Un outil médiéval pour le présent et l’avenir

  • Philippe JACQUET

L’Histoire ne cesse de nous lancer des clins d’œil. Il est amusant de penser que la dernière modification constitutionnelle est scellée du grand sceau de la République, actant ainsi une avancée sociétale majeure par un dispositif vieux de plusieurs milliers d’années. En effet, la modification constitutionnelle portant sur le droit des femmes à l’avortement a été scellé par Monsieur Eric Dupont-Moretti, ministre de la Justice, Garde des sceaux en présence de Monsieur Emmanuel Macron, président de la République Française. En regard, le sceau de la République est encore très jeune puisqu’il est né à l’issue de la Révolution française pour succéder au grand sceau royal.

L’usage du sceau est l’apanage du Moyen-âge avec un foisonnement d’iconographie. Passé en désuétude au seizième siècle, l’usage du sceau s’est restreint à quelques cas au dix-huitième siècle, la Révolution Française a naturellement réformé son application. Depuis cette époque, l’apposition du sceau sur les lois ne constitue pas une formalité nécessaire à leur validité. Le symbole est pourtant resté important et il est intéressant de suivre la progression qui aboutit à l’usage actuel.

En aout 1792, au lendemain de la déposition du roi, un premier décret définit l’iconographie comme « une figure de la Liberté, armée d’une pique surmontée du bonnet de Liberté et pour légende : au nom de la nation française ». Un second décret amenda le précédent en précisant « Une femme appuyée d’une main sur un faisceau, tenant de l’autre une lance surmontée du bonnet de la Liberté. » tout en étendant son utilisation à l’ensemble des corps administratifs et en légiférant sur l’application du timbre sec sur les exemplaires imprimés qui remplaceront désormais les expéditions en parchemins et sceaux pendants. Plusieurs autres décrets ont précisé certains points (appellation du bonnet, cachets similaires, etc.).

Figure 1 : Sceau de la Première République (moulage)

Malgré l’absence de sources concernant la gravure des matrices, il est convenu d’attribuer leur réalisation à Augustin Dupré (1748-1833), graveur général des Monnaies de France. Conformément au décret initial, sous l’exergue « AU NOM DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE », l’allégorie de la Liberté est incarnée par une femme drapée à l’antique et de façon récurrente, le bonnet phrygien (ou bonnet de la Liberté) et le faisceau de licteurs rappellent par l’image la volonté de liberté et de pouvoir du peuple français (figure 1). Deux éléments sont ajoutés, le cordons d’étoiles ainsi qu’un socle gouvernail. Dans la lignée des travaux d’Augustin Dupré, ce gouvernail s’interprète facilement comme l’activité du gouvernement. Yves Metman, quant à lui, souligne le parallèle du cordon de quatre-vingt-trois étoiles avec les quatre-vingt-trois départements initialement créés. En 1793, ce cordon fut vainement contesté par Charles-Gilbert Romme (1750-1795) qui n’y voyait que la division, là où Fabre d’Eglantine exaltait l’indivisibilité de la République. Cette matrice, finalement confiée au Directoire fut très peu utilisée, on conserve néanmoins la trace du paiement de quatre boites en argent pour l’usage diplomatique[1].

En 1848, dans un contexte politique complétement différent, le retour de la République impose le renouvellement de l’image du pouvoir. Les débats autour de son iconographie imposent la représentation de la Liberté assise, suivant l’arrêté du 8 septembre 1848 :

« À l’avenir, le sceau de l’État portera, d’un côté, pour type, la figure de la Liberté, et pour légende, au nom du Peuple Français ; de l’autre côté, une couronne de chêne et d’olivier, liée par une gerbe de blé; au milieu de la couronne, République française, démocratique, une et indivisible ; et pour légende, Liberté, Égalité, Fraternité »[2].

Le projet de Jacques-Jean Barre graveur à la Monnaie de Paris est ainsi accepté et réalisé par celui-ci qui signe la matrice (en bas à droite)[3]. On note l’abandon du bonnet de la Liberté et l’apparition de symboles comme l’urne du suffrage universel (S. U.) et ceux des arts, de l’agriculture de l’industrie et de la culture (figure 2,3 et 4).

Figure 2 : Projet de J-J Bare
Figure 3 Gravure définitive, Moulage Douet d’Arcq n°149
Figure 4: Matrices (en leur état actuel)

Lors de sa création, la date portée au bas de la matrice est le 28 février 1848, date de la proclamation de la Deuxième République par Alphonse de Lamartine. Elle sera remplacée par celle du 4 septembre 1870, date de l’adoption de la Troisième République. L’effacement de cette dernière date (visible sur les images) sera la dernière modification que subira cette matrice. Cette adaptation, décidée par la Quatrième République est [pour l’instant] définitive. Dans une remarquable continuité que l’on peut considérer symbolique, la Cinquième République scelle ainsi avec une matrice dessinée et gravée depuis plus de 175 ans et adaptée progressivement.

Actuellement les matrices de la République et la presse à sceller sont conservées dans le bureau du ministre de la Justice, Garde des sceaux, à l’hôtel de Bourvallais. La presse, de petite taille en laiton, est celle, commandée par Cambacérès en 1810. Un meuble précieux lui sert d’assise et les matrices prennent place dans un coffret d’ébénisterie (figure 5 et 6). Quatorze documents ont fait l’objet d’un scellement sous la Cinquième République. Tous sont appendus sur un lien tricolore, les neuf premières empreintes sont de couleur jaune, les cinq derniers sceaux sont de couleur verte[4].

Figure 7 : Michel Monnerie, chef d’atelier du service des sceaux pendant les essais préalables

Disposer de l’outil est nécessaire, maîtriser le processus technique de scellage est essentiel pour réussir l’apposition d’un sceau parfaitement conforme. Alors qu’avec le temps, le savoir-faire s’est dilué progressivement[5], les nouvelles exigences médiatiques ont réclamé une cérémonie publique sans aléa. A l’occasion de la loi constitutionnelle sur l’union Européenne en 1992[6], Il a été décidé de réactualiser les modalités techniques nécessaires à l’acte. Victimes d’un entretien abusif par des produits agressifs, les matrices ont été dans un premier temps réavivées par les graveurs de la Monnaies de Paris. Ensuite l’ensemble, presse et matrices, s’est vu confié au Service des sceaux des Archives nationales[7] pour étudier et vérifier la mise en œuvre. Rendu accessible, de nombreuses manipulations, ont pu être effectuées et consignées pour la réussite de l’opération. A l’issue de plusieurs jours de manipulation, Michel Monnerie a ainsi défini les paramètres d’usage, la composition de l’alliage de cire et tous les éléments nécessaires à la réussite de l’opération (figure 7). Tous ces éléments ont fait l’objet de plusieurs publications[8] qui restent la référence en la matière. Parallèlement, une campagne photographique en a été réalisée[9].

La grande Histoire nous apporte ainsi l’aspect factuel de cette permanence de la concrétisation du pouvoir de l’état. Une abondante bibliographie en consacre l’importance[10]. Autour de ce geste solennel, et de ces objets investis d’un pouvoir symbolique, la petite Histoire foisonne d’évènements qui se rapportent oralement. Deux anecdotes, pourtant, méritent d’être rappelées.

Aux heures sombres de la seconde guerre mondiale, dans la désorganisation générale, un haut fonctionnaire fut chargé de transporter les matrices pour éviter leur détournement ou leur vol. En peu de temps, celui-ci s’est retrouvé bloqué à Orléans. Il déposa alors à la conciergerie du Tribunal de Grande instance, avant de pourvoir continuer sa route. Un mois plus tard, le calme revenu, et l’administration remise en place, le même haut-fonctionnaire, tranquille, revint reprendre son « précieux bagage » resté intact dont le concierge ignorait le contenu et déchargeant celui-ci de sa fonction inattendue de Garde des sceaux mais qui évita sans le savoir la perte des matrices.

Quelques années plus tard, le texte de la constitution de la Cinquième République fut scellé le 6 octobre 1958 par Michel Debré, ministre de la Justice et père de la constitution. Il en gardera un souvenir aussi particulier qu’inattendu ! Au moment de la mise en forme du sceau, le mauvais usage de la cire[11] et de la presse provoquèrent un puissant jet de cire [brûlante] qui macula le complet du Garde des sceaux. Beaucoup s’amusèrent de l’incident heureusement sans gravité quand d’autres ironisèrent sur un hommage de la République au rédacteur de sa constitution.

Le temps ne s’arrête pas, l’histoire non plus. Il est vraisemblable que la résurgence de cet usage et des outils associés se maintiennent tant le symbole est prégnant et insère des textes contemporains ou précurseurs dans la tradition.  Ainsi nous est rappelé que, loin des modes et des nouveautés aussi éphémères que futiles, l’apposition du sceau, méthode ancienne validée par des siècles d’utilisation, est d’une étonnante modernité en garantissant la vie publique actuelle.

Figure 8 : Presse avec les matrices

[1] Commandées à Gaultier, marchand orfèvre de la rue du Bac à Paris, ces boîtes furent payées près d’un an plus tard (Cf. Pierre-Dominique Chenet, Les procès-verbaux du Directoire, t. 1, p. 106).

[2] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4435896s

[3] La gravure est effectuée sur un bloc cylindrique d’un kilogramme d’argent

[4] La couleur verte peut s’interpréter comme un contre-sens historique. En opposition à l’usage royal, la République scelle en rouge ou en jaune. La couleur verte, couleur utilisée par le roi pour marquer un acte perpétuel, est reprise en 1999. L’argument en est très discutable, aucun texte de chancellerie ne mentionnant cet usage. On peut tout au plus constater que la cire verte est plus facile à travailler.

[5]   Il s’est écoulé 11 ans entre l’apposition du sceau sur la Loi no 81-908 portant abolition de la peine de mort et l’apposition sur la loi constitutionnelle no 92-554 sur les Communautés européennes et l’Union européenne

[6] Loi constitutionnelle no 92-554 sur les Communautés européennes et l’Union européenne du 25 juin 1992

[7] Sous la direction de Madame Martine Dalas, conservatrice et de Monsieur Michel Monnerie Chef d’atelier

[8] Michel Monnerie, Sceller avec le Grand Sceau de l’État. Mode d’emploi, Histoire de la Justice, 7, 1994, p. 199 à 207.

[9] Philippe Jacquet/Ludimage toutes les images sont issues des archives personnelles de l’auteur.

[10] -Claire Bommelaer, « La Constitution sera scellée en public sur la presse commandée par Cambacérès », Le Figaro,‎ 7 mars 2024

-Maurice Agulhon, Marianne au combat : l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, 251 p.

Les constitutions de la France, 1791-1992. Exposition réalisée par le ministère de la justice et l’association « Expo 200 », Paris, 6 novembre-31 décembre 1992.

-Pascal Durand-Barthez, « Qu’est-ce que le Sceau de France ? », Histoire pour tous, no 22, février 1962.

-Guilhem Nave, Les textes constitutionnels de 1791 à 1995. Analyse technique des documents, Mémoire non publié, octobre 1996, 27 p.

-Marie-Adélaïde Nielen, « Le sceau de la Ve République », Revue de l’AMOPA, 161, juillet 2003, p. 27 à 29.

-Louis Rouvier, Les Sceaux de la Grande Chancellerie de France de 458 à nos jours, Marseille, imprimerie de la société du Petit Marseillais, 1935, 94 p. : 83-84. [Description du grand sceau et du petit sceau de la IIIe République].

-D. Vallet, « Le Sceau de France », La Vie judiciaire, 14-20 août 1989 et 21-27 août 1989, p. 5 suiv.

-Jean-Jacques Yvorel, « Déritualisation » et désacralisation de l’audience du sceau (xviiie – xixe siècles), Le

-Romane Laignel Sauvage, « Le grand sceau de France : un peu de cire et de la solennité [archive] », sur www.ina.fr, 5 mai 2024

[11] La méthodologie de l’époque conseillait à tort l’usage de cire liquide (60 / 70 ° C) !

Images inattendues de la Vierge

  • Philippe JACQUET
  • Avec mes remerciements à Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir

La saisie est une porte ouverte sur la recherche. Il n’est pas de stages ou de vacations sans qu’un renvoi d’informations ne soit produit et ne conduise à un regard augmenté sur le sujet. Aujourd’hui, Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir, deux étudiants qui travaillent pour Sigilla, interpellent sur les représentations de la Vierge sur les sceaux.

Anna Mikhalchuk est élève de la 2e année du diplôme d’archiviste-paléographe de l’Ecole nationale des chartes, diplômée de master recherche Histoire et Anthropologie des sociétés médiévales et modernes à Paris 1 Panthéon Sorbonne intègre les sceaux du fonds de Chaalis et Alexis Zennir est titulaire d’un Master Métiers de la Science du Patrimoine au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, il travaille l’acquisition en 3D des sceaux et leur intégration dans la base Sigilla. L’une et l’autre se sont confrontés à une image de la Vierge, que nous qualifierons d’inattendue.

Trois représentations sont principalement utilisées sur les sceaux. Le thème dit de la Vierge à l’enfant est certainement le plus courant. Cette iconographie est largement utilisée par les chapitres d’abbayes ou de cathédrales. De face, debout ou assise, la Vierge couronnée présente l’enfant Jésus, lui-même debout ou tenu par sa mère. Ses variantes sont innombrables. De la main bénissante à la tenue d’une fleur de lis, la mise en scène des personnages est quasi infini et les occurrences sigillographiques nous dévoilent un catalogue d’une richesse inégalée. La Vierge au manteau est un autre thème régulièrement développé par les institutions ecclésiastiques. La vocation protectrice de la Vierge est mise en avant par l’image de celle-ci, couvrant d’un large manteau les fidèles en prières. Aussi appelé Vierge de miséricorde pour la valeur de rassemblement et de pardon qu’elle porte, cette iconographie est plus stéréotypée et plus rare que la précédente. Les inventaires de sceaux mentionnent un troisième type de représentation, qu’il désigne comme Vierge en majesté. La Vierge est assise, seule, tenant une fleur de lis et la main gauche levée. Certains auteurs iront jusqu’à qualifier le geste de « bénissant de la main gauche » (sic !)

Un sceau, repéré dans le fonds de Chaalis[1] (figure 1) par Anna Mikhalchuk, nous oblige à revoir cette analyse. Il s’agit du sceau de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Il est décrit par Louis Douet d’Arc comme un sceau de majesté : Personnage, vu de face, assis sur un trône à têtes d’animaux, couronné, bénissant de la main droite et tenant un sceptre de la main gauche [2]

Figure 1: Sceau de l’Abbaye de Sainte-Geneviève de Paris (1193) Institut de France Domaine de Chaalis

Un examen plus attentif montre qu’en fait, la Vierge lève la main paume ouverte vers l’extérieur. Loin de la bénédiction, ce geste d’humilité symbolise la soumission et l’acceptation. En même temps, la gravure très marquée du vêtement que porte la Vierge attire l’attention par une orientation différente de l’usage et un graphisme que l’on peut rapprocher d’un œil. Ces deux éléments nous orientent vers un autre type de représentation : la Vierge parturiente. Cette iconographie est particulièrement rare, d’une part, en raison de la maternité dont la représentation pose problème à l’Église et d’autre part, à cause de l’interdiction de cette représentation par le Concile de Trente au XVIème siècle qui recommandait même leur destruction[3]. Dans le secret des archives, la difficulté de repérage des sceaux, le travail que nécessitait une revalidation des actes ont probablement évité la destruction de ces sceaux. Nous pouvons ainsi disposer de quelques images inattendues et aussi revisiter les choix symboliques de certains chapitres.


Le sceau de l’abbaye Notre-Dame d’Issoudun[4] est parmi nos recherches celui qui affirment sans équivoque la grossesse de Marie. Le premier sceau conventuel[5] appuie la soumission de la Vierge à son état en affichant les deux mains, paumes ouvertes devant elle (figure 2). Dans l’espace que délimitent bras et genoux, un très nette rotondité est gravée. L’usage du quasi triangle qui sert d’écrin à cette rotondité peut s’interpréter comme le rappel symbolique de la Sainte-Trinité. La gravure du deuxième sceau[6] conventuel accentue encore cette représentation[7]. Toujours assise sur un siège à protomés, La Vierge montre ses paumes de main et l’effet de triangle est renforcé par le dessin du vêtement. Un dessin supplémentaire est gravé sur l’abdomen de la Vierge (figure 3). L’état du sceau ne permet pas d’appréhender définitivement sa nature, mais il s’agit clairement d’une représentation symbolique de l’enfant Jésus dans l’utérus.


Par leurs gravures, ces deux sceaux insistent sur la situation de femme enceinte. A l’inverse, d’autres sceaux développant le même thème, privilégient l’aspect dogmatique de l’incarnation. La gravidité de la Vierge est moins marquée et celle-ci ne montre l’acceptation de son état que d’une main, tenant de son autre main une fleur de lis. En intégrant ce symbole, l’iconographie délivre le message de l’incarnation divine du Christ en présentant la Vierge, enceinte mais pure et soumise à la volonté divine. Un rapide pointage nous a permis de repérer une douzaine d’institutions, parfois importantes, utilisant cette iconographie (Figures 4, 5 et 6), une recherche plus étendue renforcera sans aucun doute ce corpus. Le nombre d’occurrences est certes très faible par rapport aux représentations de Vierge à l’Enfant mais il atteste de son usage courant au Moyen-Age.

Figure 7: Abbaye de Fontaine-les-Blanches (1471) Acquisition 3D (A. Zennir)

A l’occasion de cette recherche, nous avons constaté l’existence de multiples variantes de la représentation de la Vierge, plus ou moins uniques. Parmi ces iconographies Alexis Zennir a ainsi découvert puis effectué l’acquisition en 3D du sceau conventuel de l’abbaye cistercienne de Fontaine-les-Blanches en 1471 (Figure 7). Inédit jusqu’à maintenant, ce sceau est un véritable hapax sigillographique, il est malheureusement fragmentaire mais son iconographie reste préservée. Il associe la Vierge couronnée, debout, tenant l’enfant Jésus de son bras gauche avec l’image d’une Vierge de miséricorde couvrant de son manteau des moines en prières. Au travers de la symétrie que propose cette image, la protection et la dévotion de l’abbaye et des fidèles se voit confier à Marie, mère de Jésus. En ajoutant ce manteau protecteur, le Chapitre met en avant la valeur rédemptrice et protectrice de la Vierge tout en restant conforme à la prescription du Chapitre général de l’Ordre qui impose le thème de la Vierge à l’enfant comme iconographie du sceau conventuel[8].

Il est certain que la représentation de Marie tenant son fils Jésus est l’image la plus répandue et aussi la plus accessible à la compréhension des fidèles. Mais au travers de ces quelques exemples, on voit comment les graveurs ont transformé cette image en une vision plus large et plus profonde et comment ils ont su mettre en image les valeurs spirituelles ou dogmatiques que portent la Vierge au sein de l’Église.


[1] Fondation Jacquemart-André, Institut de France – Domaine de Chaalis 

[2] Abbaye Sainte-Geneviève de Paris – sceau – 1193/1276 | SIGILLA.

[3] Le thème de « la Vierge à l’Incarnation » est courant en Orient dès la première moitié du XIe siècle, dans toutes les formes de représentations. Le 25 décembre 1653, lors de sa dernière séance, le concile de Trente a définitivement proscrit cette représentation : « Le saint concile défend que l’on place dans une église aucune image qui rappelle un dogme erroné et qui puisse égarer les simples. Il veut qu’on évite toute impureté, qu’on ne donne pas aux images des attraits provocants ». Il s’en est suivi une destruction quasi-systématique des œuvres présentant la Vierge enceinte.

[4] Philippe Jacquet, Le sceau de Notre-Dame d’Issoudun, Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie Tome 83-85, 2013-2015 au Léopard d’Or

[5] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1185/1235 | SIGILLA

[6] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1448 | SIGILLA La consultation systématique des sceaux inventoriés a permis de constater que ce sceau daté de 1448 est issu d’une deuxième matrice plus récente qui diffère essentiellement par son style et l’ajout de rinceaux dans le champ. Faute d’éléments précis, il est impossible de dater précisément le changement de matrice. R. Gandhillon ne l’a pas décrit dans son inventaire des sceaux du Berry

 

[8] L’abbaye de Sainte-Hoïlde Abbaye de Sainte-Hoïlde – sceau – 1393 | SIGILLA et la seule abbaye cistercienne qui enfreint la règle en une vierge au manteau, iconographie réservée aux Définiteurs de l’ordre Définiteurs du chapître général de Cîteaux – grand sceau | SIGILLA

Conférence “De René Gandilhon à Sigilla : inventorier et découvrir les sceaux en Indre du XIXe siècle à nos jours”

Ce vendredi le 16 juin, Philippe Jacquet de l’équipe SIGILLA va donner une conférence sur les sceaux en Indre aux archives départementales à Châteauroux. A partir de 18h, il va nous amener à travers l’histoire de la sigillographie avec un focus sur les trésors sigillaires conservés à Châteauroux.

Cliquez ici pour plus d’informations sur cette conférence.

L’entrée est gratuite.

La ruche Sigilla

  • Philippe JACQUET

Signes de validation du Haut Moyen-Âge, les ruches sont bien connues de nos amis diplomatistes. Cette désignation imagée et suggestive pourrait progressivement venir incarner le travail de Sigilla et de ses contributeurs. La communauté Sigilla est de plus en plus nombreuse et bruisse de nouveaux apports. Les initiatives se multiplient, de plus en plus de dossiers sont mis à dispositions des chercheurs. Le mois passé est riche d’évènements.

Ce 30 mars, la tension était palpable dans l’amphithéâtre, Délia Préteux se prépare à soutenir, face à Thomas Huot-Marchand, président de l’Atelier National de Recherche Typographique et un jury spécialement réuni pour l’occasion. L’enjeu est la validation d’un 3e cycle de recherche (statut d’étudiant-chercheur) pour obtenir un Diplôme de spécialisation et d’approfondissement (DSA), Mention Recherche Typographique (Bac+7, 120 ECTS). L’épreuve est double, elle débute par un exposé formel d’une heure en amphithéâtre pour se conclure par une face à face de trente minutes avec le jury. Cette étape consacre une année de recherche et de travail intensif sur l’épigraphie du sceau et les méthodes de transcription possible pour les légendes des sceaux. Cette étude constitue le socle du module épigraphique qui viendra compléter la base Sigilla.

Délia Préteux a dominé et réussi cette épreuve avec brio, efficacité et concision en présentant à la fois une résolution générale de la problématique et des outils techniques pertinents. Toute l’équipe Sigilla félicite chaleureusement Délia pour obtention de son diplôme et nous remercions Mr Thomas Huot-Marchand de cette collaboration inédite et surtout passionnante.

Pendant ce temps, en région Centre-Val de Loire se prépare les insertions d’images 3D dans la base. Dans un premier temps, l’Indre, l’Indre et Loir et le Cher vont participer à cette saisie particulière.  A l’issue de plusieurs semaines de contacts auprès des directeurs concernés, la campagne d’acquisitions en 3D des sceaux débutera, fin mai, et se continuera courant juin sur les plus belles empreintes de la région Centre. Alexis Zennir, qui est déjà l’auteur des saisies 3D des empreintes des archives d’Indre et Loire opérera en Indre pour compléter les captations. Ce chantier est très prometteur, malgré son état embryonnaire. La 3D reste en effet le seul moyen de restituer le sceau comme objet unique interagissant dans un contexte multiforme.

Une nouvelle dynamique s’est aussi ouverte autour du fond de l’Abbaye de Chaalis (Oise). Détenu par la fondation Jacquemart André au sein de l’Institut de France, ces documents sont actuellement en restauration. Des demandes conjointes ont permis un montage inédit autour des sceaux. Conscient de l’intérêt du fonds et de son intégration dans Sigilla, L’Institut de France et l’atelier de restauration Coralie Barbe/Atelier du Lys nous ont contacté pour doubler la numérisation en cours d’une saisie efficace dans la base. La recherche opportune d’un stage par Anna Mikhalchuk, étudiante (médiéviste) de l’Ecole des chartes est venue compléter cette symbiose qui valorise le travail de chaque partenaire.

Léa Besson, Restauratrice de l’atelier du Lis et Anna Mikhalchuk, (c) P. Jacquet

Autre lieu, autre collecte, à Besançon, la collecte au sein des Archives départementales continue. Un atelier de perfectionnement à la saisie regroupant les étudiants contributeurs, leur encadrement et l’équipe Sigilla s’est déroulé pendant deux jours. Cette rencontre a été l’occasion de échangé sur des problèmes techniques et aussi de découvrir de nouvelles sources. Deux étudiants vont pouvoir collecter les matrices de la Bibliothèque Municipale de Besançon et les deux cents à trois cents sceaux des Archives municipales. Pendant les mois qui viennent, la collecte s’étendra jusqu’à Belfort, Héricourt et d’autres encore.… Nous sommes impatients de vous présenter les résultats de ces recherches.

aux AD 25, (c) P. Jacquet

En pointant les plus récentes actions, nous n’oublions pas tous les contributeurs qui travaillent avec nous parfois depuis des années, et le surnom de Ruche devient indissociable de la base Sigilla. A travers cette diversité et ce perpétuel renouvellement, nous voulons remercier tous nos contributeurs pour leur aide et en même temps, ouvrir nos portes à tous ceux qui voudraient nous rejoindre autour de la passion sigillographique.

Vous savez, nous n’avons que très peu de sceaux !

  • Philippe JACQUET

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette phrase en visitant des services d’archives ou des musées. Exprimé souvent avec des regrets, ce constat minimise l’importance du fond en le comparant à certains dépôts qui détiennent des milliers de sceaux. J’ai appris par expérience que ces petits fonds sont pourtant d’un intérêt extrême en apportant de véritables pépites sigillographiques. Les auteurs et les chercheurs ont souvent privilégié des sources où ils savent qu’ils trouveront à coup sûr la matière nécessaire à leurs travaux. Ainsi, les fonds volumineux dont les inventaires ont été publiés et pour lesquels nous disposons parfois des collections de moulages occultent un paysage sigillographique important.

L’appellation « petits fonds » -loin d’être péjorative- indique un volume qui oscille de quelques exemplaires jusqu’à une centaine d’empreintes. Les sceaux sont souvent bien repérés, souvent bien analysés mais leur existence est méconnue.

Henri de France, Am Tours AA 1, (c) P. Jacquet

Ma dernière expérience en la matière s’est déroulé aux Archives municipales de Tours, et elle illustre parfaitement cette situation. Le dépôt conserve une centaine d’empreintes qui ont été inventoriées, il y a une vingtaine d’années. Lors d’un repérage, l’acte AA-1 a attiré mon attention. Daté de 1141, il émane de Henri de France, trésorier de Saint-Martin de Tours, pour régler un différend avec les habitant de Tours. Henri de France est le fils de Louis VI le Gros, frère cadet de Louis VII le jeune, mort en 1175. Il a été successivement, archiclave de Saint-Martin de Tours, évêque de Beauvais et archevêque de Reims[1]. Le sceau appendu à l’acte est une très belle empreinte Henri de France – Am Tours – AA 1 | SIGILLA  Quasiment intacte, elle est liée au parchemin par des lacs rouges et verts. Il présente un buste de profil entouré de la légende + HENRICVS REGI [_] FILIVS. L’organisation générale du sceau laisse supposer qu’il s’agit d’une pierre antique sertie dans une monture où est gravée la légende.

L’emploi ou le ré-emploi de pierres gravées est tout à fait conforme à l’époque et l’usage qu’en fait Louis VII dans ces contre-sceaux à la fin de son règne rappelle l’importance que l’on prêtait alors aux pierres gravées antiques. La légende qui ne mentionne que son rang de fils du roi, ainsi que la date emploi du sceau [Henri n‘a alors que 19 ans] nous incite à penser qu’il s’agit de son premier sceau réalisé avant son entrée dans les ordres et qu’il a utilisé le temps de se faire graver une nouvelle matrice[2]. Il s’agit d’un élément majeur qui vient s’ajouter aux empreintes d’Henri de France déjà repérées[3].

J’ai volontairement mis en avant cette pépite, mais la consultation [partielle] m’a permis de pointer deux autres sceaux inédits de grands feudataires, sans compter les sceaux des maires de Tours aux XVème siècle. Je fais de cette petite chronique d’une visite aux Archives municipales de Tours, un plaidoyer pour l’exploration de tous ces petits fonds sans lesquels la sigillographie ne sera jamais complète.

Je remercie Monsieur Jean-Luc Porhel, directeur des Archives municipales de Tours, et son équipe de l’accueil chaleureux et bienveillant, qu’ils m’ont réservé.


[1] Henri de France | SIGILLA

[2] Il est à noter que seuls ses deux premiers sceaux mentionnent son rang de fils du roi de France. Dès son élection, comme évêque de Beauvais, il abandonne cette mention.

[3] Marie-Adélaïde, Corpus des sceaux français du Moyen Age – Tome 3 – Les sceaux des reines et des enfants de France, Archives nationales, Paris, 2011 ,  n° 53.

Journée d’études SigiAl

Lancé fin 2019 par le laboratoire ARCHE (Université de Strasbourg), le projet SigiAl* (Sigillographie de l’Alsace – un projet de sciences participatives pour répertorier et numériser tous les sceaux conservés en Alsace) arrive au terme de sa première phase. Pour célébrer le travail déjà accompli par les volontaires et présenter l’avancement du projet et ses premiers résultats, une journée d’études est organisée à Strasbourg le 24 juin 2022. Dans un cadre tout à la fois scientifique et festif, certains des volontaires présenteront leurs travaux et leurs études issues de la collecte des sceaux alsaciens. Jean-Luc Chassel Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, et Philippe Jacquet, créateur et co-responsable de la base SIGILLA, seront nos invités d’honneur.

N’hésitez pas à nous rejoindre pour une journée de découvertes et de discussions !
Tout le monde est le bienvenu !

Vendredi, 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel, Palais Universitaire,
9 Place de l’Université, Strasbourg

Participation gratuite

*SigiAl s’inscrit dans le cadre de l’Initiative d’Excellence et a bénéficié d’une aide de l’Etat au titre du programme Investissements d’Avenir, et a été soutenu par le ministère de la culture (DRAC – Grand Est)

SIGILLA chez Euroseal

Ces jeudi et vendredi passés, SIGILLA avait le plaisir d’assister au colloque Euroseal. En total, trois interventions portaient sur notre base de données, et nous avions l’occasion d’échanger sur quelques perspectives avec la communauté internationale sigillographique.

Laurent Hablot a montré la base SIGILLA avec toutes ses fonctions et ses nuances. Pour quelques-uns dans le public, c’était la première fois qu’ils ont vu toutes les possibilités de SIGILLA. Pour d’autres, il était l’occasion de voir quelques nouveautés tels que les numérisations en 3D ou la recherche héraldique.

Notre antenne alsacienne, SigiAl, représentée par Thomas Brunner et Olivier Richard, a décrit leur projet en sciences participatives. Ils ont discuté les enjeux et bénéfices d’une collecte de sceaux avec des volontaires et ont montré quelques résultats prometteurs.

La dernière intervention sous le signe de SIGILLA était donnée par Philippe Jacquet et Catherine Kasteleiner. Ensemble, ils ont montré comment rendre la base de données internationale et multilingue. Un appel à joindre un réseau international afin de réfléchir sur l’interopérabilité des bases existantes et définir le vocabulaire nécessaire a été lancé.

En tout, il était un colloque bien chargé d’idées, d’échanges et de perspectives. Nous remercions vivement Marc Libert des Archives générales du royaume de Belgique pour son organisation et son accueil à Bruxelles.

Voici quelques impressions :

Projet de transcription des légendes de sceaux

Dans le cadre des Journées Biblissima+, le programme SIGILLA a présenté ses travaux sur un projet de transcription des légendes de sceaux. Laurent Hablot, Philippe Jacquet et Délia Préteux ont introduit les enjeux, les difficultés et les pistes de travaux afin de concevoir un outil qui est capable de lire les légendes de sceaux. C’est un travail passionnant qu’il faut suivre jusqu’au but !

Restez à l’écoute ici sur le carnet hypothèses pour la suite !

Bulle d’or de Frédéric Barberousse aux Archives départementales de la Savoie

  • Philippe Jacquet
Bulle d’or de Frédéric Barberousse, Ad 73 – SA 176, avers

Ouvrir un carnet hypothèses est un évènement qui mérite un focus particulier et plusieurs dizaines de sceaux peuvent prétendre à cette mise en lumière. Objets rares mais aussi sujets de fantasmes, les chrysobulles, appelés plus couramment « bulles d’or”, appartiennent à cette catégorie des sceaux d’exception. Celle que nous présentons ici est d’ailleurs la première de ces empreintes mythiques qui est intégré à la base SIGILLA, ce qui justifie amplement notre choix.

En collaboration avec les Archives départementales de la Savoie et le soutien de Madame Sylvie Claus, directrice adjointe des Archives de la Savoie, la bulle d’or de Fréderic Barberousse est maintenant directement consultable sur Sigilla  Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176 | SIGILLA .

Ad 73 – SA 176

Dans ce document, surnommée bulle de Tarentaise et daté de 1186, Frédéric Barberousse confirme une très belle charte de 996 émise par Rodolphe III[1]. L’empereur investit Aymon II de Briançon, archevêque de Tarentaise, de droits régaliens et de possessions (étendues)  et les place sous sa protection[2].  Suivant la tradition de la chancellerie impériale, sous le texte, un floc de soie rouge est passé dans le repli et maintient la bulle appendue à l’acte. La face représente l’empereur couronné, sceptre et globe crucifère en main, issant d’une enceinte. Au revers, est figuré la ville de Rome. La gravure des matrices nécessaires à la réalisation de ces bulles s’est effectuée vers l’automne 1154 pendant les préparatifs du couronnement de l’empereur[3].

La tradition de la bulle d’or est d’origine byzantine. Reprise au Moyen-âge par la cour impériale, elle marque la grande importance et la solennité de l’acte et, par métonymie, donne son nom à l’acte lui-même. Son usage parcimonieux, quasi exceptionnel, dans l’occident médiéval en fait un objet rare et particulièrement précieux. Parmi les exemplaires les plus célèbres qui nous sont parvenus de ces bulles d’or impériales, il faut signaler la bulle conférant à l’archevêque de Lyon la souveraineté sur la ville  et l’intégralité des droits féodaux dans tout le diocèse à l’est de la Saône[4], ou plus tard ,la bulle de Charles IV, dite bulle de Metz et/ou de Nuremberg[5], qui précise les règles de succession impériale.

Outre les Archives de Savoie et celles citées ci-dessus, les Archives nationales de France et la Bibliothèque nationale de France, les Archives départementales du Nord conservent quelques autres exemplaires issus de différents empereurs

Bulle d’or de Frédéric Barberousse, Ad 73 SA 176, revers

D’un point de vue technique, la réalisation des bulles de Frédéric Barberousse est similaire à la méthode utilisée par les empereurs byzantins contemporains[6]. La bulle est réalisée avec une feuille de très faible épaisseur d’or allié à une petite quantité de cuivre et d’argent. Un tube formé avec ce métal assure le passage des liens, puis deux disques sont emboutis et sertis en enserrant les liens et leur guide puis soudés par brasure en périphérie. Il en résulte un objet creux très léger, entre dix et quinze grammes, qui utilise très peu d’or tout en lui conférant tout le prestige du métal précieux!

Fort de cette première intégration, SIGILLA a élargi la collecte aux autres chrysobulles citées dans les collections nationales de moulages et constitué ainsi un micro corpus centré sur ces objets exceptionnels. Nous remercions Madame Claus de nous avoir permis d’ouvrir ce nouveau champ d’investigations.


[1] Rodolphe III roi de Bourgogne – Ad 73 – SA 176 | SIGILLA

[2] Bulle d’or (1186) — Wikipédia (wikipedia.org)

[3] Sceaux et orfèvreries au temps de Frédéric Barberousse et d’Henri VI – Persée (persee.fr)

[4] AD Rhône, Chapitre primatial Saint-Jean, cote 10 G 1 – 3877

[5] Bulle d’or (1356) — Wikipédia (wikipedia.org)

[6] Le métal des chrysobulles (XIe-XIIe siècle) – Persée (persee.fr)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search