La collecte se poursuit en Alsace !

Notre antenne alsacienne, SigiAl – Sigillographie de l’Alsace – continue son projet de collecte des sceaux conservés dans la région. Avec une équipe motivée et des activités mensuelles, ils ont trouvé un bon rythme de collecte ! En avril, ils ont même franchi le seuil de 10 000 empreintes dans la base SIGILLA. Bravo !

Les derniers fonds traités par leurs équipes étaient les Archives municipales d’Obernai, les Archives d’Alsace, site de Strasbourg et site de Colmar. Prochainement, ils vont se rendre à Colmar aux archives municipales et à celles de Turckheim. Le grand public commence d’en parler, et le porteur du projet, Thomas Brunner, a déjà fait plusieurs communications sur les sceaux trouvés grâce aux efforts du groupe. La particularité de ce projet ? C’est un effort en sciences participatives, c’est-à-dire que les universitaires ont fait appel aux volontaires de la société civile pour leur aider avec la collecte. Cette démarche prouve très fructueux grâce aux connaissances locales et régionales des participants.

Pour plus d’informations sur le projet ou pour suivre ses actualités, rendez-vous sur son carnet hypothèses.

Collaboration suisse : Une nouvelle formation

Les 15 au 17 mai dernier, une nouvelle collaboratrice de l’Institut Arthur Piaget à Neuchâtel en Suisse est venue en France pour effectuer une formation intensive sur la base SIGILLA et la collecte de sceaux sur place. L’Institut est en train de monter un projet de collecte des sceaux de la Suisse romande : Sigisuisse. Ce projet vise à imiter la structure et la politique de collecte de notre antenne alsacienne, SigiAl – Sigillographie de l’Alsace. Donc, la première destination de la formation était Strasbourg !

Sur place avec les collègues alsaciens, elle a tout appris sur l’histoire du projet alsacien, mais aussi de SIGILLA en général. Des ateliers pratiques étaient également sur le menu du jour avec une collecte aux Archives d’Alsace, site Strasbourg et un atelier de saisie avec quelques volontaires du projet.

Ensuite, la formation s’est poursuit à Paris au sein du service des sceaux des Archives nationales où le directeur du service, Clément Blanc-Riehl, a montré les fonds qui y sont conservés. Pas seulement les tiroirs des moulages, mais aussi quelques perspectives derrières les coulisses ont été dévoilés.

C’était une formation réussite et nous avons hâte de voir les premières saisies suisses dans la base SIGILLA !

SigiAl a besoin de vous !

Notre antenne alsacienne, SigiAl (Sigillographie de l’Alsace) a souvent été sujet des articles ici sur notre carnet hypothèses. Nos partenaires à l’Université de Strasbourg ont construit un projet en sciences participatives qui analyse les sceaux de la région avec l’aide des volontaires. Le projet connait un grand succès, mais n’a plus de financement pour financer les déplacements des volontaires ni pour organiser les événements de collecte. Un appel à dons a été lancé ce que vous trouverez ci-dessous. A partager avec tout votre réseau !

Nous voilà à la fin de l’année. Tout le monde se prépare pour les vacances bien méritées et les fêtes.

Nous voudrions profiter de cette occasion pour récapituler nos travaux de cette année 2023. Grâce à vous et à votre engagement, nous avons désormais intégré dans la base de données SIGILLA  :

  • 9 034 Empreintes conservées en Alsace
  • 2 970 Sigillants
  • 3 595 Sceaux types
  • 5 770 Actes
  • 539 Armoiries

Au cours de cette année 2023, nous avons saisi 2 779 nouvelles empreintes !  Tout cela est le fruit de 12 journées de collecte, 8 ateliers de saisies et évidemment de toutes les collectes individuelles menées par les uns et les autres.

Nous sommes très fiers de ces résultats et le paysage sigillaire de l’Alsace médiévale est désormais parmi les plus renseignés de toute la France.

Cette activité ne peut évidemment se passer de certains frais : frais de déplacements, frais de restauration lors des journées de collecte, achat de matériel, etc. Jusqu’à présent, nous avions bénéficié de financements de l’Université de Strasbourg, mais nous sommes arrivés au terme de ce qu’il était possible de renouveler.

C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers la Fondation de l’Université de Strasbourg. Celle-ci a reconnu le travail fait jusqu’à présent et nous a ouvert un compte afin d’accueillir des dons pour nous permettre de continuer l’aventure en 2024. Nous aurions besoin de vous et votre réseau pour relayer l’information auprès de votre entourage. N’hésitez pas à leur dire pourquoi vous appréciez ce projet et qu’il est important de continuer le travail entamé pour avoir le corpus le plus large possible pour comprendre l’usage des sceaux dans l’Alsace médiévale. Si quelqu’un cherche une idée de cadeau de Noël, sous forme de don, qu’il ou elle soit certain qu’il sera bien utilisé et ne prendra pas la poussière chez nous – sauf celle, peut-être, des archives ! Tout don au projet via la Fondation est déductible fiscalement de 66 % (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
Voici, le lien vers notre site sur la Fondation où il est possible de faire directement un don en ligne :  https://fondation.unistra.fr/projet/sigial-sigillographie-de-lalsace/

Nous vous remercions de l’aide que vous pourrez nous apporter pour nous aider à trouver des donateurs généreux et passionnés par l’histoire et les sceaux alsaciens comme nous!

SigiAl à la une !

Notre antenne régionale SigiAl – Sigillographie de l’Alsace – continue à s’intéresser au grand public !

Lors d’une journée de collecte à la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg ce mai dernier, l’équipe a reçu une visite d’un journaliste et de son photographe. Intéressés par le travail de collecte sur place, beaucoup de questions ont été posées. L’équipe, chapeauté par Thomas Brunner, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, a montré les moulages issus de la collection Fastinger conservés à la BNU et comment les analyser.

Pour plus d’informations sur la visite et sur le projet alsacien, voir l’article ci-dessous. L’article a été tire de la publication Les Saisons d’Alsace, n° 97, août 2023.

Des chiffres arabes dans une légende sigillaire de 1437

  • Thomas BRUNNER

La date exacte de gravure d’un sceau est souvent difficile à établir et les sigillographes savent bien que l’année de la plus ancienne empreinte connue donne un terminus a quo qu’il faut utiliser avec circonspection pour en déduire le moment où la matrice fut fabriquée. Fort heureusement, dans quelques rares cas c’est le sceau lui-même qui nous renseigne, à travers sa légende, sur la date de sa gravure ou de sa mise en circulation. Dans le corpus des sceaux alsaciens, une telle indication a ainsi pu être relevée à partir de la fin du XVIe siècle sur les sceaux de l’officialité de Strasbourg gravés en 1587, en 1597 et en 1608, et sur celui de la ville de Molsheim de 1642. Jusqu’à présent, cette pratique n’avait pas encore été observée à l’époque médiévale en Alsace1. Ailleurs, dans le nord de la France, elle est connue plus précocement sur les contre-sceaux de certaines officialités, celle de Paris dès 1246, celle de Troyes en 1289 et celle de Thérouanne en 1324, comme l’a relevé Jean-Luc Chassel – que je remercie chaleureusement pour ces informations2. Il sera utile pour la suite de garder à l’esprit que cette petite liste ne comprend que des sceaux ou des contre-sceaux d’institutions et non d’individus.Or l’ajout récent d’une empreinte du premier sceau de l’Electeur palatin Louis IV de Wittelsbach (1424-1449), dit le Doux, a permis grâce à son bon état de conservation aux Archives municipales de Haguenau, de reconstituer l’intégralité de la légende et de déchiffrer – au sens propre – les quatre signes kabbalistiques terminaux qui étaient trop détériorés pour être lisibles sur les autres pièces numérisées.

Sceau de Louis IV du Palatinat, AM Haguenau, AA 217/13
Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

Enroulée dans une banderole et écrite dans une minuscule gothique de petit module, la légende, qui nomme le sigillant, précise ses titres et se clôt par la date, peut être retranscrite de la manière suivante:

S’ / LUDOV [cimier] ICI + COMITIS + PALATINI + RENI [écu] + Z + DUC + BAVA + 1437

soit, sous forme développée et sans tenir compte des débordements de l’image:

S(igillum) LUDOVICI + COMITIS + PALATINI + R(h)ENI + (et) + DUC(is) + BAVA(rie)+1437

(Sceau de Louis, comte palatin du Rhin et duc de Bavière, 1437).

Sceau de Louis IV du Palatinat; détail de la fin de la légende : + BAVA + 1437.
AM Haguenau, AA 217/13; Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

Quatre chiffres arabes archaïques

Les quatre chiffres se lisent donc “1437”, ce qui correspond à l’année de fabrication de ce sceau utilisé de 1437 à 14453. La date est écrite dans une forme archaïque de chiffres arabes, qui se caractérise par les morphologies déconcertantes pour nos habitudes de lecture des chiffres 4 (une sorte de boucle) et, dans une moindre mesure, 7 (basculé vers la gauche). Ces formes graphiques sont cependant conformes aux pratiques de ce début de XVe siècle, comme en attestent les relevés ci-dessous, qui proviennent tous de manuscrits généralement savants.

Chiffres arabes dans des manuscrits des XIVe-XVe s., extrait de Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 587.

En effet, après la tentative infructueuse d’introduction en Occident des chiffres arabes peu avant l’An mil par Gerbert d’Aurillac (le futur pape Sylvestre II), qui les avait lui-même rencontrés en Espagne musulmane, il fallut attendre les développements commerciaux du second Moyen Âge en Méditerranée et les traités du mathématicien italien Léonard Fibonacci, dit de Pise, au début du XIIIe siècle, pour que ce système de numération pénètre avec succès dans la culture occidentale. Concurrencée par l’habitude des chiffres romains et par la pratique de l’abaque (un système de calcul similaire au boulier), leur progression vers l’Europe du nord fut toutefois lente4.

Vers l’évincement des chiffres romains?

Au début du XVe siècle (et même bien après), c’est encore en chiffres romains que les dates sont données dans les inscriptions du Rhin supérieur telles que les pierres tombales ou la stèle de l’évêque de Strasbourg Guillaume de Diest en 1394. Sur les contre-sceaux des officialités françaises évoqués au début, on avait également utilisé ce système: à Paris encore en 14105, à Thérouanne entre 1376 et 14626, quand le graveur n’a pas mêlé chiffres romains et mots entiers, comme à Troyes en 13097 ou à Thérouranne en 13248. Les ecclésiastiques de ces officialités perpétuaient donc cette tradition latine à l’époque où les chiffres arabes furent gravés sur le sceau du prince palatin – un laïc peut-être plus enclin à la nouveauté en ce domaine.

L’écriture de la date de 1437 témoigne de la pénétration de ce système de numération dans la vallée du Rhin au début de XVe siècle. Une raison très pragmatique a pu prévaloir dans ce choix: pour le graveur toujours en quête d’espace sur la surface du sceau, utiliser quatre chiffres arabes représentait un gain de place non négligeable, comparé à la série de neuf voire plus vraisemblablement onze lettres des chiffres romains: MCDXXXVII ou MCCCCXXXVII9.

Un sceau de minorité

Mais si une motivation pratique peut expliquer le recours à un système de numération au détriment de l’autre, elle n’explique en rien l’irruption d’une information chronologique sur le sceau d’un individu – pratique qui à notre connaissance demande encore à être étudiée. Il est cependant certain que les quatre chiffres arabes doivent leur présence à une intention. Le contexte politique donne une piste vraisemblable de compréhension: le 30 décembre 1436, à la mort de son père Louis III, le nouveau comte palatin du Rhin Louis IV était âgé de dix ans et par conséquent encore mineur. Son oncle Otton de Bavière, comte palatin de Mosbach, exerça de ce fait une régence jusqu’en 144510.

Or l’année 1445 correspond aussi aux dernières attestations d’utilisation du premier sceau de Louis IV et à l’introduction d’un second sceau, quant à lui dépourvu de toute date dans la légende. Il ne fait aucun doute que le type de 1437 fut réalisé avec la conscience de son caractère éphémère ou du moins transitoire et peut-être même – c’est notre hypothèse – celle du statut juridique de mineur du jeune sigillant. Est-ce la raison pour laquelle le commanditaire du sceau (l’oncle régent?) a fait graver cette date dans la légende? Celle-ci avait-elle pour fonction de rappeler la situation institutionnelle du Palatinat? Si tel est le cas, “1437” viendrait d’une certaine manière contrebalancer la solennité de la titulature de Louis IV, “comte palatin du Rhin et duc de Bavière”. Le premier titre en faisait en effet l’un des sept électeurs de l’Empereur, le second rappelait son appartenance à la puissante famille des Wittelsbach.

Un sceau de plein droit?

Pourtant, derrière ces titres qui plaçaient Louis IV parmi les plus grands princes du Saint Empire, la mention de l’année 1437 pourrait avoir eu au contraire un effet de dévalorisation du sigillant en rappelant qu’il convenait de distinguer entre sa puissance théorique et la réalité du pouvoir effectif d’un enfant sous tutelle. Derrière l’apparence assez anodine des quatre chiffres pourrait donc se dissimuler un signe fort de communication politique, celui d’un pouvoir bridé.

Qui aurait eu le plus intérêt à une telle évocation? L’enfant mineur, par réalisme politique? Ce serait surprenant et cela supposerait qu’il ait eu son mot à dire dans le choix du texte de la légende. Otton de Bavière, en revanche, peut apparaître comme le principal bénéficiaire de l’existence d’un sceau dont la date inscrite rappelait en creux qu’il dirigeait de fait le Palatinat. Evidemment, une étude plus poussée des relations entre l’oncle et le neveu serait à mener pour valider ou infirmer cette hypothèse, mais le fait est qu’à la majorité de Louis IV, la date n’est plus mentionnée sur son nouveau sceau. En l’état actuel de notre corpus, il n’est pas possible de savoir si le procédé de 1437 fut repris par la suite chez les comtes palatins du Rhin. Ainsi le fils de Louis IV, Philippe Ier du Palatinat, était né en 1448 et n’avait qu’un an à la mort de son père. Il fut à son tour placé sous la tutelle d’un oncle, Frédéric Ier du Palatinat, qui l’adopta par la suite11. Malheureusement à ce jour, la base SIGILLA ne dispose pas de sceau pour Philippe avant l’année 1479.

Si la date en chiffres arabes est bien un rappel de la minorité du sigillant, le sceau de 1437 avait-il pour autant moins de valeur? Aucun des 11 actes scellés de ce sceau actuellement présents dans la base de données (dont 4 sceaux pendants entre 1438 et 1440, les 7 autres étant plaqués) n’a de co-sigillant12. On peut en déduire que l’empreinte de Louis IV était suffisante à garantir la validité des documents (essentiellement des quittances, en l’occurrence). Même si nous ne l’avons pas trouvé pour l’instant au bas d’actes particulièrement solennels, ce sceau de minorité n’en était pas moins un sceau de plein droit.

  1. En Suisse, la légende du troisième petit sceau de la ville de Berne se clôt par: ANNO M° CCCC° XV°. C’est le seul sceau bernois à mentionner une date, voir Adolf FLURI, « Die Siegel der Stadt Bern 1224-1924 », Blätter für bernische Geschichte, Kunst und Altertumskunde, 20/4, 1924, p. 257-300.) Après la publication de ce billet, O. Richard m’a signalé que les deux sceaux concédés par l’archiduc d’Autriche Sigismond à la ville de Thann, le grand sceau comme le petit sceau portent la date de 1469 en chiffres arabes. Le deuxième grand sceau de Saverne indique l’année 1525 aussi en chiffres arabes. []
  2. Jean-Luc CHASSEL, « Les sceaux des officialités médiévales », dans Véronique BEAULANDE-BARRAUD et Martine CHARAGEAT, dir., Les officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, Turnhout, 2014, p. 133-157, ici p. 143, n. 38. Signalons que la légende du contre-sceau de l’abbaye tourangelle de Marmoutier indique: + RENOVATVM ANNO DOMINI [dans le champ] M CC XXXV []
  3. Voir infra, note 12 []
  4. Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 586-591 []
  5. Contre-sceaux de 1246 (MXLVI) D 7001 bis, de 1253 (M. CC. L. III), connus par différentes matrices: D 7002 bis, D 7003 bis, D 7004 bis et D 7005, et de 1410 (M. CCCCX) D 7006 bis [données de J.-L. Chassel]. []
  6. Contre-sceau de 1376 (MCCCLXXVI) A 2321, de 1440 (M° CCCC XL) A 2323 et de 1462 (M CCCC LXII) A 2324 [données de J.-L. Chassel; la lettre A désigne la collection de moulages d’Artois et de Picardie réalisée par Germain Demay en 1877]. []
  7. Contre-sceau de 1309 (ANNO M C[CC N]ONO) : D 7047 bis; je n’ai pu vérifier les contre-sceaux de la collection Champagne signalés par J.-L. Chassel: ceux 1289 ou avant (légende mutilée), Ch 1691 (empreinte de 1289), et de 1373, Ch 1689 (empreinte de 1462). []
  8. Contre-sceau de 1324 (M. CCC VIGES(imo) IIII) : D 7032 bis et de 1432 (M CCCC trecisimo secundo]: A 2322 [données de J.-L. Chassel]. []
  9. La graphie CCCC pour 400 est commune dans les inscriptions, comme en témoignent les contre-sceaux de l’officialité de Thérouranne au XVe siècle cités dans les notes précédentes et le sceau bernois de 1415, voir note 1. []
  10. Carl August LÜCKERATH, « Ludwig IV., Kurfürst von der Pfalz », Neue Deutsche Biographie (NDB), 15, Berlin, 1987, p. 411–412. []
  11. Peter FUCHS, « Philipp der Aufrichtige », NDB , 20, Berlin, 2001, p. 382-383 []
  12. La cote des actes avec sceau pendant est suivi d’une *: AM Mulhouse, p.i. 587* (1437), 602* (1438), 603 (1438), 625* (1440), 628 (1441), 663 (1443), 664 (1443), 671 (1445) et 672 (1445), AM Haguenau, AA 217/13* (1438) et AA 220/4 (1438). []

Nouvelles de SigiAl – notre antenne alsacienne

Le projet SigiAl (Sigillographie de l’Alsace) a débuté fin 2019 avec le but de numériser tous les sceaux conservés en Alsace. Une grande ambition qui est toujours en cours de réalisation. Les Alsaciens ont recruté des volontaires afin de contribuer à la tâche, et les résultats jusqu’à présent sont formidables !

En trois ans, le projet a saisi plus de 6 400 empreintes dans la base SIGILLA ! Ces empreintes viennent de dépôts divers dans la région : archives de la Région, archives départementales, archives municipales, musées, et bibliothèques. Chaque notice est complétée par une photo de l’acte ou du sceau en question. Nous vous encourageons à feuilleter les belles pages SigiAl pour découvrir la sigillographie alsacienne.

Grâce aux grandes actions comme les journées de collecte, les Alsaciens saisissent en moyenne 200 empreintes par mois. En janvier, des équipes se sont rendues à Kaysersberg et à Molsheim afin de finir la collecte sur place. Ces villes rejoignent les autres villes complétement traitées : Mutzig, Wissembourg, Erstein et Thann.

Bravo à SigiAl, bonne continuation et surtout … MERCI !

SigiAl dans la presse locale !

Ce dimanche passé, notre antenne alsacienne SigiAl était à l’honneur dans la presse locale. Un journaliste, Philippe Wendling, a accompagné l’équipe et ses volontaires pour un atelier de saisie pour mieux comprendre et voir le travail. SigiAl a la particularité d’être un projet de sciences participatives. Un réseau de volontaires est formé à la sigillographie et à la saisie sur la base SIGILLA. Encadré et accompagné par des professeurs de l’Université de Strasbourg, le groupe a déjà numérisé et saisi plus de 6 000 empreintes ! Ces empreintes proviennent des archives municipales, départementales ou bien régionales. L’article montre bien la diversité de SigiAl.

Bravo à toute l’équipe, et continuez le bon travail !

Vous pouvez également suivre leur progrès à travers leur page dédiée sur SIGILLA.

https://www.dna.fr/societe/2022/11/05/deja-6-000-sceaux-alsaciens-numerises

Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller
(c) Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

(c) Pauline Gutzwiller

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.

Un sceau à signet

La collecte des sceaux en Alsace se poursuit et grâce à la mobilisation des volontaires du projet SigiAl, on commence à bien voir quelques pratiques sigillaires de la région. Prenons l’exemple de Frédéric V de Habsbourg.

Plus connu sous le nom Frédéric III du Saint-Empire, ce sigillant utilise plusieurs matrices tout au long de sa vie. Grâce à SIGILLA, nous pouvons le suivre, de l’usage de son premier sceau comme duc d’Autriche jusqu’à ce qu’il soit nommé empereur du Saint-Empire romain germanique. Sur son grand sceau en tant que Roi des Romains, notre équipe a remarqué quelque chose tout à fait exceptionnel !

Nos volontaires Edith et Hugues Ruhlmann ont découvert aux archives municipales de Mulhouse quelques empreintes du sceau de majesté de Frédéric V, Roi des Romains.  Ces empreintes ont la particularité d’avoir la marque d’un petit signet d’une tête de Janus en cire rouge aux pieds du souverain.

En regardant de plus près, l’équipe a découvert sur des empreintes du même type un autre signet en cire rouge dont le motif est cette fois, un motif de trois écus couronnés.

Il existe également un grand sceau sans signet trouvé par Yann Franchet et Edith Ruhlmann à Kaysersberg.

Est-ce qu’il s’agit de la même matrice ? Comment produire un signet rouge sur une empreinte ?

Nous avons posé la question à Philippe Jacquet, conseiller scientifique et technique de SIGILLA. Il a, par le passé, constaté cet usage très particulier du signet par les empereurs du Saint-Empire.  Après l’application du grand sceau qui restait la même, l’empereur venait apposer son signet sur la face du sceau, en ajoutant parfois une pastille de couleur pour mettre en évidence cette apposition. En fait, la matrice du grand sceau en tant que Roi des Romains était toujours la même. Seul le signet changeait : parfois la tête de Janus, parfois les trois écus, parfois rien. Cette méthode permettait d’attester de la volonté impériale en prouvant la présence de l’empereur à la réalisation de l’acte. Le choix du signet est aussi une forme supplémentaire de validation/datation de l’empreinte On pense que le signet est mis sur l’empreinte dans un deuxième temps, mais il serait intéressant de documenter la technique par les moyens modernes tels que la radiographie ou la tomographie. Dans l’immédiat, nous avons modifié la mise en page de ses empreintes dans la base pour bien montrer cette particularité.

Lors de notre journée de collecte aux archives municipales de Kaysersberg, nous avons remarqué ensemble que ce même cas de figure était présent sur le grand sceau d’empereur : signet rouge en tête de Janus.  Trouverons-nous d’autres exemples de signet avec le sceau de l’empereur ? Ces relevés permettront de préciser les dates d’usage et de changement du signet. A suivre !

Félicitations à toute l’équipe pour cette découverte passionnante !

Journée d’études SigiAl : Retour sur trois années de sciences participatives

(c) Pauline Gutzwiller

Le 24 juin, SigiAl a célébré la première étape de son projet. Actif depuis fin 2019, l’équipe a fait ce bilan d’étape avec ses volontaires. C’était une journée chargée de belles présentations, de dialogue et de convivialité !

Les volontaires étaient au centre de la journée avec quelques présentations des archives où ils sont actifs. Daniel Keller nous a présenté les sceaux trouvés dans le Chartrier de Niedernai aux Archives de la Région Grand Est, site Strasbourg. Edith Ruhlmann nous a montré quelques trésors des archives municipales de Mulhouse. Yann Franchet nous a expliqué les complexités des sceaux de l’Officialité de Strasbourg et les sceaux types qu’il a répertorié à partir des Archives d’Alsace, Strasbourg et les Archives de la ville et Eurométropole de Strasbourg. Odile Jurbert nous a amené derrière les coulisses pour découvrir quelques sceaux dans les archives de Saint-Thomas de Strasbourg pas encore classées. Et finalement, Daniel Bornemann nous a montré la richesse des fonds de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Les invités nous ont également donné des pistes de réflexion intéressantes. Mélodie Faury a fait connaître les enjeux des sciences participatives à l’Université de Strasbourg. De l’Atelier National de Recherche Typographique à Nancy, Délia Préteux a raconté les défis typographiques pour transcrire les légendes des sceaux. Le but de son travail est de concevoir un outil pour SIGILLA afin de mieux lire et décrire les légendes. Philippe Jacquet, conseiller scientifique et technique SIGILLA a dévoilé les origines de la base et a annoncé quelques réflexions pour son avenir. Jean-Luc Chassel, Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, a éclairé les similitudes et différences entre les sceaux des évêques en France et dans l’Empire.

De l’équipe SigiAl, Olivier Richard était le modérateur de la journée. Catherine Kasteleiner a présenté un bilan du projet – plus de 5 000 empreintes saisies ! Et Thomas Brunner a montré les armoiries de l’évêché de Strasbourg et leur diffusion dans les sceaux locaux.

Les dialogues étaient passionnants, et la motivation continuera pour la suite ! A suivre !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search