en temps très court, une vingtaine d’empreintes ont rejoint le corpus Sigilla avec en sus, le bonheur de découvrir de très belles empreintes dont certaines sont méconnues voire inédites. Nous souhaitons vivement que ce partenariat puisse se poursuivre et nous remercions Madame Claus, cheffe du service, de ce travail d’ouverture sur la sigillographie savoyarde.

Pour conclure, nous illustrons cette chronique par une empreinte du comte Amédée VII de Savoie dit le comte rouge Amédée VII de Savoie – grand sceau | SIGILLA, empreinte dont l’esthétique et la finesse de gravure attestent de la maitrise technique des orfèvres et du raffinement iconographique de la fin du quatorzième siècle. Connu par le dessin (Cibrario et Promis planche 81), aucune empreinte n’est jusqu’à maintenant référencée dans les inventaires ou les collections de moulages nationales.

La sigillographie à Saint-Flour

  • Philippe Bidault
(c) Bernard Maffre

Depuis le début de l’année, j’ai entrepris un travail de réalisation d’un corpus des sceaux de Saint-Flour. Armé de mes seules connaissances en héraldique et en paléographie qui ne suffisaient pas, j’ai contacté l’un des responsables du site SIGILLA (référence nationale dans la recherche des sceaux) qui a accepté de me former pour une mise en ligne des sceaux de Saint-Flour. Après une formation en visioconférence et lecture de plusieurs documentations scientifiques, j’ai commencé à m’atteler à ce travail considérable d’identification des sceaux.

Ces sont deux sortes de travaux menés en parallèle, celui de la réalisation du corpus (sorte de catalogue recensant les sceaux, associé aux notes biographiques des sigillants) et l’indexation des sceaux sur le site SIGILLA (avec une méthodologie et une rigueur scientifique).

Dans ce travail, j’ai agrégé autour de mon projet les quatre lieux de stockage repérés dans la ville de Saint-Flour en recueillant l’accord plein et franc des quatre responsables (Mme Pascale Moulier, directrice des archives diocésaines, Mme France Harvois, directrice du musée de la Haute-Auvergne, M. Gilles Albaret, directeur des archives municipale et M. Christian Garcelon, directeur des collections du musée Douët). Ces divers responsables ouvrent toutes leurs collections pour mon travail d’investigation et je les remercie pour leurs soutiens.

Après de multiples contact avec l’équipe SIGILLA et devant la richesse de nos sceaux, deux responsables : Laurent Hablot, directeur de la section IV de l’Ecole pratique des hautes études, médiéviste et titulaire de l’unique chaire en emblématique occidentale et Philippe Jacquet, ancien restaurateur de sceaux, concepteur du site SIGILLA, travaillant sur les nouvelles technologies d’imageries (tomographie et images 3D…) ont décidé de venir à Saint-Flour pour me rencontrer.

Le 10 et 11 mai, j’ai piloté mes visiteurs dans toute la ville historique (les lieux de stockage des sceaux, la tour sud de la cathédrale et sa fresque, les blasonnements de maison et ceux de la cathédrale…). Une mini conférence réunissant une dizaine de partenaire leur a permis d’exposer les principes de la base SIGILLA et son utilité. Deux jours productifs en découvertes et très fatiguant, mais avec une satisfaction d’avoir reçu des personnes importantes et d’une grande compétence.

Il me reste maintenant à coopter diverses personnes qui intégreront mon projet.

La sigillographie est une branche commune à la généalogie, elle peut arriver tranquillement dans nos travaux de recherches généalogiques, tout comme l’héraldique. Ces deux branches nécessitent l’accès à un vocabulaire et un décryptage particulier qui peut devenir accessible à tous.

Par un prochain billet, je vous tiendrais au courant du développement de mes recherches.

Saisie de la collection des sceaux des archives départementales de la Haute-Marne à partir des travaux d’Alphonse Roserot

  • Marion Stéphan

L’inventaire des sceaux conservés aux archives départementales de la Haute-Marne n’a encore jamais été fait. Alphonse Roserot, archiviste du département de la Haute-Marne, a réalisé, entre 1887 et 1897, un inventaire de la série G. Ce travail, compilé dans un petit carnet bleu, nous permet néanmoins d’avoir une liste quasiment complète des sceaux conservés. C’est à partir de cet inventaire que nous avons commencé nos saisies. Cependant, pour appréhender ce travail, il est primordial de se tourner vers les trois collections de moulages produites à partir des empreintes conservées sur place.

La première est celle du comte Paul de Fleury (1839-1924), archiviste-paléographe qui devient directeur des archives de la Haute-Marne en 1866 à sa sortie de l’École des Chartes. Il procède ainsi au moulage de 327 empreintes, produisant à la fois un moulage en creux et un moulage en relief. S’il prend soin de numéroter ses moulages, l’inventaire de Fleury est presque inutilisable. En effet, 329 moulages sont sans référence aux originaux et les deux types de moulages, en creux et en relief, sont numérotés différemment et il n’existe pas de table de correspondance.

Moulages de la collection Fleury, Ad 52, (c) Philippe Jacquet

Les moulages en creux sont toujours conservés à Chaumont. Cependant, leur état ne permet pas de les exploiter pleinement et encore moins de les ajouter à Sigilla. Nous les mentionnons dans nos notices empreintes quand cela est possible.

Après Fleury, Roserot décide à son tour de produire une collection de moulages à partir des empreintes. Il ne s’appuie pas sur les premiers travaux de Fleury, même si nous savons qu’il en avait connaissance car il le mentionne rapidement dans son carnet. Il fait le choix de produire des moulages en cire contrairement à Fleury qui avait choisi le plâtre.

Par la suite, en 1919, la collection des moulages de Roserot entre aux Archives nationales. Elle est accompagnée de son carnet de travail, de fiches de notes qui reprennent de manière plus lisible les indications du carnet. Nous trouvons aussi une série de planches photographiques des moulages.

Cependant, une difficulté apparaît. Roserot a attribué des numéros aux sigillants dans son carnet au fur et à mesure de ses recherches, regroupant parfois plusieurs empreintes sous un numéro et faisant des rappels. Quand il reprend ses notes sur de plus grandes fiches il fait le choix de classer les sigillants selon leur statut, notons que les sigillants ecclésiastiques n’y apparaissent pas.

Par la suite, Auguste Coulon réalise l’inventaire des sceaux de la Bourgogne puis de la Champagne, entre 1920 et 1930, pour lequel il s’appuiera sur les travaux de Roserot.

Les indications de Roserot et Coulon sont complémentaires, ce dernier faisant référence aux moulages du premier dans ses nombreuses notices.

Hubert Flammarion s’est intéressé à la collection des sceaux de la Haute-Marne et a rassemblé les informations issues des différentes collections. Son travail nous est d’une grande aide dans notre saisie. En effet, les cotes des actes ont pu changer entre Roserot et Coulon, mais Hubert Flammarion en donne la cote actuelle ce qui simplifie nos recherches. De même, il a rassemblé les empreintes de Coulon et Roserot en un document unique, ce qui permet de voir que Roserot en a oublié certaines, mais qu’il a aussi pu en voir des complètes, là où Coulon, arrivé plus tard, n’a vu que des fragments. Les nombreuses indications manuscrites dans le catalogue de Coulon permettent de compléter nos notices Sigilla avec des moulages et empreintes issus d’autres catalogues et ainsi de mettre en ligne les notices les plus complètes possibles.

En pratique, comment avons-nous organisé notre saisie sur Sigilla ?

Le cas de Jean II de Thil, seigneur de Châteauvillain

Tout d’abord, nous nous appuyons sur la notice de Coulon (n° 284 et bis), deux empreintes sont mentionnées. La lecture des fiches de Roserot puis de son carnet (n° 555) nous permet de constater qu’il ne fait référence qu’à une empreinte, la seconde mentionnée par Coulon. Le numéro du moulage (n° 111) est retrouvé grâce au fichier de Flammarion. Coulon indique bien le moulage de Roserot, mais d’après les fiches il ne serait pas issu de la même empreinte. Les deux actes et leurs empreintes sont donc ajoutés à Sigilla. Le nom du sigillant est corrigé, Roserot ayant indiqué Jean IV de Châteauvillain. La lecture du travail de Flammarion permet de confirmer les cotes données par Coulon et Roserot. Enfin, une note manuscrite dans Coulon indique le moulage de la collection Supplément qui permet d’ajouter un nouveau sceau-type pour Jean II de Thil.

Gautier d’Écot, sceau détaché, Ad 52 – 24 Fi 14, (c) Philippe Jacquet

Parmi les empreintes repérées, nous pouvons citer celle du sceau de Gautier d’Écot, cette empreinte détachée est mentionnée par Coulon, mais pas par Roserot. Elle présente un personnage vêtu d’un court manteau à capuche, un pèlerin (ou « scot ») en référence au nom de famille du sigillant. Ce même personnage se retrouve sur les sceaux de deux autres membres de la famille, Geoffroy et Blanche, dont les sceaux sont connus par des empreintes conservées aux Ad 52. Là encore, ces empreintes n’étaient pas mentionnées par Roserot et c’est la lecture de Coulon qui permet d’en avoir connaissance.

Simon d’Ambonville

Simon d’Ambonville, sceau détaché, Ad 52 – Sceau détaché n°77, (c) Philippe Jacquet

Autre empreinte qui nous semble intéressante, celle du sceau de Simon d’Ambonville (fin du XIVè-début du XVè), abbé de Montier-en-Der. Deux armoiries sont représentées, celle à gauche, à quatre faucilles semblent être celles de l’abbaye. Une faucille se retrouve également sur le sceau secret de l’abbé Ferry en 1318 (Bourgogne n° 1388). Une crosse est posée en pal sur l’écu et non à l’intérieur ou derrière comme c’est le plus souvent le cas. Les armes de droite n’ont pas été identifiées.

Une couverture photographique des empreintes aux archives départementales de la Haute-Marne et des moulages aux archives nationales permettra de compléter ce travail. Rendant ainsi accessible le travail des chercheurs et érudits s’étant intéressés successivement aux sceaux des archives départementales de la Haute-Marne.

Journées de collecte en Alsace

SigiAl, notre antenne alsacienne de SIGILLA, réalise des journées de collecte aux archives locales de la région. Ces archives municipales sont moins connues mais pas moins intéressantes pour notre travail.

Avec des équipes mélangées des volontaires et des universitaires, SigiAl se rend aux archives parfaitement équipé pour la collecte des sceaux sur place : statif lumineux, appareil photo, règles, petits poids pour bien tenir les manuscrits à plat … L’équipe passe toute la journée sur place, et collecte les informations sur les sceaux et leurs manuscrits tous en prenant des photos pour mettre le tout sur la base SIGILLA.

Jusqu’à présent, beaucoup de sceaux impériaux ont été trouvés, mais aussi de sceaux des villes locales. Ces sceaux et leurs documents nous permettent d’avoir un regard plus précis sur la vie quotidienne en Alsace au Moyen Âge : les privilèges, les alliances, les accords locaux …

Des collectes ont été déjà effectuées aux AM Kaysersberg et AM Wissembourg.
Les AM Haguenau s’ajouteront à la liste prochainement.

N’hésitez pas à suivre leur progrès sur la base SIGILLA !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search