Le cachet de Daniel de Chevannay

  • Nina COSTILLE

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je reviens sur un sigillant que j’ai eu l’occasion d’étudier aux archives municipales de Besançon lors de mes vacations. Je m’appelle Nina Costille, je suis étudiante en deuxième année d’histoire et patrimoine (CMI ENPAJ) à l’Université de Franche-Comté, et en parallèle de mes études, j’ai eu l’opportunité d’effectuer de vacations pendant quatre mois aux AM de Besançon. Ces archives municipales sont pleines de documents à traiter, d’empreintes à étudier, et aujourd’hui je vous partage le cas de Daniel de Chevannay, un envoyé en cour d’empire au XVIIe siècle, qui échangea de nombreuses correspondances avec la ville de Besançon de 1640 à 1643. La plupart de ses lettres ont été écrite depuis les villes de Ratisbonne (aujourd’hui en Allemagne) et de Vienne (Autriche), et sont conversées dans la série AA aux liasses AA30 et AA31.

J’ai recensé environ une centaine d’empreinte du cachet que Daniel de Chevannay a utilisé pendant sa mission. A compter que sur chaque document on trouve généralement deux empreintes, parfois quatre, ce qui multiplie davantage le nombre d’empreinte à saisir ! Généralement, ces empreintes étaient plutôt nettes, malgré les cassures qui les avaient fragmentées. Le fait d’avoir une variété d’empreintes sur les documents m’a permis ainsi de reconstituer l’idée générale de ce à quoi le sceau-type devait ressembler. Dans le cas du cachet de Daniel de Chevannay, il s’agit d’un cachet ovale verticalement de 12 x 15 mm qui porte ses armoiries soit un compas ouvert sur un fond d’étoiles, le tout surmonté d’un heaume et cimé d’ornements.

Voilà un petit aperçu des empreintes, qui, condensées, peuvent nous donner une idée plus précise du sceau-type. Bien évidemment le cas de Daniel de Chevannay n’est pas un cas isolé dans la démarche, mais c’est personnellement un des cas sur lesquels j’ai le plus apprécié mener mes recherches. La variété des empreintes, leurs qualités, leurs détails, méritaient que je m’attarde à rédiger un petit article afin de mettre en avant les fonds sur Daniel de Chevannay présents aux archives municipales de Besançon, alors n’hésitez-pas à venir les étudier de plus près !

A vos marques … prêts … collectez !!

Ce mois de mars sera sous le signe des étudiants et de la saisie. Grâce aux nouvelles collaborations (et quelques anciennes) aussi bien qu’aux stages étudiants, ce mars verra une poignée de nouveaux contributeurs parmi les « visages » plus familiers à la base – 12 au total !

Des fonds divers tels Artois, Flandre, Eygun, mais aussi une collection à la Médiathèque François Mitterrand de Poitiers, aux Archives municipales de Montbéliard et de Besançon vont être pris en main par une équipe d’étudiants à travers la France. Le but ? Bien sûr de continuer notre collecte de sceaux conservés en France et de compléter le paysage sigillaire du pays.

Nous remercions tous les étudiants pour leur intérêt à nous soutenir et le SIAF pour la subvention que nous avons reçue qui permet cette grande compagne de collecte.

Nous vous donnons toutes et tous rendez-vous sur la base SIGILLA ce mars pour voir les ajouts quotidiens !

La collaboration en Bourgogne-Franche-Comté continue … et s’agrandit !

Grâce à une subvention de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté (PNV), SIGILLA a pu lancer début 2022 un projet de collaboration et de collecte dans la région. Cette collaboration continue dans cette nouvelle année universitaire avec les nouveaux L1 dans la formation d’Éditions numériques et patrimoine de l’antiquité à nos jours (CMI ENPAJ) de l’Université de Franche-Comté. Une formation à la sigillographie et à la base SIGILLA est prévue pour ce 8 novembre prochain.

Nos partenaires de l’année universitaire passée restent avec nous (AD Doubs, AD Haute-Saône, AD Jura, AD Côte-d’Or, AD Saône-et-Loire), et nous accueillons également désormais les archives municipales de Besançon et de Montbéliard à ce beau projet ! Une collecte sur place a déjà été entamé et nous continuerons notre travail main en main avec les archivistes sur place.

Suivez ce carnet et notre compte Twitter (@BSigilla] pour plus d’actualités de Bourgogne-Franche-Comté !

Sceaux et matrices de sceaux des capitales historiques de Franche-Comté (Besançon et Dole)

  • Matthieu MULLER

Pendant deux mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur les sceaux et matrices de sceaux de différentes archives franc-comtoises au profit de la base de données SIGILLA. C’est ma passion pour l’histoire locale qui m’a poussé à postuler à ce projet et je n’ai pas été déçu. La Franche-Comté (ou comté de Bourgogne) n’est « ni de France, ni d’Empire », selon les mots de François Pernot, et les sceaux étudiés, nous font effectivement voyager dans toute l’Europe et leurs sigillants ne se cantonnent absolument pas aux deux grandes sphères politiques qui l’entouraient.

Matrice du grand sceau de Ferdinand de Rye – Bibliothèque Municipale de Besançon – Sc.XVI-7

Avant cela, j’ai commencé mon travail avec les matrices de sceaux de la bibliothèque municipale de Besançon. Une bonne partie de ces matrices a fait l’objet d’une publication dans les mémoires de la société d’Émulation du Doubs et ce fut un véritable atout alors que je débutais sur SIGILLA. Les matrices qui ont été rentrées dans la base de données forment un corpus de 68 unités, qui couvrent une période allant du XIIIe siècle au XVIIIe siècle. Ce sont les XIVe et XVIe siècles qui sont les mieux représentés avec 14 unités chacun, suivis de près par le XVe siècle avec 13 pièces. Sans surprise, ce corpus présente des sigillants plus locaux que ceux que nous rencontrerons à travers l’étude des sceaux de Franche-Comté. Parmi ces matrices, l’importante famille comtoise « de Rye » y est plutôt bien représentée avec au moins cinq unités. Nous retrouvons les matrices du chevalier de la Toison d’Or, Marc de Rye, le sceau équestre du seigneur de Neublans Guyot de Rye, ceux des archevêques de Besançon François et surtout deux du héros franc-comtois Ferdinand de Rye (célèbre pour sa défense de Dole et la Franche-Comté pendant la guerre de Dix Ans).

Grand sceau de Frédéric V de Habsbourg – AM Besançon – AA 4/11

            Après avoir fini d’entrer les matrices bisontines, qui m’ont pris un peu moins de deux semaines, j’ai pu consulter les fonds anciens des archives municipales de Besançon et ses sceaux. Les équipes des archives avaient recensé plus de 330 sceaux dans ses inventaires, mais aujourd’hui nous pouvons d’ores et déjà dire que ce nombre est bien sous-estimé et qu’il y a (au moins) environ 400 sceaux dans ces archives. Dès le départ, cela n’a plus rien à voir avec le côté très local des matrices de sceaux. Le premier que j’ai rentré en tant que tel dans la base de données, n’est autre qu’un cardinal italien (Pierre Cappochi), le deuxième, Richard de Cornouailles, suivis par les sceaux des empereurs Albert Ier de Habsbourg, Venceslas de Luxembourg et Sigismond. Il faut attendre que j’arrive au milieu de ma troisième liasse pour tomber enfin sur des sceaux locaux avec l’archevêque Thibaut de Rougemont et un peu plus loin un sceau de la ville de Besançon. Si on s’intéresse à l’histoire de la ville, on comprend très vite pourquoi les sceaux d’empereur y sont si communs. Besançon n’est pas à proprement parler « franc-comtoise », c’est une ville libre d’Empire et de ce fait, elle ne relève que d’elle-même et de l’empereur. Ce dernier, ainsi que la famille des Habsbourg en général, sont omniprésents dans le corpus bisontin. Lorsque je rentrais leurs sceaux, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer que les empreintes comparables à celles que j’avais dans les mains étaient presque exclusivement issus des archives alsaciennes, comme celles de Frédéric III (ou Frédéric V de Habsbourg), qui démontre l’appartenance à une aire politique commune. Sans même connaître l’histoire franc-comtoise et bisontine, la simple vue de ces sceaux, et les rares apparitions de ceux des rois de France (avant 1674-1678) nous fait deviner la zone politico-historique de la ville. Bien au courant de l’histoire de la ville, j’étais très loin de me douter que ce serait aussi flagrant et que de simples sceaux en disent autant. Nous pouvons encore insister sur le côté européen des sigillants, rien qu’avec les Habsbourg d’Espagne, les quelques bulles papales, mais aussi quelques Autrichiens et les villes suisses avec lesquelles Besançon a entretenus des alliances pendant tout le XVIe siècle. Personnellement, après environ un mois de travail sur ces archives, j’ai pu rentrer plus de 110 sceaux dans la base de données SIGILLA et malgré l’aide de ma collègue Nina Costille, il est certain qu’il restera encore plusieurs centaines de sceaux à étudier après nos interventions.

Grand sceau de Louis XVIII – AM Dole – D-77

            Pendant une journée, j’ai pu me rendre aux archives municipales de Dole, consulter une trentaine de sceaux. Le corpus dolois s’inscrit dans une veine similaire à celui de Besançon, même si proportionnellement, les rois d’Espagne (Philippe II) et de France (Charles VIII, Louis XVIII) y sont mieux représentés. D’ailleurs, le sceau de Louis XVIII est extrêmement bien conservé. J’ai pu consulter des documents qui vont jusqu’au début du XIXe siècle et donc après l’annexion de la région par la France, ce qui n’a pas été encore possible dans les archives bisontines (en dehors des matrices). L’histoire locale et le caractère européen de celle-ci ressort encore très facilement à la simple vue des sceaux conservés. On peut néanmoins émettre une remarque sur l’état des sceaux dolois : ceux si sont proportionnellement moins bien conservés que les sceaux bisontins…

            Pour les deux dernières semaines de mon contrat, j’ai pu consulter une partie des sceaux conservés aux archives diocésaines de Besançon. Au total, j’ai pu rentrer une quarantaine de sceaux et qui sont généralement bien plus récents que les sceaux des autres époques et sont un peu plus locaux et issus de l’aire politique française (même s’il y a plusieurs bulles papales et des sceaux des Habsbourg). Les sceaux sont plutôt bien conservés et nous pouvons noter un cas particulier qui est l’usage d’un sceau trois ans après que son sigillant (l’archevêque de Besançon, François-Joseph de Grammont) soit décédé. Le centre diocésain étant proche des archives municipales et les horaires différentes, j’ai pu continuer à travailler sur les archives municipales et collaborer avec ma collègue Nina Costille. Tout comme ces dernières archives, les archives diocésaines ont encore des sceaux qu’il reste à étudier, mais qui n’ont pas été encore inventoriés par le personnel du centre diocésain.

Acte scellé par le sceau de l’archevêque François-Joseph de Grammont en 1720, soit trois ans après sa mort – Archives diocésaines de Besançon – PAR 70

            Après deux mois de travail sur les sceaux et matrices de sceaux conservés dans les deux capitales historiques de Franche-Comté, ce sont plus de 200 empreintes et matrices qui ont été ajoutées à la base SIGILLA et ce fut un véritable plaisir. L’élément qui m’a le plus marqué est, comme vous le devinez, est la simplicité avec laquelle les sceaux nous racontent l’histoire d’un petit pays comme la Franche-Comté et surtout une histoire aux proportions européennes. C’était une vision de l’histoire que je n’avais pas envisagée avant de commencer à travailler pour SIGILLA et je suis fier d’avoir contribué à ce projet qui participe à la découverte de l’histoire comtoise par le plus grand nombre et à faciliter les recherches dans ce but.

Compléter le puzzle grâce à une pièce

  • Nina COSTILLE
Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Bonjour à tous ! Je suis actuellement en L1 CMI ENPAJ, une formation sur cinq années mêlant histoire et histoire de l’art avec matières spécifiques d’un CMI, et dans le cadre de mon cursus je dois faire un stage de cinq semaines à la fin de ma L1 afin d’avoir un premier aperçu du monde professionnel alors me voilà aux archives municipales de Besançon pour Sigilla ! Au cours de mon deuxième semestre j’ai été introduite à Sigilla par le biais du projet d’ingénierie de mon CMI qui nous a fait découvrir à tous la sigillographie et les techniques de recherches aux archives départementales du Doubs. J’ai donc passée, avec mes camarades, plusieurs journées et demi-journées aux archives à découvrir le fonctionnement de Sigilla et le travail préparatoire qu’il faut effectuer sur chaque document.

Aujourd’hui je m’occupe donc quotidiennement de partir à la recherche d’indices pour identifier les sceaux et leur sigillant. J’ai pris l’habitude d’avoir un carnet sous la main afin de pouvoir noter la côte, les spécificités du sceau, son sigillant, sa dimension, sa forme, un bref résumé de l’acte, sa date, son lieu d’émission, et enfin ses dimensions et sa matière ! Toutes ses informations me permettent déjà de me familiariser avec le document, de plus que cela me permet de garder une trace des documents que j’ai traité et donc de m’y référer si besoin.

Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Récemment j’ai été confronté à un cas que j’ai trouvé très intéressant et qui fait partie des anecdotes de Sigilla qui me permettent d’illustrer la démarche que je suis pour recenser les sceaux. L’exemple que je vous partage est celui de l’empreinte que j’ai saisi «Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4». Il s’agit donc du sceau de Philippe le Hardi dont je ne possédais qu’un fragment d’à peine 30mm, et pourtant il comportait beaucoup d’indices pour me mener au sigillant. Par exemple rien qu’avec sa taille, on peut déduire que si le fragment ne fait que 30mm le sceau originel doit être beaucoup plus grand et donc qu’il appartient certainement à une personnalité importante de son époque ! Ensuite on peut se baser sur des éléments du fragment : des pattes de chevaux ? un écu au lion de Bourgogne ? un arrière-plan orné ? une légende en lettres gothique qu’on peut déchiffrer en “ducis” soit “duc” en latin ? Chaque détail est susceptible de nous donner des pistes alors il ne faut pas les négliger. Evidemment dans la plupart des cas comme ici en l’acte AA 12/4 on connait déjà le sigillant grâce à la formule de corroboration, mais il est toujours intéressant de voir que l’on peut tirer l’essentiel d’un sceau grâce à ses petits détails. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search