Récapitulatif des activités SIGILLA du janvier à juin 2024

Ce premier semestre 2024 a été largement occupé par la réécriture de la base SIGILLA. Nous espérons que vous prendrez le temps de feuilleter la nouvelle base, en ligne depuis 19 juin, et de découvrir ses fonctionnalités.

Parallèlement à ce chantier, l’équipe a continué à assurer de formations et a accueilli quelques nouveaux contributeurs.

La collecte des sceaux aux Archives départementales de la Haute-Vienne a commencé au début de l’année 2024, dans le cadre d’un stage confié à un étudiant de master II de l’université de Nantes, par la formation à la saisie au sein des archives. Plus de 150 empreintes ont été ajoutées à la base.

Une nouvelle collaboration a été initiée avec l’Université de Lille. Les premiers contributeurs se sont vu confier une partie de la collection de la Flandre. Ils n’ont pas seulement saisi les moulages présents dans la catalogue, mais aussi les empreintes originelles conservées aux AD du Nord. Un travail passionnant et le début d’une collaboration fructueuse !

La saisie de la collection Artois a elle aussi fait d’importants progrès au cours du mois de mars grâce au travail de plusieurs étudiants contractuels. 251 moulages ont été ainsi saisis.

Plusieurs formations de nouveaux stagiaires poitevins du CESCM ont également eu lieu. Ils poursuivent le traitement des fonds des Archives municipales de Poitiers et parallèle de la collection Eygun. Ces travaux continueront durant l’été.

Un collaborateur a aussi pu être engagé pour plusieurs mois afin de poursuivre le travail initié sur la numérisation 3D de sceaux dans le cadre d’un financement de la DRAC de la région Centre. Il avait pu réaliser la numérisation de près de 100 sceaux. Ces images 3D sont désormais à admirer sur SIGILLA dans notre nouveau viewer 3D ! A consulter sans modération !

En mai, l’équipe a accueilli une collègue de l’Institut Arthur Piaget de Neuchâtel en Suisse. Cet institut pour la valorisation historique de Neuchâtel est porteur du nouveau projet SigiSuisse qui engage à son tour la collecte de sceaux conservés en Suisse romande. Ce projet de collaboration a été lauréat des financements Globel Seed Fund attribués par PSL. Notre collègue a pu être formée à Strasbourg et à Paris à la collecte et à la saisie des sceaux afin de pouvoir encadrer le nouveau réseau suisse. Vérifiez régulièrement la base : vous y trouverez bientôt quelques sceaux suisses !

Suite à la mise en ligne de la nouvelle version de la base, plusieurs présentations ont été organisées. Un atelier de saisie a déjà également eu lieu à Strasbourg et plusieurs entre vous ont pu ainsi découvrir le nouveau SIGILLA.

Si l’interface demande encore quelques petits aménagements esthétiques et pratiques pour retrouver l’élégance et l’ergonomie de notre précédente SIGILLA, la nouvelle structure de la base, portée par un laboratoire du CNRS, est désormais très solide et bien plus adaptée aux besoins et possibilités des humanités numériques, prête à interagir avec de nombreuses autres ressources documentaires numériques concernant la diplomatique, l’héraldique, la prosopographie, etc.

Nous tenons à remercier encore une fois Biblissima + qui nous soutient dans ce projet, l’IRHT pour l’accueil réservé à notre base, et bien sûr son développeur sans qui nous n’aurions pu rien faire !

Le fonds sigillographique de Haute-Vienne

  • Cyril AUXEPAULES

Universis presentes litteras inspecturis. Nos, stagiarius, salutem…

Voilà peu ou prou la formule de suscription que j’aurais utilisée si, par quelque opération magique, et par un anachronisme linguistique, j’avais effectué mon stage au sein de l’officialité de Limoges entre 1200 et 1400. Cependant, l’histoire suivant son cours, ce sont bien les Archives Départementales de la Haute-Vienne qui m’ont accueilli, en janvier et février 2024, dans le cadre de mon master de recherche en histoire médiévale, parcours Sociétés, Cultures, Échanges, sous le patronage du CRHIA, à l’université de Nantes. La mission qui m’a été confiée est l’étude du fonds de sceaux (estimé à 2000 pièces, du XIIe au XVIIe siècles, avec une nette majorité issue des XIVe-XVe siècles) en vue de leur intégration à SIGILLA. Je tiens à remercier les équipes des ADHV et de SIGILLA pour leur confiance.

Les empreintes que j’ai rencontrées avaient, pour la plupart, déjà fait l’objet d’un inventaire précis dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, surtout par Philippe de Bosredon, Maurice Ardant et Louis Guibert. Il en est qui semblaient inédites, ou dont je n’en ai en tout cas pas retrouvé trace dans la littérature dédiée. Certains sceaux-types entrent dans les deux catégories, à l’instar de ceux employés par l’officialité de Limoges, assurément les plus nombreux (près de la moitié de mes saisies). Ces séries d’empreintes et de contre-empreintes ont constitué un piège facile pour le débutant que je suis, du fait de la constance de leur iconographie.

Ci-dessus, une empreinte de ladite officialité, datée de septembre 1322, que l’on décrit ainsi : évêque debout, vu de face à mi-jambes, mitré, crossé et bénissant. On lui trouve pour légende : + SIGILLVM CVRIE LEMOVICENSIS. Ce dessin, je l’ai retrouvé sur plus d’une vingtaine de sceaux… Pourtant, tous ne sont pas issus de la même matrice : certaines empreintes accusent d’une hauteur de 45mm (leur usage semble prédominer à partir de 1320), d’autres de 40mm (à partir de 1280). À cette difficulté s’ajoute celle de leur emploi, puisque les deux se chevauchent tout au long du XIVe siècle ; le siècle précédent voit le second se mêler à un tiers sceau, lui, d’environ 35mm, exclusif au XIIIe siècle. La mesure de chaque empreinte est un premier moyen de différenciation, mais elle peut se heurter au cas, hélas majoritaire, des sceaux incomplets et usés. Et bien sûr, des surprises peuvent toujours apparaître : l’empreinte donnée pour exemple ci-dessus mesure quant à elle 35mm de haut. C’est justement dans ce cas de figure que l’analyse de la contre-empreinte, lorsqu’elle est disponible, peut se révéler d’une grande aide, sans qu’elle soit, loin de là, une valeur sûre.

Contre-sceau Officialité de Limoges – Ad 87 – H SUP LIMOGES B 337 (3)

Voici la contre-empreinte qui semble avoir été majoritairement employée par l’officialité. On la décrira comme une main bénissante dans un nimbe crucifère, tandis que sa légende indique Manus Domini. L’institution a eu principalement recours à ce dessin entre 1239 et 1346. Il a été reproduit sur au moins trois matrices, que quelques millimètres distinguent en taille. Un autre dessin s’impose ensuite de 1336 à 1346, deux mains qui s’étreignent, légendé Dominvs mevs. Encore une fois, les deux illustrations se juxtaposent, mais la seconde est la plus fréquente sur la période qu’elle couvre : c’est ainsi que la présence de l’une de ces contre-empreintes peut aider à déterminer le sceau-type employé pour l’avers. Bien sûr, il n’y a pas de règle en la matière et des contre-exemples sont légion. Néanmoins, un examen attentif de la pièce, de l’acte auquel elle est appendue, le tout soutenu par une recherche bibliographique et la vigilance de Mme Kasteleiner ont permis, dans les cas que j’ai croisés, d’identifier chaque sceau.

Officialité de Limoges – Ad 87 – H 115

Formation à la base SIGILLA en Haute-Vienne

La nouvelle année vient de commencer, et notre équipe était déjà sur la route ! Une formation en hybride a été donnée à une archiviste et à un stagiaire à Limoges aux Archives départementales de la Haute-Vienne ce 8 janvier passé. Le matin se consacrait à l’utilisation de la base SIGILLA et dans l’après-midi a eu lieu un atelier pratique avec quelques sceaux conservés sur place. Nous avons déjà trouvé deux nouveaux sceaux-types et avons hâte de voir le reste !

Ils débuteront prochainement la saisie des sceaux limousines – vous pouvez les consulter et suivre le progrès dans la base SIGILLA !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search