Images inattendues de la Vierge

  • Philippe JACQUET
  • Avec mes remerciements à Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir

La saisie est une porte ouverte sur la recherche. Il n’est pas de stages ou de vacations sans qu’un renvoi d’informations ne soit produit et ne conduise à un regard augmenté sur le sujet. Aujourd’hui, Anna Mikhalchuk et Alexis Zennir, deux étudiants qui travaillent pour Sigilla, interpellent sur les représentations de la Vierge sur les sceaux.

Anna Mikhalchuk est élève de la 2e année du diplôme d’archiviste-paléographe de l’Ecole nationale des chartes, diplômée de master recherche Histoire et Anthropologie des sociétés médiévales et modernes à Paris 1 Panthéon Sorbonne intègre les sceaux du fonds de Chaalis et Alexis Zennir est titulaire d’un Master Métiers de la Science du Patrimoine au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, il travaille l’acquisition en 3D des sceaux et leur intégration dans la base Sigilla. L’une et l’autre se sont confrontés à une image de la Vierge, que nous qualifierons d’inattendue.

Trois représentations sont principalement utilisées sur les sceaux. Le thème dit de la Vierge à l’enfant est certainement le plus courant. Cette iconographie est largement utilisée par les chapitres d’abbayes ou de cathédrales. De face, debout ou assise, la Vierge couronnée présente l’enfant Jésus, lui-même debout ou tenu par sa mère. Ses variantes sont innombrables. De la main bénissante à la tenue d’une fleur de lis, la mise en scène des personnages est quasi infini et les occurrences sigillographiques nous dévoilent un catalogue d’une richesse inégalée. La Vierge au manteau est un autre thème régulièrement développé par les institutions ecclésiastiques. La vocation protectrice de la Vierge est mise en avant par l’image de celle-ci, couvrant d’un large manteau les fidèles en prières. Aussi appelé Vierge de miséricorde pour la valeur de rassemblement et de pardon qu’elle porte, cette iconographie est plus stéréotypée et plus rare que la précédente. Les inventaires de sceaux mentionnent un troisième type de représentation, qu’il désigne comme Vierge en majesté. La Vierge est assise, seule, tenant une fleur de lis et la main gauche levée. Certains auteurs iront jusqu’à qualifier le geste de « bénissant de la main gauche » (sic !)

Un sceau, repéré dans le fonds de Chaalis[1] (figure 1) par Anna Mikhalchuk, nous oblige à revoir cette analyse. Il s’agit du sceau de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris. Il est décrit par Louis Douet d’Arc comme un sceau de majesté : Personnage, vu de face, assis sur un trône à têtes d’animaux, couronné, bénissant de la main droite et tenant un sceptre de la main gauche [2]

Figure 1: Sceau de l’Abbaye de Sainte-Geneviève de Paris (1193) Institut de France Domaine de Chaalis

Un examen plus attentif montre qu’en fait, la Vierge lève la main paume ouverte vers l’extérieur. Loin de la bénédiction, ce geste d’humilité symbolise la soumission et l’acceptation. En même temps, la gravure très marquée du vêtement que porte la Vierge attire l’attention par une orientation différente de l’usage et un graphisme que l’on peut rapprocher d’un œil. Ces deux éléments nous orientent vers un autre type de représentation : la Vierge parturiente. Cette iconographie est particulièrement rare, d’une part, en raison de la maternité dont la représentation pose problème à l’Église et d’autre part, à cause de l’interdiction de cette représentation par le Concile de Trente au XVIème siècle qui recommandait même leur destruction[3]. Dans le secret des archives, la difficulté de repérage des sceaux, le travail que nécessitait une revalidation des actes ont probablement évité la destruction de ces sceaux. Nous pouvons ainsi disposer de quelques images inattendues et aussi revisiter les choix symboliques de certains chapitres.


Le sceau de l’abbaye Notre-Dame d’Issoudun[4] est parmi nos recherches celui qui affirment sans équivoque la grossesse de Marie. Le premier sceau conventuel[5] appuie la soumission de la Vierge à son état en affichant les deux mains, paumes ouvertes devant elle (figure 2). Dans l’espace que délimitent bras et genoux, un très nette rotondité est gravée. L’usage du quasi triangle qui sert d’écrin à cette rotondité peut s’interpréter comme le rappel symbolique de la Sainte-Trinité. La gravure du deuxième sceau[6] conventuel accentue encore cette représentation[7]. Toujours assise sur un siège à protomés, La Vierge montre ses paumes de main et l’effet de triangle est renforcé par le dessin du vêtement. Un dessin supplémentaire est gravé sur l’abdomen de la Vierge (figure 3). L’état du sceau ne permet pas d’appréhender définitivement sa nature, mais il s’agit clairement d’une représentation symbolique de l’enfant Jésus dans l’utérus.


Par leurs gravures, ces deux sceaux insistent sur la situation de femme enceinte. A l’inverse, d’autres sceaux développant le même thème, privilégient l’aspect dogmatique de l’incarnation. La gravidité de la Vierge est moins marquée et celle-ci ne montre l’acceptation de son état que d’une main, tenant de son autre main une fleur de lis. En intégrant ce symbole, l’iconographie délivre le message de l’incarnation divine du Christ en présentant la Vierge, enceinte mais pure et soumise à la volonté divine. Un rapide pointage nous a permis de repérer une douzaine d’institutions, parfois importantes, utilisant cette iconographie (Figures 4, 5 et 6), une recherche plus étendue renforcera sans aucun doute ce corpus. Le nombre d’occurrences est certes très faible par rapport aux représentations de Vierge à l’Enfant mais il atteste de son usage courant au Moyen-Age.

Figure 7: Abbaye de Fontaine-les-Blanches (1471) Acquisition 3D (A. Zennir)

A l’occasion de cette recherche, nous avons constaté l’existence de multiples variantes de la représentation de la Vierge, plus ou moins uniques. Parmi ces iconographies Alexis Zennir a ainsi découvert puis effectué l’acquisition en 3D du sceau conventuel de l’abbaye cistercienne de Fontaine-les-Blanches en 1471 (Figure 7). Inédit jusqu’à maintenant, ce sceau est un véritable hapax sigillographique, il est malheureusement fragmentaire mais son iconographie reste préservée. Il associe la Vierge couronnée, debout, tenant l’enfant Jésus de son bras gauche avec l’image d’une Vierge de miséricorde couvrant de son manteau des moines en prières. Au travers de la symétrie que propose cette image, la protection et la dévotion de l’abbaye et des fidèles se voit confier à Marie, mère de Jésus. En ajoutant ce manteau protecteur, le Chapitre met en avant la valeur rédemptrice et protectrice de la Vierge tout en restant conforme à la prescription du Chapitre général de l’Ordre qui impose le thème de la Vierge à l’enfant comme iconographie du sceau conventuel[8].

Il est certain que la représentation de Marie tenant son fils Jésus est l’image la plus répandue et aussi la plus accessible à la compréhension des fidèles. Mais au travers de ces quelques exemples, on voit comment les graveurs ont transformé cette image en une vision plus large et plus profonde et comment ils ont su mettre en image les valeurs spirituelles ou dogmatiques que portent la Vierge au sein de l’Église.


[1] Fondation Jacquemart-André, Institut de France – Domaine de Chaalis 

[2] Abbaye Sainte-Geneviève de Paris – sceau – 1193/1276 | SIGILLA.

[3] Le thème de « la Vierge à l’Incarnation » est courant en Orient dès la première moitié du XIe siècle, dans toutes les formes de représentations. Le 25 décembre 1653, lors de sa dernière séance, le concile de Trente a définitivement proscrit cette représentation : « Le saint concile défend que l’on place dans une église aucune image qui rappelle un dogme erroné et qui puisse égarer les simples. Il veut qu’on évite toute impureté, qu’on ne donne pas aux images des attraits provocants ». Il s’en est suivi une destruction quasi-systématique des œuvres présentant la Vierge enceinte.

[4] Philippe Jacquet, Le sceau de Notre-Dame d’Issoudun, Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie Tome 83-85, 2013-2015 au Léopard d’Or

[5] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1185/1235 | SIGILLA

[6] Abbaye Notre-Dame d’Issoudun – sceau – 1448 | SIGILLA La consultation systématique des sceaux inventoriés a permis de constater que ce sceau daté de 1448 est issu d’une deuxième matrice plus récente qui diffère essentiellement par son style et l’ajout de rinceaux dans le champ. Faute d’éléments précis, il est impossible de dater précisément le changement de matrice. R. Gandhillon ne l’a pas décrit dans son inventaire des sceaux du Berry

 

[8] L’abbaye de Sainte-Hoïlde Abbaye de Sainte-Hoïlde – sceau – 1393 | SIGILLA et la seule abbaye cistercienne qui enfreint la règle en une vierge au manteau, iconographie réservée aux Définiteurs de l’ordre Définiteurs du chapître général de Cîteaux – grand sceau | SIGILLA

La ruche Sigilla

  • Philippe JACQUET

Signes de validation du Haut Moyen-Âge, les ruches sont bien connues de nos amis diplomatistes. Cette désignation imagée et suggestive pourrait progressivement venir incarner le travail de Sigilla et de ses contributeurs. La communauté Sigilla est de plus en plus nombreuse et bruisse de nouveaux apports. Les initiatives se multiplient, de plus en plus de dossiers sont mis à dispositions des chercheurs. Le mois passé est riche d’évènements.

Ce 30 mars, la tension était palpable dans l’amphithéâtre, Délia Préteux se prépare à soutenir, face à Thomas Huot-Marchand, président de l’Atelier National de Recherche Typographique et un jury spécialement réuni pour l’occasion. L’enjeu est la validation d’un 3e cycle de recherche (statut d’étudiant-chercheur) pour obtenir un Diplôme de spécialisation et d’approfondissement (DSA), Mention Recherche Typographique (Bac+7, 120 ECTS). L’épreuve est double, elle débute par un exposé formel d’une heure en amphithéâtre pour se conclure par une face à face de trente minutes avec le jury. Cette étape consacre une année de recherche et de travail intensif sur l’épigraphie du sceau et les méthodes de transcription possible pour les légendes des sceaux. Cette étude constitue le socle du module épigraphique qui viendra compléter la base Sigilla.

Délia Préteux a dominé et réussi cette épreuve avec brio, efficacité et concision en présentant à la fois une résolution générale de la problématique et des outils techniques pertinents. Toute l’équipe Sigilla félicite chaleureusement Délia pour obtention de son diplôme et nous remercions Mr Thomas Huot-Marchand de cette collaboration inédite et surtout passionnante.

Pendant ce temps, en région Centre-Val de Loire se prépare les insertions d’images 3D dans la base. Dans un premier temps, l’Indre, l’Indre et Loir et le Cher vont participer à cette saisie particulière.  A l’issue de plusieurs semaines de contacts auprès des directeurs concernés, la campagne d’acquisitions en 3D des sceaux débutera, fin mai, et se continuera courant juin sur les plus belles empreintes de la région Centre. Alexis Zennir, qui est déjà l’auteur des saisies 3D des empreintes des archives d’Indre et Loire opérera en Indre pour compléter les captations. Ce chantier est très prometteur, malgré son état embryonnaire. La 3D reste en effet le seul moyen de restituer le sceau comme objet unique interagissant dans un contexte multiforme.

Une nouvelle dynamique s’est aussi ouverte autour du fond de l’Abbaye de Chaalis (Oise). Détenu par la fondation Jacquemart André au sein de l’Institut de France, ces documents sont actuellement en restauration. Des demandes conjointes ont permis un montage inédit autour des sceaux. Conscient de l’intérêt du fonds et de son intégration dans Sigilla, L’Institut de France et l’atelier de restauration Coralie Barbe/Atelier du Lys nous ont contacté pour doubler la numérisation en cours d’une saisie efficace dans la base. La recherche opportune d’un stage par Anna Mikhalchuk, étudiante (médiéviste) de l’Ecole des chartes est venue compléter cette symbiose qui valorise le travail de chaque partenaire.

Léa Besson, Restauratrice de l’atelier du Lis et Anna Mikhalchuk, (c) P. Jacquet

Autre lieu, autre collecte, à Besançon, la collecte au sein des Archives départementales continue. Un atelier de perfectionnement à la saisie regroupant les étudiants contributeurs, leur encadrement et l’équipe Sigilla s’est déroulé pendant deux jours. Cette rencontre a été l’occasion de échangé sur des problèmes techniques et aussi de découvrir de nouvelles sources. Deux étudiants vont pouvoir collecter les matrices de la Bibliothèque Municipale de Besançon et les deux cents à trois cents sceaux des Archives municipales. Pendant les mois qui viennent, la collecte s’étendra jusqu’à Belfort, Héricourt et d’autres encore.… Nous sommes impatients de vous présenter les résultats de ces recherches.

aux AD 25, (c) P. Jacquet

En pointant les plus récentes actions, nous n’oublions pas tous les contributeurs qui travaillent avec nous parfois depuis des années, et le surnom de Ruche devient indissociable de la base Sigilla. A travers cette diversité et ce perpétuel renouvellement, nous voulons remercier tous nos contributeurs pour leur aide et en même temps, ouvrir nos portes à tous ceux qui voudraient nous rejoindre autour de la passion sigillographique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search