Inventaire des sceaux aux AD 57 désormais en ligne !

La sigillographie mosellane se complète ! Un inventaire des sceaux conservés aux archives départementales de la Moselle a été rédigé dans les années 80 et 90 par l’archiviste Gilbert Cahen. Cet inventaire décrit tous les sceaux des fonds départementaux en quatre tomes qui comprennent les sceaux des souverains, des laïques et des ecclésiastiques.

L’inventaire a déjà fait objet d’une intégration dans la base SIGILLA en été 2021. Les archivistes de la Moselle sont actuellement en train de compléter ces fiches avec plus d’informations et les images correspondantes. (Lisez plus sur leur travail ici.)

L’inventaire de Cahen est désormais disponible à télécharger sur le site des archives départementales de la Moselle. Nous vous invitons à feuilleter les quatre tomes et à plonger dans la sigillographie de la Moselle !

Belles découvertes à toutes et à tous !

Saisie de la collection des sceaux des archives départementales de la Haute-Marne à partir des travaux d’Alphonse Roserot

  • Marion Stéphan

L’inventaire des sceaux conservés aux archives départementales de la Haute-Marne n’a encore jamais été fait. Alphonse Roserot, archiviste du département de la Haute-Marne, a réalisé, entre 1887 et 1897, un inventaire de la série G. Ce travail, compilé dans un petit carnet bleu, nous permet néanmoins d’avoir une liste quasiment complète des sceaux conservés. C’est à partir de cet inventaire que nous avons commencé nos saisies. Cependant, pour appréhender ce travail, il est primordial de se tourner vers les trois collections de moulages produites à partir des empreintes conservées sur place.

La première est celle du comte Paul de Fleury (1839-1924), archiviste-paléographe qui devient directeur des archives de la Haute-Marne en 1866 à sa sortie de l’École des Chartes. Il procède ainsi au moulage de 327 empreintes, produisant à la fois un moulage en creux et un moulage en relief. S’il prend soin de numéroter ses moulages, l’inventaire de Fleury est presque inutilisable. En effet, 329 moulages sont sans référence aux originaux et les deux types de moulages, en creux et en relief, sont numérotés différemment et il n’existe pas de table de correspondance.

Moulages de la collection Fleury, Ad 52, (c) Philippe Jacquet

Les moulages en creux sont toujours conservés à Chaumont. Cependant, leur état ne permet pas de les exploiter pleinement et encore moins de les ajouter à Sigilla. Nous les mentionnons dans nos notices empreintes quand cela est possible.

Après Fleury, Roserot décide à son tour de produire une collection de moulages à partir des empreintes. Il ne s’appuie pas sur les premiers travaux de Fleury, même si nous savons qu’il en avait connaissance car il le mentionne rapidement dans son carnet. Il fait le choix de produire des moulages en cire contrairement à Fleury qui avait choisi le plâtre.

Par la suite, en 1919, la collection des moulages de Roserot entre aux Archives nationales. Elle est accompagnée de son carnet de travail, de fiches de notes qui reprennent de manière plus lisible les indications du carnet. Nous trouvons aussi une série de planches photographiques des moulages.

Cependant, une difficulté apparaît. Roserot a attribué des numéros aux sigillants dans son carnet au fur et à mesure de ses recherches, regroupant parfois plusieurs empreintes sous un numéro et faisant des rappels. Quand il reprend ses notes sur de plus grandes fiches il fait le choix de classer les sigillants selon leur statut, notons que les sigillants ecclésiastiques n’y apparaissent pas.

Par la suite, Auguste Coulon réalise l’inventaire des sceaux de la Bourgogne puis de la Champagne, entre 1920 et 1930, pour lequel il s’appuiera sur les travaux de Roserot.

Les indications de Roserot et Coulon sont complémentaires, ce dernier faisant référence aux moulages du premier dans ses nombreuses notices.

Hubert Flammarion s’est intéressé à la collection des sceaux de la Haute-Marne et a rassemblé les informations issues des différentes collections. Son travail nous est d’une grande aide dans notre saisie. En effet, les cotes des actes ont pu changer entre Roserot et Coulon, mais Hubert Flammarion en donne la cote actuelle ce qui simplifie nos recherches. De même, il a rassemblé les empreintes de Coulon et Roserot en un document unique, ce qui permet de voir que Roserot en a oublié certaines, mais qu’il a aussi pu en voir des complètes, là où Coulon, arrivé plus tard, n’a vu que des fragments. Les nombreuses indications manuscrites dans le catalogue de Coulon permettent de compléter nos notices Sigilla avec des moulages et empreintes issus d’autres catalogues et ainsi de mettre en ligne les notices les plus complètes possibles.

En pratique, comment avons-nous organisé notre saisie sur Sigilla ?

Le cas de Jean II de Thil, seigneur de Châteauvillain

Tout d’abord, nous nous appuyons sur la notice de Coulon (n° 284 et bis), deux empreintes sont mentionnées. La lecture des fiches de Roserot puis de son carnet (n° 555) nous permet de constater qu’il ne fait référence qu’à une empreinte, la seconde mentionnée par Coulon. Le numéro du moulage (n° 111) est retrouvé grâce au fichier de Flammarion. Coulon indique bien le moulage de Roserot, mais d’après les fiches il ne serait pas issu de la même empreinte. Les deux actes et leurs empreintes sont donc ajoutés à Sigilla. Le nom du sigillant est corrigé, Roserot ayant indiqué Jean IV de Châteauvillain. La lecture du travail de Flammarion permet de confirmer les cotes données par Coulon et Roserot. Enfin, une note manuscrite dans Coulon indique le moulage de la collection Supplément qui permet d’ajouter un nouveau sceau-type pour Jean II de Thil.

Gautier d’Écot, sceau détaché, Ad 52 – 24 Fi 14, (c) Philippe Jacquet

Parmi les empreintes repérées, nous pouvons citer celle du sceau de Gautier d’Écot, cette empreinte détachée est mentionnée par Coulon, mais pas par Roserot. Elle présente un personnage vêtu d’un court manteau à capuche, un pèlerin (ou « scot ») en référence au nom de famille du sigillant. Ce même personnage se retrouve sur les sceaux de deux autres membres de la famille, Geoffroy et Blanche, dont les sceaux sont connus par des empreintes conservées aux Ad 52. Là encore, ces empreintes n’étaient pas mentionnées par Roserot et c’est la lecture de Coulon qui permet d’en avoir connaissance.

Simon d’Ambonville

Simon d’Ambonville, sceau détaché, Ad 52 – Sceau détaché n°77, (c) Philippe Jacquet

Autre empreinte qui nous semble intéressante, celle du sceau de Simon d’Ambonville (fin du XIVè-début du XVè), abbé de Montier-en-Der. Deux armoiries sont représentées, celle à gauche, à quatre faucilles semblent être celles de l’abbaye. Une faucille se retrouve également sur le sceau secret de l’abbé Ferry en 1318 (Bourgogne n° 1388). Une crosse est posée en pal sur l’écu et non à l’intérieur ou derrière comme c’est le plus souvent le cas. Les armes de droite n’ont pas été identifiées.

Une couverture photographique des empreintes aux archives départementales de la Haute-Marne et des moulages aux archives nationales permettra de compléter ce travail. Rendant ainsi accessible le travail des chercheurs et érudits s’étant intéressés successivement aux sceaux des archives départementales de la Haute-Marne.

Compte rendu de la saisie de l’« Inventaire des sceaux des Archives départementales des Vosges : Série G » sur la base SIGILLA

  • Ugo Lemou
Sceau du cardinal Pierre V d’Ailly, Ad 88 – G 270 (1415), (c) Ugo Lemou

En 1919, le conservateur du musée départemental et des Archives départementales des Vosges, André Philippe, publie l’inventaire des sceaux des Archives départementales des Vosges concernant la série G, après en avoir classé et inventorié les documents. Dans cet inventaire, ce ne sont pas moins de 670 notices qui sont rédigées dans lesquelles plus de 950 empreintes de cire ou de papier sont référencées.

Plus de cent ans après la constitution de cet inventaire sur papier, ce dernier voit ses informations transférées sur la base numérique Sigilla à partir de la fin de l’année 2020. Ce travail s’est déroulé en plusieurs étapes complémentaires.

Dans un premier temps, ces données ont été indexées de manière brute sur la base, une saisie de masse qui a eu le mérite d’établir des bases solides pour les étapes suivantes. Par la suite, ces données ont pu être complétées et corrigées par l’intermédiaire de différentes missions de dépouillement des sources effectuées directement sur place aux Archives départementales des Vosges. Ce dépouillement a également permis d’entamer une large couverture photographique des documents et particulièrement des sceaux et autres cachets qui leur sont apposés. Ces longues heures passées aux Archives départementales des Vosges ont permis en outre de dresser un constat sur l’état actuel des documents et des sceaux qui en plus de cent ans a considérablement évolué. En un peu plus d’un siècle, beaucoup d’empreintes référencées par André Philippe se sont fortement détériorées, certaines étant parfois à peine manipulables, d’autres ont même tout simplement disparu. Ce dépouillement a été aussi l’occasion de constater que certains documents ont changé de cote et ne sont plus conservés dans les mêmes liasses par rapport au classement d’André Philippe. Enfin, un long travail de retouche photographique a été nécessaire pour qu’une fois publiées sur la base, les images soient les plus lisibles possible.

À première vue, entre toutes ces disparitions et ces détériorations de sceaux, les résultats paraissent bien décevants, mais il n’en est rien.

Certaines empreintes ont été découvertes, André Philippe n’y faisant pas allusion dans son inventaire. De très belles empreintes nous sont parvenues et ont permis de compléter certaines informations manquantes et/ou mettre en avant la variété des empreintes, des attaches, des cires, des couleurs… utilisés par un même sigillant. Cette complémentarité est exacerbée par l’interface de la base Sigilla qui permet en coup d’œil de voir toutes les empreintes référencées et photographiées parfois dans d’autres fonds d’archives. De même, les photographies des sceaux-types permettent d’examiner rapidement les modifications, les ajouts ou les retraits qu’ont reçus les sceaux au fur et à mesure de la vie ou de la carrière des sigillants (personnes morales, physiques, institutions…).

Il reste encore un peu de travail à effectuer sur cette série G. La couverture photo menée, bien que déjà conséquente, n’est pour autant pas encore achevée. Il ne reste qu’à espérer que ce travail pourra être poursuivi prochainement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search