La collecte se poursuit en Alsace !

Notre antenne alsacienne, SigiAl – Sigillographie de l’Alsace – continue son projet de collecte des sceaux conservés dans la région. Avec une équipe motivée et des activités mensuelles, ils ont trouvé un bon rythme de collecte ! En avril, ils ont même franchi le seuil de 10 000 empreintes dans la base SIGILLA. Bravo !

Les derniers fonds traités par leurs équipes étaient les Archives municipales d’Obernai, les Archives d’Alsace, site de Strasbourg et site de Colmar. Prochainement, ils vont se rendre à Colmar aux archives municipales et à celles de Turckheim. Le grand public commence d’en parler, et le porteur du projet, Thomas Brunner, a déjà fait plusieurs communications sur les sceaux trouvés grâce aux efforts du groupe. La particularité de ce projet ? C’est un effort en sciences participatives, c’est-à-dire que les universitaires ont fait appel aux volontaires de la société civile pour leur aider avec la collecte. Cette démarche prouve très fructueux grâce aux connaissances locales et régionales des participants.

Pour plus d’informations sur le projet ou pour suivre ses actualités, rendez-vous sur son carnet hypothèses.

Strasbourg, 1330/1334 : qui choisit la manière de sceller ?

  • Thomas BRUNNER

La saisie dans la base SIGILLA de deux chartes scellées des échevins de Strasbourg respectivement datées de 1330 et 13341 nous a paru illustrer les questions qui se posent sur les choix faits sur la manière de sceller et notamment sur la forme donnée au revers des sceaux dans une région où le contre-sceau n’était pas usité. Les magistrats dont la fonction consistait notamment, d’après les statuts urbains de 1322, à faire émerger un majorité sur une décision prise par le Conseil de la ville2, entérinent dans la charte de 1330, à la demande des tisserands, une décision de ce type portant sur la participation des tisserandes (weberin) au travail de leur époux, et la confirment quatre ans plus tard dans le second document. L’acte de 1330 a été scellée par 12 échevins, celui de 1334 par 13 (Fig. 1). Trois d’entre eux se retrouvent sur les deux actes et utilisent le même sceau: Johannes Zorn, Nicolas (I) Grostein et Nicolas (II) Ottfriedrich (pour ce dernier la seconde empreinte est malheureusement perdue). Tous ont recouru à leur sceau personnel.

Fig. 1 – AVES, CH 41 / 895 : Les deux séries de sceaux sur double-queue de parchemin.

La seconde charte est un transfixe de la première: les attaches en double-queue de parchemin ont été insérées entre deux attaches dans le repli du premier acte, de sorte qu’il y a une alternance presque parfaite entre les sceaux du collège des échevins de 1330 et ceux de leurs successeurs de 1334 (Fig. 1 & 2). Les premiers encadrent les seconds, autrement dit, le sceau le plus à gauche et le sceau le plus à droite de la série de 25 empreintes appartiennent à la charte de 1330. Pour permettre l’insertion des 13 sceaux de 1334, deux paires d’empreintes se retrouvent dans un même intervalle (respectivement les sceaux en position n°2 et 3 de 1334 entre les n°2 et 3 de 1330 et les n°6 et 7 de 1334 entre les n° 5 et 6 de 1330) (Fig. 2).

Fig. 2 – AVES, CH 41 / 895 : Détail de l’alternance des premières attaches dans le repli de la charte de 1330, surmonté du repli de 1334. En jaune, les attaches de 1330. En rouge, celles, ajoutées, en 1334.

Grâce à ce système aussi ingénieux que délicat à mettre en œuvre, les deux parchemins ont été inextricablement liés, montrant d’une certaine manière par leur union la continuité de la volonté des échevins dans l’adoption de la disposition règlementaire. D’un point de vue technique, lors de la constitution des empreintes au moment de l’opération de scellage, la charte de 1334 n’a pu être scellée qu’une fois les 13 queues de parchemin insérées dans le repli de l’acte antérieur. Le scellement a sans nul doute été l’œuvre d’une (ou de plusieurs) personne aguerrie.

Des double-queues en Y alternant avec des Y inversés

Si la cire, d’après sa couleur, paraît être semblable entre les chartes, et peut-être émaner de la chancellerie municipale, deux petits détails diffèrent entre les deux séries de sceaux et nous amènent à nous interroger sur la responsabilité des opérations de scellement et le sens qu’on a pu vouloir leur donner. Le premier aspect concerne la double queue de parchemin: ses deux bandes n’ont pas été laissées droites et verticales dans la galette de cire, mais l’une d’elles a été pliée pour former un angle droit et ainsi ressortir par l’un des côtés de l’empreinte, perpendiculairement à l’autre bande de parchemin. Cette technique renforçait l’adhérence de la cire à son attache et empêchait l’empreinte de glisser ou d’être tirée. Sur les sceaux de 1330, la languette ressort systématiquement par le bord droit des empreintes (à la gauche de l’observateur donc), formant un “Y inversé”. Sur ceux de 1334 – à l’exception des sceaux n°1 et 10 – c’est au contraire sur la gauche de l’empreinte que déborde la bande de parchemin qui forme un Y “normal” (Fig. 3).

Fig. 3 – Gauche : queue en Y inversé (sceau de Pilgerin, n° 6 de 1330) – Droite: queue en Y (sceau de Cuntz de Pfaffenlapp, n° 12 de 1334). Les deux photos ont été réalisées avec des appareils différents d’où la différence de teinte.

On peut imaginer que, malgré les deux petits ratés (volontaires?) qui rompent l’homogénéité de la seconde série, cette modeste différence technique est née de l’envie de manifester un effet de contraste ou même peut-être de permettre la distinction entre les deux rangées de sceaux. La queue en Y de 1334 ne peut en effet résulter d’une contrainte technique puisqu’il a été possible de sceller deux empreintes de cette année avec le Y inversé.

Deux types de marques dorsales

Une logique de différenciation similaire semble avoir eu cours pour le revers des empreintes: en 1330, une trace circulaire occupe le centre du disque (Fig. 4). Les marques de doigt ou de phalange se sont imposées sur les empreintes de la région depuis le milieu du XIIIe siècle3. Toutefois, étant donné la netteté du rebord et sa parfaite circularité, nous pourrions être en présence, en l’espèce, de la trace laissée par le bout du manche d’un outil tel peut-être celui du couteau dont se servaient les scribes pour tailler leur plume. En 1334, ce sont en revanche deux rainures horizontales et parallèles qui ont été systématiquement pratiquées (Fig. 4). Elles pourraient avoir été faites à l’aide de l’appendice de préhension du sceau comme le suggère Damien Berné à propos de sceaux contemporains des évêques de Strasbourg4.

Fig. 4 – Dos des deux empreintes (1330 à gauche, 1334 à droite) du sceau de Nicolas de Grostein, monnayeur de la ville.

On imagine volontiers que dans des pratiques routinières de chancellerie, on aurait répété la même technique pour disposer en Y les bandes de parchemin des doubles-queues comme pour marquer le dos des empreintes, sauf à vouloir distinguer visuellement les deux séries de sceaux représentant des collèges échevinaux distincts. Cependant la marque dorsale n’étant pas immédiatement visible et nécessitant une manipulation pour être observée, cette hypothèse nous paraît fragile.

Le choix des marques dorsales n’est pas non plus imputable aux échevins. On s’explique mal, sinon, pourquoi les trois magistrats présents en 1330 et 1334 auraient changé de forme de marquage, surtout si, comme on a pu l’affirmer, ces marques étaient sensées renforcer la personnalisation du sceau, faisant office de substitut au contre-sceau utilisé ailleurs5.

Reste la possibilité d’une initiative du scelleur: les deux actes ne sont pas écrits par la même main (Fig. 5). Le scribe n’était pas forcément celui qui scellait l’acte qu’il avait produit, mais en l’occurrence nous pouvons supposer que pour le scellement également, deux individus différents sont intervenus. Dans ce cas, le choix de l’une ou l’autre technique pourrait être le signe d’habitudes de travail propres à chacun d’eux ou l’expression d’une volonté de laisser sa marque, peut-être à l’instar de ce que pratiquaient alors les tailleurs de pierre sur le chantier de la cathédrale.

Fig. 5 – Clawes Ottefriderich(e) (Nicolas Ottfriedrich) écrit respectivement par les mains de 1330 et de 1334.

Ces marques dorsales doivent-elles être considérées uniquement sous l’angle d’une fonction symbolique qui nous échappe ? Ou avaient-elles également un rôle technique? On lit souvent que la forme ronde et pleine du revers aurait conféré à l’empreinte une plus grande solidité6, mais il nous semble que de telles affirmations mériteraient d’être étayées par des expérimentations ou des études physiques. Selon Jules Roman, le contre-sceau renforçait l’authenticité de l’empreinte en empêchant son altération ou son détachement, mais il ne donne pas plus de détails sur ces aspects techniques7. On peut se demander si l’apposition de la contre-empreinte n’avait pas également pour effet de consolider l’adhérence de la cire sur son attache par une pression plus accentuée. Les marques dorsales alsaciennes pourraient-elles être les reliquats d’une pratique similaire visant au renforcement de la galette par une telle pression au moment de la construction du sceau? Tout cela demanderait une vraie étude des sceaux dans leur matérialité même.

    1. AVES, CH 41 / 895 et son transfixe. []
    2. Cf. Laurence BUCHHOLZER, “Echevin”, DHIA []
    3. Damien BERNE, Les sceaux des évêques de Strasbourg au Moyen Âge, Mémoire de Maîtrise, U. Strasbourg II, t. 1, 2004, p. 23 []
    4. Ibidem, p. 23-24. []
    5. Ibidem, p. 23, qui réfute la possibilité de cette fonction. []
    6. Ibidem, p. 24. []
    7. Jules ROMAN, Manuel de sigillographie française, Paris, 1912, p. 12. []

    Conférence : Les sceaux des Strasbourgeois

    Dans le cadre du cycle des conférences du Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg, Thomas Brunner (porteur du projet SigiAl) présentera les sceaux strasbourgeois. Avec sa communication intitulée « Donner une bonne image de soi :  les sceaux des Strasbourgeoises au Moyen Âge », il nous plongera dans l’histoire sigillaire de la ville de Strasbourg à la fin du Moyen Âge.

    Marquez bien donc vos agendas :

    Lundi, le 11 décembre 2023 à 15h
    Salle Pasteur, Palais Universitaire, Strasbourg

    La conférence sera suivie d’un temps d’échange. L’entrée est gratuite et sans réservation. Pour plus d’informations, consultez le site du Jardin des sciences.

    Des chiffres arabes dans une légende sigillaire de 1437

    • Thomas BRUNNER

    La date exacte de gravure d’un sceau est souvent difficile à établir et les sigillographes savent bien que l’année de la plus ancienne empreinte connue donne un terminus a quo qu’il faut utiliser avec circonspection pour en déduire le moment où la matrice fut fabriquée. Fort heureusement, dans quelques rares cas c’est le sceau lui-même qui nous renseigne, à travers sa légende, sur la date de sa gravure ou de sa mise en circulation. Dans le corpus des sceaux alsaciens, une telle indication a ainsi pu être relevée à partir de la fin du XVIe siècle sur les sceaux de l’officialité de Strasbourg gravés en 1587, en 1597 et en 1608, et sur celui de la ville de Molsheim de 1642. Jusqu’à présent, cette pratique n’avait pas encore été observée à l’époque médiévale en Alsace1. Ailleurs, dans le nord de la France, elle est connue plus précocement sur les contre-sceaux de certaines officialités, celle de Paris dès 1246, celle de Troyes en 1289 et celle de Thérouanne en 1324, comme l’a relevé Jean-Luc Chassel – que je remercie chaleureusement pour ces informations2. Il sera utile pour la suite de garder à l’esprit que cette petite liste ne comprend que des sceaux ou des contre-sceaux d’institutions et non d’individus.Or l’ajout récent d’une empreinte du premier sceau de l’Electeur palatin Louis IV de Wittelsbach (1424-1449), dit le Doux, a permis grâce à son bon état de conservation aux Archives municipales de Haguenau, de reconstituer l’intégralité de la légende et de déchiffrer – au sens propre – les quatre signes kabbalistiques terminaux qui étaient trop détériorés pour être lisibles sur les autres pièces numérisées.

    Sceau de Louis IV du Palatinat, AM Haguenau, AA 217/13
    Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

    Enroulée dans une banderole et écrite dans une minuscule gothique de petit module, la légende, qui nomme le sigillant, précise ses titres et se clôt par la date, peut être retranscrite de la manière suivante:

    S’ / LUDOV [cimier] ICI + COMITIS + PALATINI + RENI [écu] + Z + DUC + BAVA + 1437

    soit, sous forme développée et sans tenir compte des débordements de l’image:

    S(igillum) LUDOVICI + COMITIS + PALATINI + R(h)ENI + (et) + DUC(is) + BAVA(rie)+1437

    (Sceau de Louis, comte palatin du Rhin et duc de Bavière, 1437).

    Sceau de Louis IV du Palatinat; détail de la fin de la légende : + BAVA + 1437.
    AM Haguenau, AA 217/13; Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

    Quatre chiffres arabes archaïques

    Les quatre chiffres se lisent donc “1437”, ce qui correspond à l’année de fabrication de ce sceau utilisé de 1437 à 14453. La date est écrite dans une forme archaïque de chiffres arabes, qui se caractérise par les morphologies déconcertantes pour nos habitudes de lecture des chiffres 4 (une sorte de boucle) et, dans une moindre mesure, 7 (basculé vers la gauche). Ces formes graphiques sont cependant conformes aux pratiques de ce début de XVe siècle, comme en attestent les relevés ci-dessous, qui proviennent tous de manuscrits généralement savants.

    Chiffres arabes dans des manuscrits des XIVe-XVe s., extrait de Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 587.

    En effet, après la tentative infructueuse d’introduction en Occident des chiffres arabes peu avant l’An mil par Gerbert d’Aurillac (le futur pape Sylvestre II), qui les avait lui-même rencontrés en Espagne musulmane, il fallut attendre les développements commerciaux du second Moyen Âge en Méditerranée et les traités du mathématicien italien Léonard Fibonacci, dit de Pise, au début du XIIIe siècle, pour que ce système de numération pénètre avec succès dans la culture occidentale. Concurrencée par l’habitude des chiffres romains et par la pratique de l’abaque (un système de calcul similaire au boulier), leur progression vers l’Europe du nord fut toutefois lente4.

    Vers l’évincement des chiffres romains?

    Au début du XVe siècle (et même bien après), c’est encore en chiffres romains que les dates sont données dans les inscriptions du Rhin supérieur telles que les pierres tombales ou la stèle de l’évêque de Strasbourg Guillaume de Diest en 1394. Sur les contre-sceaux des officialités françaises évoqués au début, on avait également utilisé ce système: à Paris encore en 14105, à Thérouanne entre 1376 et 14626, quand le graveur n’a pas mêlé chiffres romains et mots entiers, comme à Troyes en 13097 ou à Thérouranne en 13248. Les ecclésiastiques de ces officialités perpétuaient donc cette tradition latine à l’époque où les chiffres arabes furent gravés sur le sceau du prince palatin – un laïc peut-être plus enclin à la nouveauté en ce domaine.

    L’écriture de la date de 1437 témoigne de la pénétration de ce système de numération dans la vallée du Rhin au début de XVe siècle. Une raison très pragmatique a pu prévaloir dans ce choix: pour le graveur toujours en quête d’espace sur la surface du sceau, utiliser quatre chiffres arabes représentait un gain de place non négligeable, comparé à la série de neuf voire plus vraisemblablement onze lettres des chiffres romains: MCDXXXVII ou MCCCCXXXVII9.

    Un sceau de minorité

    Mais si une motivation pratique peut expliquer le recours à un système de numération au détriment de l’autre, elle n’explique en rien l’irruption d’une information chronologique sur le sceau d’un individu – pratique qui à notre connaissance demande encore à être étudiée. Il est cependant certain que les quatre chiffres arabes doivent leur présence à une intention. Le contexte politique donne une piste vraisemblable de compréhension: le 30 décembre 1436, à la mort de son père Louis III, le nouveau comte palatin du Rhin Louis IV était âgé de dix ans et par conséquent encore mineur. Son oncle Otton de Bavière, comte palatin de Mosbach, exerça de ce fait une régence jusqu’en 144510.

    Or l’année 1445 correspond aussi aux dernières attestations d’utilisation du premier sceau de Louis IV et à l’introduction d’un second sceau, quant à lui dépourvu de toute date dans la légende. Il ne fait aucun doute que le type de 1437 fut réalisé avec la conscience de son caractère éphémère ou du moins transitoire et peut-être même – c’est notre hypothèse – celle du statut juridique de mineur du jeune sigillant. Est-ce la raison pour laquelle le commanditaire du sceau (l’oncle régent?) a fait graver cette date dans la légende? Celle-ci avait-elle pour fonction de rappeler la situation institutionnelle du Palatinat? Si tel est le cas, “1437” viendrait d’une certaine manière contrebalancer la solennité de la titulature de Louis IV, “comte palatin du Rhin et duc de Bavière”. Le premier titre en faisait en effet l’un des sept électeurs de l’Empereur, le second rappelait son appartenance à la puissante famille des Wittelsbach.

    Un sceau de plein droit?

    Pourtant, derrière ces titres qui plaçaient Louis IV parmi les plus grands princes du Saint Empire, la mention de l’année 1437 pourrait avoir eu au contraire un effet de dévalorisation du sigillant en rappelant qu’il convenait de distinguer entre sa puissance théorique et la réalité du pouvoir effectif d’un enfant sous tutelle. Derrière l’apparence assez anodine des quatre chiffres pourrait donc se dissimuler un signe fort de communication politique, celui d’un pouvoir bridé.

    Qui aurait eu le plus intérêt à une telle évocation? L’enfant mineur, par réalisme politique? Ce serait surprenant et cela supposerait qu’il ait eu son mot à dire dans le choix du texte de la légende. Otton de Bavière, en revanche, peut apparaître comme le principal bénéficiaire de l’existence d’un sceau dont la date inscrite rappelait en creux qu’il dirigeait de fait le Palatinat. Evidemment, une étude plus poussée des relations entre l’oncle et le neveu serait à mener pour valider ou infirmer cette hypothèse, mais le fait est qu’à la majorité de Louis IV, la date n’est plus mentionnée sur son nouveau sceau. En l’état actuel de notre corpus, il n’est pas possible de savoir si le procédé de 1437 fut repris par la suite chez les comtes palatins du Rhin. Ainsi le fils de Louis IV, Philippe Ier du Palatinat, était né en 1448 et n’avait qu’un an à la mort de son père. Il fut à son tour placé sous la tutelle d’un oncle, Frédéric Ier du Palatinat, qui l’adopta par la suite11. Malheureusement à ce jour, la base SIGILLA ne dispose pas de sceau pour Philippe avant l’année 1479.

    Si la date en chiffres arabes est bien un rappel de la minorité du sigillant, le sceau de 1437 avait-il pour autant moins de valeur? Aucun des 11 actes scellés de ce sceau actuellement présents dans la base de données (dont 4 sceaux pendants entre 1438 et 1440, les 7 autres étant plaqués) n’a de co-sigillant12. On peut en déduire que l’empreinte de Louis IV était suffisante à garantir la validité des documents (essentiellement des quittances, en l’occurrence). Même si nous ne l’avons pas trouvé pour l’instant au bas d’actes particulièrement solennels, ce sceau de minorité n’en était pas moins un sceau de plein droit.

    1. En Suisse, la légende du troisième petit sceau de la ville de Berne se clôt par: ANNO M° CCCC° XV°. C’est le seul sceau bernois à mentionner une date, voir Adolf FLURI, « Die Siegel der Stadt Bern 1224-1924 », Blätter für bernische Geschichte, Kunst und Altertumskunde, 20/4, 1924, p. 257-300.) Après la publication de ce billet, O. Richard m’a signalé que les deux sceaux concédés par l’archiduc d’Autriche Sigismond à la ville de Thann, le grand sceau comme le petit sceau portent la date de 1469 en chiffres arabes. Le deuxième grand sceau de Saverne indique l’année 1525 aussi en chiffres arabes. []
    2. Jean-Luc CHASSEL, « Les sceaux des officialités médiévales », dans Véronique BEAULANDE-BARRAUD et Martine CHARAGEAT, dir., Les officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, Turnhout, 2014, p. 133-157, ici p. 143, n. 38. Signalons que la légende du contre-sceau de l’abbaye tourangelle de Marmoutier indique: + RENOVATVM ANNO DOMINI [dans le champ] M CC XXXV []
    3. Voir infra, note 12 []
    4. Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 586-591 []
    5. Contre-sceaux de 1246 (MXLVI) D 7001 bis, de 1253 (M. CC. L. III), connus par différentes matrices: D 7002 bis, D 7003 bis, D 7004 bis et D 7005, et de 1410 (M. CCCCX) D 7006 bis [données de J.-L. Chassel]. []
    6. Contre-sceau de 1376 (MCCCLXXVI) A 2321, de 1440 (M° CCCC XL) A 2323 et de 1462 (M CCCC LXII) A 2324 [données de J.-L. Chassel; la lettre A désigne la collection de moulages d’Artois et de Picardie réalisée par Germain Demay en 1877]. []
    7. Contre-sceau de 1309 (ANNO M C[CC N]ONO) : D 7047 bis; je n’ai pu vérifier les contre-sceaux de la collection Champagne signalés par J.-L. Chassel: ceux 1289 ou avant (légende mutilée), Ch 1691 (empreinte de 1289), et de 1373, Ch 1689 (empreinte de 1462). []
    8. Contre-sceau de 1324 (M. CCC VIGES(imo) IIII) : D 7032 bis et de 1432 (M CCCC trecisimo secundo]: A 2322 [données de J.-L. Chassel]. []
    9. La graphie CCCC pour 400 est commune dans les inscriptions, comme en témoignent les contre-sceaux de l’officialité de Thérouranne au XVe siècle cités dans les notes précédentes et le sceau bernois de 1415, voir note 1. []
    10. Carl August LÜCKERATH, « Ludwig IV., Kurfürst von der Pfalz », Neue Deutsche Biographie (NDB), 15, Berlin, 1987, p. 411–412. []
    11. Peter FUCHS, « Philipp der Aufrichtige », NDB , 20, Berlin, 2001, p. 382-383 []
    12. La cote des actes avec sceau pendant est suivi d’une *: AM Mulhouse, p.i. 587* (1437), 602* (1438), 603 (1438), 625* (1440), 628 (1441), 663 (1443), 664 (1443), 671 (1445) et 672 (1445), AM Haguenau, AA 217/13* (1438) et AA 220/4 (1438). []
    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search