Le fonds sigillographique de Haute-Vienne

  • Cyril AUXEPAULES

Universis presentes litteras inspecturis. Nos, stagiarius, salutem…

Voilà peu ou prou la formule de suscription que j’aurais utilisée si, par quelque opération magique, et par un anachronisme linguistique, j’avais effectué mon stage au sein de l’officialité de Limoges entre 1200 et 1400. Cependant, l’histoire suivant son cours, ce sont bien les Archives Départementales de la Haute-Vienne qui m’ont accueilli, en janvier et février 2024, dans le cadre de mon master de recherche en histoire médiévale, parcours Sociétés, Cultures, Échanges, sous le patronage du CRHIA, à l’université de Nantes. La mission qui m’a été confiée est l’étude du fonds de sceaux (estimé à 2000 pièces, du XIIe au XVIIe siècles, avec une nette majorité issue des XIVe-XVe siècles) en vue de leur intégration à SIGILLA. Je tiens à remercier les équipes des ADHV et de SIGILLA pour leur confiance.

Les empreintes que j’ai rencontrées avaient, pour la plupart, déjà fait l’objet d’un inventaire précis dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, surtout par Philippe de Bosredon, Maurice Ardant et Louis Guibert. Il en est qui semblaient inédites, ou dont je n’en ai en tout cas pas retrouvé trace dans la littérature dédiée. Certains sceaux-types entrent dans les deux catégories, à l’instar de ceux employés par l’officialité de Limoges, assurément les plus nombreux (près de la moitié de mes saisies). Ces séries d’empreintes et de contre-empreintes ont constitué un piège facile pour le débutant que je suis, du fait de la constance de leur iconographie.

Ci-dessus, une empreinte de ladite officialité, datée de septembre 1322, que l’on décrit ainsi : évêque debout, vu de face à mi-jambes, mitré, crossé et bénissant. On lui trouve pour légende : + SIGILLVM CVRIE LEMOVICENSIS. Ce dessin, je l’ai retrouvé sur plus d’une vingtaine de sceaux… Pourtant, tous ne sont pas issus de la même matrice : certaines empreintes accusent d’une hauteur de 45mm (leur usage semble prédominer à partir de 1320), d’autres de 40mm (à partir de 1280). À cette difficulté s’ajoute celle de leur emploi, puisque les deux se chevauchent tout au long du XIVe siècle ; le siècle précédent voit le second se mêler à un tiers sceau, lui, d’environ 35mm, exclusif au XIIIe siècle. La mesure de chaque empreinte est un premier moyen de différenciation, mais elle peut se heurter au cas, hélas majoritaire, des sceaux incomplets et usés. Et bien sûr, des surprises peuvent toujours apparaître : l’empreinte donnée pour exemple ci-dessus mesure quant à elle 35mm de haut. C’est justement dans ce cas de figure que l’analyse de la contre-empreinte, lorsqu’elle est disponible, peut se révéler d’une grande aide, sans qu’elle soit, loin de là, une valeur sûre.

Contre-sceau Officialité de Limoges – Ad 87 – H SUP LIMOGES B 337 (3)

Voici la contre-empreinte qui semble avoir été majoritairement employée par l’officialité. On la décrira comme une main bénissante dans un nimbe crucifère, tandis que sa légende indique Manus Domini. L’institution a eu principalement recours à ce dessin entre 1239 et 1346. Il a été reproduit sur au moins trois matrices, que quelques millimètres distinguent en taille. Un autre dessin s’impose ensuite de 1336 à 1346, deux mains qui s’étreignent, légendé Dominvs mevs. Encore une fois, les deux illustrations se juxtaposent, mais la seconde est la plus fréquente sur la période qu’elle couvre : c’est ainsi que la présence de l’une de ces contre-empreintes peut aider à déterminer le sceau-type employé pour l’avers. Bien sûr, il n’y a pas de règle en la matière et des contre-exemples sont légion. Néanmoins, un examen attentif de la pièce, de l’acte auquel elle est appendue, le tout soutenu par une recherche bibliographique et la vigilance de Mme Kasteleiner ont permis, dans les cas que j’ai croisés, d’identifier chaque sceau.

Officialité de Limoges – Ad 87 – H 115

Retour sur un stage sur la collection Artois

  • Samuel PERRET

Cette année, pendant l’été, j’ai eu la chance de faire un stage de deux mois au sein de l’équipe de la base de données Sigilla dans le cadre de ma formation de Master. J’étais alors à la fin de ma première année du master Mondes Médiévaux de l’UFR SHA affilié au laboratoire CESCM à Poitiers. Au cours de mon stage, j’ai traité les fonds de l’Artois comme plusieurs stagiaires avant moi, les fonds étant très importants.
En première semaine, j’ai rencontré des sceaux déjà apparus sur la base, le premier parce que Corentin Delattre l’avait rentré l’année dernière, travaillant sur le même inventaire que moi celui de l’Artois, il est logique que l’on ait des sceaux et des sigillants similaires. Le personnage en question est Elbert III de Carenci, que j’avais sous le nom de Hibert de Carenci, les deux sceaux proviennent d’actes différent mais sont tirés du même sceau-type. Dans ce cas-là en pratique je rajoute juste un acte, une empreinte et moulage. Voici les deux sceaux :


Le deuxième est un peu particulier, en voulant rentrer le sceau de Manessier Cauderon j’ai découvert un autre Cauderon dans la base Baudouin, dont le sceau est conservé à Paris datant de 1276. Il ne fait donc pas partie de la collection de l’Artois mais de celle du Douët d’Arcq. Cette collection a été importée il y a quelques années avant mon travail ou celui de Corentin.


Les deux sceaux semblent similaires, mise à part la légende, la figure représentée est la même : de type équestre ; le bouclier portant trois jumelles en fasce. Les deux hommes ne portent pas le même titre, Baudouin est seigneur de Soriel, Manessier est seigneur de Saulty. L’acte comportant le sceau de Baudouin est conservé à Paris mais contient une charte en faveur des templiers d’Arras. L’Acte de Manessier est conservé aux archives du Pas-de-Calais et contient une ratification de terre vendue à Sains. La remarque est intéressante à 32 ans d’écart deux actes comportent un sceau très similaire provenant de deux personnes à priori de la même région portant le même nom. Seulement il n’y a pas de conclusion généalogique claire. Selon mon hypothèse les deux seraient de la même famille, l’un descendant de l’autre mais les 32 ans qui les séparent empêche un rapprochement direct, toujours selon moi il est peu probable qu’il ait un lignage direct.
Ce jeu de recherches sur les sigillants et la méthode que j’ai employée je la dois à mon prédécesseur Corentin Delattre. La méthode consiste à prendre étape par étape les différentes informations à nécessaire à la composition de la fiche. D’abord, on recherche sur les sites d’archives en ligne l’acte, dans le cadre de l’inventaire d’Artois les archives du Pas-de-Calais sont en partie numérisées. Je rentre donc l’acte en premier en vérifiant qu’il n’existe pas déjà dans la base Sigilla. Ensuite on prospecte internet pour trouver des informations généalogiques sur notre sigillant, plus ce dernier est inconnu moins de sources on trouve. Des sites comme : Medieval lands ou Racines et Histoire peuvent constituer un bon avis de départ. Une fois l’acte et le sigillant rentrés dans la base, le sceau ne nécessite plus que les informations contenues dans l’inventaire.

Collaboration entre SIGILLA et les Archives du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères

En 2021, un stagiaire a travaillé sur les sceaux conservés aux archives du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Le focus de ce stage a été mis sur la collection des traités et correspond à environ 800 sceaux. Ces sceaux sont désormais consultables en ligne sur SIGILLA.

Un petit article au sujet de cette collaboration a été publié dans le rapport d’activité 2021 des archives.

Collection de sceaux des Archives Départementales d’Indre et Loire : Première approche de la pratique 3D

  • Alexis Zennir

Depuis maintenant quelques années, SIGILLA est doté d’un module permettant la visualisation en trois dimensions des empreintes récolées par les contributeurs de la base de données. Toutefois, on ne trouve sur la base qu’un nombre assez réduit de modèles 3D. À l’occasion de mon stage de master II, j’ai intégré l’équipe Sigilla pour travailler en 3D sur les fonds des Archives départementales d’Indre et Loire. Le but de mon stage était d’améliorer la méthodologie liée à cet usage.

Quel matériel pour la numérisation ?

 La numérisation en trois dimensions s’effectue avec un scanner portatif, de la marque Artec , et son logiciel associé . Il permet une acquisition 3D simple pour le scan de petits objets tels que les sceaux. Cet appareil utilise la photogrammétrie, c’est-à-dire une technique permettant de restituer des mesures et des volumes grâce à l’analyse d’une projection de franges lumineuses sur l’objet scanné. Il est aussi important d’ajouter que cet outil permet de restituer la texture des objets scannés grâce aux différentes caméras présentes, l’ensemble permettant d’obtenir une résolution de l’ordre du 1/10 de millimètre.

Comment fonctionne une acquisition 3D ?

Le matériel est, en somme, particulièrement simple à utiliser car celui ne comporte qu’un seul bouton à actionner. Ainsi, après une prévisualisation du logiciel, l’acquisition 3D peut démarrer. Il faut donc dans un mouvement du haut vers le bas balayer l’objet en effectuant un arc de cercle de 180°, le tout en restant à la distance minimale de focalisation, soit une trentaine de centimètres entre le scanner et l’empreinte. Puis il faut répéter le même processus dans toutes les orientations souhaitées.

Dans le cadre de la sigillographie, il faut donc nécessairement scanner les deux faces à plat, séparément, pour obtenir une bonne qualité d’acquisition des faces. Puis, on doit scanner la tranche pour mesurer l’épaisseur de l’empreinte. Cette tranche constitue la plus grosse difficulté de l’acquisition 3D de sceaux.

En effet, malgré les performances d’un tel scanner portatif, la petite taille de certaines empreintes complique l’acquisition 3D. Pour pallier ce problème, l’utilisation d’un support permet de maintenir le sceau sur sa tranche sans l’altérer et sans risque pour l’attache et l’acte. Il a été choisi d’utiliser de la mousse plastazote en creusant celle-ci pour obtenir un réceptacle pour le sceau. Cette mousse n’applique aucune pression sur le sceau et permet donc de s’adapter à chaque format. Néanmoins, il est important de souligner que la couleur de la mousse peut affecter la post-production des scans. En effet, une mousse noire provoquera beaucoup de « bruit » ou information parasite, mais la tranche sera scannée sans trop de difficulté ; à l’inverse, la mousse blanche produira très peu de bruit mais la tranche sera beaucoup plus difficile à scanner, celle-ci étant trop fine pour être détectée par le scanner. Ainsi, il serait peut-être pertinent de travailler sur un niveau de gris pour éviter les problèmes de « bruit » et de détection de la tranche – ce que je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer dans le cadre de ma mission pour SIGILLA.

A l’issue des scans, la post-production est l’étape la plus longue de la numérisation. Cette post-production se présente sous différentes formes, comme par exemple le retrait du « bruit » ou des aberrations enregistrées lors de l’acquisition 3D. Il est aussi nécessaire durant cette étape d’aligner les différents scans obtenus jusqu’alors afin de les compiler pour obtenir le modèle 3D. Ainsi pour un sceau, il faut fusionner l’avers, le revers et les tranches scannées. Enfin, une dernière étape est particulièrement sensible : le remplissage des trous encore présents sur le modèle 3D et plus particulièrement sur la tranche des empreintes. En effet, appliquer ce genre de « rustine » sur un modèle 3D présente le risque d’altérer l’image virtuelle du sceau par rapport à l’empreinte réelle, en gommant par exemple une inscription ou de l’iconographie que le scanner n’arriverait pas à numériser. Il faut donc rester vigilant lors de cette étape.

La numérisation 3D offre encore de nombreuses possibilités qui n’ont pas encore été explorées et la collection des Archives Départementales d’Indre-et-Loire n’est pas encore scannée dans sa totalité. On peut donc espérer que la méthode définie pendant mon stage s’affine au fur et à mesure de son utilisation l’avancée dans la collection.

Ce travail de numérisation est particulièrement enrichissant puisque, en plus de développer mes connaissances en sigillographie ainsi qu’en 3D, il me permet de comprendre les mécanismes de conservations des actes et des empreintes dans la pratique. Aussi, cette numérisation est stimulante grâce à la nouveauté apportée par la 3D, en effet, il y a un véritable enjeu derrière cette technologie qui encourage la recherche rendant particulièrement agréable le travail sur un tel sujet.

À travers ce stage, Sigilla me fournit donc une opportunité particulièrement stimulante, à la fois en me permettant de manipuler des actes et des empreintes anciens, et me donnant la possibilité de participer à l’avancement de la recherche en sigillographie par les modélisations 3D que je réalise, et dont je participe à affiner la méthodologie. Ces modélisations me paraissent ainsi représenter un avantage considérable aussi bien pour les chercheurs dans le domaine que pour l’accessibilité de ce dernier au grand public.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search