Le cachet de Daniel de Chevannay

  • Nina COSTILLE

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je reviens sur un sigillant que j’ai eu l’occasion d’étudier aux archives municipales de Besançon lors de mes vacations. Je m’appelle Nina Costille, je suis étudiante en deuxième année d’histoire et patrimoine (CMI ENPAJ) à l’Université de Franche-Comté, et en parallèle de mes études, j’ai eu l’opportunité d’effectuer de vacations pendant quatre mois aux AM de Besançon. Ces archives municipales sont pleines de documents à traiter, d’empreintes à étudier, et aujourd’hui je vous partage le cas de Daniel de Chevannay, un envoyé en cour d’empire au XVIIe siècle, qui échangea de nombreuses correspondances avec la ville de Besançon de 1640 à 1643. La plupart de ses lettres ont été écrite depuis les villes de Ratisbonne (aujourd’hui en Allemagne) et de Vienne (Autriche), et sont conversées dans la série AA aux liasses AA30 et AA31.

J’ai recensé environ une centaine d’empreinte du cachet que Daniel de Chevannay a utilisé pendant sa mission. A compter que sur chaque document on trouve généralement deux empreintes, parfois quatre, ce qui multiplie davantage le nombre d’empreinte à saisir ! Généralement, ces empreintes étaient plutôt nettes, malgré les cassures qui les avaient fragmentées. Le fait d’avoir une variété d’empreintes sur les documents m’a permis ainsi de reconstituer l’idée générale de ce à quoi le sceau-type devait ressembler. Dans le cas du cachet de Daniel de Chevannay, il s’agit d’un cachet ovale verticalement de 12 x 15 mm qui porte ses armoiries soit un compas ouvert sur un fond d’étoiles, le tout surmonté d’un heaume et cimé d’ornements.

Voilà un petit aperçu des empreintes, qui, condensées, peuvent nous donner une idée plus précise du sceau-type. Bien évidemment le cas de Daniel de Chevannay n’est pas un cas isolé dans la démarche, mais c’est personnellement un des cas sur lesquels j’ai le plus apprécié mener mes recherches. La variété des empreintes, leurs qualités, leurs détails, méritaient que je m’attarde à rédiger un petit article afin de mettre en avant les fonds sur Daniel de Chevannay présents aux archives municipales de Besançon, alors n’hésitez-pas à venir les étudier de plus près !

Les sceaux conservés aux Archives municipales de Dole

– Maxime FERROLI, archiviste des Am Dole

Le 31 mai 2023, le service des Archives municipales de Dole accueillait un étudiant de l’Université de Franche-Comté opérant pour la base de données Sigilla (Matthieu Muller). Dans le cadre d’un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, et en collaboration avec l’Université, l’opération consistait à mener une collecte des sceaux conservés dans la région. Cette intervention nous a amené à enquêter dans nos fonds pour retrouver et inventorier ces derniers.

Le dépôt d’archives dolois prend naissance avec l’octroi d’une charte de franchise par la comtesse de Bourgogne, Alix de Méranie en 1274. C’est à partir de cette date que la communauté d’habitants prend soin de conserver tous les titres servant à prouver les privilèges dont elle jouit. Mais les deux conquêtes engagées en terres bourguignonnes par Louis XI, en 1477 puis en 1479, ont raison de la ville de Dole, entraînant d’importantes pertes archivistiques. Ainsi, c’est à partir de 1480 que les actes conservés constituent un ensemble cohérent.

Au sein de ce fonds documentaire, nous avons dénombré 29 sceaux, dont 28 sont issus des archives anciennes (antérieures à 1790, celles-ci représentent 76 mètres linéaires sur un volume total d’environ 1 000 mètres linéaires).

Au regard de la période concernée, la majorité des sceaux conservés sont ceux des comtes de Bourgogne, et plus précisément ceux des souverains habsbourgeois (1493-1678). Néanmoins, les plus anciens sceaux que nous possédons sont celui d’Othon IV de Bourgogne (1277, figure 1), et celui de Marguerite III de Flandre (1390). Quant à la branche des Habsbourg, elle se décline tout d’abord avec l’empereur Maximilien d’Autriche dont nous conservons 3 sceaux, l’un d’eux est d’ailleurs commun avec son fils Philippe le Beau (figure 2), et nous détenons un sceau de sa fille (1510), Marguerite d’Autriche. L’empereur Charles Quint est bien représenté avec 4 sceaux (1538-1551) ainsi que son fils Philippe II avec 4 sceaux également (1561-1592). Enfin, les Archiducs Albert et Isabelle, sont présents avec un sceau (1607).

Dans l’ensemble, la typologie documentaire rattachée à ces sceaux consiste en des lettres patentes.

En dehors de la période habsbourgeoise, les Archives municipales détiennent des sceaux de deux rois de France. Ainsi, 4 sceaux sont de Charles VIII (figure 3-4), ils couvrent la période 1483-1492. Ils illustrent la période d’occupation française du territoire comtal. Le second sceau est celui de Louis XVIII (1816), le seul issu du fonds d’archives moderne, qui s’inscrit dans le mouvement de confirmation des armoiries en France au début du XIXe siècle.

Nous possédons également quelques sceaux d’institutions, à savoir le parlement de Dole (2 sceaux) ou encore l’université. Concernant cette dernière institution, 3 sceaux sont conservés, deux d’entre eux sont issus du fonds de la confrérie de la Croix et datent de la seconde moitié du XVIIIe siècle (1780 et 1789). Le dernier, récemment mis à l’honneur lors des commémorations des 600 ans de l’université de Franche-Comté (figure 5) remonte à 1691.

Fig. 5 : Université de Dole

Nous conservons également une bulle du pape Jules II (1512) relative à la reconstruction de l’église Notre-Dame de Dole et des sceaux de personnalités religieuses locales ; à savoir le prieur de Dole, Étienne de Olerille (1338) ou encore l’abbé de Saint-Vincent de Besançon, Jehan de Renédale (1465 et 1472, figure 6).

Finalement, comme le souligne Matthieu Muller, les sceaux conservés sont en mauvais état, la plupart d’entre eux sont en plusieurs morceaux. D’ailleurs, l’un d’eux est soigneusement emmailloté (figure 7). Au toucher, ce sceau de Charles VIII, apparaît être totalement en miettes, c’est pourquoi il n’a pas été manipulé.

Les sceaux conservés au sein des Archives municipales de Dole reflètent l’histoire de la ville et de son administration municipale. Ils se concentrent surtout sur la période charnière entre le XVe siècle et le XVIe siècle, moment où la ville doit réaffirmer ses droits et ses engagements.

Tableau récapitulatif :

SigillantNombre de sceauCote aux Archives
Comtes de Bourgogne
Othon IV de Bourgogne1FA 846
Marguerite de Flandre1FA 846
Maximilien d’Autriche3FA 744, FA 900/2 (2 sceaux)
Marguerite d’Autriche1FA 900/2
Charles Quint4FA 15, FA 1282 (2 sceaux), FA 1570.
Philippe II4FA 203 (2 sceaux), FA 1282 (2 sceaux)
Albert et Isabelle, Archiducs1FA 918
Rois de France  
Charles VIII4FA 900/1
Louis XVIII1D77
Institutions  
Parlement de Dole2FA 846
Université3Croix 66-1, Croix 66-2, non coté.
Personnalités religieuses
Jules II1FA 1281
Etienne de Olerille, prieur de Dole1FA 985
Jehan de Renédale, abbé de Saint-Vincent de Besançon2FA 846

Formation de nouveaux contributeurs en Bourgogne-Franche-Comté

Début novembre a eu lieu une formation à la base SIGILLA pour quelques étudiants du parcours Éditions numériques et patrimoine de l’antiquité à nos jours (CMI ENPAJ) de l’Université de Franche-Comté. Cette formation était possible grâce à une subvention reçue de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

Une matinée de théorie et de sigillographie a préparé les étudiants pour le travail sur place aux archives sur de documents scellés. Pour cette partie pratique, nous sommes allées aux Archives municipales de Montbéliard où l’équipe nous a chaleureusement accueilli. Montbéliard était une ville sous les Wurtemberg et nous avons trouvé quelques exemplaires de leurs sceaux. Le travail était difficile – actes en moyen-allemand – mais passionnant !

C’était une journée pleine de découvertes et nous avons hâte de voir ce que les étudiants découvriront cette année aux archives !
Nous remercions tous les participants et les organisateurs de cette journée bien réussie.

La collaboration en Bourgogne-Franche-Comté continue … et s’agrandit !

Grâce à une subvention de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté (PNV), SIGILLA a pu lancer début 2022 un projet de collaboration et de collecte dans la région. Cette collaboration continue dans cette nouvelle année universitaire avec les nouveaux L1 dans la formation d’Éditions numériques et patrimoine de l’antiquité à nos jours (CMI ENPAJ) de l’Université de Franche-Comté. Une formation à la sigillographie et à la base SIGILLA est prévue pour ce 8 novembre prochain.

Nos partenaires de l’année universitaire passée restent avec nous (AD Doubs, AD Haute-Saône, AD Jura, AD Côte-d’Or, AD Saône-et-Loire), et nous accueillons également désormais les archives municipales de Besançon et de Montbéliard à ce beau projet ! Une collecte sur place a déjà été entamé et nous continuerons notre travail main en main avec les archivistes sur place.

Suivez ce carnet et notre compte Twitter (@BSigilla] pour plus d’actualités de Bourgogne-Franche-Comté !

Compléter le puzzle grâce à une pièce

  • Nina COSTILLE
Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Bonjour à tous ! Je suis actuellement en L1 CMI ENPAJ, une formation sur cinq années mêlant histoire et histoire de l’art avec matières spécifiques d’un CMI, et dans le cadre de mon cursus je dois faire un stage de cinq semaines à la fin de ma L1 afin d’avoir un premier aperçu du monde professionnel alors me voilà aux archives municipales de Besançon pour Sigilla ! Au cours de mon deuxième semestre j’ai été introduite à Sigilla par le biais du projet d’ingénierie de mon CMI qui nous a fait découvrir à tous la sigillographie et les techniques de recherches aux archives départementales du Doubs. J’ai donc passée, avec mes camarades, plusieurs journées et demi-journées aux archives à découvrir le fonctionnement de Sigilla et le travail préparatoire qu’il faut effectuer sur chaque document.

Aujourd’hui je m’occupe donc quotidiennement de partir à la recherche d’indices pour identifier les sceaux et leur sigillant. J’ai pris l’habitude d’avoir un carnet sous la main afin de pouvoir noter la côte, les spécificités du sceau, son sigillant, sa dimension, sa forme, un bref résumé de l’acte, sa date, son lieu d’émission, et enfin ses dimensions et sa matière ! Toutes ses informations me permettent déjà de me familiariser avec le document, de plus que cela me permet de garder une trace des documents que j’ai traité et donc de m’y référer si besoin.

Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Récemment j’ai été confronté à un cas que j’ai trouvé très intéressant et qui fait partie des anecdotes de Sigilla qui me permettent d’illustrer la démarche que je suis pour recenser les sceaux. L’exemple que je vous partage est celui de l’empreinte que j’ai saisi «Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4». Il s’agit donc du sceau de Philippe le Hardi dont je ne possédais qu’un fragment d’à peine 30mm, et pourtant il comportait beaucoup d’indices pour me mener au sigillant. Par exemple rien qu’avec sa taille, on peut déduire que si le fragment ne fait que 30mm le sceau originel doit être beaucoup plus grand et donc qu’il appartient certainement à une personnalité importante de son époque ! Ensuite on peut se baser sur des éléments du fragment : des pattes de chevaux ? un écu au lion de Bourgogne ? un arrière-plan orné ? une légende en lettres gothique qu’on peut déchiffrer en “ducis” soit “duc” en latin ? Chaque détail est susceptible de nous donner des pistes alors il ne faut pas les négliger. Evidemment dans la plupart des cas comme ici en l’acte AA 12/4 on connait déjà le sigillant grâce à la formule de corroboration, mais il est toujours intéressant de voir que l’on peut tirer l’essentiel d’un sceau grâce à ses petits détails. 

La ruche Sigilla

  • Philippe JACQUET

Signes de validation du Haut Moyen-Âge, les ruches sont bien connues de nos amis diplomatistes. Cette désignation imagée et suggestive pourrait progressivement venir incarner le travail de Sigilla et de ses contributeurs. La communauté Sigilla est de plus en plus nombreuse et bruisse de nouveaux apports. Les initiatives se multiplient, de plus en plus de dossiers sont mis à dispositions des chercheurs. Le mois passé est riche d’évènements.

Ce 30 mars, la tension était palpable dans l’amphithéâtre, Délia Préteux se prépare à soutenir, face à Thomas Huot-Marchand, président de l’Atelier National de Recherche Typographique et un jury spécialement réuni pour l’occasion. L’enjeu est la validation d’un 3e cycle de recherche (statut d’étudiant-chercheur) pour obtenir un Diplôme de spécialisation et d’approfondissement (DSA), Mention Recherche Typographique (Bac+7, 120 ECTS). L’épreuve est double, elle débute par un exposé formel d’une heure en amphithéâtre pour se conclure par une face à face de trente minutes avec le jury. Cette étape consacre une année de recherche et de travail intensif sur l’épigraphie du sceau et les méthodes de transcription possible pour les légendes des sceaux. Cette étude constitue le socle du module épigraphique qui viendra compléter la base Sigilla.

Délia Préteux a dominé et réussi cette épreuve avec brio, efficacité et concision en présentant à la fois une résolution générale de la problématique et des outils techniques pertinents. Toute l’équipe Sigilla félicite chaleureusement Délia pour obtention de son diplôme et nous remercions Mr Thomas Huot-Marchand de cette collaboration inédite et surtout passionnante.

Pendant ce temps, en région Centre-Val de Loire se prépare les insertions d’images 3D dans la base. Dans un premier temps, l’Indre, l’Indre et Loir et le Cher vont participer à cette saisie particulière.  A l’issue de plusieurs semaines de contacts auprès des directeurs concernés, la campagne d’acquisitions en 3D des sceaux débutera, fin mai, et se continuera courant juin sur les plus belles empreintes de la région Centre. Alexis Zennir, qui est déjà l’auteur des saisies 3D des empreintes des archives d’Indre et Loire opérera en Indre pour compléter les captations. Ce chantier est très prometteur, malgré son état embryonnaire. La 3D reste en effet le seul moyen de restituer le sceau comme objet unique interagissant dans un contexte multiforme.

Une nouvelle dynamique s’est aussi ouverte autour du fond de l’Abbaye de Chaalis (Oise). Détenu par la fondation Jacquemart André au sein de l’Institut de France, ces documents sont actuellement en restauration. Des demandes conjointes ont permis un montage inédit autour des sceaux. Conscient de l’intérêt du fonds et de son intégration dans Sigilla, L’Institut de France et l’atelier de restauration Coralie Barbe/Atelier du Lys nous ont contacté pour doubler la numérisation en cours d’une saisie efficace dans la base. La recherche opportune d’un stage par Anna Mikhalchuk, étudiante (médiéviste) de l’Ecole des chartes est venue compléter cette symbiose qui valorise le travail de chaque partenaire.

Léa Besson, Restauratrice de l’atelier du Lis et Anna Mikhalchuk, (c) P. Jacquet

Autre lieu, autre collecte, à Besançon, la collecte au sein des Archives départementales continue. Un atelier de perfectionnement à la saisie regroupant les étudiants contributeurs, leur encadrement et l’équipe Sigilla s’est déroulé pendant deux jours. Cette rencontre a été l’occasion de échangé sur des problèmes techniques et aussi de découvrir de nouvelles sources. Deux étudiants vont pouvoir collecter les matrices de la Bibliothèque Municipale de Besançon et les deux cents à trois cents sceaux des Archives municipales. Pendant les mois qui viennent, la collecte s’étendra jusqu’à Belfort, Héricourt et d’autres encore.… Nous sommes impatients de vous présenter les résultats de ces recherches.

aux AD 25, (c) P. Jacquet

En pointant les plus récentes actions, nous n’oublions pas tous les contributeurs qui travaillent avec nous parfois depuis des années, et le surnom de Ruche devient indissociable de la base Sigilla. A travers cette diversité et ce perpétuel renouvellement, nous voulons remercier tous nos contributeurs pour leur aide et en même temps, ouvrir nos portes à tous ceux qui voudraient nous rejoindre autour de la passion sigillographique.

La collecte aux Archives départementales du Doubs 

Suite à une formation à la base SIGILLA en janvier, des étudiants de CMI ENPAJ à l’Université de Franche-Comté ont commencé la collecte des sceaux sur place aux archives départementales du Doubs. Sous l’œil bienveillant des archivistes Aubin Leroy et Florent Bouquin, les étudiants photographient les sceaux et leurs documents, prennent des mesures et font des analyses.  

Les données collectées sont au fur et à mesure saisies sur la base SIGILLA pour l’accès libre au grand public. Ce travail de valorisation montre les trésors conservés aux AD du Doubs et prépare les étudiants pour leurs stages et leurs carrières à venir. 

Les premières récoltes sont déjà consultable sur la base, et ils ont déjà trouvé quelques surprises telle qu’un sceau de l’Officialité de Toulouse ! N’hésitez pas à suivre leur progrès sur www.sigilla.org ! 

Cette collecte est possible grâce à un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté et nous comptons à remercier tous nos partenaires pour ce travail !

Retour à Besançon

Mercredi et jeudi derniers, l’équipe SIGILLA a été accueillie dans les locaux de l’Université de Franche-Comté et des archives départementales du Doubs pour une formation à la sigillographie et à la base elle-même. Une collaboration qui voit le jour après des mois de planification et grâce à un financement de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté. Présents pour la formation étaient des acteurs locaux : des archives départementales partenaires (Haute-Saône, Doubs, Jura), mais aussi les archives municipales de Besançon, les archives de la ville Neuchâtel en Suisse et bien sûr les étudiants en CMI ENPAJ.

La base SIGILLA fera désormais partie de la formation CMI ENPAJ, et nous espérons accompagner les étudiants tout au long de leur parcours universitaire.

Nous remercions tous nos partenaires pour les belles journées passées ensemble, et nous réjouissions de voir la suite !

Lancement du projet Bourgogne-Franche-Comté

Nous ne perdons pas de temps, et nous commençons cette nouvelle année avec un beau projet !

Comme déjà annoncé, SIGILLA a reçu une subvention de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté afin d’entamer une collecte de sceaux dans la région.  Ensemble avec nos partenaires des archives départementales locaux et l’Université de Franche-Comté, nous organisons un événement de lancement et de formation à Besançon les 11 et 12 janvier 2023 prochains.

Sur le programme, des introductions à la sigillographie, à la base SIGILLA, une présentation des collections aux archives départementales du Doubs, et des ateliers pratiques de saisie sur place avec les originaux !

Il sera une grande occasion de lancer ce projet très prometteur ! Suivez tous les développements ici sur le carnet hypothèses !

Lauréat d’un financement !

La Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) du Bourgogne-Franche-Comté a reconnu l’importance de notre travail de valorisation du patrimoine sigillographique, et nous a accordé une subvention de 20 000 € !

Ensemble avec nos partenaires – les archives départementales de la Côte d’Or, du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et de la Saône-et-Loire – nous visons à mettre en œuvre un projet régional de collecte des sceaux.

Nous remercions vivement la commission pour sa confiance et son soutien !

Suivez notre progrès en Bourgogne-Franche-Comté ici sur le carnet hypothèses et en ligne sur la base SIGILLA !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search