Le cachet de Daniel de Chevannay

  • Nina COSTILLE

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je reviens sur un sigillant que j’ai eu l’occasion d’étudier aux archives municipales de Besançon lors de mes vacations. Je m’appelle Nina Costille, je suis étudiante en deuxième année d’histoire et patrimoine (CMI ENPAJ) à l’Université de Franche-Comté, et en parallèle de mes études, j’ai eu l’opportunité d’effectuer de vacations pendant quatre mois aux AM de Besançon. Ces archives municipales sont pleines de documents à traiter, d’empreintes à étudier, et aujourd’hui je vous partage le cas de Daniel de Chevannay, un envoyé en cour d’empire au XVIIe siècle, qui échangea de nombreuses correspondances avec la ville de Besançon de 1640 à 1643. La plupart de ses lettres ont été écrite depuis les villes de Ratisbonne (aujourd’hui en Allemagne) et de Vienne (Autriche), et sont conversées dans la série AA aux liasses AA30 et AA31.

J’ai recensé environ une centaine d’empreinte du cachet que Daniel de Chevannay a utilisé pendant sa mission. A compter que sur chaque document on trouve généralement deux empreintes, parfois quatre, ce qui multiplie davantage le nombre d’empreinte à saisir ! Généralement, ces empreintes étaient plutôt nettes, malgré les cassures qui les avaient fragmentées. Le fait d’avoir une variété d’empreintes sur les documents m’a permis ainsi de reconstituer l’idée générale de ce à quoi le sceau-type devait ressembler. Dans le cas du cachet de Daniel de Chevannay, il s’agit d’un cachet ovale verticalement de 12 x 15 mm qui porte ses armoiries soit un compas ouvert sur un fond d’étoiles, le tout surmonté d’un heaume et cimé d’ornements.

Voilà un petit aperçu des empreintes, qui, condensées, peuvent nous donner une idée plus précise du sceau-type. Bien évidemment le cas de Daniel de Chevannay n’est pas un cas isolé dans la démarche, mais c’est personnellement un des cas sur lesquels j’ai le plus apprécié mener mes recherches. La variété des empreintes, leurs qualités, leurs détails, méritaient que je m’attarde à rédiger un petit article afin de mettre en avant les fonds sur Daniel de Chevannay présents aux archives municipales de Besançon, alors n’hésitez-pas à venir les étudier de plus près !

Compléter le puzzle grâce à une pièce

  • Nina COSTILLE
Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Bonjour à tous ! Je suis actuellement en L1 CMI ENPAJ, une formation sur cinq années mêlant histoire et histoire de l’art avec matières spécifiques d’un CMI, et dans le cadre de mon cursus je dois faire un stage de cinq semaines à la fin de ma L1 afin d’avoir un premier aperçu du monde professionnel alors me voilà aux archives municipales de Besançon pour Sigilla ! Au cours de mon deuxième semestre j’ai été introduite à Sigilla par le biais du projet d’ingénierie de mon CMI qui nous a fait découvrir à tous la sigillographie et les techniques de recherches aux archives départementales du Doubs. J’ai donc passée, avec mes camarades, plusieurs journées et demi-journées aux archives à découvrir le fonctionnement de Sigilla et le travail préparatoire qu’il faut effectuer sur chaque document.

Aujourd’hui je m’occupe donc quotidiennement de partir à la recherche d’indices pour identifier les sceaux et leur sigillant. J’ai pris l’habitude d’avoir un carnet sous la main afin de pouvoir noter la côte, les spécificités du sceau, son sigillant, sa dimension, sa forme, un bref résumé de l’acte, sa date, son lieu d’émission, et enfin ses dimensions et sa matière ! Toutes ses informations me permettent déjà de me familiariser avec le document, de plus que cela me permet de garder une trace des documents que j’ai traité et donc de m’y référer si besoin.

Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4, (c) N. Costille

Récemment j’ai été confronté à un cas que j’ai trouvé très intéressant et qui fait partie des anecdotes de Sigilla qui me permettent d’illustrer la démarche que je suis pour recenser les sceaux. L’exemple que je vous partage est celui de l’empreinte que j’ai saisi «Philippe II de Bourgogne – Am Besançon – AA 12/4». Il s’agit donc du sceau de Philippe le Hardi dont je ne possédais qu’un fragment d’à peine 30mm, et pourtant il comportait beaucoup d’indices pour me mener au sigillant. Par exemple rien qu’avec sa taille, on peut déduire que si le fragment ne fait que 30mm le sceau originel doit être beaucoup plus grand et donc qu’il appartient certainement à une personnalité importante de son époque ! Ensuite on peut se baser sur des éléments du fragment : des pattes de chevaux ? un écu au lion de Bourgogne ? un arrière-plan orné ? une légende en lettres gothique qu’on peut déchiffrer en “ducis” soit “duc” en latin ? Chaque détail est susceptible de nous donner des pistes alors il ne faut pas les négliger. Evidemment dans la plupart des cas comme ici en l’acte AA 12/4 on connait déjà le sigillant grâce à la formule de corroboration, mais il est toujours intéressant de voir que l’on peut tirer l’essentiel d’un sceau grâce à ses petits détails. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search