Inventaire des sceaux aux AD 57 désormais en ligne !

La sigillographie mosellane se complète ! Un inventaire des sceaux conservés aux archives départementales de la Moselle a été rédigé dans les années 80 et 90 par l’archiviste Gilbert Cahen. Cet inventaire décrit tous les sceaux des fonds départementaux en quatre tomes qui comprennent les sceaux des souverains, des laïques et des ecclésiastiques.

L’inventaire a déjà fait objet d’une intégration dans la base SIGILLA en été 2021. Les archivistes de la Moselle sont actuellement en train de compléter ces fiches avec plus d’informations et les images correspondantes. (Lisez plus sur leur travail ici.)

L’inventaire de Cahen est désormais disponible à télécharger sur le site des archives départementales de la Moselle. Nous vous invitons à feuilleter les quatre tomes et à plonger dans la sigillographie de la Moselle !

Belles découvertes à toutes et à tous !

L’inventaire de Cahen aux archives départementales de la Moselle

-Jean-Eric Iung

Henri II de Salm, Ad 57 – G 1250/3b, (c) Ad 57

Le département de la Moselle a bénéficié du travail d’un archiviste versé dans la discipline de sigillographie autant que dans celle de l’héraldique, un grand érudit familier du déchiffrement des textes médiévaux en latin, en français et en allemand. Gilbert Cahen (1928-2021), archiviste-paléographe, conservateur aux archives départementales de 1953 à 1993, a travaillé, après 7 ans de description intense, pendant près de 30 ans à la conception et à la rédaction du Catalogue des sceaux (sceaux pendants et sceaux plaqués du haut moyen âge) des archives départementales de la Moselle qui, sans être unique, fait partie des rares instruments de travail de cette catégorie en France. Une saine émulation avec la Meurthe-et-Moselle, suggérée par G. Cahen lors de la publication du 3e volume en 1992, peut cependant être signalée car des travaux de même ampleur y avaient lieu.

Publié de 1981 à 1993 en quatre volumes, reproduction offset du dactylogramme réalisé avec les seuls moyens du service des archives, ce catalogue est divisé en sections thématiques (souverains, grands feudataires, dignitaires, seigneurs laïques, juridictions, municipalités, officiers et bourgeois dans les vol. 1 et 2, ecclésiastiques dans le vol. 3) et l’auteur y a joint des tables et index composant, avec un petit supplément, le 4e et dernier volume. En tout près de 1600 pages décrivent 2604 sceaux différents numérotés, plus les nombreux bis, ter et suivants affectés aux contre-sceaux et variantes d’empreintes. Le nombre total d’empreintes conservées devrait être le triple de celui des empreintes différentes lorsque le décompte final aura eu lieu, décompte que les fiches de G. Cahen ne permettaient pas de réaliser alors que ses signalements à la fin des notices imprimées ne sont pas exhaustifs. G. Cahen n’a pas eu pour mission d’écrire un traité de sigillographie mosellane : il s’est donc limité à introduire son œuvre par 12 pages d’introduction synthétique. Peut-on avancer que la méthode de travail et son rendu n’ont pas changé entre le 1er et le 4e volume, mais que les descriptions semblent plus précises à mesure que le travail avance ?

Arnould de Vry, Ad 57 – H 1734, (c) Ad 57

Si les séries anciennes de provenance publique (les séries B, E, mais surtout G et H des archives départementales, ainsi que leurs appendices transférés d’Allemagne en Lorraine à la fin du XIXe siècle) et privée (principalement les grands chartriers de Clervaux et de Créhange) ont été dépouillées systématiquement, les sceaux plaqués de l’époque moderne n’ont pas été pris en compte. Il fallait être raisonnable, et la moisson de sceaux lorrains, luxembourgeois, français et allemands que les collections mosellanes ont offerte est considérable, mais c’est assurément dommage pour les héraldistes (car il s’agit bien souvent des sceaux armoriés) et pour la conservation de ces empreintes très fragiles de cire d’Espagne, alors même que l’on déplore, au moment d’écrire ces lignes en 2022, de nombreuses dégradations irrémédiables sur les sceaux de cire naturelle que G. Cahen a vues il y a plus d’un demi-siècle. Les moyens conservatoires de sauvegarde dont il disposait, la photographie argentique en l’occurrence, ont permis de préserver, en noir et blanc, le souvenir des sceaux dont nous regrettons la mauvaise conservation aujourd’hui, malgré les efforts des restaurateurs, que la Moselle s’enorgueillit de compter dans ses effectifs depuis l’installation du service dans ses nouveaux locaux en 1992. On ajoutera à ces clichés de sécurité la collection de moulages réalisées par les archivistes allemands de Lorraine avant 1918, dont la qualité est inégale il est vrai.

La saisie dans Sigilla de l’ensemble des intitulés de notices, avec création de notices de sigillants et de sceaux-types, œuvre ce Philippe Jacquet (2021), est un bel hommage à G. Cahen, qui n’a pas connu l’informatique documentaire, ni même les tableurs. Il reste – le verbe est employé avec beaucoup d’ironie eu égard au temps de travail qu’il exigera – à saisir le corps des notices mais aussi à créer des notices pour les doubles, triples etc. des empreintes retenues par G. Cahen, travail qui sort peut-être du cadre déjà ambitieux de Sigilla, mais qui selon toute vraisemblance rendra de grands services aux chercheurs – plus pour les actes nouveaux qui seront analysés (ces analyses sont une grande force du catalogue de G. Cahen, qui contextualise l’emploi des sceaux) que pour les dates d’existence des sigillants qu’il signalera, car G. Cahen les prend en compte tacitement – et aux chercheurs sigillographes – en leur indiquant des empreintes d’autres couleurs (ce détail ne semblait pas intéresser G. Cahen au premier chef), avec des détails sauvés par rapport à l’empreinte retenue dans le catalogue. En appui de Sigilla, une numérisation du catalogue et le recours à la reconnaissance de caractères permettront assurément de gagner du temps pour retrouver des empreintes associées alternativement et de fait rattachées à des actes aux cotes différentes. Mais cette observation de pratiquant récent de Sigilla, réalisée à partir d’un test en grandeur nature sur un gisement remarquable de sceaux, le petit fonds de l’ordre teutonique en Lorraine, transféré d’Allemagne en Lorraine peu avant 1900, devra être confirmée…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search