Récapitulatif des activités SIGILLA du janvier à juin 2024

Ce premier semestre 2024 a été largement occupé par la réécriture de la base SIGILLA. Nous espérons que vous prendrez le temps de feuilleter la nouvelle base, en ligne depuis 19 juin, et de découvrir ses fonctionnalités.

Parallèlement à ce chantier, l’équipe a continué à assurer de formations et a accueilli quelques nouveaux contributeurs.

La collecte des sceaux aux Archives départementales de la Haute-Vienne a commencé au début de l’année 2024, dans le cadre d’un stage confié à un étudiant de master II de l’université de Nantes, par la formation à la saisie au sein des archives. Plus de 150 empreintes ont été ajoutées à la base.

Une nouvelle collaboration a été initiée avec l’Université de Lille. Les premiers contributeurs se sont vu confier une partie de la collection de la Flandre. Ils n’ont pas seulement saisi les moulages présents dans la catalogue, mais aussi les empreintes originelles conservées aux AD du Nord. Un travail passionnant et le début d’une collaboration fructueuse !

La saisie de la collection Artois a elle aussi fait d’importants progrès au cours du mois de mars grâce au travail de plusieurs étudiants contractuels. 251 moulages ont été ainsi saisis.

Plusieurs formations de nouveaux stagiaires poitevins du CESCM ont également eu lieu. Ils poursuivent le traitement des fonds des Archives municipales de Poitiers et parallèle de la collection Eygun. Ces travaux continueront durant l’été.

Un collaborateur a aussi pu être engagé pour plusieurs mois afin de poursuivre le travail initié sur la numérisation 3D de sceaux dans le cadre d’un financement de la DRAC de la région Centre. Il avait pu réaliser la numérisation de près de 100 sceaux. Ces images 3D sont désormais à admirer sur SIGILLA dans notre nouveau viewer 3D ! A consulter sans modération !

En mai, l’équipe a accueilli une collègue de l’Institut Arthur Piaget de Neuchâtel en Suisse. Cet institut pour la valorisation historique de Neuchâtel est porteur du nouveau projet SigiSuisse qui engage à son tour la collecte de sceaux conservés en Suisse romande. Ce projet de collaboration a été lauréat des financements Globel Seed Fund attribués par PSL. Notre collègue a pu être formée à Strasbourg et à Paris à la collecte et à la saisie des sceaux afin de pouvoir encadrer le nouveau réseau suisse. Vérifiez régulièrement la base : vous y trouverez bientôt quelques sceaux suisses !

Suite à la mise en ligne de la nouvelle version de la base, plusieurs présentations ont été organisées. Un atelier de saisie a déjà également eu lieu à Strasbourg et plusieurs entre vous ont pu ainsi découvrir le nouveau SIGILLA.

Si l’interface demande encore quelques petits aménagements esthétiques et pratiques pour retrouver l’élégance et l’ergonomie de notre précédente SIGILLA, la nouvelle structure de la base, portée par un laboratoire du CNRS, est désormais très solide et bien plus adaptée aux besoins et possibilités des humanités numériques, prête à interagir avec de nombreuses autres ressources documentaires numériques concernant la diplomatique, l’héraldique, la prosopographie, etc.

Nous tenons à remercier encore une fois Biblissima + qui nous soutient dans ce projet, l’IRHT pour l’accueil réservé à notre base, et bien sûr son développeur sans qui nous n’aurions pu rien faire !

A vos marques … prêts … collectez !!

Ce mois de mars sera sous le signe des étudiants et de la saisie. Grâce aux nouvelles collaborations (et quelques anciennes) aussi bien qu’aux stages étudiants, ce mars verra une poignée de nouveaux contributeurs parmi les « visages » plus familiers à la base – 12 au total !

Des fonds divers tels Artois, Flandre, Eygun, mais aussi une collection à la Médiathèque François Mitterrand de Poitiers, aux Archives municipales de Montbéliard et de Besançon vont être pris en main par une équipe d’étudiants à travers la France. Le but ? Bien sûr de continuer notre collecte de sceaux conservés en France et de compléter le paysage sigillaire du pays.

Nous remercions tous les étudiants pour leur intérêt à nous soutenir et le SIAF pour la subvention que nous avons reçue qui permet cette grande compagne de collecte.

Nous vous donnons toutes et tous rendez-vous sur la base SIGILLA ce mars pour voir les ajouts quotidiens !

Pérégrinations de trois stagiaires : De la matrice au moulage, la mémoire du sceau

  • Cécile JUTEAU
  • Maylis FROMONT
  • Corentin DELATTRE

La base de données SIGILLA accueille de nombreux contributeurs, qui permettent de l’enrichir d’années en années. Les trois stagiaires du master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers que nous sommes, ont ainsi été invités à effectuer ce travail. Historiens et historiens de l’art, une telle tâche a sollicité nos connaissances, tout en nous faisant découvrir ou approfondir d’autres disciplines, telles que la sigillographie, l’héraldique et la diplomatique. Notre première mission consistait à enregistrer les matrices de sceaux du musée Sainte-Croix de Poitiers. La seconde était de compléter le catalogue Eygun sur la base de données. Durant deux mois, une étude des photographies de matrices ou de moulages, approfondie par la consultation de catalogues et dictionnaires, nous a permis d’ajouter des centaines de fiches sur SIGILLA. La découverte de matrices de toutes formes et de toutes époques nous a fait entrer dans le monde du sigillant. Le contexte matériel de l’objet sceau, dit son importance et trace son histoire. L’observation de moulages aux tailles et aux motifs variés, fait voyager entre les multiples sigillants. De l’outil qui laisse l’empreinte à l’objet qui le fait vivre plus longtemps, le sceau possède une signification forte, c’est ce que nous avons eu l’occasion de constater durant notre stage.

Les matrices que possède le musée Sainte-Croix de Poitiers sont répertoriées par la S.A.O. dans un de leurs inventaires. En début d’année 1881, la Société des Antiquaires de L’Ouest (S.A.O.) publie à Poitiers ses mémoires de l’année 1880 (tome III de la deuxième série). Dans la dernière partie de l’ouvrage, un inventaire des sceaux et des matrices du musée de la S.A.O. est mis en avant. Beaucoup de ces sceaux proviennent de la collection Bonsergent, riche en documents issus des terres du Poitou. Les sceaux sont classés par siècle, eux-mêmes répartis en deux catégories : les sceaux ecclésiastiques et les sceaux laïcs. La S.A.O. a réalisé un autre inventaire des collections de moulages de sceaux présents sur Poitiers, mais nous n’avons pas de traces aujourd’hui de ces moulages, théoriquement entreposés aux archives municipales de Poitiers.

La collection de matrices de sceau du musée Sainte-Croix de Poitiers constitue une des plus importantes collections de matrices de France. Un certain nombre de ces objets date de la période médiévale. Ces matrices sont issues des collections de la S.A.O., transférées au musée Sainte Croix lors de sa construction mais aussi aux archives départementales de la Vienne et à la Médiathèque François-Mitterrand. Ces dernières sont également bien connues dans le catalogue d’Eygun et certaines se démarquent par leur aspect inédit dans Sigilla, comme l’exemple de la matrice d’Edouard III citée plus bas. Les matrices peuvent être celles de personnalités religieuses, comme celles de grands laïcs ou parfois même de personnages plus communs. Certaines n’ont pu être véritablement identifiées, souffrant d’un manque d’informations saisies dans le catalogue et dans les études fournies par la S.A.O., ainsi que d’un état empêchant toute lecture épigraphique.

[Matrice d’un sceau d’Edouard III d’Angleterre, comme comte de Poitou à Lusignan. Crédits photos : Christian Vignaud, Musée Sainte-Croix de Poitiers]

La collection compte parmi ses matrices plus récentes, de grandes personnalités, telles que le cardinal de Richelieu, ministre de Louis XIII. Des plus récentes encore datent de l’époque contemporaine, des périodes révolutionnaires, impériales, et républicaines, périodes durant lesquelles les sceaux institutionnels foisonnent. Concernant la collection médiévale, nous pouvons notamment citer un sceau-type précédemment non identifié sur la base de données, apparenté à Edouard III, mais aussi à la ville de Lusignan. Identifié dans d’autres travaux plus anciens, soulignant au passage la complexité du travail sur la  base de Sigilla, il s’agirait d’un sceau d’Edouard III, comme comte de Poitou, de passage à Lusignan autour de 1360-1370. Les armoiries présentes sur les sceaux représentent de véritables programmes politiques, faisant de l’objet sigillographique un élément personnel supportant les revendications de son détenteur.

Certaines matrices peuvent pourtant concerner le même titre sur plusieurs générations, comme celui du sergent de l’abbaye de Saint-Maixent, présentant une continuité chronologique, bien que l’impossibilité d’une datation exacte, en dehors des propositions de datation issues d’Eygun, de Douet d’Arcq, ou de la S.A.O, complexifie toute étude historique et sigillographique. Ces matrices représentent un élément important dans l’étude de l’histoire du Poitou médiéval et de ses régions avoisinantes, puisqu’on y retrouve d’importantes familles seigneuriales, d’importants établissements religieux, permettant d’étudier la représentation de leur pouvoir à travers les objets et une étude héraldique. Il y a un réel avantage pour le musée Sainte-Croix de s’intéresser et de valoriser sa collection de matrices de sceaux, non seulement pour la période médiévale mais pour les périodes plus récentes, puisque sans cette fondamentale histoire sigillographique, un ensemble de l’histoire du Poitou resterait inconnu du public.

La tradition sigillographique de la ville de Poitiers est importante, grâce au laboratoire de recherches du CESCM, par le biais du travail archivistique, du travail associatif de la S.A.O. et le concours du musée Sainte-Croix, offrant l’accès à ces matrices. Ce nouvel intérêt pour ses propres collections sigillographiques se manifeste principalement par le nouveau référencement de ces matrices, combiné à l’intégration de ces dernières dans des bases de données, menant à croiser les sources pour permettre une approche synthétique pour chacun des sceaux types.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search